Navigation – Plan du site

Une éthique à deux vitesses : dangers et répercussions sur l’identité professionnelle

Lyse Langlois
p. 33-52

Résumé

Cet article met en évidence quelques dilemmes éthiques vécus par un groupe de professionnels – les ingénieurs concepteurs – et les répercussions que ces dilemmes peuvent avoir sur l’organisation. Ces dilemmes éthiques peuvent instaurer une éthique « à deux vitesses » qui se caractérise par l’exigence du respect des normativités en vigueur dans l’entreprise, mettant en valeur la loyauté et les exigences d’un code de déontologie qui vise à protéger le public. Les pratiques professionnelles peuvent emprunter des raccourcis ayant pour conséquence de dévier de leur trajectoire éthique, surtout lorsque des contraintes de toutes sortes se manifestent, compte tenu des intérêts pécuniaires en jeu. Ces dilemmes font ressortir des enjeux éthiques importants pouvant affecter le travail d’un individu désireux de maintenir une pratique professionnelle au travail.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Les ingénieurs, tout comme la société dans son ensemble, sont confrontés de plus en plus fréquemment à des interrogations d’ordre éthique. Citons, à titre d’exemple, des questions aussi difficiles que la loyauté organisationnelle ou la sécurité des travailleurs, les innovations technologiques et les répercussions potentielles de leur travail sur l’environnement. Que ces questions se posent dans des situations particulières comme le travail des ingénieurs ou qu’elles touchent à des questions de société, elles finissent toujours par interpeller les valeurs personnelles, professionnelles ou collectives. Cet appel n’est pas sans entraîner des dilemmes éthiques. Un dilemme éthique est un conflit de valeurs, voire d’un point de vue individuel, un conflit de conscience. Notre intérêt porte sur les dilemmes éthiques vécus par un groupe de travailleurs et touche plus particulièrement à l’activité des ingénieurs lors de projets de conception. Bien que ce numéro thématique s’adresse particulièrement au secteur public, les résultats de cette étude provenant du secteur privé mettent en évidence des éléments qui interpellent le professionnalisme et la vie organisationnelle. Il défend l’idée que l’organisation qui s’efforce de maintenir une culture dite éthique peut, sous la pression de son environnement, instaurer une éthique à deux vitesses, empêchant ainsi l’exercice d’un professionnalisme.

II. Le professionnalisme et l’éthique

2Le terme « professionnalisme » est une notion qui sème actuellement la confusion, du moins au Québec. Quelle est la signification réelle de ce terme ? Le professionnalisme, phénomène normatif, est une notion qui fait partie du domaine du souhaitable, de l’idéal dans l’exercice de ses compétences. Selon Legault, le professionnalisme « propose des valeurs et des comportements idéaux compte tenu du rôle exercé. (…) c’est un idéal proposé aux conduites professionnelles » (Legault, 1999 : 41). Cet idéal de valeurs représente un guide au jugement du professionnel.

3En reconnaissant légalement et socialement une profession, le jugement devient par la suite balisé selon un code de déontologie. Au Québec, le tout se fait sous la surveillance de l’Office des professions du Québec et de chacun des ordres professionnels respectifs.

4L’Office des professions est un organisme gouvernemental qui a le pouvoir légal de reconnaître de nouvelles professions par le biais d’une loi-cadre – le Code des professions qui établit un cadre législatif unique – mais aussi qui veille à ce que les ordres garantissent la protection du public, en assurant un professionnalisme parmi ses membres. L’action des ordres consiste à s’assurer que leurs membres détiennent les connaissances et le savoir-faire nécessaires et puissent bénéficier de formations continues, pour maintenir à jour leurs connaissances. L’action des ordres professionnels se réalise aussi à travers différents dispositifs d’inspection. Le professionnalisme ainsi encadré par un ordre professionnel se structure autour d’une formation théorique et pratique actualisée, tout en respectant les valeurs de son propre code de déontologie. C’est dans un tel cadre que peut se définir le professionnalisme de type normatif.

5Toutefois, le professionnalisme peut se manifester sans nécessairement obtenir une reconnaissance légale d’un organisme gouvernemental comme l’Office des professions du Québec. C’est le cas, par exemple, des enseignants et directions d’établissements scolaires entre autres. Sans détailler la bataille que mènent les enseignants au Québec à l’égard de leur démarche de professionnalisation et de leur demande de reconnaissance de leur statut en tant que professionnel, les propos ici visent à mettre en évidence que certains groupes, non reconnus par l’OPQ, s’estiment être des professionnels qui font preuve eux aussi de professionnalisme, sans nécessairement passer par une surveillance légale. Dans un tel cadre, l’éthique occupe un rôle prépondérant pour garantir le professionnalisme au travail, il est donc de nature plus descriptive.

