Navigation – Plan du site
Varia

L’administration belge pendant la seconde guerre mondiale. L’exemple de la gestion du patrimoine culturel immobilier, en particulier à Bruxelles

Stéphane Demeter
p. 155-186

Résumé

La période de l’histoire sur laquelle je me suis penché n’est pas banale. Elle présente pour l’étude des administrations publiques la particularité d’un régime d’exception dans lequel on a écarté du débat un acteur majeur, à savoir les mandataires politiques régulièrement élus. Ces circonstances particulières, quasiment jamais réunies, pourraient être révélatrices d’éléments d’analyses qui n’apparaissent pas dans d’autres études. Une sorte de champ expérimental sur une administration publique en temps réel… mais passé. Dans le domaine très restreint de l’administration du patrimoine culturel immobilier, il semble que, dans ces « circonstances », l’administration put s’épanouir de la manière la plus naturelle pour elle-même, avec un professionnalisme et une rigueur scientifique et technocratique, grâce à l’absence d’un certain nombre de freins traditionnels qui agissent en temps normal, tels que la protection de la propriété privée individuelle et de l’autorité communale ou l’effacement et la réserve auxquels les fonctionnaires sont tenus, le devant de la scène publique étant réservé aux mandataires politiques. Tout cela s’est fait le plus naturellement du monde, comme pour tout organisme auquel on offre un agrandissement de son espace vital.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 C’est cet état d’esprit latent qui m’avait d’ailleurs mené à m’inscrire au DES.

1Après plus de dix ans d’expérience professionnelle dans le domaine public, force m’est de constater, d’une façon générale, la très faible part de la culture historique dans le fonctionnement de l’administration ou bien parfois le recours à un argumentaire pseudo-historique - la plupart du temps non fondé - qui veut que « les choses se font ainsi parce qu’on a toujours fait comme cela »1. La « mobilité » interne ou externe que les politiques de gestion des ressources humaines semblent vouloir prôner à tout prix n’est pas de nature à améliorer les choses. Les mêmes débats sont conduits périodiquement par les nouveaux venus, auxquels on ne transmet pas la mémoire des expériences passées. Le progrès peut difficilement venir d’une telle dynamique fonctionnant en boucle.

2Du point de vue de l’historien, le fonctionnement d’un service d’administration publique à un moment donné est évidemment le résultat d’une évolution, d’un développement ou d’une régression, mais pas d’une génération spontanée. De même, une grande partie de l’explication, voire de la justification, d’un mode de fonctionnement administratif donné doit être recherchée au moins autant dans ce passé au cours duquel il s’est mis en place que dans des contingences internes et externes d’un moment présent qui induirait un modèle administratif précis. Les stratégies qui s’exercent dans une administration publique sont bien entendu dirigées vers l’avenir, mais elles sont aussi ancrées dans le passé et sont le fruit d’une évolution qui mérite que l’on s’y attarde.

3La période de l’histoire de mon administration sur laquelle je me suis penché n’est pas banale. Elle présente la particularité pour l’étude des administrations publiques d’un régime d’exception dans lequel on a écarté du débat un acteur majeur, à savoir les mandataires politiques régulièrement élus. Ces circonstances particulières, quasiment jamais réunies, pourraient suggérer des éléments d’analyses qui n’apparaissent pas dans d’autres études. Une sorte de champ expérimental sur une administration publique en temps réel… mais passé.

4Bien entendu, du point de vue strictement historique, des questions viennent directement à l’esprit, relatives à la notion de « collaboration » ou de « résistance » face à l’occupation étrangère, dans une matière qui n’est pas directement stratégique à court terme, mais qui l’est sans aucun doute à long terme. En effet, la culture en général et l’histoire en particulier, notamment l’enseignement de cette dernière, sont des espaces de déploiement naturel de toute entreprise de propagande. L’objectivité dans l’analyse d’une problématique inscrite dans des évènements encore si lourds de sens aujourd’hui est délicate et les mots même peuvent être porteurs, même involontairement, de jugements de valeurs différents, attribués aux auteurs comme aux lecteurs ou formulés par eux. De ce point de vue, malgré le recul offert par plus d’un demi-siècle d’histoire, le contexte d’étude n’est pas fort différent de celui rencontré par les chercheurs qui travaillent sur les systèmes administratifs actuels.

5Revenons aux enjeux de la présente étude. Une des questions qui me semblait intéressante à examiner était de savoir comment a pu fonctionner une petite administration très spécialisée, un peu marginale en somme dans l’ensemble de l’organigramme des ministères belges de l’époque, sans l’impulsion politique qui, aujourd’hui, dans ce domaine, est prépondérante

  • 2 I. Bardies, J.-P. Legendre et B. Schnitzler, « L’archéologie sous la botte en Alsace et en Moselle (...)

