Navigation – Plan du site

Une politique d’intégrité dans l’administration : comment dépasser les bonnes intentions ?

Jeroen Maesschalck
p. 15-44

Résumé

En plus des approches légale (contrôlante) et philosophique (stimulante) de l’intégrité organisationnelle dans le secteur public, il existe une troisième vision qui combine les particularités des deux premières, avec des éléments de l’administration publique et du secteur privé, ainsi que les savoir-faire issus de la recherche empirique sur l’intégrité dans les organisations. Celle-ci apporte des recommandations aux managers et aux décideurs, quant à la gestion des organisations du secteur public, afin que leurs membres se comportent avec intégrité. Cet article présente cette approche, en développant deux arguments centraux. Le premier postule que la gestion de l’intégrité implique davantage que simplement éviter le comportement non éthique des membres d’une organisation. Elle inclut aussi la stimulation des membres à composer avec les dilemmes éthiques compliqués, où le comportement éthique n’est pas clairement identifiable. Le second argument suppose que la gestion de l’intégrité doit dépasser une rhétorique pointue et avoir un impact réel sur le terrain. L’article donne une liste de recommandations pour atteindre ce but et prévenir ainsi un déficit d’implémentation. Elle comporte aussi la recommandation de chercher l’équilibre entre les approches contrôlante et stimulante, ainsi que celle d’ancrer la gestion de l’intégrité de façon structurelle dans l’organisation (à travers un comité ou un bureau de l’intégrité). L’article reprend également une liste d’instruments spécifiques à la gestion de l’intégrité, qui peuvent être appliqués par les managers du secteur public comme support au comportement éthique, pour eux-mêmes et pour les membres de l’organisation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été traduit de l’anglais en français par Florence DAURY. Il est essentiellement basé sur les précédentes études menées par J. Maesschalck sur le management de l’intégrité dans les organisations du secteur public, incluant J. Maesschalck (2005) et un rapport interne écrit par J. Maesschalck pour l’OCDE, « Towards a sound integrity framework : instruments, processes, structures and conditions for implementation » GOV/PGC/ETH(2008)1.

Texte intégral

I. Introduction

1L’intégrité (ou l’éthique, la déontologie) des fonctionnaires a été étudiée sous plusieurs angles. L’approche légale en est une, très répandue. Elle se concentre sur les lois et les règlements (particulièrement par le statut) qui déterminent le comportement légal et les mécanismes de renforcement (au travers de procédures disciplinaires ou pénales), à même de les faire respecter. Cette approche tend à considérer en priorité les mauvais comportements et un type particulier d’instruments (les instruments légaux). L’approche éthico-philosophique est également très courante, se basant généralement sur la philosophie politique ou sur les théories éthiques. Elle suscite des questions fondamentales sur le rôle des fonctionnaires dans une démocratie et ébauche les lignes directrices en matière d’éthique.

2En plus de ces approches traditionnelles, les deux dernières décennies ont vu apparaître une autre vision très prometteuse, largement inspirée par l’administration publique et privée. Elle a été adoptée et promue par de nombreuses organisations internationales, parmi lesquelles l’OCDE, la Banque Mondiale et les Nations Unies. Cette position envisage l’intégrité comme une matière qui peut être gérée. Elle intègre ainsi des idées reprises dans les approches citées plus haut (légale et philosophique), pratiquées dans les administrations publique et privée, mais aussi des recommandations issues de la recherche empirique sur l’intégrité dans les organisations, prodiguées aux dirigeants en charge d’insuffler une déontologie à leurs membres.

3Cet article vise à présenter cette approche et par-delà, à dégager deux arguments centraux.

4Le premier argument établit que la gestion de l’intégrité ne consiste pas seulement à éviter les fautes graves (telles que la corruption, la fraude ou l’abus de pouvoir), mais considère également le support à pourvoir aux membres d’une équipe en prise avec des situations où le comportement approprié n’est pas identifiable facilement. Ces situations ont été décrites comme des dilemmes éthiques ou des « situations où des valeurs et des normes sont en jeu et où un choix doit être fait entre plusieurs alternatives, bien que de bonnes raisons peuvent être données à chacune des alternatives » (traduit et adapté de Karssing (2001 : 93)). Voici des exemples :

  • l’employé de guichet à qui un citoyen demande d’accepter un formulaire important, alors qu’il est soumis avec un jour de retard pour cause de maladie ;

  • le conseiller en matière de politique publique qui reçoit un appel téléphonique du cabinet ministériel demandant de réécrire son conseil pour des raisons partisanes ;

  • le fonctionnaire qui est obligé de renvoyer un collègue qui est un de ses meilleurs amis.

5Il est intéressant de noter que des récents développements dans de nombreuses organisations du secteur public (par ex. gestion de la qualité, gestion de la performance, etc.), bien que souvent très bénéfiques, aient aussi créé de nouveaux dilemmes (voir aussi Maesschalck 2004b) :

6Souvent, les fonctionnaires sont confrontés à ces dilemmes classiques et modernes, sans beaucoup de support de leur organisation. Cet article soutient qu’un cadre adéquat de gestion de l’intégrité peut aider les membres d’une organisation dans de tels dilemmes.

7Le second argument central de cet article suppose qu’il devrait être de l’ambition de tout manager d’introduire un cadre de gestion de l’intégrité pour éviter ce qui pourrait être appelé le déficit d’implémentation : la gestion de l’intégrité semble souvent limitée à de belles et nobles ambitions (par ex. sous la forme d’un code éthique ou de beaux discours du management), sans impact réel sur les pratiques quotidiennes. Cet article aborde quelques recommandations pour éviter ce déficit de mise en oeuvre.

8L’article est structuré en six parties. La première partie introduit brièvement la question de la définition : qu’est-ce que l’intégrité, qu’est-ce que la gestion de l’intégrité ? Cette partie est succincte, car l’article a pour objectif de dresser avant tout un panorama de recommandations en matière de gestion interne, davantage qu’une liste de considérations académiques. La deuxième partie, plus développée, reprend un nombre d’arguments courants contre la gestion de l’intégrité, qui agissent souvent comme des barrières mentales dans l’esprit des managers. Nous tenterons d’apporter des contre arguments à ces barrières. La troisième partie commente le volet principal de cet article : il existe deux approches à la gestion (contrôlante et stimulante) de l’intégrité et un bon cadre de gestion combine judicieusement les deux. La quatrième partie détaille la teneur de la gestion de l’intégrité, en recensant certains instruments importants utilisés dans le secteur public. Néanmoins, les instruments ne sont pas suffisants pour une gestion efficace de l’intégrité. Celle-ci requiert également deux autres piliers importants qui seront énoncés dans les parties 5 et 6, à savoir la prise de conscience des processus d’introduction, d’implémentation et d’évaluation de la gestion de l’intégrité. Enfin, le paragraphe 6 décrit le troisième pilier crucial : la dimension structurelle qui insiste sur la place que l’intégrité devrait acquérir dans la charte organisationnelle de toute organisation. Autant les managers que les « acteurs de l’intégrité » jouent un rôle essentiel dans la gestion éthique. L’article conclut par un résumé des principaux moyens d’éviter un déficit d’implémentation d’une politique d’intégrité.

