Navigation – Plan du site

L’E-GOUVERNANCE POUR LA PARTICIPATION CITOYENNE : IMAGINAIRES DU FUTUR, NOUVELLES COMPÉTENCES ET IMPACTS TERRITORIAUX

Ornella Zaza
p. 163-190

Résumé

Cette contribution propose une analyse des politiques de modernisation de l’action publique autour des processus de participation citoyenne à Paris. A partir du cas du Budget Participatif 1, inauguré à Paris en 2014, nous analyserons la façon dont les technologies numériques conduisent à des nouvelles façons de penser et de faire le projet urbain. Au sein des collectivités territoriales, l’entrée du numérique pour l’accompagnement des dispositifs de participation citoyenne réaffirme le basculement d’un gouvernement à un système de gouvernance, en provoquant des nouvelles imbrications entre les dimensions spatiale et politique de la transformation urbaine. A partir d’une analyse des imaginaires liés au numérique, nous observons la manière dont les plates-formes collaboratives pour la participation citoyenne provoquent des impacts socio-culturels et socio-professionnels, à travers la recomposition du travail des administrations et l’émergence de nouveaux métiers. Les dispositifs socio-techniques, tels que les outils numériques participatifs, sont employés par les collectivités territoriales pour trouver une nouvelle légitimité à l’action publique contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction, ou de l’e-administration à l’e-gouvernance

1Au début des années 1990, l’accès du plus grand nombre à Internet a porté les administrations publiques à s’investir sur des politiques de modernisation de l’action publique qui voyaient dans le numérique des nouvelles possibilités de mise en relation avec les citoyens. Tandis qu’en principe il s’agissait d’une démarche à but informatif et administratif, aujourd’hui les outils numériques développés par les collectivités territoriales visent à une majeure interaction, dont la modernisation des processus de participation citoyenne par l’emploi du numérique constitue l’un des enjeux majeures.

2L’histoire de l’emploi du numérique par l’administration publique pour la relation aux citoyens a commencé en France vers la fin des années 90. En 1997, le plan Jospin « Internet, un défi pour la France » posait un premier cadre normatif pour l’ouverture des sites Internet administratifs et le portail Admifrance en fut la première expérimentation (Bacache-Beauvallet et al., 2011). Quelques années plus tard, le gouvernement s’est investit progressivement dans la transition numérique des services publics et, au début des années 2000, service-public.fr rassemblait pour la première fois tous les services publics numériques français.

  • 2 Un « # », autrement appelé hashtag, est un glyphe utilisé sur le réseau social Twitter pour diffuse (...)

3Depuis, l’évolution des usages et des savoirs numériques a accompagné les politiques de modernisation pour la relation au citoyen, portant les collectivités à adapter leur action publique aux pratiques numériques. Un exemple parmi d’autres, en septembre 2014 la sixième version du site gouvernement.fr depuis son lancement en 1996 était mise en ligne, tandis que le succès des réseaux sociaux portait à une modification importante de ses fonctionnalités. Alors qu’il s’agissait principalement d’un outil d’information de la politique gouvernementale, aujourd’hui la nouvelle interface invite les usagers au partage des infographies et des contenus sur les réseaux sociaux, à les rendre virales par l’accompagnement d’hashtags2 et à consulter les contenus augmentés. De la même manière, sous l’impulsion de la croissante production de données et des politiques de transparence face aux citoyens, en 2011 le gouvernement français ouvrait son premier portail unique interministériel pour la publication des données publiques. Data.gouv.fr devient le symbole d’une ultérieure étape de la modernisation des services publics à travers l’ouverture des données et la contribution des citoyens. Aujourd’hui le portail recueille 14 740 jeux de données et la publication des données est alimentée par la participation des « internautes ».

4En parallèle, les processus de participation citoyenne ont été également investis par un processus de dématérialisation. Le 4 octobre 2014, le Premier Ministre Manuel Valls lançait la première concertation numérique nationale française en prévision de la loi sur le numérique envisagée en 2015. Il s’agissait de 6 mois de concertation, où toutes les contributions ont été récoltées exclusivement sur une plate-forme en ligne. Ce nouveau dispositif participatif a abouti en juin 2015 à la publication d’un rapport de synthèse soumis au Premier Ministre composé des 70 propositions retenues. La concertation numérique se fit ainsi garante, pour la première fois, d’une nouvelle méthode de participation citoyenne. Pour citer le rapport, « les plateformes contribuent positivement à l’empouvoirement [empowerment] des individus, à la diffusion des connaissances, à l’ouverture des possibles aux niveaux individuel et collectif, mais […] en même temps elles prennent un ascendant sur les individus et les institutions traditionnelles (États, entreprises) »

  • 3 Administration électronique.
  • 4 Gouvernance électronique.
  • 5 La 4ème Conférence Qualité pour les administrations publiques de l’Union Européenne s’est tenue du (...)
  • 6 Formation et enchaînement des idées.

5En suivant ainsi l’évolution des outils numériques mis en place par l’administration publique française, nous remarquons qu’à côté des dispositifs d’e-administration3, l’e-gouvernance4 occupe une place plutôt significative. Face au déclin d’une politique de gouvernement et à l’émergence de nouveaux systèmes de gouvernance, l’outil numérique devient de plus en plus le médiateur des processus participatifs. Lors de la quatrième conférence européenne sur la qualité des services publics5, la nécessité de politiques de modernisation de l’administration publique fut réaffirmée et l’implication de toutes les parties prenantes, en particulier des citoyens, fut placée au centre de cette transformation (Waintrop, 2011). Les concepts de co-construction et d’idéation6 avec les habitants remplacent aujourd’hui ceux de participation et de concertation qui avaient caractérisé les politiques publiques au début du siècle. Pour ce faire, le numérique est appelé comme solution pour innover et moderniser les dispositifs d’engagement des habitants.

  • 7 La Loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 relative à la motivation des actes administratifs et à l'amélio (...)

6En passant de l’échelle nationale à l’échelle locale, le discours contemporain porté par les collectivités territoriales autour des processus participatifs reflète cette tendance, tout en posant en revanche des dynamiques et caractéristiques particulières aux dispositifs numériques localement déployés. A partir des années 90, le processus de décentralisation de l’administration publique française a vu une focalisation des processus participatifs autour des projets d’aménagement urbain7. L’investissement contemporain des collectivités locales pour la mise en place de dispositifs participatifs numériques voit ainsi le projet urbain au centre de cette transformation.

  • 8 DansMaRue est une application mobile créée par la Ville de Paris pour la signalisation des anomalie (...)
  • 9 « Du vert près de chez moi » est une campagne de participation qui a été menée par la Ville de Pari (...)
  • 10 En 2015, la Ville de Paris a réalisé la concertation du Plan Local d’Urbanisme (PLU) sur la plate-f (...)
  • 11 En 2014, la plate-forme idee.paris a été créée pour rassembler toutes les concertations en ligne de (...)

7Dans ce contexte, la mandature de l’actuelle Maire de Paris, Anne Hidalgo, signe aussi ce moment-clé de la modernisation de l’action publique, où la participation des citoyens pour les projets urbains via les outils numériques prend une place remarquable. Ainsi, l’application mobile DansMaRue8, la campagne « Du vert près de chez moi »9, la plate-forme imaginons.paris10, les concertations pour le réaménagement des places sur idee.paris11 et la plate-forme du Budget Participatif témoignent de cette transition d’une démocratie participative de proximité à une démocratie participative numérique pour le projet urbain.

8A travers l’appui d’une ethnographie au sein de l’administration publique parisienne, cette communication propose ainsi une analyse des politiques de modernisation des processus de participation citoyenne autour de la transformation urbaine. Le cas d’étude du Budget Participatif parisien, en particulier, permet de comprendre de quelle manière le numérique recompose le travail interne à l’administration publique et modifie les processus participatifs pour l’aménagement de l’espace, conduisant à des nouvelles façons de penser et de faire la ville.

