Navigation – Plan du site

Pourquoi réformer les universités européennes ?

Philippe Aghion, Mathias Dewatripont, Caroline Hoxby, Andreu Mas-Colell et André Sapir
p. 95-112

Résumé

Récemment, les classements internationaux qui ont été publiés indiquent que l’écart de performance entre les universités européennes et américaines est grand, et en particulier que les meilleures universités européennes se retrouvent bien derrière les meilleures universités américaines. L’indice de performance d’un pays que nous avons établi, utilisant le classement de Shanghai, confirme que malgré la bonne performance de certains pays, l’Europe dans son ensemble est nettement à la traîne de l’Amérique. La raison de cette situation, qui contribue au déficit de croissance économique de l’Europe, est double. Premièrement, l’Europe investit trop peu dans l’éducation supérieure. Les dépenses totales privées et publiques en éducation supérieure dans l’Europe des 25 atteignent à peine 1.3 % du PIB, contre 3.3 % aux Etats-Unis. Cela se traduit par des dépenses moyennes de moins de 10.000 € par étudiant dans l’Europe des 25, et par plus de 35.000 € aux Etats-Unis. Deuxièmement, les universités européennes souffrent d’une gouvernance inadéquate, d’autonomie insuffisante et d’incitations souvent perverses. Notre enquête sur les universités européennes montre que les deux facteurs contribuent à la faible performance de l’Europe et qu’une réforme devrait avoir lieu sur les deux fronts, parce que l’autonomie augmente aussi l’efficacité des dépenses.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La croissance européenne est décevante depuis 30 ans, mais c’est depuis peu que les décideurs politiques ont commencé à réaliser que cette performance est intimement liée à l’output de recherche de ses universités. L’Europe investit trop peu en éducation universitaire. C’est maintenant largement connu que l’Union Européenne dépense moins de 2 % de son PIB en R&D, comparé à plus de 2.5 % aux Etats-Unis. Mais le fossé entre l’Europe et les Etats-Unis est plus grand pour les budgets universitaires que pour les dépenses en R&D. En 2001, le total (public et privé) des dépenses en éducation universitaire dans l’Europe des 25 atteignait à peine 1.3 % du PIB, contre 3.3 % pour les USA. En d’autres mots, l’Europe dépense chaque année 2 % du PIB en moins que les USA. En terme de dépense par étudiant, le contraste est encore plus grand, avec une dépense annuelle de 8700 € dans l’Europe des 25 contre 36500 € aux USA.

2Mais la performance insatisfaisante en recherche dans les universités européennes provient aussi d’institutions inadéquates. Les universités européennes souffrent d’une gouvernance insatisfaisante, d’une autonomie insuffisante et souvent d’incitations néfastes.

3Il y a quelques années, l’Europe a commencé à reconnaître que son système universitaire faisait face à un problème. Un premier pas fut la déclaration de Bologne qui initiait la création d’un espace européen d’éducation universitaire. Récemment, un nombre croissant d’Etats européens ont commencé des réformes de leurs systèmes universitaires.

4Cependant, c’est surtout la récente publication de classements globaux, comme le Shanghai Jiao Tong University Academic Ranking of World Universities (le « classement de Shanghai ») qui a fait prendre conscience à beaucoup de décideurs de l’amplitude du problème et a ouvert un débat public sur la réforme des universités. Ces classements tendent à renforcer la prise de conscience que les USA sont aussi en avance par rapport à l’Europe en terme de recherche universitaire de pointe.

  • 1  Cet article ne s’intéresse pas à l’ensemble des rôles et fonctions des universités, seulement au f (...)

5L’objet de cet article est d’examiner de quelles réformes nous avons besoin de façon à permettre aux universités européennes de produire de la recherche de classe mondiale, et donc de permettre une contribution optimale à la croissance.1

6Dans la première section, nous expliquons les conclusions du classement de Shanghai, tant en matière de performance de recherche des universités européennes comparée aux institutions américaines, qu’en matière de différences entre pays européens. Ensuite, nous établissons les déterminants de la performance en recherche des universités, d’après notre propre enquête sur les universités européennes reprises dans le classement de Shanghai. Finalement, nous formulons des propositions concrètes sur la manière d’améliorer les conditions de la recherche dans les universités européennes, avec l’objectif d’intensifier leur contribution à la croissance.

