Navigation – Plan du site

Introduction

Eric Nachtergaele
p. 11-14

Texte intégral

1Le numéro 4 de la revue Pyramides était consacré à la motivation au travail dans les services publics. Dans leur éditorial, Thibaut Duvillier et Alexandre Piraux, Coordinateurs de ce numéro, soulignaient ce qu’ils appelaient « le mal-être professionnel et donc la démotivation d’une grande partie du personnel dans les administrations publiques ».

2Le numéro 8 de la revue se consacre au thème de la « désorientation des services publics » dans le contexte des réformes et des pressions diverses qu’ils subissent.

  • 1 P. 29.
  • 2 X. Greffe, Analyse économique de la bureaucratie, Paris, Economica, 1981.
  • 3 X. Greffe, op. cit., p. 207.

3Dans ce contexte, Alexandre Piraux nous rappelle la genèse de la réforme Copernic1 et ses conséquences dans les pratiques de l’administration. Sa contribution, en tant qu’elle établit le lien entre l’imaginaire néo-libéral et la réforme copernicienne proprement dite, et pose crûment la question de savoir si l’on veut « au meilleur coût, le meilleur service possible ou au contraire le meilleur service public au meilleur coût possible », nous conduit à repenser aux travaux de Xavier Greffe sur l’analyse économique de la bureaucratie2. Cet auteur, tout en ne niant pas la rationalité économique, au sens strict du terme, de l’Etat, considérait que celle-ci se situe à un niveau inférieur de la rationalité irréductible aux échanges marchands et qui tourne autour de la redistribution dont les formes sont variées : règlements, services publics, transferts, etc3.

4De même, lorsque l’auteur considère que débattre de la meilleure administration n’est pas qu’une question managériale, il nous renvoie aux interrogations de François de Closets qui dans son prologue au Rapport de la Commission « Efficacité de l’Etat » du Xème Plan s’interrogeait :

  • 4 Commission « Efficacité de l’Etat » du Xéme Plan présidée, par François de Closets, Paris, Payot, 1 (...)

« Que deviennent les méthodes de management lorsqu’elles cessent d’être soumises aux contraintes structurantes de la concurrence ? Que devient une pure logique de compétition lorsqu’on ne peut s’en tenir à un critère quantitatif simple comme le résultat commercial et que l’on doit multiplier les évaluations qualitatives ? Et d’une façon plus générale, que devient une société qui se réduit à un marché ? ».4

  • 5 P. 53.

5La seconde contribution5 d’Alexandre Piraux nous permet cependant d’espérer une meilleure prise en considération du facteur humain dans les réformes qui sont engagées, et point important, il souligne que la Ministre Arena « a arrêté le recours intensif à l’expertise privée » et que « l’expertise mobilisée sera (…) moins mercantile et plus académique ». Prenons en acte.

  • 6 P. 65.
  • 7 Op. cit., pp. 59-77.

6La contribution de Christophe Magdalijns abordant le contrôle réorienté de l’action administrative6, dans le contexte des réformes, est à mettre en parallèle avec le chapitre 4 du 160ème Cahier d’observation de la Cours des Comptes, « La nouvelle approche de contrôle de la Cour à la lumière de la réforme de la comptabilité publique et du plan Copernic »7. Soulignons que l’auteur place résolument son article dans le cadre des contributions au « renouvellement de l’approche des contrôles de l’action administrative en lui donnant un caractère pluridisciplinaire ».

  • 8 P. 15.

7La Belgique est loin d’avoir le monopole de la « désorientation » en matière de services publics, la riche contribution de Daniel Moatti en témoigne8. Elle nous permet d’appréhender la situation de l’Education nationale en France. L’auteur remarque à juste titre que « redonner aux enseignants le plaisir de se sentir utile, offrir aux élèves la satisfaction d’apprendre ne peut s’obtenir par de vaines querelles idéologiques au sommet de la hiérarchie scolaire ». Il est peut être opportun, ici de se rappeler Jules Ferry qui dans sa lettre aux instituteurs concernant l’enseignement moral et civique leur écrivait :

  • 9 Paris, 17 novembre 1883, cité in Roger Fauroux et Bernard Spitz, Notre Etat, Paris, Hachette, 2000, (...)