II. L’e-gouvernance, des nouvelles méthodes pour l’action publique Quels imaginaires ?

  • 12 Innovation ouverte.

9Pour comprendre les effets liés à l’emploi du numérique au sein de l’administration publique pour la « fabrique de la ville » (Biau et Tapie, 2009), il s’agit tout d’abord de retracer les enjeux sous-entendus. Pour ce faire, nous interrogeons les discours et les imaginaires portés par la collectivité locale parisienne face aux plates-formes numériques. La co-construction, entre participation citoyenne et open innovation12 : quels imaginaires, pour quoi faire et comment faire ?

II.1. Le numérique et l’imaginaire de co-construction

  • 13 Participation électronique.

10En 2011, la Charte de la Participation parisienne décrivait pour la première fois l’e-participation13 comme un processus participatif pour « favoriser l’interaction entre la Ville et les Parisiens » et les dispositifs numériques comme des « outils collaboratifs […] développés pour une mise en réseau des instances participatives ». A l’origine de son emploi, le numérique représentait ainsi un « nouveau support » pour les dispositifs de participation déjà existants (concertations, réunions publiques, cahiers de charge, etc …), afin de renforcer leurs impacts sur le territoire. A ce titre, les grands projets municipaux prévoyaient également pour la première fois un espace collaboratif sur le site Internet paris.fr, afin de recueillir l’avis des Parisiens et de rendre publics tous débats issus des concertations préalables.

  • 14 Le Secrétariat Général constitue l’organe de la haute fonction publique au sein d’une collectivité (...)

11Depuis, les dispositifs numériques participatifs déployés par la Ville de Paris ont connu une évolution progressive. Alors que, initialement, le numérique était employé pour renforcer les dynamiques déjà existantes, mettre en relation administration et administrés (Koubi, 2013) et étendre l’accessibilité de l’information, aujourd’hui les outils et pratiques numériques questionnent radicalement la façon de faire projet et de concevoir la ville même. L’affirmation du concept de société de l’information a en effet conduit la collectivité parisienne à concevoir des politiques publiques qui posent le numérique au cœur du projet de la ville, dans une démarche plus globale. Ainsi, en juillet 2014, la Ville de Paris a créé une nouvelle mission au sein de son Secrétariat Général14 : la Mission Ville Intelligente et Durable. Cette mission a comme objectifs de coordonner, accompagner et suivre les directions de la Ville dans les « projets innovants », notamment à forte composante numérique. Publié en juin 2015, le plan d’action « Paris Ville Intelligente et Durable : vers 2020 et au-delà » décrit la « révolution numérique » comme un moment historique de la contemporanéité auquel l’administration publique doit faire face. Pour ce faire, le plan d’action « Paris Ville Intelligente et Durable » s’appuie sur le croisement de trois visions de ville : la « Ville Ouverte », bastion de la co-construction, la « Ville Connectée », concept-socle pour le déploiement de l’infrastructure numérique, et la « Ville Ingénieuse », dimension urbaine de cette nouvelle stratégie d’action publique. Pour mieux comprendre le sens de ces trois concepts, un agent de la Ville de Paris explique au cours d’un entretien que les conseils de quartier, instances de la démocratie participative de proximité, ne correspondraient pas à l’imaginaire de Ville Intelligente et Durable et que « cela serait possible seulement si une instance nait du croisement entre au moins deux visions de la Ville Intelligente et Durable … la Ville Ouverte et la Ville Connectée, par exemple ! ».

12Nous observons ainsi que l’imaginaire de « ville de demain » porté par la Ville de Paris donne tout d’abord une place privilégiée au numérique, à travers le concept de « Ville Connectée », et pose deuxièmement la transversalité comme un élément-clé dans l’action publique. Concernant la participation citoyenne, le croisement entre analogique et numérique, voire le passage définitif vers les dispositifs numériques, devient ainsi un enjeu majeur. La participation ne serait donc plus simplement un service public à numériser, mais demanderait des dispositifs complexes dédiés. En faisant un clin d’œil aux théories de l’«  intelligence collective » de Pierre Lévy (1994), de la « société en réseau » de Manuel Castells (1996) et du « gouvernement comme plate-forme » de Tim O’Reilly (2011), la Ville de Paris place la « révolution numérique » au cœur de la participation citoyenne.

13Face à ce contexte, le dispositif du Budget Participatif parisien, inauguré en 2014, s’insère dans une volonté de « co-construire la ville » pour aller au-delà des dispositifs en présentiel de concertation citoyenne. Le Budget Participatif retrouve ses racines dans l’expérience de Porto Alegre (Brésil). Cependant l’expérience brésilienne se différencie de celle française par les modalités d’emploi des dispositifs numériques. Dès le début, le Budget Participatif parisien prévoyait l’emploi d’une plate-forme numérique, alors qu’à Porto Alegre les premières expérimentations étaient gérées sous la forme de réunions publiques et d’ateliers localisés. Ainsi, le dispositif numérique s’inscrivait à Paris dans un contexte de participation citoyenne normé et codé en amont, où les acteurs de la démocratie de proximité, tels que les associations et les conseils de quartier, jouaient déjà un rôle reconnu comme porte-parole d’une volonté citoyenne. Face à cela, le discours porté par la collectivité locale était d’atteindre un « saut de la participation » à travers la plate-forme numérique du Budget Participatif, c’est-à-dire de sortir du mécanisme des réunions en présentiel pour faire participer le plus grand nombre de Parisiens possible à une nouvelle démarche de co-construction.

14Le choix fait par la Ville de Paris d’employer les technologies numériques pour la participation citoyenne repose ainsi sur des enjeux qui vont au-delà de la réduction des coûts de fonctionnement, objectif récurrent des politiques de modernisation du service public. Aujourd’hui, en particulier face à la participation citoyenne, les arguments qui justifient l’emploi du numérique dépassent ceux « objectivement démontrables » et se projettent sur la confiance dans un nouvel imaginaire de gouvernance urbaine. A ce titre, Philippe Roqueplo, polytechnicien et sociologue des Sciences, affirmait que la technique agit comme force idéologique au-delà de sa fonction concrète. Autrement dit, la technique importe une idéologie justificative à son emploi et la plupart des arguments en appui à un étalage massif des techniques reposent sur des dogmes plutôt que sur des faits (Roqueplo, 1983). Ainsi, l’acceptation de la technique a entraîné un important remplacement des argumentations objectives par des justifications sociales, voire utopiques. Une technologie sera choisie non seulement parce qu’elle engendre des économies ou une meilleure organisation du travail, mais surtout parce que les pratiques sociales et la culture dominante le justifient. L’emploi des plates-formes collaboratives en ligne, dont le Budget Participatif parisien, repose donc aussi sur ce principe : il sera justifié par le rêve d’une « interaction majeure » et de « co-construction avec les habitants », selon une acceptation sociale du numérique qui, à l’ère la société de l’information, rencontre peu de critique.

15Cependant, comme nous le verrons ensuite, le passage de l’imaginaire à la pratique de co-construction rencontre des difficultés organisationnelles significatives. Un exemple parmi d’autres, en interrogeant les agents de la Ville de Paris travaillant aux concertations des projets urbains, ils définissent la co-construction comme un processus inséré dans une réalité législative et politique contraignante. L’imaginaire de co-construction, amplifié par le numérique, ne peut pas se justifier en tant que tel, mais demande une inscription cohérente dans un contexte sociétale plus complexe :

  • 15 Toutes les initiales des noms des interviewés sont de fantaisie de l’auteure.

M.15 : « Après, il ne faut pas dire qu’on fait table rase de tout. La co-construction n’est pas quelque chose qui est suspendu dans l’air ! C’est quelque chose qui se fait dans le cadre d’un environnement où il y a un programme politique, des contraintes financières. Quand je parle de contraintes, c’est à la fois des contraintes de procédures, par exemple si on ne peut pas passer un marché, ou quand vous êtes sur un site qui est classé … Voilà, la co-construction elle ne part pas du zéro plus zéro ! Elle part de quelque chose, d’un environnement qui a ses atouts, ses contraintes, ses règles. C’est dans cet environnement là qu’on essaye d’évoluer. Si c’est une municipalité et les habitants à co-construire ensemble un aménagement, c’est chacun leur place. C’est-à-dire qu’il y a toujours une personne qui décidera, qui est l’élu … Il a été élu, c’est la démocratie ! Puis il y aura les services techniques qui sont formés, il y aura des experts financiers et puis une expertise d’usage des habitants … ».