II. La performance par pays

7Le débat sur le financement et la gouvernance des universités européennes s’est intensifié avec la publication, depuis 2003, de l’index de Shanghai qui mesure la performance en recherche des universités. Créé par un groupe de chercheurs chinois, l’index de Shanghai est une moyenne pondérée de six indicateurs (voir l’indice de Shanghai en encadré ci-dessous). S’il est vrai que les poids sont un peu arbitraires, le principal avantage de cet index est que ses sources sont publiques.

8L’Index de Shanghai

9Cet index agrège six indicateurs de performance de recherche :

  • Le nombre d’anciens de l’université ayant obtenu un Prix Nobel en Physique, Chimie, Médecine ou Economie, ou bien une Médaille Fields en Mathématique,

  • Le nombre de professeurs de l’université ayant obtenu un Prix Nobel en Physique, Chimie, Médecine ou Economie, ou bien une Médaille Fields en Mathématique,

  • Le nombre d’articles (co-) écrits par les professeurs de l’université publiés dans Nature et Sciences,

  • Le nombre de citations d’articles (co-) écrits par les professeurs de l’université dans le Science Citation Index Expanded et le Social Science Citation Index,

  • Le nombre de chercheurs d’une université « fortement cités » dans 21 catégories de disciplines académiques,

  • La performance académique en rapport avec la taille de l’université.

10Notons que l’index de Shanghai tend à sous-évaluer les pays où une grande partie de la recherche scientifique académique se fait en dehors des universités (Max Planck Institutes en Allemagne) ou se fait dans des centres dont les chercheurs sont affiliés à plusieurs universités (les laboratoires du CNRS en France). Cela explique partiellement la performance modeste de la France et de l’Allemagne dans le Tableau 1.

11Le tableau 1 ci-après présente un calcul détaillé de la performance relative d’un pays, successivement en matière de Top 50, Top 100, Top 200 et Top 500 des universités dans le classement de Shanghai.

Tableau 1 : Performance par pays dans le classement Shanghai (mesuré en % par rapport à la performance par tête aux Etats-Unis)

Tableau 1 : Performance par pays dans le classement Shanghai (mesuré en % par rapport à la performance par tête aux Etats-Unis)

12Afin de mieux voir comment lire ce tableau, considérons d’abord la colonne « Top 50 ». La meilleure université dans le Top 50 se voit attribuer un score de 50, la deuxième meilleure un score de 49, et ainsi de suite jusqu’à un score de 1 pour la dernière université du Top 50. Pour chaque pays (ou région), nous ajoutons la somme des scores des universités du Top 50 de Shanghai qui appartiennent à ce pays, et divisons cette somme par la population du pays.

13Finalement, tous les scores d’un pays sont divisés par le score américain, de telle sorte que chaque nombre dans la colonne « Top 50 » peut être interprété comme la performance par tête de ce pays, en pourcentage de la performance américaine par tête pour le Top 50 des universités. Cela donne notre index de performance d’un pays pour le top 50 des universités. La même logique est utilisée, respectivement, pour les colonnes des « Top 100 », « Top 200 » et « Top 500 », où la meilleure université reçoit un score de respectivement 100, 200 et 500, et la dernière reçoit toujours un score de 1. Il y a évidemment moins de nombres égaux à 0 dans une colonne lorsqu’on va du Top 50 au Top 500, dans la mesure où il est plus facile pour un pays d’avoir des universités dans le Top 500.

14Le tableau 1 indique plusieurs résultats intéressants :

  • premièrement, les Etats-Unis dominent complètement les pays européens dans le Top 50 des universités. Seuls la Suisse et le Royaume-Uni rivalisent avec les USA, en performance par habitant. Par contre, l’Europe des 15 et l’Europe des 25, avec une plus grande population que les USA, ont un score plus bas ;

  • deuxièmement, le top 4 des Etats américains (Massachusetts, Californie, New York et Pennsylvanie) font un meilleur score que n’importe quel Etat européen dans le Top 50 et le Top 100 ;

  • troisièmement, la performance des pays devient plus égalitaire si on élargit le nombre d’universités considérées. En particulier, le fossé entre l’Europe des 15 ou l’Europe des 25 et les USA se rétrécit, si on va du Top 50 vers le Top 500. En partie, ceci est dû à la manière dont les scores sont construits, mais cela reflète surtout une réalité : les universités américaines dominent les universités européennes dans le haut du classement (le Top 50 et le Top 100), mais l’Europe a beaucoup de bonnes universités de « second rang » (les 100 suivantes) et de « troisième rang » (les 300 suivantes) ;