« Quand on vous parle de mission et d’apostolat, vous n’allez pas vous y méprendre : vous n’êtes point l’apôtre d’un nouvel évangile ; le législateur n’a voulu faire de vous ni un philosophe, ni un théologien improvisé. Il ne vous demande rien qu’on ne puisse demander à tout homme de cœur et de sens. »9

  • 10 P. 83.
  • 11 On consultera pour approfondir le sujet : Jacqueline Lalouette , La République anticléricale, XIXe- (...)

8Ce qui nous conduit au second article de Daniel Moatti sur l’historique du concept de laïcité en France10 qui est particulièrement d’actualité dans le contexte du port du voile dit « islamique » dans les établissements scolaires.11

  • 12 P. 99.
  • 13 Sur le droit de la famille, voir Olivier Carré, L’utopie islamique dans l’Orient arabe, Paris, FNSP (...)

9Ensuite, Alexandre Piraux pose les questions fondamentales avec raison12, interpellant les politiques et les enseignants confrontés à ce problème dans leur quotidien. Certes, la réalité du droit de la famille est différente que l’on se trouve en nos contrées et en Orient arabe, et il est des questions qui interpellent.13 Si à juste titre, il est fait appel au témoignage du Prix Nobel de la Paix, l’Iranienne Shirin Ebadi, qui déclarait récemment :

  • 14 Le Monde 2, 8 – 9 février 2004.

« La France se trompe lourdement en prenant le risque de priver d’école des jeunes filles dont c’est pourtant le seul espoir d’émancipation. Cela comblera d’aise les fondamentalistes qui rêvent de femmes illettrées cloîtrées dans leur maison ! »14,

on ne peut ne pas laisser sous silence ce que le Prix Nobel de littérature, le Nigérian Wole Soyinka, déclarait dans le même contexte :

  • 15 Le Nouvel Observateur, 29 janvier – 4 février 2004.

« Aucun enfant ne saurait perdre ses repères spirituels par l’ajout ou le retrait d’un élément vestimentaire »15.

10Et d’aller plus loin en considérant l’uniforme comme une solution d’arbitrage laïque.

11Le débat est riche et les opinions partagées, puisse la sagesse les éclairer pour le plus grand profit des enseignés.

Haut de page

Notes

1 P. 29.

2 X. Greffe, Analyse économique de la bureaucratie, Paris, Economica, 1981.

3 X. Greffe, op. cit., p. 207.

4 Commission « Efficacité de l’Etat » du Xéme Plan présidée, par François de Closets, Paris, Payot, 1989, p. 19.

5 P. 53.

6 P. 65.

7 Op. cit., pp. 59-77.

8 P. 15.

9 Paris, 17 novembre 1883, cité in Roger Fauroux et Bernard Spitz, Notre Etat, Paris, Hachette, 2000, pp. 336-337.

10 P. 83.

11 On consultera pour approfondir le sujet : Jacqueline Lalouette , La République anticléricale, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2002 ; Jean-Louis Ormières, Politique et religion en France, Bruxelles, Complexe, 2002.

12 P. 99.

13 Sur le droit de la famille, voir Olivier Carré, L’utopie islamique dans l’Orient arabe, Paris, FNSP, 1991 ; Jacques Rollet, Religion et Politique, Paris, Grasset, 2001, p. 164.

14 Le Monde 2, 8 – 9 février 2004.

15 Le Nouvel Observateur, 29 janvier – 4 février 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Nachtergaele, « Introduction  », Pyramides, 8 | 2004, 11-14.

Référence électronique

Eric Nachtergaele, « Introduction  », Pyramides [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://pyramides.revues.org/371

Haut de page

Auteur

Eric Nachtergaele

Secrétaire Général du CERAP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page