II.2. L’innovation ouverte, une nouvelle méthode de faire la ville

16L’époque courante d’une participation gouvernée par l’imaginaire de co-construction est caractérisée d’un côté par le souhait d’un engagement majeur des habitants dans le projet de la ville, de l’autre par l’ouverture des mécanismes de gouvernance urbaine aux acteurs territoriaux. Pour la première fois dans l’histoire de la participation parisienne, les entreprises ont été appelées à participer sur la plate-forme du Budget Participatif pour contribuer à la co-construction de la ville au même titre que les habitants, les associations et les conseils de quartier. Cette tendance, qui voit une nouvelle participation du privé (tel que les entreprises et les start-ups) aux dispositifs de participation citoyenne pour le projet urbain, prend le nom d’open innovation et retrouve ses racines dans les méthodes collaboratives liées au numérique. Henry Chesbourgh, professeur et directeur du Center for Open Innovation à Berkeley de la Haas School of Business (University of California), fut le premier à promouvoir ce terme à travers la publication de son essai « The era of open innovation » (Chesbourgh, 2003). Le concept d’open innovation, né principalement au sein du milieu privé entrepreneurial, désignait ainsi les pratiques de partage et de coopération entre entreprises pour la recherche de nouveaux marchés à investir. Selon ce principe, les entreprises collaboreraient dans la recherche de nouvelles solutions techniques, notamment dans le domaine du numérique et en particulier du développement web, en mutualisant expériences, outils et connaissances.

17Depuis, le concept d’open innovation s’est répandu aussi dans l’administration publique en soutien aux politiques du numérique, d’abord dans le secteur du développement économique local et ensuite, raison pour laquelle nous l’évoquons ici, dans les processus de participation citoyenne. Le discours souvent porté par les administrations publiques face aux pratiques d’open innovation est celui de trouver des solutions innovantes pour l’aménagement de la ville, en dépassant les limites des connaissances internes à l’administration publique.

  • 16 L’hackathon est l’une des pratiques, sous forme d’événement, largement diffusées parmi les méthodes (...)
  • 17 Les événements de type meetup sont à l’origine de la plate-forme Meetup.com, produite en 2001 par u (...)

18Cependant, nous n’analyserons pas ici les pratiques d’open innovation dans les détails (telles que hackathons16, meetups17, etc …), mais nous regarderons plutôt la façon dont cet imaginaire influence les processus de participation. En considérant l’innovation comme « toute greffe de techniques, de savoirs ou de modes d'organisation inédits sur des techniques, savoirs et modes d'organisation en place » (Olivier de Sardan, 1995), nous remarquons ainsi la manière dont les démarches d’open innovation s’instaurent en tant que nouvelles méthodes de travail au sein de l’administration publique. Nous emprunterons ici la définition de Jean-Pierre Olivier de Sardan selon laquelle l’innovation est une entrée possible pour la compréhension des phénomènes de changement social et de développement local face aux conflits politiques, économiques et symboliques d’une société, plutôt que traiter l’innovation comme un objet distinct. Par conséquence, l’analyse des phénomènes d’open innovation nous aide à relever les modifications en cours dans la façon de penser et faire la ville, notamment dans la constitution des jeux d’acteurs.

19Dans le passage du monde entrepreneurial à celui de l’administration publique, l’open innovation enregistre un important détournement : si à l’origine, il s’agissait de pratiques collaboratives entre acteurs privés dans le domaine du numérique, au sein du secteur public, cela se traduit par des collaborations privé-publique, plutôt que publique-publique. Cette tendance a investi les processus de participation, en créant des dispositifs où les habitants aussi bien que les entreprises trouveraient leur place. L’open innovation, comme toutes formes d’innovation, est ainsi porteuse de nouvelles dynamiques sociales et politiques, transformant les processus de gouvernance urbaine : l’imaginaire du « faire ensemble » (Sennet, 2014) foisonne et rapproche de plus en plus les démarches de participation (avec les habitants) à celles de collaboration (avec les entreprises). L’open innovation représente ainsi la façon empruntée par la collectivité parisienne pour atteindre l’imaginaire de co-construction, où la contribution de l’« autre », sans distinction, transforme relations, jeux de pouvoir, production de sens et représentations en milieu urbain.

20Cela n’est pas un hasard si le numérique réside au cœur de ce changement de paradigme. Au sein des processus de modernisation de l’action publique, l’imaginaire du numérique devient garant d’un nouveau modèle de gouvernance par la co-construction. Pendant un entretien avec un agent de la Ville de Paris, la force de l’imaginaire du « faire ensemble », véhiculé par la plate-forme collaborative en ligne, dépasse les résultats concrets atteints par ces nouveaux dispositifs :

P. : « Ce qui est aussi intéressant dans cet outil-là [la plate-forme du Budget Participatif] c'est qu’en fait ça rend public. C’est-à-dire que des choses qui se décident ou se définissent à quelques-uns, finalement tout d'un coup ont une expression beaucoup plus publique. La plate-forme n’était pas faite pour valoriser ça, dans le sens que tout était glissé, nivelé sous un même standard … mais on peut imaginer d'utiliser l'outil différemment ! Et là pour le coup, ne serait-ce que ça, c'est un petit bout de dialogue ! ».

21Au sein de la Ville de Paris, nous observons ainsi que l’emploi du numérique dans les processus de participation incarne plusieurs enjeux qui relèvent majoritairement du domaine de la projection et de l’imaginaire. Concernant le Budget Participatif, la collectivité territoriale parisienne faisait le constat que la plate-forme, en tant qu’outil, n’avait pas les fonctionnalités nécessaires pour répondre aux attentes initiales, tandis que la plate-forme, en tant que modèle d’interaction sociale, était toujours justifiée par la confiance dans un nouveau système de gouvernance urbaine. Ainsi la technique, voire le numérique en particulier, arrive magistralement à incarner la projection, c’est-à-dire l’aptitude à imaginer le futur, à travers sa capacité d’évolution et d’adaptation pour atteindre les objectifs préfixés. Nous le verrons ensuite, cela fera émerger plusieurs problématiques au sein de la collectivité territoriale parisienne, qui se traduiront dans la mise en place de méthodes de travail inédites et dans des évolutions techniques en permanence.

III. Faire un projet urbain par le numérique, ou co-construire par tentatives. Quelles stratégies ?

22Du moment où le numérique devient garant d’un nouveau modèle de gouvernance urbaine, son emploi engendre des changements importants pour les méthodes de travail internes à l’administration publique. A partir d’une description de l’articulation entre stratégies analogiques et numériques mobilisées par le dispositif du Budget Participatif, nous analyserons tout d’abord la manière dont les services techniques ont pu appréhender l’espace à travers la plate-forme numérique, pour ensuite interroger les nouvelles expertises que les agents ont du intégrer dans leurs métiers. Cela fera émerger les paradigmes du savoir participer et de l’expérimentation comme conditions opérationnelles de l’action publique, phénomènes à la marge entre croyance et incertitude dans le numérique.

III.1. Les plates-formes numériques, catalyseurs de la transformation urbaine par le projet

23Comme nous l’avons évoqué précédemment, la mise en place du Budget Participatif à Paris a demandé un dispositif qui, au-delà de la dématérialisation de certaines procédures, prévoyait un système complexe d’interactions en ligne et en présentiel.