II. Définir l’intégrité et la gestion de l’intégrité

9Il règne une confusion conceptuelle considérable dans le champ de la gestion de l’intégrité. Des termes comme « éthique », « intégrité » et « déontologie » semblent coexister sous des significations multiples, parfois chevauchantes, parfois divergentes.

10Par exemple, si les organisations internationales et les auteurs anglo-saxons adoptent initialement les termes « éthique » (« ethics ») et « gestion de l’éthique » (« ethics management »), les publications récentes leur préfèrent le terme « intégrité » (« integrity »). Cette évolution pourrait s’expliquer par les styles modernes de gestion de l’intégrité qui combinent les approches contrôlantes et stimulantes (voir ci-après).

11Le terme « déontologie » constitue un autre exemple. En français et en flamand, le mot renvoie souvent aux valeurs, normes et règles en usage dans un groupe professionnel particulier (par ex. les fonctionnaires). Ce qui est rarement le cas dans cette acception en anglais (et en néerlandais aux Pays-Bas), et c’est probablement pour cette raison que le terme est souvent absent des publications d’organisations internationales.

12Voilà seulement deux exemples de ce qui apparaît comme un champ conceptuel complexe, particulièrement dans un environnement international multilingue où les termes comme « éthique », « intégrité », « déontologie », mais aussi « responsabilité » (« accountability ») ou « moralité » (« morality ») ont de très nombreuses connotations, dans différentes langues. Un débat approfondi sur ces questions conceptuelles n’eût pas été approprié dans le cadre de cet article. Nous nous cantonnerons donc ici à justifier notre préférence pour le terme « intégrité » par deux raisons, essentiellement pragmatiques. Premièrement, nous pouvons intégrer notre argumentation pour la gestion de l’intégrité, dans un contexte plus large du travail des organisations internationales et d’une littérature anglo-saxonne abondante. Ensuite, un nouveau terme comme « intégrité » s’apparente mieux à une nouvelle approche, plus large que l’approche légale usuelle. Le mot « déontologie » a également une connotation plus légale que le mot » intégrité ». Cependant, il est très important d’insister sur le fait que le choix du terme « intégrité » est plus pragmatique que dicté par des principes. Ce qui importe bien plus que le terme est la définition du concept, auquel nous allons surtout nous intéresser, ainsi qu’aux façons de le rendre opérationnel ce qui sera l’objet du reste de l’article. Dans des circonstances particulières, l’on peut préférer utiliser d’autres termes pour des raisons pratiques.

13Voyons maintenant les définitions utilisés dans cet article :

14Le terme « intégrité » est dérivé du latin et signifie littéralement non (in) touchant (tangere) (Nieuwenburgh 2002). Il réfère à quelqu’un ou quelque chose qui n’est pas contaminé, pas endommagé. Dans le contexte de cet article, l’« intégrité » se rapportera à l’application des normes et valeurs généralement acceptées dans les pratiques quotidiennes (van den Heuvel & Huberts 2003 : 9). La question se porte alors, évidemment, sur ce que sont ces valeurs et normes. Les déterminer et les définir sera en effet une fonction importante du cadre de gestion de l’intégrité.

15La gestion de l’intégrité réfère aux activités entreprises pour stimuler et renforcer l’intégrité et prévenir ses violations dans une organisation particulière. Le cadre de gestion de l’intégrité d’une organisation se rapporte donc à l’ensemble des instruments, en prenant en compte leur interdépendance ainsi que les processus et les structures (respectivement le deuxième et le troisième piliers du cadre d’intégrité) qui donnent vie à ces instruments. Cet article sera rédigé à partir de la littérature et l’expérience sur les cadres de gestion de l’intégrité, dans les organisations de service public.

III. Pourquoi une gestion de l’intégrité ?

16En discutant de l’usage d’une gestion de l’intégrité avec les managers d’organisations, certaines barrières mentales typiques semblent freiner leur adhésion. Cette partie reprend trois de ces barrières et présente des arguments à leur décharge.

17Première barrière : « Nous n’avons aucun problème d’intégrité manifeste dans notre organisation »

18C’est bien entendu possible qu’il n’y ait virtuellement pas de violation à l’intégrité dans une organisation, mais la question est de savoir comment le manager peut être sûr d’une telle affirmation. C’est seulement au travers d’un système de détection approprié, soit une partie d’un cadre plus large de gestion de l’intégrité, qu’il est possible d’avoir une certitude raisonnable de la fréquence des atteintes.

19Cependant, même sans violations, toute organisation se trouve un jour confrontée à des dilemmes : des situations difficiles où le comportement approprié n’est pas clairement perceptible. Quelques-uns de ces dilemmes ont déjà été mentionnés en introduction de cette contribution. Mais il y a bien sûr d’autres cas où les intérêts et les valeurs s’entrechoquent et où les membres d’une organisation auraient besoin d’une aide supplémentaire. De surcroît, les fonctionnaires de base ont toujours eu une certaine liberté d’appréciation pour surmonter ces dilemmes. De ce point de vue, la question n’est pas de savoir s’il y a des problèmes d’intégrité ; il est évident que toute organisation présente de tels risques, encore faut-il développer un cadre de gestion qui permette à l’équipe d’identifier et de solutionner ces problèmes. L’avantage de cette perspective est qu’elle n’aborde pas les dilemmes comme des nuisances à supprimer ou à ignorer mais comme des défis que toute organisation doit affronter et auxquels une réponse adéquate doit être développée.

20Deuxième barrière : « L’introduction de la gestion de l’intégrité va uniquement renforcer le manque de confiance en nos organisations et dans le service public en général »

21Cette allégation est l’opposée de la première. Elle affirme qu’il y a des violations à l’intégrité mais que leur publicité, par l’installation d’un cadre de gestion, ferait craindre une diminution de la confiance.

22Avant d’élaborer un raisonnement approfondi, il est utile de rappeler que le but premier d’un cadre de gestion de l’intégrité n’est pas en premier lieu d’identifier les violations commises dans le passé (bien que cela puisse parfois être nécessaire), mais plutôt de prévenir les violations potentielles. Néanmoins, il n’est pas impossible qu’une amélioration du cadre de gestion, en particulier de son système de détection, puisse à court terme augmenter le nombre d’infractions observées. Mais même si un tel accroissement se présentait, l’affirmation susmentionnée reste hautement discutable. Elle révèle une vision très à court terme et une forte sous-estimation des citoyens.