  • quatrièmement, il y a d’importantes différences entre pays européens : la Suisse, le Royaume-Uni et la Suède sont particulièrement performants, même dans le Top 100, où ils font même mieux (Suisse et Suède) ou presque aussi bien (Royaume-Uni) que les Etats-Unis, par habitant. Le reste de la Scandinavie (Danemark et Finlande), la Belgique et les Pays-Bas obtiennent un très bon score dans le Top 200 et le Top 500. Par contre, le Sud et l’Est de l’Europe se retrouvent loin derrière. La France et l’Allemagne obtiennent des résultats relativement modestes, excepté dans le « troisième rang », c’est-à-dire les universités qui se situent entre la 301e et la 500e place.

III. Qu’est-ce qui explique la performance de recherche en Europe ?

15Un point de départ naturel pour les économistes est de regarder les budgets. Le tableau 2 (voir page suivante) présente des données totales sur les niveaux de dépenses publiques et privées en éducation universitaire par pays. Les principaux enseignements sont les suivants :

  • les pays plus riches dépensent relativement plus en éducation universitaire que les pays plus pauvres ;

  • les USA dépensent bien plus en éducation universitaire que n’importe quel pays européen, en particulier en financement privé. Mais les dépenses publiques sont également relativement plus élevées qu’en Europe ;

  • la Scandinavie dépense aussi beaucoup, avec l’essentiel de l’argent provenant des fonds publics ;

  • le Royaume-Uni dépense étonnamment peu (ceci sera discuté ci-dessous).

16Le graphique 1 ci-après montre qu’il y a une corrélation positive forte entre les dépenses par étudiant et la performance d’un pays (mesurée par les valeurs de performance du Top 500 dans le tableau 1).

17Cependant, ces données totales n’indiquent pas comment l’argent est réparti entre les institutions d’éducation universitaire, en particulier entre les universités de recherche et celles d’enseignement. Dans la suite de cette section, nous présentons dès lors les résultats d’une enquête sur les budgets et sur la gouvernance des meilleures universités de recherche.

Tableau 2 : Dépenses publiques et privées en éducation supérieure en 2001

18En milliers d’euros par étudiant En % du PIB

Source : DG Recherche ; * : non disponible. Note : non converti en PPA.

III.1. Un échantillon d’universités européennes

  • 2  Le classement de Shanghai de 2006 inclut 200 universités européennes appartenant à l’Europe des 25 (...)
  • 3  Les 10 pays sont : la Belgique (4 réponses sur 7 universités dans le Top 500 de Shanghai), le Dane (...)
  • 4  En fait, les répondants avaient un classement légèrement supérieur à leurs moyennes nationales pou (...)

19Un questionnaire a été envoyé aux universités européennes reprises dans le Top 500 du classement de Shanghai de 20062. Nous avons reçu 71 réponses, soit un taux de réponse de 36 %, ce qui peut être considéré comme très satisfaisant. Nous avons décidé de nous concentrer sur 10 pays pour lesquels le taux de réponse était d’au moins 25 % et le nombre de répondants d’au moins deux3. Ceci nous a laissé un total de 66 universités, avec un taux moyen de réponse de 41 % pour les 10 pays considérés. Nous avons pu vérifier que, pour chaque pays, les universités répondantes avaient une moyenne du classement Shanghai 500 très proche de la population totale des universités pour ce pays, ce qui est rassurant quant à la représentativité de notre échantillon4.

20Le tableau 3 (voir page ci-après) fournit les moyennes par pays sur une variété de dimensions. Il confirme le haut degré d’hétérogénéité entre pays des universités du Top 500 :

  • les pays de l’Europe du Sud (Italie et Espagne) ont des universités de très grande taille (plus de 40.000 étudiants en moyenne), mais peu financées ;

  • la Suède et les Pays-Bas ont des universités de taille moyenne (20-25.000 étudiants), et mieux financées ;

  • le Royaume-Uni et la Suisse ont de petites universités (10-15.000 étudiants) et elles sont très bien financées. En comparaison avec les informations agrégées sur les dépenses du tableau 2, on observe que le Royaume-Uni favorise de manière significative les meilleures universités de recherche, car les universités de notre échantillon (qui appartiennent au groupe des meilleures universités) ont un budget par étudiant environ deux fois plus élevé que la moyenne des universités de ce pays.

