Navigation – Plan du site

Administral : une base de données de science administrative

Jacques Chevallier
p. 187-188

Texte intégral

I. ADMINISTRAL est le produit d’une longue histoire

1La création au début des années soixante-dix, à l’initiative du professeur Roland Drago et sous l’égide du Centre d’études et de recherches de science administrative (CERSA) qu’il dirigeait au sein de l’Université Panthéon-Assas (Paris 2), d’une base de données bibliographiques de science administrative francophone intitulée « Bibliographie internationale de science administrative » est indissociable de l’essor spectaculaire qu’a connu à partir des années soixante la science administrative. L’intérêt croissant pour les problèmes d’administrtion, dans une perspective pratique comme d’un point de vue théorique, est illustré alors par l’élargissement de son rayonnement géographique : la science administrative tend à se mondialiser, comme en témoigne la multiplication de lieux de confrontation, de réseaux d’échanges, entre praticiens et chercheurs. La création d’une base de données avait pour ambition de contribuer à ce développement, en assurant une meilleure connaissance des travaux réalisés sur l’administration : il s’agissait de dépouiller et d’analyser les travaux, de statut varié (ouvrages, articles de revues, travaux universitaires, actes de colloques, rapports administratifs,…) et de provenance diverse (en anglais, espagnol, allemand aussi bien qu’en français) portant sur l’administration (structures administratives, moyens d’action, politiques publiques,…).

II. Cette base de données a connu par la suite une série d’évolutions, qui ont été des facteurs d’enrichissement

2D’abord, par l’association de nouveaux partenaires : l’Institut international d’administration publique (IIAP), établissement public placé sous la tutelle du Premier ministre et chargé de la formation et du perfectionnement des hauts fonctionnaires étrangers, dès 1978 ; la Bibliothèque administrative de la Ville de Paris (BAVP), dont le fonds complètera le réseau documentaire des producteurs de la base, en 1998.

3Ensuite, par l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication : l’informatisation dès 1972 ; la mise sur CD-Rom en 1998.

4Enfin, par l’adaptation des conditions de réalisation et des modes de diffusion : d’abord réalisée par l’INIST du CNRS (au sein de la base Francis), la base a été complètement réorganisée à la suite du désengagement de l’INIST en 1997 ; le contrat alors signé avec la société Transactive, a permis de donner une nouvelle impulsion à la base, produite désormais sous la dénomination nouvelle d’« ADMINISTRAL ». A partir de janvier 1999, la diffusion sera désormais effectuée sous la forme d’un abonnement à un CD-Rom à parution bimestrielle, garantissant aux abonnés une information aussi à jour que possible.

III. Une nouvelle étape dans le développement d’ADMINISTRAL a été franchie en 2003

5D’une part, la fusion de l’Institut international d’administration publique (IIAP) et de l’École nationale d’administration (ENA) imposait la redéfinition du cadre contractuel : le nouveau contrat signé en mars avec la société Transactive associe désormais au CERSA, l’ENA, qui succède à l’IIAP, et la BAVP, qui figure désormais comme partenaire à part entière. La présence de l’ENA donne bien évidemment une nouvelle envergure à ADMINISTRAL, qui bénéficie du dépouillement effectué par les documentalistes de l’École (ce qui a impliqué un difficile travail d’ajustement technique). D’autre part, la formule de diffusion par voie de CD-Rom est désormais complétée par une possibilité d’accès direct par Internet : le passage sur Internet donne à ADMINISTRAL un rayonnement tout différent, en contribuant à valoriser le travail considérable effectué depuis de longues années par ses producteurs (plus de 120.000 notices sont actuellement consultables sur ADMINISTRAL).

6Reste une question et elle est d’importance : une telle base de données est-elle encore utile, à l’heure où la capacité d’action des administrations nationales tend à s’effriter et où la science administrative fait l’objet d’assauts convergents (pour certains, toute « science » de l’administration serait illusoire, pour d’autres son autonomie serait aléatoire, pour d’autres encore le repli de l’État la rendrait superfétatoire) ?

7La réponse est sans aucun doute affirmative. Sans doute, les administrations actuelles connaissent-elles d’importants bouleversements, consécutifs aux mutations de tous ordres qui affectent les sociétés contemporaines ; mais cela ne signifie pour autant nullement que le phénomène administratif soit désormais frappé d’obsolescence. L’administration est seulement entrée dans une phase nouvelle de son histoire mouvementée ; et une science administrative est plus que jamais nécessaire pour prendre la mesure de ces mutations, en construisant les cadres d’interprétation, les schémas explicatifs indispensables pour éclairer l’évolution en cours. L’ambition d’ADMINISTRAL est de contribuer, comme par le passé, à cette entreprise, en mettant à la disposition des praticiens et des chercheurs des outils d’analyse de la réalité administrative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chevallier, « Administral : une base de données de science administrative », Pyramides, 9 | 2005, 187-188.

Référence électronique

Jacques Chevallier, « Administral : une base de données de science administrative », Pyramides [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://pyramides.revues.org/351

Haut de page

Auteur

Jacques Chevallier

Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2) ; Directeur du « Centre d’études et de recherches de science administrative » (CERSA).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page