6Qui a pris l’initiative de classer des monuments historiques dans cette période difficile pour l’ensemble de la population ? Est-ce l’administration qui a spontanément mis sur pied deux nouveaux services de recherche qui donneront naissance, dans l’après-guerre, à deux de nos institutions scientifiques nationales ? Parallèlement, cette activité est-elle politiquement neutre, purement scientifique et technocratique ? Ou bien ces recherches archéologiques et historiques au sens large ont-elles été instrumentalisées dans le cadre d’une propagande pangermanique, comme ce fut le cas en Alsace annexée2 ? Ou encore, constitue-t-elle un acte de résistance nationale ?

  • 3 Deux fonds principaux ont été exploités :

7Voilà les questions qui s’étaient posées avant d’entamer la découverte du matériau historique qui n’avait pas encore été étudié3.

I. Le régime du Comité des Secrétaires généraux (1940-1944)

8Le 10 mai 1940 les Chambres ont voté une loi prévoyant certaines délégations de pouvoirs en pays occupé pour le cas où des autorités administratives seraient coupées de leurs supérieurs ; plus précisément : « en cas d’absence ou d’empêchement du ministre (…), le Secrétaire général est chargé d’expédier toutes les affaires administratives relevant du département et de signer pour le ministre, en conformité des lois et des règlements, toutes les pièces à l’exception de celles qui exigent le contre-seing ministériel ». Par ailleurs, interrogé par A. Delmer, Secrétaire général du ministère des Travaux Publics, le Premier ministre H. Pierlot avait dit avant de partir qu’il n’était pas « permis de se prêter à une modification des règles d’organisation administratives établies par la loi ou par des dispositions réglementaires organiques », ni même d’agir dans le cadre de la loi « s’il s’agit de servir les plans de l’ennemi ».

9Après une courte période de tergiversations, les Secrétaires généraux se sont reconnu le droit de « prendre des arrêtés ayant force de loi ». Ces arrêtés pouvaient être pris par « chaque Secrétaire général dans le cadre de son activité professionnelle et dans les cas urgents ». Certains domaines sont exclus de l’autorité des Secrétaires généraux, notamment les questions dites « purement politiques » : lois linguistiques, modification des limites communales et réunions de communes à d’autres fins qu’économiques, décision à caractère militaire, etc. Pour tout cela, l’Occupant devra prendre et exécuter les arrêtés qu’il souhaite.

10A partir de 1942, les autorités judiciaires ont refusé de considérer comme légaux un certain nombre d’actes pris par les Secrétaires généraux, ouvrant ainsi ce qu’il est convenu de nommer « la crise judiciaire ». Après la Libération, l’action des Secrétaires généraux sera très largement critiquée et peu d’actes furent régularisés ou légitimés. Cependant, dans le domaine qui nous occupe, les actes ne furent pas annulés.

II. Le Commissariat général à la Restauration du Pays

II.1. Définition

  • 4 Moniteur belge, 1-3 juillet 1940.

11Le Commissariat général à la Restauration du Pays (CGRP) est un organe mis sur pied par l’occupant le 29 juin 19404, peu après l’invasion du pays, afin de se rallier une partie de la population par la réparation, la plus rapide possible, des dommages de guerre. Par la même occasion, il s’agissait de résorber le chômage et de relever l’industrie belge afin de lui faire prendre part à terme à l’économie allemande. Le CGRP fut placé sous l’autorité du Commissaire général Charles Verwilghen, par ailleurs Secrétaire général du ministère du Travail et de la Prévoyance Sociale.

  • 5 J.-L. Custers, « Le commissariat général à la restauration du pays et la reconstruction », Reconstr (...)

12Trois domaines principaux relevaient de ses compétences : l’emploi, l’économie et la reconstruction des villes et bâtiments. L’appareil du CGRP était particulièrement développé et hiérarchisé. Dirigé par une élite technocratique, il fut l’un des instruments utilisés pour contourner voire s’opposer à la traditionnelle autonomie communale. Ainsi, d’emblée, il « déborde les cadres des administrations centrales et subordonnées existantes », c'est-à-dire les ministères et les services administratifs provinciaux et communaux. A côté de sa propre administration centrale « comprenant le Secrétariat (dirigé par Jozef L. Custers), les services de la comptabilité, un service d’information, un service d’études générales, un service juridique », le CGRP était organisé en « trois grands services techniques : un Service A – de Mise au Travail, un Service B – de Reconstruction, un Service C - de Dommages de Guerre. Cette structure devait permettre d’adopter un programme de grands travaux à exécuter par le ministère des Travaux publics, d’accorder aux provinces et communes des subsides en vue de la réparation de leurs dommages de guerre et la réalisation de travaux nouveaux, et d’assurer dans la mesure du possible et par étapes, la reconstruction des biens privés détruits »5.

