Navigation – Plan du site
Varia

Architecture publique : quelle politique de qualité ?

Chantal Dassonville
p. 173-184

Résumé

Reconnaître que le cadre de vie, la qualité de l’environnement bâti, participent en première ligne au bien être d’une vie en société, c’est admettre que l’architecture appartient à l’univers des valeurs collectives. En tant que reflet du mode de vie et porteuse d’une identité, l’architecture se caractérise par une présence constante dans le quotidien de chaque citoyen. Elle s’inscrit dans le temps et constitue notre héritage culturel commun.

Si l’architecture est incontestablement l’aboutissement d’un acte de création conduit par un concepteur, elle est aussi, avant tout, générée par une commande qui confère au maître de l’ouvrage un rôle fondateur, et en particulier aux commanditaires publics dont l’action par l’exemple est primordiale.

Chantal Dassonville invite à identifier le lieu de l’émergence d’une politique de promotion de l’architecture et de son développement, et pour ce faire, tente d’en cerner les contours. Sans nier la transversalité de l’architecture qui touche à de multiples domaines de compétences, elle suggère de reconnaître qu’une architecturale de qualité relève bien du domaine de la création et qu’à ce titre, elle s’inscrit dans une démarche culturelle. Se fondant sur une résolution du Conseil européen, elle met en exergue la nécessité de promouvoir et de diffuser des pratiques qui remettent au centre de l’acte de bâtir, les valeurs sensibles qui accompagnent toute création.

Haut de page

Texte intégral

1L’architecture, en tant que reflet du mode de vie et porteuse d’une identité, se caractérise par une présence constante dans le quotidien de chaque citoyen. Elle s’inscrit dans le temps et constitue notre héritage culturel commun. A l’évidence, ces premiers constats confèrent à l’architecture un statut singulier. Elle nous concerne tous et, depuis des temps immémoriaux, elle constitue un mode d’expression artistique qu’il convient de reconnaître comme tel et auquel il est urgent de redonner sa place au sein des politiques publiques. Si l’architecture est incontestablement l’aboutissement d’un acte de création conduit par un concepteur, elle est aussi avant tout générée par une commande. Le rôle du maître de l’ouvrage apparaît donc comme fondateur. Il lui appartient de définir, outre ses besoins ou son programme, le sens et les valeurs qu’il entend véhiculer au travers de l’émergence d’un édifice. L’architecture ne peut donc pas être considérée dans sa seule dimension de service marchand mais doit être reconnue comme une prestation artistique et intellectuelle au service d’un projet qui témoigne d’une intention : habiter, travailler, se divertir, s’instruire, découvrir, rencontrer, administrer, etc., qui dialogue avec son environnement naturel, bâti et social, et exprime avec détermination sa contemporanéité.

2Aussi, les maîtres d’ouvrage, et les commanditaires publics en particulier, mandatés pour conduire les projets au nom de la collectivité, sont invités à reconnaître d’urgence la valeur culturelle et identitaire de l’acte de bâtir car une politique quantitative de la construction, qui se conjugue souvent avec les intérêts économiques du secteur, ou encore une démarche visant principalement la préservation du patrimoine historique ne sauraient constituer à elles seules les ferments d’une communauté tournée sereinement vers un avenir approprié par ses membres.

  • 1  E. Lengereau, L’Etat et l’architecture – 1958-1981 – une politique publique ?, Paris, Picard, 2001 (...)
  • 2  Commission for Architecture and The Built Environment.
  • 3  Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques.
  • 4  www.efap-fepa.eu.