6Le professionnalisme en tant qu’exercice éthique s’inscrit dans un processus de régulation sociale. Selon les deux natures éthiques décrites plus haut, on observe deux modes de régulation : l’hétérorégulatoire et l’autorégulatoire. Ces modes de régulation peuvent se confronter en contexte de travail et susciter des tensions et paradoxes sur le plan de l’identité professionnelle, surtout lorsque la personne vit des dilemmes éthiques. Mais tout d’abord, définissons ce qu’est l’éthique.

7L’éthique se distingue de la morale en ce sens qu’elle se réfère à des valeurs plutôt qu’à des obligations. Pour Ricoeur (1991), l’éthique et la morale ont deux racines étymologiques distinctes – grecque et latine – et présentent des similitudes puisque les deux se réfèrent à la notion de mœurs, de comportement et de conduite. Il est de plus en plus habituel d’utiliser les deux termes sans en faire une distinction spécifique. Dans le cadre de cet article, nous utilisons les deux termes indistinctement.

8L’éthique est à la fois une discipline intellectuelle, en général ancrée dans le champ de la philosophie, et est une manière d’interroger et de questionner l’action humaine. Ce questionnement peut parfois s’inspirer de la discipline éthique et de ses concepts, mais pas nécessairement ; toute interrogation sur le sens, le but (les finalités) et les conséquences pour autrui de notre action peut être considérée comme un questionnement d’ordre éthique. L’éthique est donc une construction réflexive. A. Badiou (1993) mentionne que l’éthique n’est pas une catégorie générale, saupoudrée uniformément sur l’ensemble des pratiques, mais elle se nourrit d’un rapport fort au réel, aux faits, aux réalités concrètes et différenciées. Cette position rejoint notre conception à l’égard de l’éthique. C’est pourquoi nous affirmons que l’éthique évolue car elle s’actualise dans une pratique contextualisée.

II.1. La perspective hétérorégulatoire

9La vision de l’éthique dans une perspective hétérorégulatoire se rapproche de celle du contrôle moral. C’est une éthique déontologique. Dans une telle perspective, l’éthique mise sur des principes, sur des lois et des normes qui encadrent et guident les décisions. Ainsi les professionnels ayant un code de déontologie obéissent aux règles de conduite morale exigées dans leur déontologie professionnelle, en mettant en évidence leur sens du devoir basé sur des règles et des principes. Ainsi, ils retrouvent dans leur code des éléments qui différencient ce qu’est une conduite acceptable de ce qu’est une conduite inacceptable dans des situations qui sont propres à leur profession. Outre les codes de déontologie, les règles organisationnelles et les procédures mises en place pour encadrer les pratiques jouent aussi cette fonction.

II.2. La perspective autorégulatoire

10Dans une perspective autorégulatoire, l’éthique est vue comme un questionnement sur les valeurs, les normativités et sur notre rapport à l’autre. L’éthique se situe en tant que capacité d’exercer son jugement à partir de valeurs personnelles, professionnelles ou organisationnelles que nous désirons mettre en pratique. C’est ce que J.- F. Malherbe mentionne : « la recherche d’un juste rapport à l’incertitude » (1996). Pour J. Patenaude et Charlin (1997), l’éthique en tant qu’exercice autorégulatoire est un « processus continu d’évaluation du sens de sa pratique et des critères éthiques qui donnent ce sens et le recréent aux détours de situations inédites ». L’éthique, dans la perspective autorégulatoire, est donc vue comme étant une capacité réflexive sur les normativités et valeurs qui encadrent les pratiques professionnelles. Pour L. Bégin (1992), l’éthique est un mode de régulation individuel qui permet à l’individu un « exercice responsable de sa liberté » de manière à assurer une « régulation des rapports humains ». Dans une telle régulation, l’éthique peut constituer un défi. Comment exercer une responsabilité éthique de manière libre et autonome dans un contexte réglementé, de jeu de pouvoir, de pression des actionnaires ou d’un conseil d’administration ou autres ? Ces aspects font en sorte de considérer l’éthique comme intégrant les deux modes régulatoires (Jutras, 1997 ; Parizeau, 1995 ; Somerville, 1999). Ces auteurs mentionnent que l’éthique est une forme de questionnement, mais ce dernier s’inscrit dans une structure qui invite les individus à respecter les règles et les principes, pour mieux guider leur conduite au travail ou à trouver les balises nécessaires pour prendre leurs décisions. Ainsi, le mécanisme de prise de décision se rationnalise à partir des critères organisationnels, à moins de vivre un dilemme éthique à l’égard de ces règles ou de l’absence de celles-ci.