23Elle est d’abord imprévoyante car, si ignorer les violations à l’intégrité peut en effet réduire leur exposition et le risque de devenir à court terme des scandales, elle augmente aussi drastiquement la menace que ces problèmes rejaillissent sous une forme plus dure et plus dommageable dans le futur. Les violations à l’intégrité ont tendance à se propager. Si un seul inspecteur est autorisé à accepter des avantages substantiels des sociétés qu’il inspecte, alors ses collègues pourraient penser, après un moment, qu’ils sont autorisés à faire de même. Par ailleurs, si les fonctionnaires sont libres de commettre une petite entorse, ils pourraient décider par eux-mêmes de faire une infraction bien plus importante, la fois suivante, et ainsi de suite… Ainsi, tolérer des atteintes à l’intégrité à court terme augmente fortement la chance qu’il y en ait davantage dans le futur.

24- En second lieu, l’allégation induit une faible confiance dans la capacité des citoyens à juger gestion publique. Si on croit en la démocratie, alors il faut aussi croire que les citoyens (qui sont aussi les électeurs) sont capables de distinguer d’une part, une violation à l’intégrité qui a été mise à jour grâce à un cadre de gestion de l’intégrité efficace et d’autre part, un scandale qui a explosé à cause d’une situation négligée pendant longtemps, où les mesures préventives nécessaires n’ont pas été prises.

25Troisième barrière : « Le personnel va considérer comme une insulte que je mette en place un cadre de gestion de l’intégrité dans mon organisation. Ils vont penser que je ne leur fais pas confiance »

26Cette déclaration ne concerne pas la peur de la réaction du public (voir barrière 2), mais la réaction des propres membres de l’organisation. Des trois barrières, celle-ci paraît la plus fondée. Elle n’est cependant pas assez convaincante pour conclure qu’une organisation ne pourrait pas développer sa propre gestion de l’intégrité. Comme expliqué infra, la gestion de l’intégrité ne présente pas seulement une dimension fondée sur les règles (i.e. contrôlante), mais possède aussi une dimension basée sur les valeurs (i.e. stimulante). Si celle-ci et ses instruments concomitants (formation aux dilemmes d’intégrité, coaching, codes éthiques, climat organisationnel ouvert à l’étude de cas, etc.) sont suffisamment mis en valeur, alors le message parmi les membres sera un message de confiance et non de méfiance. Une formation interactive aux dilemmes d’intégrité, par exemple, suppose que les membres d’une organisation sont des personnes responsables, désireuses de se procurer un support additionnel pour clarifier leur jugement, plutôt que de le limiter.

IV. Deux approches de la gestion de l’intégrité

27Il y a une distinction fondamentale dans la littérature traitant de la gestion de l’intégrité (Lewis 1991 ; Paine 1994 ; Maesschalck 2005). L’approche « contrôlante » met en valeur l’importance de contrôles externes sur le comportement des membres d’une organisation. Elle privilégie les règles et les procédures formelles et détaillées, pour réduire les transgressions et prévenir la corruption. La conception sous-jacente de la nature humaine pense les êtres humains comme des êtres « égoïstes » : ils poursuivront toujours leurs propres intérêts. Si on prend en compte cette conception de la nature humaine et que l’on veut que les membres de l’organisation se comportent de manière éthique, l’organisation sera façonnée dans ce but, même si les gens sont guidés par leurs intérêts. Cela signifie essentiellement que les membres seront punis s’ils agissent de façon non éthique, et récompensés s’ils adoptent la bonne conduite.

28« L’approche stimulante » se focalise sur le conseil et le contrôle « interne », c’est-à-dire le contrôle exercé par les membres de l’organisation. La conception sous-jacente de la nature humaine est que les gens ont une tendance naturelle à agir avec intégrité, mais ils ne savent pas toujours quelle est l’attitude adéquate, quel est le comportement éthique à adopter dans une situation en particulier. Ainsi, plutôt que de contrôler, cette approche vise à supporter et stimuler, toujours partant de l’idée que les intentions des gens sont bonnes. Cette approche s’attache donc à stimuler la compréhension, l’application quotidienne des valeurs et l’amélioration des compétences dans la prise de décision éthique, au travers de formations interactives, d’ateliers, de codes de valeurs, de coaching personnel, etc.

29Comme suggéré dans l’introduction de cet article, un cadre de gestion moderne a deux missions : la prévention de sérieuses violations à l’intégrité et la promotion de l’intégrité à travers une compréhension stimulante, l’enseignement et la capacité à la prise de décision éthique. En conséquence, ce cadre de gestion combine judicieusement les approches contrôlante et stimulante et assure un équilibre cohérent de ses composantes. La composante contrôlante constituera ainsi le cadre juridique élémentaire et fournira les « armes » nécessaires pour assurer un comportement éthique minimum. L’approche stimulante étoffera l’ambition éthique, au-delà du simple évitement des violations à l’intégrité. La gestion de l’intégrité peut donc être vue comme un exercice d’équilibre complexe et infini entre les deux approches. L’importance relative et la forme réelle de ces approches dépendra du contexte, ainsi que de l’histoire de l’organisation concernée.

V. Les instruments de la gestion de l’intégrité

30Cette partie reprend un certain nombre d’instruments de gestion de l’intégrité qui sont communément utilisés dans les organisations du secteur public. La liste n’est pas exhaustive ; elle donne seulement une idée de la large variété d’instruments disponibles.

V.1. Analyse du risque

31Une façon de plus en plus prisée de déterminer l’intégrité est de se rapporter aux risques qui y sont liés. Dans le cadre d’une analyse du risque, on peut examiner les processus sensibles (par ex. achat, promotion de membres de l’équipe, inspection, etc.) et les fonctions sensibles (essentiellement les fonctions à responsabilité dans les processus sensibles ou la prise de décision en général), puis identifier les sources de vulnérabilité aux violations à l’intégrité (par ex. la sélection d’un mode de passation de marchés publics). Cette analyse serait alors la base de recommandations pour que l’organisation renforce sa résistance à ces faiblesses, en particulier la résistance à la corruption. Etant donné que l’analyse est fondée sur les risques inhérents à la structure de l’organisation (processus et fonctions), les solutions seront également de nature structurelle, comme par exemple pour les changements de fonction, les règlements des conflits d’intérêt, les règlements liés aux dons, cadeaux et avantages, etc.

32Bien que ces analyses du risque soient très utiles, il est important de savoir que ces mesures, étant typiquement inspirées de l’approche contrôlante, ont les avantages et les inconvénients de cette approche, comme mentionnés plus haut. Elles offrent un cadre clair aux membres de l’organisation et réduisent les risques immédiats d’atteinte à l’intégrité, mais leur fonction de contrôle peut aussi façonner la culture d’entreprise dans des directions indésirables. Si l’approche par le risque devient trop extrême, elle peut être perçue comme un signe de méfiance du management, ébranler la motivation intrinsèque des employés, qui peuvent à leur tour restreindre leur tendance à agir de façon éthique.