3La transversalité de l’architecture qui touche tant au domaine de l’équipement, de l’aménagement du territoire, de la politique de la ville, du patrimoine, et de la culture, constitue à la fois sa richesse et sa difficulté. « Tous les jours un peu plus, à mesure que se transforme le cadre de la vie quotidienne, l’actualité permet à chacun, agent de l’Etat ou simple citoyen, de se poser la question suivante : où et comment se situe, dans l’appareil administratif de l’Etat, la responsabilité de la puissance publique en matière d’aménagement qualitatif de l’espace ? »1. Plusieurs pays de l’UE sont confrontés à cette question : comment fédérer une politique en matière de qualité architecturale dès lors que les compétences se répartissent entre plusieurs départements ? Certains, comme les Pays-Bas et la Communauté flamande ont choisi la voie de la mise en place d’une structure de soutien et de conseil aux maîtres d’ouvrage publics (Bouwmeester Team). Il en est de même en Grande Bretagne (CABE)2. D’autres, comme la France, ont favorisé la création d’une mission interministérielle (la MIQCP)3. En Allemagne, le gouvernement fédéral a initié, en ce début d’année 2007, la « baukultur » par la création d’une fondation dont l’ambition est de fédérer pas moins de 1500 structures qui œuvrent dans le domaine de la construction avec une attention plus ou moins marquée à la question architecturale. La Belgique, labyrinthe institutionnel, n’échappe évidemment pas à ce questionnement, à l’instar de la plupart de ses voisins européens comme en témoigne la création du Forum Européen des Politiques Architecturale (EFAP-FEPA4).

4Initiée en 1997 sous la Présidence des Pays-Bas avec la « Conférence internationale des politiques architecturales » de Rotterdam, la coopération sur les questions d’architecture a été relancée sous la Présidence de la Finlande grâce aux « Rencontres européennes de l'architecture 1999 ».

5Co-élaborées par la Finlande et la France, ces Rencontres ont proposé dans leurs conclusions une série d’orientations et de recommandations dont la création d'un « Forum européen des politiques architecturales » destiné à pérenniser la coopération. Il constitue un réseau unique de coopération autour de l’architecture qui regroupe les représentants des ministères, des organismes professionnels et des institutions culturelles des Etats membres de l’Union européenne. Ses objectifs sont résumés comme suit :

  • Constituer une structure permanente de coordination et de concertation au niveau européen, installer durablement la coopération entre les Etats membres de l’Union européenne permettant d’échanger et de confronter les démarches en faveur de la qualité architecturale et urbaine.

  • Exercer une fonction de vigilance, élaborer des positions communes dans le respect du principe de la subsidiarité et de la diversité culturelle, établir le dialogue avec les instances de l’Union européenne en aidant à une meilleure prise en compte de l’architecture dans les textes, les programmes et les différents volets des politiques communautaires.

  • Engager des actions concrètes, mettre en place des outils communs et favoriser les partenariats avec d’autres structures européennes.

  • 5  Résolution du Conseil – 12 février 2001 (2001/C73/04).

6En février 2001, sur proposition du Forum, le Conseil des Ministres de la Culture de l’UE adoptait une résolution5 sur la qualité architecturale dans l’environnement urbain et rural :

7« Rappelant la directive du Conseil du 10 juin 1985 (85/384/CEE) qui dispose notamment que " la création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels et urbains ainsi que le patrimoine collectif et privé sont d’intérêt public " ;

8« Rappelant les conclusions du 10 novembre 1994 relatives à la communication de la Commission concernant l’action de la Communauté européenne en faveur de la culture…

9« Se félicitant des travaux communautaires et intergouvernementaux engagés depuis plusieurs années sur le patrimoine architectural et l’environnement bâti, spatial et social, et plus particulièrement :

10- du 5ème Programme cadre de recherche et du développement (PCRD) qui comporte pour la première fois une " action clé " sur le thème " ville de demain et patrimoine culturel " et s’interroge sur la constitution d’un environnement bâti de qualité ;

11- du " Cadre d’action pour un développement urbain durable dans l’Union européenne " présenté par la Commission qui comporte l’inscription de la préservation et l’amélioration de la qualité du patrimoine bâti en tant qu’objectif de l’Union européenne ;

12- du Schéma de Développement de l’Espace Communautaire (SDEC) qui énonce le concept de " gestion créative du patrimoine architectural " incluant l’architecture contemporaine dans une approche de préservation du patrimoine culturel et architectural ;

13« Affirme que :