24Une première phase, appelée par la Ville de Paris « phase d’idéation », était prévue pour le dépôt des projets sur la plate-forme, pendant deux mois. Lors du dépôt d’idées, l’usager devait signaler l’échelle territoriale du projet, entre « Tout Paris » ou l’un des 20 arrondissements. Ainsi, cette phase a été nourrie par plusieurs ateliers en présentiel localisés dans les 20 arrondissements et par divers grands évènements de présentation du dispositif, afin de motiver et accompagner la participation des Parisiens. Sur la plate-forme, chaque projet pouvait être « co-construit », c’est-à-dire enrichi par les commentaires des internautes et des agents de la Ville pendant trois semaines, avant de passer à l’étude technique.

  • 18 Le terme « back-office » désigne l’interface interne dédiée aux administrateurs des outils numériqu (...)

25Suite à un premier filtre juridique (pour exclure toutes propositions à caractère discriminatoire ou racial), les projets ont été attribués aux différentes directions techniques de la Ville, inaugurant la deuxième « phase d’expertise technique » pendant deux mois. Presque toutes les directions ont été sollicitées et chacune avait désigné un référent initié au back-office18 de la plate-forme par des formations internes. Lui seul, au sein de sa direction, possédait les droits de modification sur la plate-forme.

26En parallèle, dès la fin de la « phase d’idéation » à la clôture de l’«  expertise technique », plusieurs ateliers internes ont été réalisés pour répondre à la nécessité de poser un filtre politique aux contributions. Tous les projets déjà prévus par la mandature ou diamétralement opposés aux objectifs politiques ont été refusés. Ces ateliers internes ont constaté la participation des cabinets des élus de la mairie centrale, du secrétariat général, des maires d’arrondissements, ainsi que de certains représentants de la société civile, tels que les maisons des associations et les services civils. Ainsi, pendant la « phase d’expertise technique », les projets soumis par les Parisiens ont été affectés par un important travail de tri et de regroupement en macro-projets, avant d’être soumis au vote. Ce travail complexe a été réalisé par la Ville de Paris, alors qu’initialement, une troisième « phase de co-construction », entre celle d’idéation et d’expertise technique, était envisagée. La plate-forme en ligne aurait dû être le support pour ce moment d’interaction entre Parisiens dans le développement et l’assemblage des différents projets de façon collaborative. En raison de fonctionnalités pas encore finalisées de l’outil en ligne, cela s’est traduit par un travail de bricolage entre dispositifs analogiques et numériques, gérés exclusivement en interne par la Ville de Paris à travers la saisie manuelle de plusieurs fichiers Excel, des comptes-rendus des réunions et des retours techniques des directions.

27Par réaction à ce manque de transparence du processus participatif, des « commissions ad hoc » ont été mises en place, lors desquelles maires d’arrondissements, élus, secrétariat général, conseils de quartier, agents des services techniques et habitants tirés au sort validaient ou refusaient les projets à soumettre au vote des Parisiens, déjà pré-triés en interne.

28Suite à la communication du refus ou de l’acceptation des propositions sur la plate-forme, les projets ont été soumis au vote. Les plus votés ont été retenus jusqu’à épuisement des 21 enveloppes budgétaires (20 des arrondissements, plus une de la mairie centrale).

  • 19 Direction des Espaces Verts et de l’Environnement.
  • 20 Direction de la Voirie et des Déplacements.
  • 21 Le site www.participatorybudgeting.org propose un recensement de tous les budgets participatifs dan (...)

29A l’intérieur de ce complexe dispositif, cadencé par l’imbrication de stratégies analogiques et numériques, la « phase d’expertise technique » a enregistré des difficultés importantes au sein de la collectivité locale. Parmi les 5.115 projets déposés sur la plate-forme du Budget Participatif parisien, la presque totalité prévoyait la transformation de l’espace public et les directions techniques de la Ville, telles que la DEVE19 et la DVD20, ont été majoritairement sollicitées. Comme le montrent plusieurs budgets participatifs dans le monde, ce dispositif de démocratie participative a été employé par les administrations publiques dans divers champs opérationnels21. Les propositions parisiennes montrent, en revanche, une forte prévalence de projets urbains, alors que les secteurs de la santé et de la solidarité ont été très peu investis. Nous remarquons ainsi un certain héritage de la transformation de l’espace au sein des processus participatifs parisiens. Depuis les années 1980, la création de nouveaux instruments d’action publique visait à faire prospérer la multiplication des espaces de négociation politique à travers l’ouverture des agendas urbains, la recrudescence des acteurs impliqués dans les politiques urbaines et la dispersion des ressources. Cette expansion engendrait des mécanismes de recomposition des rapports entre acteurs, provoquant des nouveaux modèles de gouvernance et empêchant des possibles situations d’ingouvernabilité (Pinson, 2006). Dans ce contexte, le projet a toujours occupé une position privilégiée et les plates-formes numériques renforcent aujourd’hui cette tendance de penser et faire la ville par le projet. Le Budget Participatif a été ainsi l’« appel à projet pour le citoyen lambda », où le projet n’est pas qu’un outil de transformation de l’espace, mais un dispositif générateur de nouveaux systèmes de gouvernance urbaine.

30Cependant, l’imaginaire politique selon lequel le numérique peut être un « facilitateur » dans les dynamiques de projet a été à plusieurs reprises remis en cause par les agents des directions techniques. Le dispositif du Budget Participatif a posé l’impératif d’un nouvel agenda politique à la participation citoyenne, en mettant les agents face à une gestion de projet très cadencée et axée sur des modalités d’interaction avec les Parisiens très communicationnelles, ce qui ne correspondait pas au cadre d’intervention auquel ils étaient habitués. Ainsi, pendant un entretien avec un agent des services techniques mobilisés, ce dernier raconte ce décalage entre les méthodes opérationnelles habituelles et celles proposées par le nouveau dispositif :

D. : « Après, l’administration est un peu schizophrène parfois … En fait, sûrement pour ne pas nous épurer, ils [les élus] nous ont dit « Non, mais vous allez regarder ça vite fait ! Vous allez y passer 5 minutes ! ». Je n’y ai pas cru deux secondes et je pense que la suite nous a démontré que j’avais raison ! Nous, on a un avis technique, on est une direction technique, on attend de nous qu’on détaille nos réponses … Donc quand je dis schizophrène c’est qu’on nous a dit qu’on allait y passer 5 minutes, mais quand vous voyez des analyses techniques de 10-15 pages, forcément on y a passé du temps. […] Dans leur tête [celle des élus] c’était une analyse macro … mais ce n’est pas ce qu’on a fait ! Deux directions sont en grande difficulté, alors qu’elles ont simplement fait ce qu’il était demandé : mettre les choses dans leur contexte ! Alors c’est quoi finalement qui nous est demandé ? ».

31Si, jusque 2014, les dispositifs de démocratie de proximité parisienne s’appuyaient principalement sur l’intermédiaire des conseils de quartier, l’introduction de la plate-forme du Budget Participatif change donc radicalement la façon de faire remonter et expertiser les idées des habitants par l’administration publique. Nous assistons au passage de cahiers de charges rédigés par les conseils de quartier (sous forme de document Word), ensuite analysés par les services techniques de la Ville avec des allers-retours et des réunions avec les instances de démocratie de proximité, à une fiche-projet en ligne (structurée par les « champs à remplir » proposés sur la plate-forme), traitée par de nouveaux processus internes rythmés en back-office, ayant des délais très courts et des interactions complexes à gérer entre différentes directions (analyse juridique, puis financière, ensuite technique et politique). La médiation par un dispositif numérique qui reportait des modalités d’interaction similaires à celles des réseaux sociaux (avec « likes » et « commentaires ») légitimait en quelque sorte des temps de réaction très courts, face à une expérience passée de la concertation caractérisée par des temps beaucoup plus longs.