33En résumé, comme tout instrument, les analyses du risque (et les mesures conséquentes) doivent être placées au sein d’un équilibre prudent entre les instruments contrôlants et ceux qui sont orientés vers les valeurs (i.e. stimulants), en fonction du contexte de l’organisation.

V.2. Code de conduite ou code éthique

34Les codes éthiques sont probablement les instruments les mieux connus de la gestion de l’intégrité. La littérature anglo-saxonne fait souvent la distinction entre « code de conduite » et « code éthique ». Cette différence fait référence au contenu du code, et à la façon dont il est mis en place.

35Le « code de conduite » est l’instrument typique d’une approche contrôlante à la gestion de l’intégrité. Il part de la conviction que les gens agissent surtout dans leur propre intérêt et qu’ils ne se comporteront de façon éthique, seulement si cela coïncide avec leur intérêt. Par conséquent, un code de conduite décrira de la manière la plus spécifique et claire possible la conduite attendue. Un tel code établira aussi les procédures strictes pour renforcer ce code : une surveillance systématique et des sanctions strictes pour ceux qui briseraient les règles.

36Le « code éthique » est par contre fondé sur l’approche stimulante. Il se concentre sur les valeurs générales, plus que sur des instructions spécifiques sur le comportement, accordant ainsi plus de confiance dans les capacités des membres de l’organisation à avoir un raisonnement moral autonome. Plutôt que de dire ce qu’il faut faire, l’organisation fournit à ses membres un cadre qui établit les valeurs générales et apporte le support, la formation et le coaching pour l’application de ces valeurs dans les situations quotidiennes.

37Le choix entre les deux types de code se place aussi par rapport à un équilibre entre les approches contrôlantes et stimulantes, qui prend également en considération le contexte extérieur. S’il existe déjà un cadre légal très développé en dehors de l’organisation mais applicable à celle-ci, on pourrait défendre l’idée qu’un code de conduite n’est pas nécessaire. Par ailleurs, on pourrait affirmer qu’un code éthique est nécessaire, quand il peut restaurer l’équilibre entre les approches de contrôle et de stimulation du cadre d’intégrité de l’organisation. D’autre part, s’il n’existe que peu d’instructions générales en dehors de l’organisation, celle-ci pourrait compenser cette lacune en développant un code de conduite plus approfondi.

38Beaucoup d’organisations choisissent un système hybride entre les différents types de code. Par exemple, elles peuvent opter pour un code organisé autour d’un certain nombre de valeurs, où chacune de celles-ci est déterminée en fonction de principes spécifiques et de standards, afin de fournir les instructions à l’application de ces valeurs, lorsque c’est nécessaire.

V.3. Mesures structurelles

39Cette partie aborde les mesures spécifiques qui ajoutent des règles ou créent des changements à la structure de l’organisation. Elles sont installées en fonction d’une analyse du risque. Nous nous intéressons ici à un cas particulier qui renvoie souvent à un domaine sensible : les règlements concernant les cadeaux et les avantages.

40Le principe général veut que les fonctionnaires ne soient pas censés demander ou accepter des cadeaux ou des avantages d’individus ou d’organisations qui pourraient influencer leur impartialité. Pourtant, dans la pratique, il n’est pas toujours réaliste, ni même souhaitable, d’interdire formellement tout type de présents. On peut imaginer des situations où un citoyen serait profondément vexé lorsqu’il voudrait offrir quelque chose d’une valeur limitée ou qu’il aurait fait lui-même, en remerciement des efforts fournis par le fonctionnaire. Des inspecteurs qui acceptent un verre ou un sandwich dans les locaux d’une société qu’ils sont en train d’inspecter pourraient expliquer ce contact informel par le fait qu’il leur aurait permis d’acquérir des informations importantes. De surcroît, en interdisant ces petits cadeaux, on court le risque de rendre la gestion de l’intégrité triviale, voire ridicule. Une « politique zéro cadeau » augmente aussi le risque d’hypocrisie et peut compromettre les efforts pour créer une culture d’entreprise ouverte au débat sur l’intégrité. Les fonctionnaires de base qui affrontent ce dilemme d’accepter ou non des présents, se sentiront embarrassés d’en discuter ouvertement et tenteront de résoudre le problème par eux-mêmes, l’augmentant ainsi potentiellement (Hoetjes 2000 #50719 /ft « : 144 »). Plutôt que d’opter pour une « politique zéro cadeau », les organisations sont donc encouragées à développer un règlement plus nuancé.

V.4. Evaluation des instruments de gestion du personnel

41La gestion du personnel possède un certain nombre d’instruments importants pour la gestion de l’intégrité. Tout acteur responsable de la conception du cadre de gestion de l’intégrité devrait, de ce fait, analyser les différents instruments disponibles du « cycle des Ressources Humaines » (recrutement, formation, promotion et révocation), afin de juger jusqu’à quel point, ils supportent les objectifs plus larges du cadre de gestion de l’intégrité, en particulier :

42l’intégrité mise en valeur dans la phase de recrutement : les valeurs ou les standards de l’organisation sont-ils mentionnés dans la campagne de recrutement ?

43l’intégrité comme critère dans le processus de sélection : l’intégrité est-elle vraiment prise en considération dans le processus de sélection pour le management de l’organisation ? Un large débat existe au sujet des éléments d’intégrité qui sont mesurables au niveau individuel et à quel valeur prédictive de telles mesures réfèrent. La liste suivante fournit quelques techniques qui évaluent l’intégrité parmi les candidats :

44L’ampleur de l’évaluation des candidats et les types de techniques de sélection utilisées dépendront bien entendu largement du type de la fonction et de l’organisation.

45assurer une diversité suffisante parmi l’équipe : ce critère peut paraître un peu inhabituel. La diversité est souvent présentée comme une cause de problèmes d’intégrité parce qu’elle tend à réduire le consensus sur ce qui est acceptable et donc de rendre les formulations des attentes éthiques plus ambiguës. C’est en effet, un risque important dont chacun devrait être conscient. Cependant, si elle est maintenue à son niveau optimal, la diversité pourrait aider à augmenter l’intégrité. Elle aide à éviter les cultures qui sont trop fortes et pourrait donc fonctionner comme « un catalyseur » pour l’examen et la critique des normes et pratiques.

46l’intégrité comme critère dans l’évaluation et la promotion du personnel : le management donne le signal clair qu’il accorde de l’importance à l’intégrité, élevant ainsi la probabilité que l’équipe en fera autant et qu’elle se comportera de façon éthique.

V.5. Formation à l’intégrité

47La formation à l’intégrité est probablement un des outils de gestion les plus utilisés et les plus promus. Cependant, c’est un concept très large qui inclut une variété de types de formation, inscrites dans la continuité des approches contrôlantes et stimulantes. Cette section reprend brièvement trois de ces types.