Tableau 3 : Caractéristiques des universités de l’échantillon (moyennes)

Tableau 3 : Caractéristiques des universités de l’échantillon (moyennes)

* : PPP ajusté.

21Il y a aussi beaucoup d’hétérogénéité – bien qu’avec certaines tendances générales – en ce qui concerne la gouvernance des universités :

  • l’intervention de l’Etat est clairement généralisée, même quand les universités ne sont pas publiques ;

  • l’autonomie en matière de détermination des salaires est rare, avec la Suède et le Royaume-Uni qui constituent les principales exceptions ;

  • la propriété des bâtiments par l’université est très courante (sauf en Scandinavie et en Suisse) ;

  • l’autonomie en matière de recrutement est généralisée, sauf dans le Sud de l’Europe ;

  • l’endogamie (mesurée par le pourcentage de professeurs qui ont un diplôme de doctorat de l’université) semble être négativement corrélée avec la taille du pays : elle est forte dans les petits pays (Belgique, Danemark, Irlande et Suède, mais pas en Suisse qui est très ouverte à l’engagement de chercheurs ayant obtenu leur doctorat dans d’autres institutions), et peu marquée dans les grands pays (Allemagne, Italie et Royaume-Uni, mais pas en Espagne). Ce résultat reflète clairement l’absence de mobilité académique significative entre pays européens.

22Un fait frappant est donc la grande variance dans la gouvernance des universités entre pays européens, même parmi celles qui ont une très bonne performance de recherche. Par exemple, parmi les trois pays européens avec le meilleur index de performance, l’endogamie est élevée en Suède mais basse en Suisse et au Royaume-Uni, et les universités sont pour la plupart publiques au Danemark, en Suède et en Suisse, et par contre privées aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

23Une dimension où il y a peu de divergences entre pays européens est l’âge des universités. Les meilleures universités européennes sont de vieilles institutions : l’âge moyen des 66 universités dans notre échantillon est à peu près de 300 ans. Il va de 220 ans aux Pays-Bas à 450 ans en Italie. La seule exception est le Danemark, où l’âge moyen est de 60 ans. Ceci suggère que les universités européennes ont accumulé beaucoup de connaissances, mais sont probablement aussi compliquées à réformer.

III.2. Premiers résultats

24Notre étude nous permet d’examiner la corrélation entre, d’une part, budget par étudiant ainsi que diverses mesures de gouvernance des universités et d’autre part, performance de recherche mesurée par le classement de Shanghai. Le tableau 4 ci-après montre que la performance de recherche d’une université est :

  • corrélée positivement avec la taille de son budget par étudiant : plus le budget par étudiant est élevé, meilleure est la performance ;

  • corrélée négativement avec son caractère public : les universités privées ont une meilleure performance que les institutions publiques ;

  • corrélée positivement avec son autonomie de budget : ne pas avoir l’obligation de faire approuver son budget par des autorités gouvernementales est associé à une meilleure performance ;

  • pas corrélée avec sa propriété immobilière : une plus grande autonomie quant à l’usage des biens immobiliers n’est pas associée à une meilleure performance ;

  • corrélée positivement avec son autonomie de recrutement et de détermination des salaires : les universités qui décident elles-mêmes de l’engagement de leurs professeurs et de leurs salaires sont plus performantes ;

  • corrélée négativement avec son degré d’endogamie dans l’engagement de professeurs : les universités qui tendent à engager comme professeurs leurs propres diplômés ont une moins bonne performance.

Tableau 4 : Corrélation entre budget et gouvernance, et performance de recherche (mesuré par le logarithme du classement de Shanghai)

Tableau 4 : Corrélation entre budget et gouvernance, et performance de recherche (mesuré par le logarithme du classement de Shanghai)

25Pris globalement, ces résultats suggèrent que la performance de recherche d’une université est positivement affectée par toutes les mesures d’autonomie (sauf au niveau immobilier), et aussi par son niveau de financement. Cependant, ces résultats ne disent pas :

  • quels facteurs d’autonomie dominent et comment ils sont reliés ;

  • si le financement et l’autonomie améliorent la performance séparément l’un de l’autre, ou s’il y a des interactions positives entre les deux.

26Nous allons maintenant tenter de répondre à ces questions avec les instruments statistiques appropriés.

III.3. Financement et autonomie

27Ici, nous analysons statistiquement l’effet du budget et de la gouvernance des universités sur la performance en recherche, mesurés par les classements de Shanghai.