14- l’architecture est un élément fondamental de l’histoire, de la culture et du cadre de vie de chacun de nos pays, qu’elle figure comme l’un des modes d’expression artistique essentiels dans la vie quotidienne des citoyens et constitue le patrimoine de demain ;

15- la qualité architecturale est un élément constitutif de l'environnement tant rural qu'urbain ;

16- la dimension culturelle et la qualité du traitement physique des espaces doivent être prises en compte dans les politiques régionales et de cohésion communautaires ;

17- l’architecture est une prestation intellectuelle, culturelle et artistique, professionnelle. Le service architectural est par conséquent un service professionnel à la fois culturel et économique.

18« Exprime son attachement :

19- aux caractéristiques communes que partagent les villes européennes, telles que l’importance de la continuité historique, la qualité des espaces publics, la mixité sociale et à la richesse de la diversité urbaine ;

20- au fait qu'une architecture de qualité, en améliorant le cadre de vie et le rapport qu'ont les citoyens à leur environnement, qu'il soit rural ou urbain, peut efficacement contribuer à la cohésion sociale, ainsi qu’à la création d’emplois, à la promotion du tourisme culturel et au développement économique régional ;

21LE CONSEIL

22« Encourage les Etats membres :

23- à intensifier leurs efforts en faveur d'une meilleure connaissance et promotion de l’architecture et de la conception urbanistique, ainsi qu’une meilleure sensibilisation et formation des maîtres d’ouvrage et des citoyens à la culture architecturale, urbaine et paysagère ;

24- à prendre en compte la spécificité du service architectural dans les décisions et actions, qui le requièrent ;

25- à promouvoir la qualité architecturale par des politiques exemplaires de constructions publiques ;

26- à favoriser l'échange d'informations et d'expériences dans le domaine de l’architecture.

27« Invite la Commission :

28- à veiller à la prise en compte de la qualité architecturale et de la spécificité du service architectural dans l’ensemble de ses politiques, actions et programmes ;

29- à rechercher, en concertation avec les Etats membres et conformément aux règlements des Fonds structurels, les moyens d’améliorer la prise en compte de la qualité architecturale et de la préservation du patrimoine dans la mise en œuvre de ces fonds ;

30- dans le cadre des programmes existants : à encourager des actions de promotion, de diffusion et de sensibilisation aux cultures architecturales et urbaines dans le respect de la diversité culturelle ; à faciliter la coopération et la mise en réseau des institutions consacrées à la valorisation du patrimoine et de l’architecture et à soutenir l’émergence de manifestations de dimension européenne ; à encourager en particulier la formation et la mobilité des étudiants et des professionnels et favoriser ainsi la diffusion des bonnes pratiques. »

31Ainsi donc, par ce texte, c’est bien d’une reconnaissance politique de l’architecture dont il est question, de la réappropriation d’une place au sein des politiques publiques, et singulièrement dans le champ de la politique culturelle.

32Peut-on cependant affirmer aujourd’hui, sans trouver de contradicteur, que l’architecture est une compétence culturelle ?

33D’aucun clameront que l’architecte est un artiste et le débat pourrait se clore là.

  • 6  M. ONFRAY, La sculpture de soi – la morale esthétique, Grasset, Paris.

34Mais qu’est ce qu’un artiste ? Empruntons une définition du côté de la philosophie contemporaine. Michel Onfray définit l’artiste comme « celui qui met l’émotion avant la réflexion »6. Il ajoute que « l’artiste est un metteur en scène, un stratège. Il (le stratège) lui faut connaître une situation, appréhender des potentialités, créer des opportunités, ménager des surprises et des zones d’ombre. Son domaine est la domestication des flux pour en faire des forces agissantes. ». Et enfin plus loin, il précise que « le travail qui vise l’harmonie est le plus délicat de tous. Il requiert les vertus du musicien, celles de l’architecte aussi. »

35Si l’on en croit cette définition, l’architecte est un stratège à qui l’on demande de créer de l’harmonie et de faire naître de l’émotion. Incontestablement, dès lors qu’il y parvient, c’est un artiste.