II.2. Le Service de la Reconstruction

  • 6 La revue publie des articles émanant des membres du CGRP ou de proches collaborateurs. Les sujets t (...)

13Le Service de la Reconstruction (parfois aussi dénommé « service B – Urbanisme et Architecture ») fut placé sous la direction de Raphaël Verwilghen, frère cadet du Commissaire général. Il avait dirigé le « Service des Régions dévastées » après la Première Guerre Mondiale. Quatre divisions composaient ce service : planologie, urbanisme, architecture et conservation des monuments. Ce service publia entre fin 1940 et début 1944 une revue mensuelle à double parution : en français sous le titre « Reconstruction » et en néerlandais sous le titre « Bouwkunst en Wederopbouw » dont Pierre-Louis Flouquet était le rédacteur en chef6.

14La division de l’Urbanisme fut dirigée par le même Raphaël Verwilghen. Cette division absorba le bureau d’urbanisme du ministère des Travaux publics ainsi que l’Administration de la Voirie communale.

15La division Architecture, également dirigée administrativement par Raphaël Verwilghen, fut placée sous l’autorité intellectuelle de l’architecte Henri van de Velde, un des principaux meneurs internationaux du mouvement moderne, ancien directeur de la Kunstgewerbeschule de Weimar (avant la Première Guerre Mondiale) – ce qui lui valait une confiance particulière de la part de l’occupant – et fondateur de l’école de la Cambre. En tant que conseiller esthétique et artistique du CGRP, il prôna l’abandon du Modernisme et de l’Art Déco pour l’adoption d’un style régionaliste puisant ses inspirations à la source d’une sorte de folklorisme pseudo-scientifique.

16La division de la Planologie fut dirigée par Renaat Soetewey, professeur à la Cambre.

  • 7 Architecte, échevin des Travaux publics de Bruges avant-guerre.
  • 8 Architecte provincial de Flandre Orientale de 1923 à 1947.
  • 9 P. Uyttenhove, « Vragen aan de architectuurgeschiedenis in België. De impact van de Tweede Wereldoo (...)
  • 10 J.L. Custers, op. cit., p. 8.

17La division Conservation des Monuments (parfois dénommée également Section d’Archéologie) fut quant à elle pilotée par l’architecte, professeur à l’université de Gand, Stan (Constantinus) Leurs, qui s’entoura de collaborateurs spécialisés : le chanoine Raymond Lemaire (professeur d’archéologie à l’Université de Louvain), l’architecte Max Winders, I. Hintjens, Jozef Viérin7 et Valentin Vaerwyck8. Le personnel de cette division a été recruté dans les structures d’avant-guerre, particulièrement parmi les membres de la Commission royale des Monuments et des Sites (CRMS) et ce sans intervention de l’occupant9. Plus précisément, des membres correspondants de la CRMS ont été nommés Conseillers du CGRP dans chaque province10.

II.3. La division de la Conservation des Monuments

  • 11 J.L. Custers, op. cit.,p. 8.

18Cette section était chargée de « contrôler la restauration judicieuse des édifices, constructions et maisons présentant un intérêt historique. A ce travail s’ajoute celui de la recherche scientifique provoquée en maintes occasions par la mise à jour (sic) de constructions, d’ouvrages ou de détails jusqu’ici enfouis ou cachés »11.

  • 12 St. Leurs, « La restauration et la conservation de nos richesses archéologiques », Reconstruction, (...)

19Le Conseiller général de cette division, Stan Leurs, définit lui-même l’activité de cette section du CGRP comme suit12 :

  1. assurer la liaison entre le CGRP et la CRMS ;

  2. réunir une documentation complète et précise sur les édifices et objets endommagés ou détruits ;

  3. dans le cas d’immeubles anciens complètement démolis ou presque, donner un avis sur l’opportunité d’une reconstitution ou d’un remplacement par un édifice moderne ;

  4. donner des directives générales au sujet de la restauration des édifices ;

  5. conseiller le Commissaire général dans le choix des architectes chargés des restaurations et donner des directives à ces architectes ;

  6. examiner les plans et cahiers des charges du point de vue architectural et archéologique ;

  7. surveiller l’exécution des travaux et en agréer la réception ;

  8. mettre en place des mesures préventives de conservation contre les risques de nouveaux dommages de guerre.