11C’est ce que nous avons constaté. Malgré les différentes balises données par le code de déontologie sur les normes éthiques à respecter, et les valeurs personnelles et organisationnelles, de même que les différentes procédures incarnées dans la gestion quotidienne d’une organisation, l’individu, dans l’exercice d’un jugement autonome, peut se sentir désemparé, voire dérouté, lorsqu’il a à prendre une décision difficile. Si cette déroute le confronte aux différents niveaux de valeurs, nous sommes en présence d’un dilemme éthique réel.

12La notion de dilemme moral en philosophie est fortement controversée et soulève plusieurs questionnements chez les théoriciens moraux. Le plus important débat tourne autour de la question suivante : « Qu’est-ce qu’un dilemme éthique authentique ? ». Les philosophes sont sceptiques quant à l’existence du dilemme éthique authentique. Ils doutent même de l’existence véritable du dilemme éthique. Nous contredisons cette position car nous avons constaté que plusieurs individus disent vivre des dilemmes éthiques dans l’exercice de leur profession et la confrontation des niveaux de valeurs est perceptible dans l’analyse de leur processus décisionnel. Davis (2004) confirme qu’un dilemme éthique est intimement connecté à l’identité morale de la personne. Ce qui distingue un dilemme moral d’une résolution de problème ordinaire réside dans le fait que la personne a de la difficulté à choisir entre deux valeurs auxquelles elle accorde une importance. Le conflit interne entre les valeurs visées et le problème vécu fait ressurgir d’autres valeurs. La conduite à adopter n’est pas évidente, car ces valeurs s’opposent. De plus, toute action proposée pourrait causer du tort. Hatcher précise :

« En cherchant à résoudre un dilemme moral, on ne peut faire mieux que d’évaluer attentivement les divers éléments en cause dans l’interaction, de déterminer les principes prépondérants et d’agir, ensuite, en fonction de cette analyse. Même si on s’efforce de faire de son mieux, le succès de la démarche n’est pas assuré ; de même, on n’aura pas toujours le temps de réfléchir à fond avant de devoir passer à l’action. [Traduction libre] » (W. Hatcher, p. 121, 1998).

13Nous définissons le dilemme éthique comme étant un conflit de valeurs qui entraîne une exploration des dimensions axiologiques en confrontation (conflit de valeurs personnelles, professionnelles ou organisationnelles). Cette confrontation initie un processus réflexif de calibrage pour tenter de légitimer temporairement ou de manière permanente, la décision du sujet (Langlois, 2008). Selon Canto-Sperber (1996), une des questions importantes liées aux dilemmes éthiques a été et demeure toujours celle qui concerne la justification des jugements moraux.

14Ainsi, le jugement du professionnel n’est pas à l’abri de l’arbitraire lorsqu’il est en présence de dilemmes éthiques. Il peut être mis à l’épreuve surtout dans un contexte d’explosion des connaissances, de complexité des marchés mondiaux ou d’enjeux éthiques que peuvent soulever les pratiques professionnelles. Par exemple, pour les ingénieurs, l’intégration de la technique et du social représente un défi important. Les mutations incessantes qui rythment et sculptent la pratique professionnelle peuvent devenir une source constante d’interrogation sur ce qui doit être fait de manière correcte, juste, acceptable et sécuritaire. Certes, cette interrogation est fortement corrélée au degré de sensibilité morale (ethical awareness) de l’individu. Ainsi, plus la sensibilité morale est éveillée, plus l’individu pourra mieux percevoir les différents enjeux éthiques qui l’entourent et par le fait même s’engager dans un processus de décision éthique (Langlois, 2004).

15Malgré une régulation bien encadrée de type hétérorégulatoire, garantissant une certaine forme d’éthique au travail de type kantien, certains ordres professionnels traversent une crise qui affectent leur identité professionnelle (Legault, 1999). Cette crise semble révéler une perte d’éthos, de sens, à l’égard des valeurs communes et admises à une profession. Certains auteurs mentionnent que le contexte devient difficile à saisir et se colore d’une multitude de zones grises (Legault, 1999). D’autres parlent de superposition d’identités pouvant se confronter en milieu travail (Dubar et Trippier 2005). La crise que traversent certaines professions n’est pas sans répercussion sur les individus. Les médecins et les ingénieurs québécois ont à revoir leur éthos professionnel afin de mieux répondre aux enjeux de société et tenter de mobiliser leurs membres autour de valeurs communes et acceptées. Regardons de plus près cette mutation déontologique que semblent vivre les ingénieurs, sur le plan de leurs savoirs académiques.