36Certains diront, avec une pointe de cynisme, qu’au quotidien, l’architecture n’apparaît pas toujours à l’évidence comme une production artistique. Certes, mais faut-il renier la musique, unanimement reconnue comme un art premier, au prétexte que, malgré une maîtrise parfaite de la technique, bien peu de musiciens ont atteint les sommets d’émotion offerts par un Bach ou un Mozart ?

37Est-ce bien là le cœur du débat ? Le propos n’est-il pas plutôt de s’interroger sur ce qui fonde l’identité d’une communauté ? Et de reconnaître que le cadre de vie, la qualité de l’environnement bâti, participent en première ligne au bien-être d’une vie en société. Dans ce cas, il est aisé d’admettre que l’architecture appartient à l’univers des valeurs collectives. De tout temps et en tout lieu, les édifices, qu’ils soient civils ou religieux, de l’habitat le plus simple à l’ouvrage d’art le plus complexe, ont été les premiers témoins de l’histoire des peuples, et c’est encore aujourd’hui, très souvent, par le regard sur le patrimoine bâti que tout voyageur engagera son premier contact avec une contrée inconnue.

38En juin 2006, appelée à présenter une communication sur le rôle des ministres de la Culture dans le cadre d’une rencontre du Forum Européen des Politiques Architecturales réuni sous présidence luxembourgeoise, je rappelais la nécessité d’identifier le lieu de l’émergence de cette politique et de son développement et dès lors la tentative d’en cerner les contours. La question de la définition de la qualité architecturale s’est souvent trouvée au centre des échanges, discussions et débats. Une réponse unique est complexe dès lors que la qualité architecturale appartient au domaine de la rencontre entre un espace et celui qui l’appréhende et relève donc davantage de la perception, de l’intuition, des approches qui, par essence, sont difficiles à définir collectivement.

39Quelques propos, émanant de nos maîtres en la matière nous aideront à mieux reconnaître cette place qu’occupe la création architecturale.

40Peter Zumthor : « Je crois que les efforts humains peuvent faire naître une œuvre, un roman, un poème ou un quatuor à corde. Quand c’est réussi, cela forme un monde à part, un cosmos. Cela crée une compréhension particulière, une vision. Une émotion qui est une totalité. Je rentre là-dedans quant ça me plait, comme dans un beau film. Je pénètre un monde spécifique qui porte l’empreinte de quelqu’un qui a inventé, pensé et senti pour moi. C’est une belle définition de l’architecture, quant ça laisse de la liberté. »

41Le Corbusier : « Lorsqu’une œuvre atteint son maximum d’intensité, de proportion de qualité d’exécution, de perfection, les lieux se mettent à rayonner, physiquement. Ils déterminent ce que j’appelle un phénomène d’espace indicible, c’est-à-dire un choc qui ne dépend pas des dimensions, mais de la qualité de perfection, c’est du domaine de l’ineffable. »

42Alvar Aalto : « Un bâtiment est comme un instrument. Il doit absorber toutes les influences positives et intercepter toutes les influences négatives qui pourraient affecter l’homme. Un bâtiment ne peut atteindre ce but que s’il est nuancé avec autant de finesse que l’environnement dans lequel il se dresse. »

  • 7  Gilberto Gil : Ministre Brésilien de la Culture

43Que nous disent-ils en définitive ? Que l’architecture n’appartient pas exclusivement au domaine de la construction, mais aussi, et avant tout sans doute, à cet univers immatériel de l’émotion, de la perception, de la découverte, du plaisir, de la réflexion, de la philosophie. Au-delà de la réponse à des nécessités, elle traduit des intentions, fixe la trame de l’histoire d’un lieu, et véhicule des valeurs symboliques d’une communauté transmises au travers d’une forme et dans un espace temps. En d’autres mots, l’architecture relève bel et bien de cet ensemble que l’on nomme « la culture », c’est-à-dire cet ensemble qui alimente notre rapport au monde, interroge notre regard, aiguise notre curiosité et comme le dit magnifiquement Gilberto Gil7, « forge l’estime de soi, fonde la citoyenneté et cimente la vie en communauté, autant de choses qui sont des remparts à la violence, à la misère ».