28Cependant, nous devons commencer par prendre en compte deux autres facteurs qui affectent aussi les classements de Shanghai. Le premier facteur est la taille de l’université. Comme le tableau 5 ci-après l’indique clairement, toutes autres choses égales par ailleurs, des institutions de plus grande taille auront naturellement un meilleur classement de Shanghai parce qu’elles ont plus de chercheurs. Nous ne disposons pas de données sur le nombre de chercheurs dans notre étude. Nous estimons dès lors la taille de l’université par le nombre d’étudiants.

29Le second facteur est l’âge de l’université. Notre tableau 5 indique aussi que, toutes autres choses égales par ailleurs, les institutions plus anciennes peuvent avoir un meilleur classement Shanghai parce qu’elles ont plus d’anciens étudiants.

Tableau 5 : Effet du budget et de l’autonomie sur la performance de recherche (mesuré par le logarithme du classement de Shanghai)

Tableau 5 : Effet du budget et de l’autonomie sur la performance de recherche (mesuré par le logarithme du classement de Shanghai)

30Comme attendu, l’analyse de régression indique que la performance en recherche des universités est positivement associée à leur taille et à leur âge. De manière plus importante, elle confirme aussi l’existence d’un lien positif entre le budget par étudiant et la performance de recherche. Ces effets sont statistiquement significatifs.

31Une fois que ces trois importants facteurs (taille, âge et budget) sont pris en compte, il apparaît qu’un des six indicateurs de gouvernance repris dans le tableau 4 (page 107), l’autonomie budgétaire, a un effet statistiquement significatif sur la performance de recherche. Les autres n’ont pas d’impact statistique sur la performance.

32Mais notre principal résultat n’est pas simplement que plus d’argent ou plus d’autonomie est bon pour la performance en recherche. C’est que cet argent supplémentaire a plus d’impact quand il est combiné à l’autonomie budgétaire. Pour être plus précis : avoir une autonomie budgétaire double l’effet de l’argent additionnel sur la performance de recherche de l’université.

33Donc, augmenter le budget par étudiant aide la performance de recherche, et avoir une autonomie de budget double cet effet bénéfique.

IV. Conclusions

34Dans cet article, nous avons étudié la relation entre d’un côté la gouvernance et le financement de l’université, et de l’autre les différentes mesures de performance. Nous avons essayé de lier notre indice de performance d’un pays basé sur le classement des universités de Shanghai aux différents aspects de la gouvernance des universités provenant d’un questionnaire d’enquête.

35Plusieurs résultats intéressants sont ressortis de notre étude.

36Premièrement, le fossé en matière de performance entre l’Europe et l’Amérique est grand, en particulier pour les universités les meilleures.

37Deuxièmement, lorsque nous élargissons l’enquête du Top 50 au Top 500 des universités dans le classement de Shanghai, la performance relative des pays européens s’améliore en comparaison des Etats-Unis. Ceci suggère que la variance en terme de qualité est moins forte parmi les universités européennes que parmi leurs homologues américaines. Cela suggère aussi que ce qui manque le plus à l’Europe, ce sont des universités de tout haut niveau.

38Troisièmement, il y a plus d’un modèle de système universitaire qui semble marcher. Par exemple, la Suisse et la Suède fonctionnent toutes deux bien avec des universités essentiellement publiques, tandis que le Royaume-Uni obtient un aussi bon résultat avec un plus grand nombre d’universités privées, mais aussi avec des droits d’inscription plus élevés et un niveau de sélection d’étudiants plus grand. Le Royaume-Uni diffère cependant significativement de la Suisse et de la Suède dans une dimension. Tous trois ont une très bonne performance dans le niveau le plus élevé (Top 50 et Top 100), mais le Royaume-Uni a de moins bonnes performances dans le reste du Top 500. Ceci est dû au fait que le Royaume-Uni concentre fortement son budget pour l’éducation universitaire (qui n’est pas très élevé en pourcentage du PIB) sur ses meilleures institutions.

39En fait, une quatrième leçon est que l’argent aide la performance.

40Cinquièmement, l’autonomie est bonne pour la performance de recherche.

41Sixièmement, autonomie et financement sont complémentaires : plus d’autonomie augmente l’intensité de l’effet d’un financement supplémentaire sur la performance de recherche.

IV.1. Conclusions de politique économique

42Qu’est-ce qui devrait être fait pour améliorer la performance des universités européennes ?