48D’un côté de cette continuité se situe le type de formation à l’intégrité purement axée sur le contrôle. Le cadre typique en serait une salle de classe et un formateur expliquant les attentes des membres de l’organisation, en accord avec les lois, les règlements, les codes et les conséquences en cas de violation. Le but principal de cette formation est de transmettre cette connaissance et l’hypothèse est que, ce faisant, le comportement des stagiaires serait influencé.

49Du côté de l’approche stimulante de la continuité, les sessions de formation sont purement inductives, mieux décrites comme des sessions de discussion. Ce sont les stagiaires qui réfléchissent et parlent, le consultant est uniquement là en tant que facilitateur, suscitant la discussion, provoquant la réflexion, jouant l’avocat du diable.

50Entre ces deux types existent bien d’autres types qui combinent les deux précédents. Un exemple en serait les sessions de formation aux dilemmes (e.g. Maesschalck 2004a). Comme déjà décrits plus haut, les dilemmes sont des situations où, quoique l’on fasse, certaines valeurs seront affaiblies. L’objectif d’une formation aux dilemmes est de reconnaître que de telles situations sont inévitables dans les organisations, d’envoyer le message que les membres d’une organisation ne sont pas seuls à les affronter et de les accompagner avec des techniques et des conseils sur la façon de réagir dans ces situations. Généralement, ces techniques incluent une marche à suivre pour la prise de décision éthique (Cooper (1982) ou van Luijk (1996)). Idéalement, la formation a aussi un effet au-delà de l’individu. L’échange de vues entre collègues sur les situations de dilemmes, sous l’égide d’un facilitateur, augmenterait la chance que de tels problèmes soient débattus ouvertement dans le futur, ouvrant à la création d’une culture de communication ouverte, coopérative et éthique.

51Le choix d’un type de formation en particulier, parmi tous les instruments de gestion de l’intégrité, dépendra des circonstances locales et de l’équilibre global entre les instruments contrôlants et stimulants. Deux recommandations générales additionnelles peuvent faciliter ce choix.

52Premièrement, il est important de ne pas limiter la formation à l’intégrité, à l’arrivée de nouveaux employés. Le début d’une carrière est bien entendu un moment très adéquat pour exposer les nouvelles recrues aux attentes de l’organisation mais ce n’est pas suffisant. Les lois, les règlements, les codes et les attentes venant des parties prenantes changent avec le temps et une mise à jour des sessions de formation est utile.

53Nous en venons à la deuxième recommandation : un suivi de la formation à l’intégrité va accroître fortement son efficacité. Cela peut se traduire par une mise à jour régulière des nouveaux éléments du cadre normatif et par une pratique répétée des techniques. Cependant, le suivi peut revêtir une nature plus structurelle. Par exemple, les formateurs peuvent reprendre tous les problèmes et les suggestions qui émergent des sessions et en faire un reporting auprès du management (si les participants l’acceptent, bien entendu). Le management peut ainsi adapter les instruments de gestion de l’intégrité (par ex. le code éthique), en fonction de ces suggestions. Un autre type de suivi serait d’institutionnaliser les débats sur l’intégrité dans la communication quotidienne, en discutant par exemple d’un dilemme éthique lors des réunions, tout en utilisant les techniques apprises lors des formations.

V.6. Inclure l’intégrité dans le discours usuel de l’organisation

54Un des facteurs de succès du cadre de gestion de l’intégrité est son impact, le point jusqu’auquel il stimule les membres de l’organisation à agir de façon éthique dans leurs activités quotidiennes. Une voie cruciale pour y parvenir consiste à intégrer le discours d’intégrité (le terme « intégrité » lui-même, les valeurs et les « prescriptions » dans le code, les techniques proposées lors des formations, etc.) dans la communication quotidienne, des membres de l’organisation. Le langage forme la pensée et le simple fait d’utiliser un discours sur l’intégrité a un effet important.

55Il existe bien entendu plusieurs outils pour concrétiser cet impact. En fait, la plupart des instruments de management de l’intégrité auront un de ces effets. Dans cette sous-section, nous nous focaliserons sur un nombre d’outils qui sont particulièrement efficaces à cet égard ; en voici quelques-uns :

56faire connaître la politique d’intégrité et la teneur du code à travers les canaux de communication externe, par exemple le magazine de l’entreprise, le site web, le mailing, les lettres d’information, etc. ;

57avoir des discussions régulières sur les dilemmes éthiques ou d’autres questions et solutions en la matière, au travers des canaux officiels de la communication interne de l’organisation, par exemple le magazine interne, l’intranet, les lettres d’information, les mailings ciblés, etc. ;

58l’institutionnalisation de discussions fréquentes sur les questions éthiques dans les réunions du personnel. A intervalle régulier, une partie de ces réunions de staff peut être consacrée aux dilemmes éthiques ou à d’autres sujets liés. Cela pourrait être une excellente façon d’assurer un suivi à la formation à l’intégrité ( cf supra), et ainsi renforcer son impact ;

59l’institutionnalisation de discussions sur les questions éthiques dans les réunions individuelles entre manager et employé. Beaucoup de systèmes de gestion du personnel (en particulier, lors du cycle d’évaluation) ou de gestion stratégique (en particulier le « management par objectif ») prescrivent une sorte de planning de réunions entre les managers et les employés, où les plans et les objectifs futurs sont décidés, et qui peuvent éventuellement constituer la base de l’évaluation. Forcer les managers et les employés à aborder la question de l’intégrité peut servir d’excellent vecteur d’institutionnalisation du discours éthique ;

60la création d’une culture de communication ouverte où les questions d’intégrité peuvent être débattues aisément. Bien que cette recommandation soit moins tangible, en tant qu’instrument, elle est d’une importance cruciale.

61Comme beaucoup d’instruments de gestion de l’intégrité, ceux-ci n’ont qu’un impact très limité quand ils sont utilisés individuellement, et il y a toujours un risque qu’ils soient perçus comme une façade. Cependant, lorsqu’ils sont liés à d’autres outils et qu’ils sont intégrés dans un cadre global de gestion de l’intégrité, alors ils peuvent avoir un impact important, grâce aux mouvements de synergie.

V.7. Formation et conseil en intégrité

62Cet instrument implique la désignation d’un ou plusieurs acteurs, dans ou en dehors de l’organisation, chargé(s) d’apporter un support en conseil à caractère éthique, aux membres du personnel. Cela peut induire différents degrés d’institutionnalisation, depuis la nomination informelle de certains membres de l’organisation, jusqu’à la mise en place d’un corps formel relativement indépendant de la hiérarchie, qui fournit les conseils écrits aux membres confrontés aux questions éthiques. Là aussi, le choix dépendra des circonstances particulières, mais il est utile de garder à l’esprit les risques et avertissements potentiels.