44Il ne s’agit pas ici de nier la transversalité de l’architecture qui touche aux domaines de compétences multiples déjà cités, mais de reconnaître qu’une architecture de qualité participe bien du domaine de la création et qu’à ce titre, elle s’inscrit dans une démarche culturelle à laquelle les citoyens peuvent s’identifier, de reconnaître la nécessité de promouvoir et de diffuser des pratiques qui remettent au centre de l’acte de bâtir les valeurs sensibles qui accompagnent toute création et de faire entendre au plus grand nombre l’importance que revêt la qualité de notre environnement bâti dans le bien-être collectif et individuel.

45En Communauté française de Belgique, en nous appuyant sur la résolution du Conseil Européen du 21 février 2001, une série d’acteurs du monde de l’architecture se sont mobilisés pour rédiger un livre blanc de l’architecture contemporaine. Issu d’un processus de réflexion collective, il énonce une série de 36 recommandations politiques dont la première, et sans doute la plus fondamentale, est « le droit pour tous à la qualité architecturale ». Pour ce faire, nous avons pensé que la meilleure manière, et la seule légitime, de défendre l’architecture est de l’amener au centre du débat public. D’autres recommandations concernent l’exercice de la profession, la nécessaire réflexion sur l’enseignement de l’architecture ou encore la création d’espaces de médiation afin d’en finir avec la « balkanisation » des compétences concernant l’architecture et trouver des modes de coordination entre les instances intervenant dans les processus décisionnels.

46Ce livre blanc, largement diffusé, a également été déposé sur la table des partis politiques dans la perspective des élections régionales tenues en juin 2004. La dynamique ainsi créée a conduit, lors de la formation du gouvernement de la Communauté française, à inscrire dans l’accord de législature, un article proposant un décret sur l’architecture et la négociation d’accords de coopération entre la Communauté et les Régions sur les axes d’une politique de l’architecture.

47S’en est suivi, une déclaration de politique générale de la ministre de la Culture, Madame Fadila LAANAN, prévoyant la tenue d’une conférence interministérielle dont le premier but serait la mise en œuvre d’objectifs qualitatifs en matière d’architecture publique. La ministre y envisage, par ailleurs, de jouer un rôle d’impulsion dans cette réflexion et la création d’une instance d’avis pour la mise en œuvre des résolutions du Livre blanc.

48Dès décembre 2004, le gouvernement prenait la décision de mettre en place un groupe de concertation avec les ministres concernés au niveau régional afin d’ouvrir la discussion sur les axes communs d’une action en faveur de l’architecture.

  • 8  www.pratic.be

49Parallèlement, le ministère a financé une étude intitulée : PRATIC8, sorte de photographie active des pratiques culturelles architecturale, témoignant de la vitalité d’un secteur non marchand de l’architecture en marge des pratiques traditionnelles de l’exercice de la profession.

50J’ajouterai, qu’en juillet 2002 déjà, et en référence explicite à la résolution du Conseil, le parlement de la Communauté française adoptait un nouveau décret sur le financement des collectivités locales pour leurs projets d’infrastructures culturelles, décret incluant des conditions de respect des principes de la résolution du Conseil de l’UE pour l’accès aux subventions et favorisant l’organisation de concours ouverts pour l’octroi de subventions spécifiques couvrant les frais d’organisation d’une telle démarche.