32Pendant un entretien autour des processus classiques de concertation, les agents décrivent une vision temporelle du projet urbain de 10-15 ans de réflexion, d’étude, d’échange. La concertation est un processus qui suit la réalisation du projet en parallèle et qui intervient seulement dans certaines phases-clés, à la fois pour acter des modifications tout au long du projet, et aussi pour s’adapter aux changements sociaux et spatiaux des territoires :

M. : « Comme on est dans des projets qui sont relativement longs, ce n’est pas qu’on propose quelque chose et puis qu’on le fait ! On est parti sur des années et les gens que vous avez aujourd’hui ne seront peut-être pas forcément les mêmes dans 4-5 ans … [La concertation] c’est des boucles effectivement, des étapes avec des boucles où on parle avec les habitants. Il y a un travail qui est fait et qui est resoumis aux habitants, puis un retravail qui est resoumis aux habitants, etc … jusqu'à la décision ».

33Le Budget Participatif, au contraire, a demandé aux directions une forte réactivité dans le traitement des propositions et la nécessité d’adapter leurs façons de travailler. Comme les agents le racontaient lors des entretiens, cela a induit des stratégies de « bricolage avec l’outil » :

P. : « L’image de tous les services qui étaient confrontés au Budget Participatif c’est qu’on était en réaction en permanence. C’était plutôt un jeu d’équilibriste d'essayer de trouver et d'inventer le processus de travail, pour après organiser une réaction type par rapport au flux qui arrivait … C’était plutôt comme ça, avec la contrainte d'un outil qui nous a obligés à bricoler et à trouver des espaces différents, entre un front-office et un back-office ».

34Si d’un côté les temporalités resserrées du processus et la quantité importante de travail ont mis les agents en injonction, de l’autre la gestion centralisée des projets, conséquence du « filtre politique » décrit précédemment, a aussi induit des stratégies d’expertise technique inédites. Comme nous l’avons vu auparavant, la gestion de la plate-forme était pensée d’une façon telle que toute prise de décision était centralisée, tandis que le fonctionnement interne de la collectivité locale parisienne pour la gestion des projets, entre les 20 mairies d’arrondissements et les services territoriaux délocalisés des directions techniques, n’était pas pris en compte par l’outil numérique. Les directions techniques ont ainsi senti le besoin de trouver des nouvelles stratégies formelles et informelles pour traiter, comprendre et appréhender le projet urbain, au-delà des contraintes posées par l’outil numérique du Budget Participatif. Une gestion complexe, entre l’outil numérique et le travail sur le terrain, était ainsi décrite par un agent lors des entretiens :

D. : « La cellule d’animation a récupéré les informations sur la plate-forme dans un premier temps. Puis pour chaque projet, on a mis en place une fiche navette, un petit document technique qui a circulé et chacun à son étape a pu compléter, pour les amener jusqu’à l’arbitrage de la Direction. Donc on a pris le choix de travailler avec les services territoriaux parce que dès le début on a identifié que c’était nécessaire d’avoir la sensibilité locale de chaque dossier. Est-ce que c’était une association, une mairie, un conseil de quartier ? Cela, dans la plate-forme en back-office était invisible, à part le pseudonyme. Donc on a pensé à faire descendre l’information au plus près des divisions localisées ».

35Contrairement aux partisans de la déterritorialisation des médias (Marchand, 1986), une gestion dématérialisée du projet a donc requis un travail de terrain très important et a fait émerger avec force la dimension urbaine du dispositif. Le Budget Participatif démontre tout d’abord que l’outil numérique devient un catalyseur d’une façon de travailler la ville par projets, au détriment d’une vision globale de la ville. Deuxièmement, cela modifie certaines procédures de travail, en conduisant les agents à rechercher des stratégies de résistance contre une gestion déterritorialisée des projets engendrée par l’outil numérique. Cela permet de déduire que le territoire ne disparait pas sous le numérique et que ce dernier s'analyse au contraire en fonction d'inscriptions territoriales diverses et enchevêtrées (Loiseau, 1994).

III.2. « Savoir participer », ou comment faire ensemble

36Face à l’émergence de nouveaux systèmes de gouvernance pour « réinventer le gouvernement » (Osborne et Gaebler, 1992), Françoise Waintrop souligne la transformation du cycle des politiques publiques du type « projet, décision, production, évaluation » à un nouveau cycle que l’on pourrait nommer « co-design, co-décision, coproduction, co-évaluation » (Waintrop, 2011). Le préfixe « co » dérive de la préposition latine « cum », « faire avec, en compagnie de », mais il porte en soit aussi un sens modal, c’est-à-dire la « façon de faire quelque chose ». Cette préposition évoque donc cette double dimension que nous retrouvons sur le terrain, au sein de la collectivité locale parisienne, concernant l’imaginaire de co-construction : quels savoirs sont demandés aux agents de l’administration publique pour la gouvernance urbaine ?

  • 22 Direction de l’Urbanisme.

37Depuis l’application de la loi n° 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, la mise en place de nouveaux processus participatifs a exigé des administrations publiques l’introduction de métiers dédiés. En 2009, une cellule en interne à la DU22 de la Ville de Paris a été créée pour la concertation autour des projets urbains. Les agents racontent le moment où la demande d’une expertise externe pour l’accompagnement à la participation citoyenne avait été fondamentale pour l’évolution de leur métier. La présence d’un acteur tiers avait légitimé les processus de concertation, engendrant une « administration de la participation » qui valorisait le militantisme et professionnalisait les dispositifs de démocratie locale (Mazeaud, 2012) :

E. : « C’est vrai que [un acteur tiers] nous a vraiment aidé : un, à bloquer un budget pour [la concertation], parce que sinon on aurait jamais réussi à avoir un budget correct. Là on a un budget de marché, donc on a un budget pour les concertations. Deux, peut-être pas au départ, mais maintenant [l’acteur tiers] c’est essentiellement de la main d’œuvre vraiment spécialisée pour nous aider et développer un savoir-faire. Trois, maintenant, on est en total rapport égal-égal [avec les acteurs tiers] dans les stratégies et le montage des processus participatifs, même si on apprend encore des choses nouvelles… donc ça nous permet aussi de nous resituer ».

  • 23 Direction de la Démocratie, des Citoyens et des Territoires.

38De la même manière, la question de la relation au public a été posée dès l’ouverture de la plate-forme du Budget Participatif. Différemment de ce qui avait été fait pour les processus de concertation pour les projets urbains, la Ville de Paris a ouvert huit nouveaux postes de modérateurs de la plate-forme, en interne à l’administration publique, au sein de la DDCT23. Leur rôle était à la fois de veiller au bon fonctionnement de la plate-forme, d’animer le dispositif (qui se traduisait essentiellement dans la rédaction des commentaires), ainsi que de centraliser les prises de décision du « filtre politique » et les expertises techniques provenant des différentes directions. Alors que certains considèrent l’insistance des pouvoirs publics sur le « tout numérique » comme un prétexte de réduction des effectifs (Koubi, 2013), nous observons ainsi qu’au contraire, le numérique a demandé l’ajout de nouveaux postes au sein de la collectivité locale. Le dispositif du Budget Participatif a en quelque sorte bouleversé les règles de la professionnalisation de la participation, traduites auparavant par l’intervention d’acteurs externes, et le modérateur des plates-formes s’affirme comme un nouvel expert de la participation au sein même de l’administration publique. Par contre, l’un des modérateurs embauchés par la Ville de Paris décrit la difficulté à atteindre la co-construction via le numérique où l’outil, ainsi que le processus politique, jouent un rôle fondamental. L’expertise demandée à ces nouvelles figures dans l’administration publique ne relève pas simplement de la relation au citoyen, mais surtout de l’organisation du processus participatif, face à une gestion de projet multi-acteurs :

P. : « Pour plusieurs raisons qui sont dues à l'outil et au procès en général, on a eu une très faible plus-value dans l’animation … moi je la compare plutôt à du service après-vente ! Ce n’était pas du tout de l’animation encore moins de l’idéation … Après je ne sais pas ce qu'il y a derrière « idéation », mais en tout cas ce n’était pas de la discussion collective sur internet, il n’y a pas eu une mobilisation collective d'une communauté, il n’y a même pas une communauté … Mais cela vient d'une part par le dispositif lui-même, un outil qui est assez contraint qui s'appelle « Madame la Maire j'ai une idée », donc on a l’impression qu'on écrit à Anne Hidalgo à ciel ouvert. On était obligé de répondre à tout le monde … Du coup voilà, c'est toute une économie générale qui fait qu’au final derrière toutes ces couches, on s'est beaucoup perdu dans la transmission d'info, plutôt que dans une plus-value, dans une démarche d'animation et encore moins de participation … ».