63Si l’on décide, par exemple, de charger des fonctionnaires individuels, faisant partie de l’organisation, et que l’on communique leur nom et leur fonction, il est essentiel que ces personnes aient le profil adéquat et soient formées et soutenues correctement. Voici quelques conditions auxquelles elles doivent pouvoir remplir :

64Le choix de mettre en place un corps semi-indépendant qui puisse apporter des conseils pratiques semble également séduire beaucoup d’organisations. Toutefois, il y a un risque important d’ébranler le sens des responsabilités, au sein de l’organisation. Il n’est pas improbable que les problèmes éthiques soient systématiquement déférés à ce corps décisionnel, minant ainsi les capacités des membres de l’organisation, en matière de résolution des problèmes éthiques. La meilleure façon d’éviter cette difficulté est de s’assurer que l’acteur de l’intégrité est uniquement consulté lorsque les autres acteurs (en particulier les collègues, le middle management et le senior management) n’ont pas été capables de fournir des conseils satisfaisants.

V.8. Les politiques de dénonciation

65La dénonciation (whistle-blowing, klokkenluiden) peut être définie comme « la divulgation, par les membres d’une organisation, de pratiques illégales, immorales ou illégitimes sous le contrôle de leurs employeurs, à des parties aptes à agir en conséquence » (« organisation members disclosure of illegal, immoral, or illegimate practices under the control of their employers, to parties who may be able to effect action ») (Miceli & Near 1985 : 525). Il s’agit d’un problème complexe. D’un côté, il est clair que les fonctionnaires qui prennent ce genre de risque dans l’intérêt public ou pour prévenir tout dommage méritent le respect et du soutien. D’un autre côté, il est également évident que l’acte de dénonciation abîme généralement l’image de l’organisation concernée, qui peut à son tour conduire à réduire la confiance parmi le public de l’organisation elle-même, mais souvent aussi du secteur public en général. Les politiques de dénonciation ont en conséquence pour but de maintenir les effets désirables de la divulgation (le fait que les infractions soient signalées) tout en essayant de réduire les effets indésirables au-delà de l’image de l’organisation. Les politiques de dénonciation comportent ainsi deux éléments : un système pour divulguer les infractions et un système de protection pour ceux qui, de bonne foi, appliquent ces politiques.

66En premier lieu, une politique de dénonciation offrira des canaux de reporting accessibles à ceux qui veulent rapporter des dysfonctionnements, en dehors de la hiérarchie. Ces canaux peuvent être entre autres :

67En développant cette structure de reporting, il faut garder en mémoire que le but ultime de cette politique est de permettre d’éviter les infractions et de faire en sorte que l’organisation puisse régler le problème sans avoir à abîmer l’image de l’organisation qu’entraîne la dénonciation publique. Cette politique peut donc être considérée comme un instrument de gestion pour améliorer le fonctionnement de l’organisation, plutôt qu’une procédure lourde et légaliste de dénonciation. L’accent doit être mis sur une réponse rapide, efficace et flexible à la plainte rapportée, car c’est le but premier d’une politique de divulgation.

68Le deuxième élément essentiel de la politique de dénonciation est la protection des dénonciateurs contre les représailles. Ces dernières peuvent prendre divers aspects (Near & Miceli 1996 #50649) :

69Il serait non éthique pour une organisation d’encourager ses membres à la délation, sans fournir une protection si l’un de ses membres réagit à cette demande et subit des représailles en retour. Toutefois, éviter les représailles n’est pas chose aisée. Les formes sérieuses de vengeance sont assez visibles et peuvent être efficacement évitées par des protections légales. Il est beaucoup plus difficile de prévenir les formes subtiles de représailles, comme la surveillance rapprochée ou les taches moins intéressantes. Pourtant, une politique de dénonciation devrait aussi avoir pour but d’éviter ces types de vengeance.

70L’idée même de politique de dénonciation provoque souvent de la résistance. Elle est associée aux grands scandales (qui furent en effet souvent rendus publics par des dénonciateurs) ou à la « chasse aux sorcières » et la paranoïa. Ces inquiétudes ne sont pas nécessaires, à la condition au moins que la politique de divulgation soit bien développée. Les politiques de délation ont en réalité pour objectif d’éviter les scandales publics. En pourvoyant des canaux de dénonciation supplémentaires, elles permettent aux employés de rapporter les dysfonctionnements, sans avoir à utiliser la presse ou d’autres moyens publics de communication.

71Dans tous les cas, la conception d’une politique de divulgation appropriée n’est pas une tâche facile. Cela demande une compréhension technico-légale approfondie des politiques de dénonciation, autant que du cadre légal de l’organisation. Voici trois recommandations de politique générale en matière de dénonciation :

72premièrement, il faut savoir qu’une mauvaise politique de dénonciation peut causer beaucoup de préjudices à l’organisation et à son cadre de gestion de l’intégrité, notamment la création ou le renforcement d’une atmosphère de paranoïa. Il faut donc prendre suffisamment de temps pour élaborer la politique générale en la matière et apprendre autant que possible des meilleures pratiques existantes ;

73secundo, c’est en général une bonne idée de compléter les deux éléments d’une politique de dénonciation (canal de divulgation et protection de ceux qui en font l’usage) par un mécanisme de correction pour les cas où les accusations seraient non fondées. Ces situations peuvent engendrer de sérieux dégâts à la réputation et aux possibilités de carrière de ceux qui ont été faussement accusés, et il serait juste d’organiser une forme de réparation ou de compensation pour ceux-ci. Un tel arrangement pourrait également aider à contrecarrer la résistance à l’encontre des politiques de dénonciation ;

74troisièmement, aussi importante qu’une politique de divulgation puisse être, elle ne sera jamais l’instrument principal du cadre de gestion de l’intégrité. Il s’agit d’un instrument légal, réactif qui sert de filet de protection pour le rapportage des infractions à l’éthique, dans la mesure où tous les autres instruments ont échoué. Accorder trop d’importance à la politique de divulgation, dans la communication interne comme externe, pourrait envoyer le mauvais signal et déprécier l’aspect stimulant d’une gestion de l’intégrité. Il est donc utile de lancer et d’annoncer une politique de dénonciation, en même temps ou après l’introduction d’instruments stimulants.

V.9. Enquête équitable et sanction des violations à l’intégrité

75Quelle que soit l’importance de la prévention et de la conduite, tout cadre de gestion de l’intégrité nécessitera un élément significatif de contrainte. Si les règles sont claires pour les membres de l’organisation, et que des transgressions importantes sont observées, des sanctions seront nécessaires si le cadre de gestion de l’intégrité veut maintenir sa légitimité. Les mécanismes spécifiques d’investigation et de sanction diffèreront fortement d’une organisation à l’autre, et il n’est pas utile de les détailler dans ce contexte.

