Navigation – Plan du site

La recherche éperdue de sécurité

Alexandre Piraux
p. 5-8

Texte intégral

1Comme on le sait, le risque zéro n’existe pas même si la prévention des risques avérés tels que l’asbeste, le nucléaire ou des risques probables comme les OGM, le GSM fait l’objet d’une nouvelle discipline la cindynique regroupant les sciences qui étudient les risques. Mais la question de la prévention et du traitement du risque relève-t-elle encore exclusivement de la science ? Telle est une des problématiques fondamentales abordées par deux contributions du présent numéro.

  • 2 U. BECK La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité. Flammarion Champs essais 2008 p. 4 (...)

2La contribution de Julien Pieret « Du bruit des avions au silence de la loi » se penche sur le cas de la gestion du risque aéroportuaire dans le contexte des nuisances sonores à Zaventem et analyse l’avant-projet de loi relatif à la détermination des couloirs aériens. L’auteur fonde sa démonstration sur l’approche du sociologue du risque Ulrich Beck qui a mis au point une conceptualisation novatrice du risque2. Dans un second temps, l’article s’appuie sur la pensée juridique contemporaine qui a dégagé la notion de droit réflexif.

3Selon Beck, nous sommes passés d’une société industrielle, où le problème central était la répartition des richesses, à une société centrée sur la répartition des risques. Nous n’échangeons plus seulement des « biens » mais des « maux ». Le risque n’est plus une menace extérieure, mais bien un élément constitutif de la société. Autrement dit « Le risque est en nous ».

4Le risque est d’une nature nouvelle et entraîne une redéfinition de la dynamique sociale et politique en devenant un critère supérieur à la notion de répartition des richesses, qui structurait jusque là notre société capitaliste.

  • 3 Pour la maîtrise du risque financier au sein des administrations publiques voy. dans ce numéro la c (...)

5Le mot risque est dès lors connoté d’une acceptation beaucoup plus large que l’idée d’un risque technologique majeur, et met alors sur le même plan, risques industriels, incertitudes scientifique3. Dans cette logique les politiques publiques de gestion des risques ne seraient plus « des choix de clientèles et de victimes. » puisque chaque citoyen se trouve sur un pied d’égalité face au risque environnemental, terroriste, biotechnologique, etc…

6Suivant en cela Beck, le contributeur reprend le modèle théorique d’une société qui se conçoit comme étant à risque et devient par là réflexive et plus démocratique.

  • 4 U. BECK op. cit. p. 343.

7On assiste alors à une disparition du monopole scientifique sur la connaissance, le mythe de la science neutre et objective mourant avec la société industriell. D’ailleurs « la science devient de plus en plus nécessaire mais de moins en moins suffisante à l’élaboration d’une définition socialement établie de la vérité » 4.

8Aujourd’hui ce n’est donc pas tellement l’ampleur du risque qui change mais sa « scientificisation » qui ne permet plus de se décharger de ses responsabilités en accusant la nature. On sait que le risque est généré par la société industrielle elle même et que par la mondialisation, il est devenu systémique (crise financière, variations climatiques, ou informatique globale).

9La frontière qui séparait le politique du non politique s’est effacée « La politique devient apolitique ; ce qui était apolitique devient politique. » Le moteur de la modernisation devient désormais selon le vocabulaire de Beck la sphère sub-politique (justice, médias, fixation de routes aériennes et vies privées qui se politisent..).

  • 5 R. K. WEAVER «  The politics of blame avoidance ” Journal of Public Policy “ 6,4, octobre-décembre, (...)

10Des penseurs tels R. K. Weaver5 pensent qu’un principe devient central pour toute action politique, le « Blame Avoidance » c’est-à-dire d’éviter de porter le chapeau et que dans des sociétés compliquées et peu contrôlables, les politiques auraient choisi de se protéger en évitant d’assumer la responsabilité des dynamiques collectives mises en œuvre.