39Parallèlement à l’émergence du métier de modérateur des plates-formes, le dispositif du Budget Participatif a également induit la transformation de métiers déjà existants au sein des directions. La vocation à faire de la co-construction avec les habitants autour de projets urbains a conduit les directions techniques à se familiariser avec les processus participatifs. Cependant, la contradiction entre centralisation (de la prise de décision par la mairie centrale) et décentralisation (des expertises techniques par les différentes directions) a porté à des déséquilibres non facilement assimilables au sein des directions. De fait, l’apport de chaque direction était récolté et filtré par les modérateurs pour être ensuite publié sur la plate-forme, alors qu’en même temps, les directions ont été appelées à donner leur contribution directe aux habitants lors des « commissions ad hoc », ainsi que directement sur la plate-forme sous forme de commentaires. L’imaginaire de co-construction et la possibilité d’interaction directe avec les habitants permise par la plate-forme numérique ont ainsi porté les directions techniques à se rapprocher d’une démarche participative qui ne leur était pas familière, causant une hybridation entre savoirs techniques et savoirs participatifs.

40Face à cela, les agents des directions techniques reconnaissaient, lors des entretiens, leur « incapacité à faire de la participation ». Tout en reconnaissant la centralité de leur expertise dans un dispositif pareil de co-construction des projets urbains, ils sentaient tout de même le besoin d’un portage politique pour faire face aux méthodes de participation que le Budget Participatif leur imposait :

M. : « Il y avait un certain nombre de sujets sur lesquels on ne savait pas quelle position adopter … On voyait qu’ils auraient marché techniquement mais qu’ils étaient contraires à la politique de la Direction depuis des années, du coup il y avait une remise en cause lourde de nos actions… Donc il fallait vraiment une validation politique … ».

41Tandis que certains perçoivent dans le numérique l’avancée d’une technocratie, tout montre plutôt que la technique (dans notre cas du numérique) replace, ou en tout cas re-questionne, la question politique au centre de la fabrique de la ville, où les processus de participation s’affirment comme une condition sine qua non. Le numérique pose le savoir participer comme une démarche transversale de l’action publique, et nous observons d’ores et déjà des transformations internes d’adaptation à ce contexte par les agents de l’administration publique. Certaines directions de la Ville de Paris, habituées aux processus de concertation, démontrent leur capacité à gérer ces contradictions et à se projeter dans le futur. Si certaines directions étaient plutôt réticentes quant à leur capacité à « gérer la démocratie participative », d’autres, déjà habituées aux démarches de concertation, se proposaient pour la gestion des ateliers de co-construction avec les habitants en 2016.

42Ce concept d’adaptation au changement donne l’opportunité d’ouvrir la troisième et dernière partie de cette section, où nous examinerons la manière dont le numérique pose la question de la transformation dans un régime temporel à elle particulière : l’expérimentation.

III.3. Expérimenter par le numérique, légitimer l’incertain

43Au cours des 18 mois d’observations participantes au sein de la Ville de Paris, le dispositif du Budget Participatif parisien a demandé plusieurs démarches d’adaptation, ainsi qu’un bilan des ressources humaines en interne à l’horizon 2016. Le constat (qui a toujours inquiété significativement le politique) était l’importante surcharge de travail que le Budget Participatif a représenté, notamment pour les services techniques de la Ville. Le besoin de gérer différemment le travail en interne a été soulevé par les agents mobilisés et une proposition des modifications techniques de la plate-forme en ligne a été faite. L’objectif de ces adaptations était celui de répondre aux difficultés rencontrées tout au long du processus sur les différentes phases de traitement des propositions des Parisiens, afin que les dispositifs numériques ne constituent pas une surcharge de travail pour des agents, mais qu’au contraire ils puissent devenir des facilitateurs des procédures.

44Parmi les adaptations conçues, nous remarquons la création d’une nouvelle plate-forme en ligne spécifique au Budget Participatif. La plate-forme employée en 2015, un outil conçu par un prestataire externe, avait pour but de rassembler toutes les concertations en ligne menées par la Ville de Paris. La collectivité territoriale constatait ainsi que cet outil ne pouvait pas répondre aux besoins de toutes les concertations confondues, et que la complexité du processus relatif au Budget Participatif demandait un dispositif qui lui est particulier. Le Budget Participatif 2016 comprendra ainsi la mise en ligne d’une énième plate-forme numérique, un outil développé en interne par les agents informatiques de la Ville de Paris et qui inaugurera le développement de fonctionnalités spécifiques (comme la gestion plus détaillée des projets en back-office plus détaillée, le regroupement automatique des projets similaires par sous-thématiques, etc …) précédemment absentes dans sa première version.

45Nous observons ainsi que le Budget Participatif, en tant que dispositif participatif numérique, est considéré par la collectivité comme une expérimentation à évoluer. L’argument selon lequel il s’agissait d’une première tentative pour la mise en place d’un nouveau processus participatif a été souvent utilisé par les élus face aux demandes et critiques des habitants lors des réunions publiques. La définition d’une « expérimentation à faire ensemble », entre administration et administrés, a constitué le discours portant de la collectivité locale, qui cherchait à justifier la possibilité de commettre des erreurs face aux changements sociaux rapides, complexes et peu maitrisables de la « révolution numérique ». Il semble intéressant de remarquer que le numérique devient ainsi à la fois une source de problèmes (voir la complexité de la gestion du travail en interne), et à la fois, seul terrain possible de changement pour de nouvelles évolutions adaptatives (voir les nouvelles fonctionnalités de la plate-forme prévues pour améliorer les problèmes soulevés).

46Les sociologues Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe ont essayé de cerner une telle approche expérimentale par la théorisation du « régime de l’incertain » (Barthe et al., 2001). Ce régime spécifique ferait suite à plusieurs étapes historiques de la pensée scientifique et caractériserait la société contemporaine.

47Le « régime de la curiosité » au XVIIe siècle fut l’un des premiers laboratoires de la pensée scientifique qui commençait à poser le conflit entre philosophes et scientifiques. Certaines questions de langage, qui ne seront pas anodines et qui porteront avec elles des changements de pratiques fondamentales, incluaient notamment le dualisme entre l’experientia (pour définir l’expérience) et l’experimentum (pour l’expérimentation).

48Ensuite, le « régime de l’utilité », vers la fin du même siècle, posa définitivement l’affirmation des expérimentations par leur reproductibilité. L’approche scientifique, qui mit à disposition tous les éléments nécessaires à la réplication de l’expérimentation, fut reconnue et la mesure, avec la comparabilité, devint une affaire stratégique.

49Le « régime de l’exactitude » apparut à la fin du XVIIIe siècle. Il se manifesta par l’exigence de montrer que les mesures s’accordaient aux lois universelles théorisées et porta à la construction d’instruments de mesure de plus en plus précis.

50Aujourd’hui, selon les sociologues, nous serons ainsi dans un « régime de l’incertain », où l’absence de connaissances scientifiques et le débordement du politique par des questions indécidables font basculer les certitudes d’une démocratie technique et donne la chance à une manière « autre » d’imaginer des mondes communs.