76Nous nous limiterons à une recommandation importante : s’assurer que les procédures ainsi que les sanctions soient perçues comme étant justes (Trevino & Sims, 1994). La sanction doit être proportionnelle à la gravité de la violation et aux sanctions appliquées aux collègues qui ont commis de semblables infractions. En particulier, s’il existe le sentiment que l’équipe senior est moins sévèrement punie que l’équipe junior, ce qui menace l’efficacité et la légitimité du mécanisme de sanction.

VI. L’établissement d’une « gestion de l’intégrité comme processus »

77Les instruments devraient probablement être les éléments les plus visibles et les mieux connus d’un cadre de gestion de l’intégrité, mais ils ne sont en aucun cas suffisants. Ils ont également besoin d’être animés et gardés en bon état à travers des processus de développement. Ce deuxième pilier du cadre de gestion de l’intégrité sera développé dans ce chapitre.

78Il existe beaucoup de modèles utiles pour conceptualiser les processus dans les organisations. Cet article va aborder le cycle « Deming », appelé aussi le cycle « PDCA », en raison de son approche intuitive, son acceptation large et sa nature inhérente itérative. La recommandation est que, pour agir avec succès au travers d’un processus, il faut se déplacer à travers un cycle de « plan », « do », « check » et « adapt ». Cela aide à éviter un certain nombre de problèmes qui reviennent souvent lors des tentatives d’introduction et d’amélioration de la gestion de l’intégrité dans les organisations :

79En abordant explicitement depuis le début les quatre étapes du cycle PDCA, on se trouve en bonne position pour affronter les défis mentionnés plus haut.

80Il est utile de faire la distinction entre deux types de processus de développement, tous deux très utiles pour la gestion de l’intégrité, respectivement les projets continus et les projets ponctuels (on-off projects).

VI.1. Processus de développement continu

81Le cadre de gestion de l’intégrité demande un développement continu, autant sur le plan général que sur le plan des instruments individuels.

82Sur le plan du cadre de gestion de l’intégrité dans son ensemble, il est important de concevoir un processus de développement qui assure que les plans de développement ne soient pas simplement implémentés (do), mais aussi évalués (check) et si nécessaire adaptés (adapt) à travers un processus récurrent, institutionnalisé dans l’organisation. En plus des avantages indéniables d’éviter le déficit d’implémentation, d’assurer une bonne évaluation et une adaptation si nécessaire, ce processus a également l’avantage d’accroître la coordination. En effet, si tous les acteurs clés coopèrent à un « plan d’intégrité » commun, et sont ainsi tous impliqués dans l’implémentation et dans une évaluation régulière, ils seront stimulés à coopérer et le processus augmentera fortement la possibilité que les différents instruments s’articulent les uns avec les autres, ainsi que dans une stratégie globale. Aussi évident que cela puisse paraître en théorie, l’expérience montre que ce type de coordination est très difficile à faire aboutir et qu’elle survient souvent uniquement quand les différents acteurs sont réellement rassemblés, à l’aide d’instruments de coordination particuliers.

83Au sein de ce processus de développement global, on peut aussi concevoir des processus de développement spécifiques pour les instruments individuels. Par exemple, on peut imaginer le département des ressources humaines organisant un processus de développement pour la formation à l’intégrité spécifiquement, inclus dans le processus plus large de développement pour la formation.

VI.2. Projets de développement ponctuel (« One-off projects »)

84Il est utile de distinguer ces processus continus des projets spécifiques qui sont limités dans le temps et qui sont mis en œuvre pour introduire ou modifier le cadre de gestion de l’intégrité ou des instruments particuliers qui en font partie.

85Une question particulièrement importante pour ces projets ponctuels est l’ordre dans lequel les différents types d’instruments sont introduits. Cela peut concerner deux niveaux :

86au niveau global du cadre, il faut considérer avec précaution quelle approche, contrôlante ou bien stimulante, sera mise en évidence au début du projet. En partant d’un cas de corruption, ce sera l’approche contrôlante qui sera probablement mise en place en premier. Inversement, si le cadre de gestion de l’intégrité n’est pas une réponse à un scandale mais une initiative préventive, ce sera plutôt l’approche stimulante qui sera abordée au début. Le choix éventuel dépendra bien sûr toujours du contexte ;

87la question est aussi au niveau des instruments individuels. Par exemple, la formation sera-t-elle considérée comme un moyen d’implémenter le code éthique, ou bien inversement le code éthique sera-t-il élaboré après que tous les membres de l’équipe aient été consultés dans des sessions de formation interactive ?

VII. L’organisation de la gestion de l’intégrité : l’imputation des responsabilités

88Les instruments et les processus n’auront pas un impact suffisant si la gestion de l’intégrité n’est pas également implantée dans la structure de l’organisation. Les acteurs importants qui joueront un rôle dans cette gestion sont présentés dans ce chapitre.

VII.1. Les managers

89Les managers de tous niveaux occupent une fonction cruciale dans la gestion de l’intégrité. Trevino et al. (2000) font la distinction entre deux rôles, deux façons par lesquelles le manager (à travers sa réputation) peut avoir un impact sur l’intégrité des membres de l’organisation : la « personne morale » et le « manager moral ». Le concept de « personne morale » réfère aux traits individuels : le manager se comporte-t-il avec intégrité dans ses actions quotidiennes ? Etre un « manager moral » implique que l’on stimule l’intégrité parmi les membres de l’organisation en lançant et en supportant des programmes de gestion de l’intégrité, mais aussi en récompensant l’intégrité et en punissant son manque, ainsi qu’en communiquant l’importance de l’intégrité. Ce dernier point induit aussi la charge de créer un environnement ouvert aux discussions sur les questions éthiques.

90Beaucoup d’auteurs ne mettent pas seulement en valeur l’importance de ces rôles, mais également l’importance de la cohérence entre ces deux rôles. Une situation particulièrement préoccupante est celle où le manager a la réputation d’être un « manager moral » mais non une « personne morale ». Trevino et al. (2000 :138) le décrivent comme un leader hypocrite qui « parle le langage éthique » (« talks the ethics talk ») mais ne « marche pas sur la voie éthique » (« walk the ethics walk »). En fait, si les membres de l’organisation perçoivent le cadre de gestion de l’intégrité comme une façade, cela peut avoir un effet négatif sur leur intégrité. Si les managers mettent en valeur l’importance de l’intégrité, mais si les employés savent qu’ils ne sont pas sincères, cela peut conduire au cynisme et au-delà, à des risques de violation.

VII.2. Les « acteurs de l’intégrité »

91En plus du rôle général du management de stimuler l’intégrité, il existe aussi un certain nombre de fonctions plus spécialisées qui peuvent être appliquées dans toute organisation. Elles sont généralement mises en action par des « acteurs de l’intégrité » : un individu, un comité ou une unité organisationnelle spécialisée (ou en partie) dans la gestion de l’intégrité. Nous présentons ci-dessous, six de leurs responsabilités :

92En premier lieu, l’acteur de l’intégrité peut jouer un rôle important en facilitant le processus de définition de l’intégrité dans l’organisation. Il peut être sollicité pour des conseils sur les questions d’éthique, prenant ainsi le rôle d’un coach ou d’un conseiller.