16L’activité intellectuelle des ingénieurs fait appel à des connaissances théoriques et à des savoir-faire pratiques mis au service de la collectivité et du progrès technique. Toutefois, on remarque que les universités offrant le programme d’ingénierie révisent leur cursus afin de mieux s’adapter aux nouvelles réalités. Les programmes universitaires instaurent des cours spécifiques abordant de nouveaux éléments : la complexité des tâches, la gestion du risque, le respect de l’environnement, l’éthique au travail, la santé et la sécurité des travailleurs. Ce ne sont pas toutes les universités qui incorporent ces nouveaux cours dans leur cursus. La reconnaissance de ces dimensions tarde dans certains cas créant parfois une scission entre un groupe d’ingénieurs formés dans une école purement technique et un autre groupe d’ingénieurs ayant reçu une formation beaucoup plus globale. Cela n’est pas sans créer quelques répercussions sur le travail des ingénieurs, entre ceux et celles ayant reçu une formation technique et générale, et ceux et celles provenant d’un programme classique. Parfois, on remarque des différences dans le jugement professionnel entre ceux et celles qui manifestent une conception purement scientifique ou technique et d’autres ayant reçu une formation globale. Ces derniers incluent parfois d’autres facteurs souvent associés à un certain art qui exige de l’improvisation en situation de crise, de l’intuition, une éthique enracinée dans une régulation de type autorégulatoire.

17C’est ce qu’on appelle la réflexion éthique à la profession ou l’Engineering Ethics aux États-Unis. Il faut souligner que cette réflexion éthique sur la profession n’obtient pas l’unanimité. Entre autres, pour certains, il est nécessaire de s’interroger moralement sur la pratique du métier d’ingénieur alors que pour d’autres, cette réflexion n’est pas pertinente, car la déontologie professionnelle vient baliser et protéger le jugement de l’individu. Dans le but de mieux comprendre ces manifestations à l’égard de l’identité professionnelle, nous avons exploré la dimension des dilemmes éthiques chez les ingénieurs concepteurs. Nous avons choisi cette catégorie de professionnels, car ils étaient fortement encadrés par leur ordre professionnel et par les procédures qui légitimisent leur pratique en milieu de travail, surtout pour ce qui a trait à la santé et la sécurité du travailleur. Nous étions intéressée à saisir l’exercice de leur jugement dans un tel environnement hétérorégulé et à comprendre comment se manifestait leur professionnalisme.

III. La méthodologie

18Cette étude a été réalisée dans la province de Québec, auprès d’une importante firme d’ingénierie. Elle fait partie d’une vaste étude intitulée « La pratique d’ingénieurs de firmes conseils œuvrant dans un projet de conception avec intégration de la SST et de l’ergonomie ». Un des volets spécifiques portait sur la présence ou non de dilemmes éthiques. Dans le cadre de ce numéro, nous allons mettre en évidence certains dilemmes pouvant s’appliquer tant au secteur privé que public.

19Nous avons rencontré vingt ingénieurs, dont trois femmes et dix-sept hommes. Les ingénieurs volontaires ont été interviewés selon le guide d’entrevue portant sur la notion de dilemme éthique au travail (Langlois, 2005). Chaque discours a été retranscrit et validé par les participants. À la suite de l’entrevue, nous avons procédé à une analyse de contenu de toutes les retranscriptions. Cette analyse a été suivie d’un processus de triangulation à l’aide du logiciel ALCESTE (Reinert, 1986). Pour les besoins de cet article, nous allons mettre en évidence trois dilemmes éthiques pouvant être transposés dans le monde de l’administration publique.

III.1. Résultats : analyse et discussions

20Les résultats démontrent que même avec un code de déontologie et un environnement de travail fortement régulé par des procédures, surtout celles en matière de risques, les ingénieurs rencontrés disent vivre des dilemmes éthiques dans le cadre de leur pratique professionnelle. Les dilemmes éthiques discutés démontrent une tension morale importante entre les valeurs professionnelles et les valeurs de l’entreprise ; le contexte de performance et de compétition et la volonté de bien faire son travail ; la logique technicienne versus la logique réflexive. Débutons par celui-ci.

III.1.1. Dilemme éthique entre la logique de l’expert technique et la logique réflexive

21Le dilemme éthique vécu par un petit groupe d’ingénieurs de l’étude met en évidence des tensions importantes dans la résolution des problèmes techniques. Les ingénieurs démontrant une plus grande sensibilité éthique expriment une logique de type réflexif, telle qu’entendue par Schon et Argyris (1978) à l’égard des théories de l’apprentissage. Les solutions qu’ils avancent sont souvent remises en question par les ingénieurs managers car elles ne correspondent pas aux procédures ou aux pratiques en vigueur dans l’organisation. Lorsque l’ingénieur nous explique sa délibération interne, on observe une césure et une rivalité ouverte entre la logique réflexive et celle de l’expert technique. Il est très difficile pour l’ingénieur démontrant une logique réflexive de faire admettre son point de vue car cela entraîne une trop grande remise en question des procédures et des méthodes de travail. Cette tension n’est pas sans créer une insécurité parmi les ingénieurs qui relèvent de la logique réflexive. Malgré une analyse globale qui fait intervenir parfois des solutions innovantes, ces positions ne sont pas acceptées, car elles contreviennent aux procédures et à une organisation du travail – conçue en silo, c’est-à-dire en un cloisonnement entre unités et départements où tout apprentissage en dehors des procédures n’arrive pas à franchir le mur bétonné de cette organisation du travail. On remarque même que les ingénieurs qui relèvent d’une logique technicienne mettent leur réflexion en suspens, au profit des normativités sans parfois arriver à les critiquer même si elles sont jugées désuètes.