51Tandis que les réflexions de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe sur le rapport entre l’humain et la technique concernent principalement les grands enjeux environnementaux et médicaux (dont le nucléaire, parmi d’autres), nous remarquons que, face aux technologies numériques, un registre discursif sur l’incertitude est aussi souvent mobilisé. Cependant, cela n’amènera pas au refus de ces dispositifs, mais au contraire justifiera la proposition d’une « expérimentation à faire ensemble face à l’incertain ». Comme nous l’avons observé, l’estimation faite par la collectivité locale, selon laquelle les objectifs préfixés n’ont pas été atteints par le dispositif du Budget Participatif, n’a pas pour autant réduit la croyance dans l’imaginaire de co-construction lié au numérique. La recherche d’une solution possible continue donc à alimenter un certain espoir dans la technique, voire dans les outils numériques participatifs, tout en remettant toujours en cause leur efficacité. Une conception des technologies de l’information et de la communication comme des technologies complexes, par essence immatures et en constante évolution (Ben Youssef, 2004), justifierait une démarche adaptative à la réalité en permanence, face à un processus réitératif fait d’expérimentations. Ainsi, une perception du temps par boucles signe une rupture avec une perception temporelle linéaire du projet urbain et avec la capacité à se projeter dans le futur sur le long terme.

52En interrogeant un agent de la Ville impliqué dans le dispositif du Budget Participatif, un mélange entre les échecs du présent et la croyance dans le futur émerge face à l’emploi du numérique dans les processus participatifs :

P. : « Ce qui est très très nouveau c'est le poids qu'on donne à la parole d’habitant, à la parole brute si tu veux. Et moi c'est aussi ça qui m’interroge … C’est-à-dire que sous prétexte que du numérique on en connaît pas, qu'on veut afficher une certaine transparence politique, qu’on veut déplacer entre guillemets les pouvoirs, on déplace surtout la qualité des projets. On donne une parole trop importante à une parole brute en fait … Et pour moi ça c'est nouveau, c'est le poids donné à cette configuration-là, alors que dans les schémas plus classiques de concertation, effectivement il y a ce temps qui est hyper important d'expression des personnes, et après il y a aussi les temps de mobilisation, de travail, de dynamique collective, d’échange, de confrontation à une réalité qui a été complètement exclue du processus.

[…] Pour moi, dans mon schéma un peu classique, il y a vraiment une articulation qui se joue entre le politique, l'administration, les professionnels de la ville et les usagers. Il y a un dialogue à trouver et les outils numériques sont un outil super intéressant à proposer par rapport à ça …

Après la nouveauté qui me paraît pour le coup plus positive, c’est que là il y a une expression des besoins qui était importante, qui a émergé, et on commence un petit peu à voir que les choses bougent en interne … Finalement ce qui est hyper positif c'est qu’il n'y a pas eu de blocages ni au niveau des Parisiens, ni au niveau des administrations. On aperçoit une appétence … tout le monde s'est prêté au jeu ! ».

53Face à cela, le Budget Participatif représente une expérimentation socio-technique, c’est-à-dire une expérimentation technique (en tant que production de connaissances et de pratiques) qui s’ancre dans une expérimentation sociale (selon un déploiement de trajectoires et d’identités socio-professionnelles) (Barthe et al., 1997).

IV. Conclusion, ou comment penser le numérique

54Tout au long de notre contribution, nous avons essayé de construire un possible regard sur la complexité des interactions entre la ville et le numérique, afin de comprendre le processus de transformation en cours. Nous porterons ainsi une définition de numérique comme un entourage (Lussault, 2009) d’acteurs, de pratiques et d’objets dans l’espace urbain, où l’imaginaire du « faire ensemble » joue un rôle central. Le numérique n’est pas un outil, ni une fin en soi. Il est porteur d’imaginaires, de sens et de pratiques qui constituent dans l’ensemble un fait social. Présence multiforme en ville, le numérique est utilisé par les collectivités publiques principalement pour l’accompagnement des processus de participation, tout en engendrant d’autres phénomènes.

55Les dispositifs d’e-gouvernance influencent les échelles territoriales et politiques de la transformation urbaine par de nouveaux jeux d’acteurs, où les mécanismes d’open innovation portent les habitants, les représentants de la démocratie participative et les acteurs privés à collaborer ensemble au projet de la ville sous la même notion de co-construction.

56Ces dispositifs forcent aussi à l’interdisciplinarité des politiques publiques, où les domaines du numérique, de la participation et du projet urbain s’enchevêtrent et cassent le fonctionnement par silos des administrations publiques. Ces nouveaux dispositifs socio-techniques, tel que la plate-forme numérique du Budget Participatif, demandent un nouveau regard sur la ville.

57En outre l’e-gouvernance transforme notamment l’organisation interne à l’administration publique, entre l’émergence de nouveaux métiers, tels que les modérateurs de ces nouveaux dispositifs de communication, et des nouvelles compétences, où le « savoir participer » domine parmi d’autres.

58Cependant, les pratiques issues d’une « culture numérique » ne trouvent pas encore véritablement une intégration complète dans les administrations publiques. Le décalage entre la potentielle décentralisation et horizontalité dans la gestion de projet (provenant de l’imaginaire du numérique) et le cadre politique des collectivités territoriales (inscrites dans un système de type représentatif, donc à la base hiérarchique) engendrent des processus de plus en plus complexes qui cherchent encore à se définir. Comme nous l’avons vu précédemment, les outils et pratiques numériques ne simplifient pas forcément les procédures de l’action publique. Au sein des collectivités territoriales, les dispositifs socio-techniques tels que les outils collaboratifs numériques deviennent révélateurs de dynamiques sociales, professionnelles et politiques, où un processus de bricolage et d’expérimentation gouverne le passage contemporain vers la numérisation des processus participatifs citoyens. Cela légitime le discours et les approches d’une « expérimentation de la modernité » portés par l’acteur publique, où le caractère évolutif et obsolète des nouvelles technologies justifie une approche par tâtonnements et adaptations permanentes au contexte. La vision de la « ville du futur » se traduit par tentatives qui se succèdent par boucles temporelles, plutôt que par longues trajectoires dans le temps. Si l’expérimentation peut se décrire comme le test et la construction d’un rapport de forces (Akrich, 1991), alors le numérique devient ce fait social capable de faire émerger les contradictions, où l’émergence de situations incertaines donne l’espace à de possibles processus de négociation politique et déstabilise le concept de gouvernement.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M, « L’analyse socio-technique », in : Vinck, D. (Ed.), La gestion de la recherche, Bruxelles, De Boeck, 1991, pp. 339-353.

Bacache-Beauvallet, M., Bounie, D. et François, A., « Existe-t-il une fracture numérique dans l’usage de l’administration en ligne ? », Revue économique, Volume 2, n° 62, 2011, pp. 215-235.

Ben Youssef, A., « Les quatre dimensions de la fracture numérique », Réseaux, n° 127-128, 2004, pp. 181-209.

Barthe, Y., Callon, M. et Lascoumes, P., « Information, consultation, expérimentation : les activités et les formes d’organisation au sein des forums hybrides », Séminaire Risques collectifs et situations de crise, École Nationale Supérieure des Mines, Paris, 12 juin 1997.

Barthe, Y., Callon, M. et Lascoumes, P., Agir dans un Monde Incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001.

Biau, V. et Tapie, G., La fabrication de la ville. Métiers et organisations, Marseille, Éditions Parenthèses, 2009.

Briscoe, G. and Mulligan, C., « Digital Innovation: The Hackathon Phenomenon », Creativeworks London Working Paper, n° 6, 2014.

Castells, M., The Rise of the Network Society. The Information Age: Economy, Society and Culture, Oxford, Blackwell, 1996.

Chesbrough, H., W., Open innovation, Boston, Harvard Business School Press, 2003.

Koubi, G., « Introduction », Revue française d'administration publique, Volume 2, n° 146, 2013, pp. 267-270.

Lévy, P., L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace, Paris, La Découverte, 1994.

Loiseau, G., « La communication électronique dans le processus de recomposition des territoires politiques », Colloque Politique des territoires, Centre d'Études et de Recherches sur la Vie Locale, Bordeaux, 19-22 octobre 1994.

Lussault, M., De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 2009.

Marchand, M., Les Paradis Informationnels, Paris, Masson, 1986.

Mazeaud, A., « Administrer la participation : l’invention d’un métier entre valorisation du militantisme et professionnalisation de la démocratie locale », Quaderni, n° 79, 2012, pp. 45-58.

O’Reilly, T., « Government as a platform », Innovations, Volume 6, n° 1, 2011, pp. 13-40.