51En février 2007 est née la cellule architecture au sein de la direction générale des Infrastructures. Sa mission consiste à accompagner toutes les démarches de désignation des équipes pluridisciplinaires de concepteurs pour les projets de construction et de rénovation au sein du ministère. En particulier, dans le cadre du vaste projet de développement du partenariat public-privé décidé par le gouvernement pour la remise à flot du parc immobilier scolaire, la cellule a un rôle central à jouer. Premiers lieux de prise de conscience de la citoyenneté, la qualité de nos équipements d’accueil des enfants est incontestablement un enjeu fondamental. Qu’est-ce qu’une école du XXIe siècle ? Quel est la spécificité de son projet pédagogique, son degré d’ouverture au monde, son rapport aux questions de sécurité et comment véhiculer ses valeurs vers l’extérieur ? Comment l’école prend-elle en compte la multiplicité des configurations familiales ? Quel est son rapport à l’environnement et comment s’insère-t-elle dans son quartier ? Quelle traduction des paramètres de développement durable tant sur le plan fonctionnel, économique, environnemental que pédagogique ? Etc… Autant de questions qu’un maître d’ouvrage éclairé doit intégrer dans sa réflexion et ensuite faire traduire dans les projets qu’il développe avec les partenaires extérieurs. Que les pouvoirs publics, contraints de répondre aux normes financières de l’UE en matière d’endettement, recherchent de nouvelles voies de financement via le secteur privé, ne les dispense pas de conserver toute l’autorité que requiert la sauvegarde des missions de service public et de veiller à leur traduction dans l’espace public. A ce titre, l’architecture est un vecteur privilégié de cette expression. Elle est aussi d’une redoutable efficacité… en ce y compris lorsqu’elle traduit les signes de notre société consumériste et sécuritaire.

52Porter haut la spécificité intellectuelle et artistique de l’architecture, promouvoir la mise en œuvre de processus qui favorisent la qualité et inviter nos autorités à intégrer cette dimension de manière transversale dans l’ensemble des politiques publiques au profit de la qualité de notre cadre de vie et du bien être de l’ensemble des citoyens, tels sont les objectifs de mon engagement au sein du service public. Agir par l’exemple reste le premier outil de travail pour témoigner de ce que nous voulons promouvoir au sein de l’équipe, c’est-à-dire une architecture de qualité fondée sur une commande claire, une intention, une compréhension des paramètres qui vont alimenter la conception et l’édification. Ce que nous cherchons à créer, ce sont les conditions essentielles pour l’exercice d’une maîtrise d’œuvre sereine, une pratique qui redonne toute la place au temps et au dialogue nécessaires à une création architecturale novatrice qui non seulement réponde aux besoins de la collectivité mais soit aussi porteuse d’un futur qui l’identifie.

53Concrètement, cela se traduit par un encadrement professionnel (définir un programme et des objectifs demande une méthodologie de travail claire et éprouvée) et une expertise reconnue qui se manifeste dans l’organisation des concours et la mise en place de comités de sélection (jurys) composé de personnalités incontestables du monde de l’architecture et de l’enseignement, ainsi que des conditions contractuelles et financières qui reconnaissent la valeur artistique et intellectuelle de la prestation.

  • 9  CAF : Common Assessment Framework

54Reconnue comme une bonne pratique, à l’appui d’un processus d’auto-évaluation9 réalisé en 2004, notre méthode de travail a été présentée à la 4ième conférence sur la qualité des services publics en Belgique en novembre 2007.

Haut de page

Notes

1  E. Lengereau, L’Etat et l’architecture – 1958-1981 – une politique publique ?, Paris, Picard, 2001, p15.

2  Commission for Architecture and The Built Environment.

3  Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques.

4  www.efap-fepa.eu.

5  Résolution du Conseil – 12 février 2001 (2001/C73/04).

6  M. ONFRAY, La sculpture de soi – la morale esthétique, Grasset, Paris.

7  Gilberto Gil : Ministre Brésilien de la Culture

8  www.pratic.be

9  CAF : Common Assessment Framework

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Dassonville, « Architecture publique : quelle politique de qualité ? », Pyramides, 13 | 2007, 173-184.

Référence électronique

Chantal Dassonville, « Architecture publique : quelle politique de qualité ? », Pyramides [En ligne], 13 | 2007, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://pyramides.revues.org/278

Haut de page

Auteur

Chantal Dassonville

Architecte et directrice générale adjointe au ministère de la Communauté française.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page