« Pendant six mois de temps, j’ai eu à faire des scénarios pour prouver aux autres que ce qu’on me proposait, ça ne marchait pas. Mathématiquement, les scénarios semblaient réalisables. Il y avait des options plus innovatrices qui demandaient des changements. Si tu fais un projet avec de nouvelles méthodes de travail, tu fais peur aux gens, tu viens de changer leurs habitudes. (Ingénieur,# 1907) »

22Sur le plan de la résolution du dilemme éthique, deux postures éthiques vécues à travers un projet d’envergure de plusieurs M$ peuvent être dégagées. Ces postures sont placées sur un continuum : nous avons d’un côté l’ingénieur technicien dont la mobilisation de son savoir, pour résoudre son dilemme éthique, est incarnée dans un savoir pratique et technique ; et de l’autre côté, l’ingénieur de type réflexif qui cherche à comprendre la situation en utilisant plusieurs éléments contextualisés, à établir une distance avec la situation vécue, en prenant du recul, dans la mesure du possible, par rapport à son propre fonctionnement dans la situation, afin de mieux mobiliser son savoir qui lui permettra d’atténuer son dilemme éthique. Ce continuum prend en considération les variables parfois contradictoires du projet concerné : les décalages entre les intentions de départ du projet et les différents changements apportés au cours du dit projet (pression de l’échéancier, réduction des coûts, etc.) Les représentations de ce qui devraient prévaloir en termes de « meilleure solution » sont partiellement partagées car la confrontation est parfois trop forte. La posture éthique de nature réflexive ne réussit pas à s’exprimer car elle est considérée nuisible à l’efficacité collective et est décriée comme étant une perte de temps.

III.1.2. Dilemme éthique entre la performance (l’urgence) et le travail bien fait

23Ce type de dilemme éthique est courant parmi les individus interrogés. Les pressions de l’organisation ne sont pas sans créer parfois une dissonance cognitive chez l’ingénieur qui est aux prises avec un dilemme éthique. Cette dissonance se traduit ainsi : l’ingénieur se sent de moins en moins confortable pour bien exécuter son travail. Surtout lorsque l’échéancier se rétrécit de plus en plus en matière de livrable. Ce rétrécissement survient presque toujours sans véritable communication au plan organisationnel. Une tension est perceptible entre le fait de bien exécuter son travail selon les normes de sa profession et les nouvelles exigences de l’employeur. La dissonance survient lorsque l’ingénieur vit une sorte de frustration à l’égard d’un échéancier qui vient encore de changer, et ce malgré une proposition et une acceptation générale de l’échéancier initial. Les nouvelles exigences de productivité – les nouvelles acquisitions entre autres – les marchés boursiers, les changements organisationnels et les demandes de changements dans les habitudes de travail ne sont pas sans créer des répercussions sur la qualité du travail.

24« Si un individu est amené à s’engager dans un comportement qui est inconsistant avec ses croyances ou attitudes, il expérimentera l’inconfort de la dissonance cognitive qui le motivera à chercher à résoudre cette inconsistance » (Festinger, 1957). La dissonance organisationnelle découle de l’idée de dissonance cognitive, elle correspond à la différence entre ce que l’organisation adopte en tant que système normatif pour encadrer les pratiques professionnelles comparé à ce que l’organisation légitime réellement dans l’action, i.e. les pressions de l’échéancier et les demandes des actionnaires.

25Par exemple, un ingénieur affirme qu’il aurait eu besoin de plus de temps pour faire d’autres calculs et offrir ainsi des scénarii qui envisagent plusieurs alternatives quant au projet de conception garantissant ainsi le respect des normes de sécurité. Pour l’individu, ce temps est important, car il se sent responsable en tant que professionnel et a le désir du travail bien fait. En voici un extrait :

« Je subis de la pression pour sortir le prototype le plus vite [possible], alors que je n’ai pas terminé mes tests ni géré les risques que le prototype final ne fasse pas le job » (ingénieur # 1707).