43Les pays européens devraient investir plus dans leurs systèmes universitaires. En moyenne, l’Europe des 25 dépense 1.3 % de leur PIB en éducation supérieure, contre 3.3 % aux Etats-Unis. Les pays européens devraient augmenter le financement de leur éducation supérieure d’au moins 1 % de PIB dans les dix prochaines années. La question du partage du fardeau de cette augmentation entre budgets publics et le financement privé, incluant les droits d’inscription, reste ouverte ;

44pour que cet effort soit payant, les universités européennes devraient devenir plus autonomes, en particulier en ce qui concerne leurs budgets, et aussi en matière de recrutement de personnel, de sa rémunération, de décisions sur les programmes et sur la sélection des étudiants, en particulier au niveau des Masters. Ce qui compte pour une bonne performance, c’est tant l’argent que la bonne gouvernance. Les deux sont complémentaires : une augmentation du budget de l’Université a plus d’impact avec une bonne gouvernance et une amélioration de la gouvernance a plus d’impact avec des budgets plus élevés. Nous sommes conscients cependant qu’une plus grande autonomie peut avoir des effets pervers et qu’elle doit être accompagnée par une intensification de l’évaluation de la performance.

45Bien entendu, cet article s’est principalement focalisé sur la mission de recherche des universités et a laissé de côté les questions sensibles concernant les droits d’inscription et la sélection des étudiants, qui sont plus directement liées à la mission d’enseignement, bien qu’elles aient aussi un impact sur la recherche. Ceci étant dit, nous sommes confiants qu’une réforme qui augmente le budget par étudiant et l’autonomie (couplée à une plus grande évaluation) améliorera la performance, soit seule, soit dans le cadre d’une réforme plus radicale du système universitaire, incluant les droits d’inscription et la sélection des étudiants.

Haut de page

Notes

1  Cet article ne s’intéresse pas à l’ensemble des rôles et fonctions des universités, seulement au fonctionnement de la recherche. Un prochain projet à paraître fournira une analyse plus détaillée de la façon dont les universités se comportent face à un ensemble plus large de missions.

2  Le classement de Shanghai de 2006 inclut 200 universités européennes appartenant à l’Europe des 25 et la Suisse.

3  Les 10 pays sont : la Belgique (4 réponses sur 7 universités dans le Top 500 de Shanghai), le Danemark (2 sur 5), l’Allemagne (11 sur 40), l’Irlande (2 sur 3), l’Italie (9 sur 23), les Pays-Bas (4 sur 12), l’Espagne (6 sur 9), la Suède (5 sur 11), la Suisse (6 sur 8) et le Royaume-Uni (17 sur 43). Nous avons laissé de côté la France parce que seulement 4 universités sur 21 ont répondu, et en outre les données sur les budgets universitaires ne sont pas comparables aux autres pays.

4  En fait, les répondants avaient un classement légèrement supérieur à leurs moyennes nationales pour tous les pays sauf l’Espagne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Performance par pays dans le classement Shanghai (mesuré en % par rapport à la performance par tête aux Etats-Unis)
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/241/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Crédits Source : DG Recherche ; * : non disponible. Note : non converti en PPA.
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 3 : Caractéristiques des universités de l’échantillon (moyennes)
Légende * : PPP ajusté.
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 4 : Corrélation entre budget et gouvernance, et performance de recherche (mesuré par le logarithme du classement de Shanghai)
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 5 : Effet du budget et de l’autonomie sur la performance de recherche (mesuré par le logarithme du classement de Shanghai)
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/241/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Aghion, Mathias Dewatripont, Caroline Hoxby, Andreu Mas-Colell et André Sapir, « Pourquoi réformer les universités européennes ? », Pyramides, 14 | 2007, 95-112.

Référence électronique

Philippe Aghion, Mathias Dewatripont, Caroline Hoxby, Andreu Mas-Colell et André Sapir, « Pourquoi réformer les universités européennes ? », Pyramides [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://pyramides.revues.org/241

Haut de page

Auteurs

Philippe Aghion

Harvard University, Bruegel, CEPR.

Mathias Dewatripont

ECARES, Université Libre de Bruxelles et CEPR.

Caroline Hoxby

Stanford University.

Andreu Mas-Colell

Universitat Pompeu Fabra, Barcelona.

André Sapir

ECARES, Université Libre de Bruxelles, Bruegel et CEPR.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page