93Deuxièmement, l’acteur de l’intégrité peut jouer un rôle de facilitation et de stimulation en guidant les membres de l’organisation à travers l’intégrité, grâce à son expertise technique et le fait qu’il soit dans une bonne position pour coordonner les efforts de gestion de l’intégrité.

94Troisièmement, l’acteur de l’intégrité peut aussi contribuer à la charge de contrôle éthique. En particulier, il peut prendre part activement au système de dénonciation. Ce dernier point implique la création de canaux que les membres de l’organisation peuvent utiliser, à la place des lignes de communication hiérarchiques normales. L’acteur de l’intégrité peut être un de ces canaux alternatifs.

95Quatrièmement, l’acteur de l’intégrité a un rôle crucial dans la mise en œuvre des règles établies. Cette dernière est généralement assurée par une série d’acteurs. Le premier acteur à réagir aux violations est le management et le dernier est la justice. Entre les deux se situent d’autres intervenants, dans et en dehors de l’organisation.

96Cinquièmement, la coordination de tous les instruments du cadre de gestion de l’intégrité, sous une stratégie globale, est cruciale pour une gestion efficace, et devrait être la préoccupation principale de l’acteur de l’intégrité.

97Finalement, une expertise technique suffisante concernant les instruments de gestion est nécessaire, c’est-à-dire une connaissance de leurs avantages et de leurs inconvénients, en particulier dans le contexte de l’organisation. L’acteur d’intégrité occupe souvent la meilleure position pour accumuler cette expertise et fournir ainsi des conseils avisés au management, sur la façon dont le cadre de gestion doit être conçu.

98La recommandation d’octroyer à l’intégrité une place dans la structure organisationnelle n’implique certainement pas que toutes les organisations, grandes ou petites, doivent mettre en place un vaste bureau de l’intégrité. La forme de cet ancrage structurel dépendra de plusieurs caractéristiques de l’organisation, notamment sa taille bien entendu.

99Bien que nous défendions fortement la nomination d’un/plusieurs acteur(s) de l’intégrité, nous aimerions conclure par un avertissement. Quelle que soit l’utilité que l’acteur de l’intégrité puisse avoir, il existe un risque important. Parce qu’ils savent que « quelqu’un s’occupe de l’intégrité », les membres de l’organisation peuvent se sentir moins responsables. Cela serait très problématique, car la gestion de l’intégrité n’est efficace que si les membres de l’organisation partagent une sorte de copropriété du cadre de gestion. Autant les managers que l’acteur de l’intégrité seront très prudents en évitant un scénario ritualisé de « l’avocat du diable » : l’acteur de l’intégrité est autorisé à venir faire une petite démonstration (lancement d’instruments, identification de problèmes d’intégrité, etc.), après quoi tout le monde retourne travailler et rien n’a vraiment changé.

100Ce n’est pas une raison de ne pas nommer un acteur de l’intégrité, mais c’est un risque qu’il faut connaître. Une façon de l’éviter est de s’assurer de l’implication suffisante des membres de l’organisation lors du développement des instruments de gestion (augmentant ainsi leur sentiment de copropriété) et en introduisant ces instruments dans le fonctionnement quotidien des membres.

VIII. Conclusion

101Cet article a soutenu que l’intégrité des fonctionnaires est quelque chose de gérable et a présenté, à cette fin, quelques éléments d’un cadre de gestion de l’intégrité. Le cadre n’a pas seulement pour objectif d’éviter les infractions graves, mais aussi d’encourager les membres d’une organisation dans la résolution de dilemmes éthiques compliqués, où le comportement approprié n’est pas clairement apparent.

102Le défi majeur dans la mise en place d’un tel cadre est d’éviter le déficit d’implémentation : la menace que la gestion de l’intégrité n’aille pas au-delà des belles intentions. Cette conclusion résume brièvement les recommandations dans ce sens :

Haut de page

Bibliographie

G. A. BALL, L. TREVINO, H. P. SIMS, “Just and unjust punishment: influence on subordinate performance and citizenship”, Academy of Management Journal, 37(2), 1994, pp. 299-322.

T. L. COOPER, The responsible administrator: an approach to ethics for the administrative role, (1st. ed.), Port Washington, New York: Kennikat, 1982.

E. KARSSING, Morele competentie in organisaties, Assen: Koninklijke Van Gorcum, 2001.

C. LEWIS, The ethics challenge in public service, San Fransisco, California: Jossey-Bass, 1991.

J. MAESSCHALCK, “Een aanpak voor dilemmatrainingen: een stappenmodel voor ethische besluitvorming”, Vlaams Tijdschrift Voor Overheidsmanagement, 9(4), 2004a, pp. 7-19.

J. MAESSCHALCK, “The Impact of New Public Management Reforms on public servants' ethics: towards a theory”, Public Administration, 82(2), 2004b, pp. 465-489.

J. MAESSCHALCK, “Approaches to ethics management in the public sector: a proposed extension of the compliance-integrity continuum”, Public Integrity, 7(1), 2005, pp. 21-41.

M. P. MICELI, J. P. NEAR, “Characteristics of organizational climate and perceived wrongdoing associated with whistle-blowing decisions”, Personnel Psychology, 38, 1985, pp. 525-544.

P. NIEUWENBURGH, Ethiek in het openbaar bestuur, Amsterdam: Coutinho, 2002.

L. S. PAINE, “Managing for organizational integrity”, Harvard Business Review, (2), 1994.

A. Sinclair, “Approaches to organizational culture and ethics”, Journal of Business Ethics, 12, 1993, pp. 63-73.

L. K. TREVINO, L. P. HARTMAN, M. BROWN, “Moral person and moral manager: how executives develop a reputation for ethical leadership”, 42(4), 2000, pp. 128-142.

L. K.TREVINO & G. R. WEAVER, Managing ethics in business organizations: social scientific perspectives, Stanford: Stanford University Press, 2003.

H. VAN LUIJK, (1996). “Stapvoets door een dilemma. Opzet en achtergronden van een bewerkingsmodel”, Filosofie in Bedrijf, 22, 1996, pp. 33-40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeroen Maesschalck, « Une politique d’intégrité dans l’administration : comment dépasser les bonnes intentions ? », Pyramides, 16/1 | 2008, 15-44.

Référence électronique

Jeroen Maesschalck, « Une politique d’intégrité dans l’administration : comment dépasser les bonnes intentions ? », Pyramides [En ligne], 16/1 | 2008, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://pyramides.revues.org/191

Haut de page

Auteur

Jeroen Maesschalck

Professeur à la K.U.Leuven, Directeur de l’Institut de criminologie de Leuven

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page