« Le premier dilemme éthique que je voyais est entre le fait que je me bats avec mon client pour lui dire que c’est impossible ou que j’essaie de faire du mieux que je peux pour arriver avec un estimé auquel on va ajouter plus de contingences pour les choses que nous aurions manquées dans la définition. C’est certain que lorsque nous avons avancé dans la définition du projet, on a réalisé que le projet en soi était compliqué, il fallait toucher à plusieurs secteurs d’une usine. Il y avait plusieurs risques technologiques et le dilemme éthique que je voyais concernait les solutions et le fondement des bases du projet qui n’étaient pas très solides. (…) Je voulais donc bien faire le travail, mais on n’avait pas beaucoup de temps pour le faire » (ingénieur # 1607).

« Une de mes valeurs à laquelle je tiens vraiment, c’est l’intégrité. Je suis donc incapable d’être d’accord ou de travailler dans un contexte dans lequel je ne crois pas. J’ai aussi une autre valeur qui est le dévouement à l’équipe, la loyauté. Il y a une équipe ici dans notre organisation qui va prendre les décisions sur les directions qui devront être prises et si je suis en désaccord, mon intégrité va se sentir en conflit. J’avais certaines idées à l’égard des solutions et des approches qui devaient être suivies pour le bien du projet, mais elles entraient en conflit avec l’équipe client qui voulait aller plus vite sans faire d’études » (ingénieur # 1807).

26Devant l’urgence de la situation, certains ingénieurs choisissent de subir les pressions de l’échéancier et font une analyse plus réduite du projet en question. En correspondant aux demandes de l’organisation – pressions sur le livrable et réduction du temps requis pour bien faire les analyses – l’ingénieur vit une tension importante dans son identité professionnelle et dans sa loyauté envers l’employeur. Les messages de l’organisation, surtout lorsqu’ils sont contradictoires, atténuent le sentiment de loyauté. Cette pression à l’accélération du changement a déterminé de façon significative, outre les conditions de travail, la pratique des ingénieurs entre ce qui devrait être et ce qui est réellement (Ce qui devrait être / contradictions / ce qui est) (Abravanel, et al., 1988).

27Ceux qui se sortent de cette dissonance organisationnelle réussissent à construire une interprétation de la réalité organisationnelle qui fait sens et manifestent une imagination morale leur donnant ainsi les justificatifs nécessaires auprès des managers. Mais ces ingénieurs représentent une infime portion de ceux rencontrés (N =2). Leur professionnalisme s’exprime en tant que conviction morale forte, proche de l’éthique de conviction (Weber, 2004). La particularité de cette éthique, nous dit Weber, est de suivre ses convictions profondes sans se soucier des conséquences.

III.1.3. Une identité déplacée allant de l’identité professionnelle à une identité d’entreprise (identité clientéliste)

28Le dernier dilemme éthique concerne cette dualité que disent vivre certains ingénieurs entre le respect des normes de la profession véhiculées par le code de déontologie de l’ingénieur et l’obéissance à l’entreprise cliente. Ce déplacement n’est pas sans conséquence pour l’ingénieur : ses normes déontologiques peuvent être en confrontation avec les demandes de l’entreprise cliente. Prenons cet exemple :

« Le dilemme est venu sur le type de matériau qu’il faudrait utiliser pour faire la fondation. Le client voulait absolument utiliser un minerai à moindre coût plutôt que d’utiliser la proposition initiale. Cette proposition prenait en compte les risques, la sécurité et le respect de l’environnement. Nous étions en accord avec nos valeurs professionnelles. La question que je me posais était la suivante : était-ce vraiment important que ce soit complètement étanche ou plaire au client qui désire utiliser un matériau à faible coût ? Notre proposition demandait une baisse de production majeure, mais à long terme c’était sécuritaire et avait une durée de vie plus longue. Maintenant, on s’en va vers un système qui n’est pas vraiment étanche (choix du client en matière du minerai) et il y aura de l’eau qui va contaminer et circuler dans le sol » (Ingénieur, # 1507).

29Lorsque certains ingénieurs tentent de résoudre leur dilemme éthique, le justificatif apporté repose principalement sur leurs normes professionnelles, surtout lorsqu’il s’agit de sécurité des travailleurs et de respect de l’environnement. Toutefois, leur propre dilemme éthique ne se résout pas, car il est étouffé sous le joug des pressions du marché et des exigences de l’entreprise cliente. Dans un tel contexte, nous avons constaté que l’ingénieur opère un glissement à l’égard de son identité, il passe d’une identité professionnelle à une identité clientéliste. Ce passage n’est pas sans créer des problèmes éthiques importants pour certains. Pour se justifier d’une telle option, ils invoquent le fait qu’ils doivent préserver leur emploi et certains ajoutent avancer dans la carrière.