11Le mythe de la fin de l’histoire qui consiste à considérer la société industrielle développée comme l’apogée de la modernité, est donc largement renversé. Et les formes traditionnelles, sociales, institutionnelles et familiales de maîtrise de l’insécurité ne sont plus assurées dans la « société du risque ».

12L’article de P. Delvenne, G. Joris, F. Thoreau « Appréhender l’incertitude : le Technology Assessment au service du processus décisionnel » présente la typologie des « Technology Assessments ». Ce texte met aussi en évidence les approches intégrées, participatives qui constituent une aide offerte au processus décisionnel et affectent l’équilibre entre les différents pouvoirs.

  • 6 J. CHEVALLIER L’Etat post-moderne L.G.J.D. Droit et société, série politique 35, 2003 p.54-55.

13La contribution de J. Pieret et le texte de P. Delvenne, G. Joris, F. Thoreau illustrent que les effets de diffusion des risques et l’incertitude qui les entourent ont conduit l’Etat à solliciter l’avis d’experts, voire de consommateurs ou de victimes potentielles qui ont développé un savoir profane sur le risque. Un nouvel espace de débat sous la forme de « forums hybrides » concrétise les nouvelles formes de l’action politique post-moderne6. Ces textes amènent donc à réfléchir sur les nouvelles configurations entre l’Etat et les multiples formes de mobilisation des acteurs sociaux.

14Ces deux articles stimulants sur une thématique assez mal connue ont le mérite de proposer des clés d’analyse pour mieux comprendre les récentes transformations de la société démocratique en essayant de nous éclairer quant à la gouvernabilité du risque.

  • 7 P. ROSANVALLON p. 137.

15A cet égard, on mentionnera une des expérimentations du sociologue américain James S. Coleman7 qui avait pour but de mesurer les niveaux de confiance dans différents types d’institutions. L’une de ces expériences portait sur la gestion du risque nucléaire. A la question posée sur la base d’une fiction supposant que des problèmes de santé avaient été observés dans le voisinage de centrales nucléaires et qu’une enquête devait être menée, des personnes avaient été interrogées pour savoir en qui elles feraient confiance pour procéder à une investigation. L’association de scientifiques indépendants l’emporta sur le ministère de la santé publique ou l’agence européenne sur le nucléaire. James. S. Coleman en a déduit une certaine « préférence sociale » pour le type d’institutions indépendantes.

16Ne peut-on en fin de compte supposer que l’existence de risques systémiques confèrera une légitimité nouvelle aux institutions publiques indépendantes fonctionnant en réseau avec des acteurs profanes ou qualifiés décidés à s’impliquer dans la construction de politiques publiques actives de gestion des risques ?

17La gestion préventive et curative des risques systémiques nous (re)met en mémoire qu’une des fonctions, à la fois première et ultime, des Etats est d’établir et de maintenir la sécurité publique, physique, sociale, sanitaire, environnementale, et financière.

Haut de page

Notes

2 U. BECK La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité. Flammarion Champs essais 2008 p. 455.

3 Pour la maîtrise du risque financier au sein des administrations publiques voy. dans ce numéro la contribution collective de D. VAN GILS, C. DE VISSCHER, G. SARENS, J. SPANHOVE «  L’organisation des activités d’audit interne dans les différentes autorités publiques belges. »

4 U. BECK op. cit. p. 343.

5 R. K. WEAVER «  The politics of blame avoidance ” Journal of Public Policy “ 6,4, octobre-décembre, pp.371-398. cité in P. LASCOUMES, P. LE GALES « Sociologie de l’action publique » Armand Colin, 2007, p. 107.

6 J. CHEVALLIER L’Etat post-moderne L.G.J.D. Droit et société, série politique 35, 2003 p.54-55.

7 P. ROSANVALLON p. 137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Piraux, « La recherche éperdue de sécurité », Pyramides, 15 | 2008, 5-8.

Référence électronique

Alexandre Piraux, « La recherche éperdue de sécurité », Pyramides [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://pyramides.revues.org/113

Haut de page

Auteur

Alexandre Piraux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page