Olivier de Sardan, J.-P., Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Éditions Karthala, 1995.

Osborne, D. and Gaebler, T., Reinventing government: How the entrepreneurial spirit is transforming the public sector, Boston, Addison-Wesley, 1992.

http://www.millenaire3.com/texte-d-auteur/les-collectifs-numeriques-source-d-imaginaire-politique

Pinson, G., « Projets de ville et gouvernance urbaine », Revue française de science politique, Volume 4, n° 56, 2006, pp. 619-651.

Roqueplo, P., Penser la technique : pour une démocratie concrète, Paris, Édition du Seuil, 1983.

Sennet, R., Faire ensemble. Pour une éthique de la coopération, Paris, Albin Michel, 2014.

Waintrop, F., « Écouter les usagers : de la simplification à l’innovation », Revue française d'administration publique, Volume 1, n° 137-138, 2011, pp. 209-215.

Haut de page

Notes

1 Mises à part les citations, à l’intérieur du texte nous emploierons les guillemets pour tous les mots issus du le terrain (composé par une ethnographie et une série d’entretiens au sein de la Ville de Paris). D’autre part, nous reporterons en italique (italique) tous les mots à emphatiser voulus par l’autrice.

2 Un « # », autrement appelé hashtag, est un glyphe utilisé sur le réseau social Twitter pour diffuser une information. Avec un sens équivalent à celui d’un mot clé, tous les posts et les commentaires reportant le même hashtag apparaîtront sous le même fil de discussion. Sur Twitter, cela permet de faire ressortir certains fils de discussion par rapport à d’autres.

3 Administration électronique.

4 Gouvernance électronique.

5 La 4ème Conférence Qualité pour les administrations publiques de l’Union Européenne s’est tenue du 27 au 29 septembre 2006 à Tampere, en Finlande.

6 Formation et enchaînement des idées.

7 La Loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 relative à la motivation des actes administratifs et à l'amélioration des relations entre l'administration et le public avait déjà posé le principe du libre accès à l’information pour toute personne physique ou morale, accompagnée par la création de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA).

Ensuite, avec les reformes pour la décentralisation, la concertation préalable était rendue une véritable obligation législative pour les collectivités, notamment face aux projets d’aménagement. Les conseils municipaux pouvaient délibérer pour toute modification des plans locaux d’urbanisme et pour toute création de zones d’aménagement concerté (ZAC) suite à des processus de concertation associant habitants et associations. A ce titre, la Commission nationale du débat public fut créée en 1995.

Plus tard, la Loi n° 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité a prévu la création de conseils de quartiers, alors que la révision constitutionnelle du 28 mars 2003 relative à l’organisation décentralisée de la République à figé l’existence des référendums locaux décisionnels, le droit de pétition des citoyens et la possibilité d’organiser des consultations locales.

Ainsi, le dispositif du Budget Participatif s’inscrit en France dans un contexte législatif déjà très codé relatif à la participation citoyenne.

8 DansMaRue est une application mobile créée par la Ville de Paris pour la signalisation des anomalies dans l’espace public. Le principe à la base est celui du crowdsourcing : l’information, récoltée de façon collaborative par les habitants via l’application mobile, est ensuite traitée par les services techniques de la Ville.

9 « Du vert près de chez moi » est une campagne de participation qui a été menée par la Ville de Paris en 2014 à travers l’application mobile DansMaRue. L’objectif de cette campagne était la récolte des suggestions des habitants pour la création de nouveaux espaces verts à Paris, à travers un système de photographies géolocalisées.

10 En 2015, la Ville de Paris a réalisé la concertation du Plan Local d’Urbanisme (PLU) sur la plate-forme collaborative imaginons.paris, où les habitants pouvaient proposer et commenter leurs idées. Suite à un processus de modération, les contributions ont été traitées par les services de la Ville et soumises à l’arbitrage du Conseil de Paris.

11 En 2014, la plate-forme idee.paris a été créée pour rassembler toutes les concertations en ligne de la Ville de Paris. Parmi cela, il y a eu aussi la campagne du Budget Participatif en 2015.

12 Innovation ouverte.

13 Participation électronique.

14 Le Secrétariat Général constitue l’organe de la haute fonction publique au sein d’une collectivité territoriale. Son rôle principal est celui de diriger l’administration publique. Cela se traduit notamment par une fonction d’interface entre les élus et les services administratifs de la Ville, structurés par Directions. Le Secrétariat Général porte notamment des missions spécifiques au sein d’une collectivité, telles que celles retenues à haute valeur stratégique ou avec une portée inter-directions administratives importante.

15 Toutes les initiales des noms des interviewés sont de fantaisie de l’auteure.

16 L’hackathon est l’une des pratiques, sous forme d’événement, largement diffusées parmi les méthodes d’open innovation. Ces événements ont vu le jour aux Etats-Unis en 1999, pour ensuite se diffuser en Europe vers les années 2000. La structure des hackathons est toujours plutôt similaire : il s’agit de 2/3 jours de travail intensif, où à partir d’une thématique donnée les participants forment des groupes de travail. L’objectif sera celui de « coder », c’est-à-dire de faire du développement informatique, pour réaliser un prototype d’application, de plate-forme, etc…

Certains ont défini les hackathons comme des moments de production technique selon une forme d’ « innovation sous austérité » (Briscoe et Mulligan, 2014) pour ce qui concerne la gestion du temps et des dynamiques de collaboration.

17 Les événements de type meetup sont à l’origine de la plate-forme Meetup.com, produite en 2001 par une start-up américaine fondée par Matt Meeker et Scott Heiferman. Si les premières « communautés » à envahir la plate-forme partageaient la passion pour les animaux de compagnie (appelées « Pug Meetup »), en 2004 Meetup.com a acquis une énorme importance pour les organisations politiques. Le candidat aux élections présidentielles des Etats-Unis, Howard Dean, avait en fait utilisé ce dispositif pour sa campagne électorale.

Les meetups se définissent ainsi comme des événements en présentiel organisés par une communauté existante sur la plate-forme internet Meetup.com autour d’un sujet d’intérêt. Les inscrits peuvent ajouter commentaires et photos des événements, en créant une dynamique d’aller-retour entre la plate-forme et l’événement meetup. Le but serait ainsi de fédérer des acteurs intéressés dans une « communauté virtuelle-physique ».

18 Le terme « back-office » désigne l’interface interne dédiée aux administrateurs des outils numériques.

19 Direction des Espaces Verts et de l’Environnement.

20 Direction de la Voirie et des Déplacements.

21 Le site www.participatorybudgeting.org propose un recensement de tous les budgets participatifs dans le monde, où l’on voit que certains se concentrent exclusivement sur des thématiques très ciblées (l’éducation scolaire par exemple).

22 Direction de l’Urbanisme.

23 Direction de la Démocratie, des Citoyens et des Territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ornella Zaza, « L’E-GOUVERNANCE POUR LA PARTICIPATION CITOYENNE : IMAGINAIRES DU FUTUR, NOUVELLES COMPÉTENCES ET IMPACTS TERRITORIAUX  », Pyramides, 26/27 | 2016, 163-190.

Référence électronique

Ornella Zaza, « L’E-GOUVERNANCE POUR LA PARTICIPATION CITOYENNE : IMAGINAIRES DU FUTUR, NOUVELLES COMPÉTENCES ET IMPACTS TERRITORIAUX  », Pyramides [En ligne], 26/27 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://pyramides.revues.org/1001

Haut de page

Auteur

Ornella Zaza

Doctorante en Aménagement et Urbanisme à l’Université de Paris X Nanterre La Défense, est inscrite au sein du laboratoire LAA - LAVUE UMR 7218 CNRS sous la direction d’Alessia de Biase. Elle est également rattachée au Secrétariat Général de la Mairie de Paris, au sein de la Mission Ville Intelligente et Durable auprès de Jean-Philippe Clément, en tant que doctorante CIFRE (ANRT). ornellazaza@gmail.com / ornella.zaza@paris.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page