IV. Conclusion

30L’analyse générale des dilemmes éthiques non résolus révèle que la confrontation des deux logiques – technique et réflexive – représente un des obstacles majeurs en milieu de travail lorsque le professionnel tente de résoudre son dilemme. L’agir professionnel de ces deux logiques diffère, empêchant parfois l’innovation au travail. Schön (1983) a été un des premiers chercheurs à s’intéresser à « l’agir professionnel » en général, incluant celui des ingénieurs (Heynemand et Gagnon, 1994). Il prônait, par là, un moyen de regarder la question des compétences des professionnels autrement qu’en adoptant le point de vue de la science appliquée, selon lequel l’activité professionnelle serait une application de savoirs théoriques, techniques et fondamentaux. Schön montre que la pratique des ingénieurs répond aux mêmes impératifs que toute autre pratique professionnelle. Le processus cognitif qui caractérise cette pratique inclut la prise en compte, par l’individu, de ses propres valeurs. Enfin, Schön définit la pratique de l’ingénieur comme un processus cognitif de dialogue (ou de conversation) avec la situation. En effet, l’ingénieur qui doit résoudre un dilemme éthique selon une logique réflexive s’arrête aux particularités de la situation : il ne cherche pas une solution standard mais plutôt une solution adaptée à la singularité du problème, de manière à définir ensuite l’intervention. Une telle démarche s’inscrit dans la définition d’une éthique descriptive de type réflexif. L’ingénieur qui désire atténuer son dilemme éthique tente de mettre en œuvre différents moyens pour réduire son incertitude. Dans cette sphère de réflexion, l’ingénieur puise dans ses valeurs personnelles, mais aussi professionnelles, pour trouver la conviction de continuer selon ses différents degrés d’acceptabilité, et surtout selon le développement de sa sensibilité éthique. Toutefois, on remarque que pour certains, malgré le développement d’une sensibilité éthique, poursuivre par la suite sur la trajectoire éthique représente un très grand défi, surtout pour ceux qui glissent vers l’identité de type clientéliste.

31Force est de constater que dans des projets d’envergure de plusieurs M$, l’identité de l’entreprise (cliente) peut prendre le dessus du pavé. La justification apportée par les ingénieurs concernés touche principalement au fait qu’en choisissant cette identité, ils ont plus de chance d’obtenir un avancement dans leur carrière et de préserver leur emploi. Cette crainte est surtout perceptible chez les ingénieurs appartenant à la tranche d’âge des 25-40 ans. Toutefois, lorsque l’agir est confronté à une falsification telle qu’une sous-évaluation des risques, certains ingénieurs ne font aucun compromis et activent leur identité professionnelle par le biais de leur code de déontologie. Mais le code ne prémunit pas entièrement l’ingénieur à l’égard des pressions du marché et des demandes des clients. Même si les ingénieurs ne sont pas en accord avec ce que peut prôner l’organisation ou l’entreprise cliente, l’avancement, ainsi que les primes au rendement, représentent des atouts importants mettant ainsi l’identité professionnelle en péril. Nous pourrions croire que lors d’un dilemme éthique, les ingénieurs sont en partie ancrés dans des procédures efficaces qui balisent leurs modes de réflexion et leurs actions leur garantissant ainsi une trajectoire éthique optimale, mais cela ne peut s’avérer exact. Des solutions de compromis prévalent continuellement oscillant entre les pressions de l’échéancier et les impératifs financiers créant une dérive éthique possible.

32C’est ainsi que nous voyons poindre une éthique à deux vitesses : celle qui appartient aux valeurs professionnelles et personnelles et celle qui provient de l’entreprise cliente ou de l’organisation. Pour l’organisation qui dit se préserver, éthiquement parlant, par tout un arsenal de procédures et de normes, la discussion, la réflexion éthique ou la remise en question de certaines règles jugées inefficaces n’a pas sa place. S’afficher comme étant une organisation responsable socialement et qui prône des pratiques éthiques au travail révèle parfois une éthique figée qui fait office de vitrine. L’éthique ne se vit pas au travail dans un tel contexte, car elle est plutôt considérée comme étant un élément pouvant ralentir la productivité. Le défi peut être énorme lorsque l’organisation a des liens historiques avec des firmes clientes comme c’est le cas dans cette étude. Loin de vouloir absoudre l’ingénieur qui choisit l’identité du client, le dilemme éthique est d’autant complexe et parfois plus lourd, car l’ingénieur doit insérer ce poids supplémentaire dans la résolution de son dilemme.

33Plusieurs interrogations ressortent de cette étude. Par exemple, comment aider les ingénieurs désireux de maintenir une pratique professionnelle au travail sans qu’ils en perdent leur âme ? Comment pratiquer l’éthique au travail sans tomber dans une rationalisation de cette éthique ? Les réponses demeurent encore en suspens.

34Cet article avait pour intention de mettre en évidence les dilemmes éthiques vécus par un groupe d’ingénieurs-concepteurs. Certes, ces dilemmes ont été vécus en entreprise privée, mais force est de constater que la plupart peuvent se vivre dans une organisation publique où les questions de professionnalisme au travail demeurent communes à tous. Le professionnalisme n’est pas sans conséquence sur la capacité à exercer son jugement professionnel et ainsi préserver son libre arbitre. Touraine (1995) parle d’exercer son libre arbitre pour s’accomplir comme acteur social au sein de sa profession. Dans le cadre de cette étude, le libre arbitre semble de plus en plus acculturé à l’entreprise. Ce libre-arbitre s’il veut être exercé dans la résolution d’un dilemme éthique nécessite un travail d’introspection, essentiel à la mobilisation des savoirs complexes et à la posture éthique du sujet, tel que défini dans cet article.

Haut de page

Bibliographie

H. ABRAVANEL, Y. ALLAIRE, M. E. FIRSIROTU, B. HOBBS, R. POUPART et J.-J. SIMARD, La culture organisationnelle, Aspects théoriques, pratiques et méthodologiques, Montréal, Gaëtan Morin, 1988, 280 p.

C. ARGYRIS et D. SCHÖN, Organizational learning : A theory of action perspective, Reading, Mass : Addison Wesley, 1978.

A. BADIOU, L'Éthique, essai sur la conscience du mal, Hatier, Paris, 1993.

L. BÉGIN, « Compétence technique et compétence éthique », dans La vulgarisation agricole, 1992.

M. CANTO-SPERBER, Dictionnaire d'éthique et de philosophie morale, Paris : PUF, 1996.

A. DAVIS, Moral dilemmas, in FREI, Raymond G. and WELLMAN, Christopher Heath Wellman (Ed.), A Companion to Applied Ethics, Australia, Blackwell Publishing, 2004, p. 487-497.

C. DUBAR et P. TRIPPIER, Sociologie des professions, 2e éditions, Armand Collin Collection, 2005.

L. FESTINGER, A theory of social comparison processes. Human Relations, 7, 1954, pp. 117-140.

W. HATCHER. Love, Power and Justice : The Dynamics of Authentic Morality, 2nd edition, Wilmette (Illinois), Bahá’í Publishing Trust, 1998.

J. HEYNEMAND et D. GAGNON, Le praticien réflexif : à la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel de D. Schön, traduit par HEYNEMAND et GAGNON, Éditions Logiques, Montréal, Québec, 1994.

F. JUTRAS et C. BOUDREAU, « La dimension éthique dans la relation éducative selon le point de vue d’enseignantes et d’enseignants du secondaire », dans M.-P. Desaulniers, F. Jutras, P. Lebuis et G.A. Legault (dir.). Les défis éthiques en éducation, Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec, 1997, p. 157.

L. LANGLOIS, L’anatomie du leadership éthique. Comment diriger nos organisations de manière consciente et authentique, Presses de l’Université Laval, Québec, 2008.

L. LANGLOIS, Responding Ethically : Complex Decision-Making by School District Superintendents, in International Studies Educational Administration Management, ISEA, vol. 32, no2, 2004.

G. LEGAULT, Professionnalisme et délibération éthique, Quebec, Presses de l’Université du Québec, 1999.

J.-F. MALHERBE, L’incertitude en éthique. Perspectives cliniques, Montréal, Fides, 1996, p. 13-14.

J. PATENAUDE et B. CHARLIN, « L’éthique, quel intérêt ? », L’organisateur d’EMC, 10(2), 1997, p. 19.

M.-H. PARIZEAU, « Enjeux et ambivalences de la formation en éthique biomédicale », in HERVÉ Christian (dir.), Éthique médicale ou bioéthique ?, Paris, L’Harmattan, 1995.

M. REINERT, Classification descendante hiérarchique : un algorithme pour le traitement des tableaux logiques de grandes dimensions, E. Diday & coll. (Eds.), Data analysis and informatics, Elsevier Science, 1986, p. 23-28

P. RICOEUR, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1992.

SCHÖN, The Reflective Practitioner. How professionals think in action, London : Temple Smith, 1983.

M. SOMERVILLE, « What Does “Doing Ethics” Mean ? », Literary Review of Canada, 7 (9), 1999, p. 7.

A. TOURAINE, Penser autrement, Fayard, Paris, 1995.

M. WEBER, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme. Gallimard, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lyse Langlois, « Une éthique à deux vitesses : dangers et répercussions sur l’identité professionnelle  », Pyramides, 16/2 | 2008, 33-52.

Référence électronique

Lyse Langlois, « Une éthique à deux vitesses : dangers et répercussions sur l’identité professionnelle  », Pyramides [En ligne], 16/2 | 2008, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://pyramides.revues.org/210

Haut de page

Auteur

Lyse Langlois

Université Laval, Canada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page