20La base légale et réglementaire du champ d’activités de cette division du CGRP dans le domaine de la restauration est relativement faible. Elle provient partiellement de la loi de 1931 pour les biens classés et surtout du caractère public de la plupart des bâtiments concernés. Stan Leurs précise que « comme sanction provisoire, il a été prévu que l’Etat se refuserait à envisager le financement de restaurations archéologiques dont les plans et projets ont été établis en marge » du contrôle du CGRP.

II.4. L’Institut de Recherches archéologiques et la vision personnelle de Stan Leurs

21Dans son article d’avril 1941, Stan Leurs annonce la fondation d’un Institut de Recherches archéologiques en tant qu’initiative privée, agréé par le CGRP, avec l’accord du Directeur général de l’Administration des Beaux-Arts, auquel les administrations « apporteront tout leur concours ». Stan Leurs motive la création de cet institut par le caractère scientifique des recherches qui méritent d’être entreprises à l’occasion des travaux de restauration des monuments sinistrés par la guerre et par l’absence de toute institution publique chargée de ce type de travaux de recherches, qui ne se retrouvent pas dans les missions du Service des Monuments de l’Administration des Beaux-Arts.

  • 13 Jusqu’à présent, nous n’avons pas encore retrouvé de traces de cet institut (autres mentions, publi (...)
  • 14 AMRAH, SFE, compte rendu réunion du Comité provisoire du 29/12/1942 (cf. infra).

22Il précise qu’au-delà des travaux à mener sur les édifices détruits par faits de guerre, l’institut pourra agir « dans l’avenir, en toutes occasions où s’imposeront des restaurations susceptibles de permettre de semblables recherches ». Il n’est pas impossible que cet institut n’ait jamais vraiment vu le jour de manière formelle13. En revanche, l’esprit dans lequel il devait se développer fut bien celui dans lequel Stan Leurs engagea de nombreuses initiatives. Lors de la création du « Service des Fouilles de l’Etat » (cf. infra) à la fin de l’année 1942, il précisa qu’il a « déjà pu, depuis la guerre, et en l’absence de tout autre organisme, sauver de l’oubli et retrouver une quantité de choses intéressantes » lors de recherches archéologiques menées dans le cadre des travaux de restauration des monuments sinistrés, travaux financés par le CGRP14. Il semble que les activités archéologiques menées sous l’égide de Stan Leurs au sein du CGRP constituaient en quelque sorte une extension ou un détournement des missions premières du CGRP. La création du Service des Fouilles de l’Etat, en août 1942, relevant d’un autre département ministériel, permit finalement à Stan Leurs de poursuivre ses recherches en émargeant partiellement à un autre cadre administratif.

  • 15 St. Leurs, op. cit., p. 29.
  • 16 P. Rolland, « Reconstruire Tournai. Ce qu’on trouve en rebâtissant une ville », Reconstruction, 21, (...)

23Une des idées maîtresses de l’action de Stan Leurs est en quelque sorte de « profiter » des travaux nécessités par les dommages de guerre pour mener des recherches scientifiques : « En effet, la destruction par faits de guerre de certains monuments historiques possède un avantage qui ne peut être négligé. Il s’agit d’opérer sur les ruines des bâtiments anéantis des expériences intéressantes, voire d’une grande importance pour notre histoire nationale de l’Art »15. Cette instrumentalisation des destructions de guerre et des travaux de reconstruction qui s’ensuivirent est également clairement exprimée par le professeur Paul Rolland (conseiller à la restauration pour la province de Hainaut) lorsqu’il dit « Le passé de Tournai en effet est si passionnant que l’occasion se présentant, comme jamais il n’y en eut, de le poursuivre quasi partout dans ses retranchements les plus profonds, il eût été absurde de n’en point profiter »16.

II.5. Une politique sous-jacente à l’action de Stan Leurs ?

24Cette forme de récupération ou d’instrumentalisation de la politique de restauration et de reconstruction des sites et monuments archéologiques et historiques dans le but de développer un outil de recherche scientifique doit être soulignée. Tout porte à croire qu’il ne s’agit pas là d’un développement voulu ou prévu par l’occupant, qui avait mis en place le CGRP. Cette initiative manifestement personnelle de Stan Leurs, en relais avec le Directeur général de l’Administration des Beaux-Arts, dont nous reparlerons plus loin, doit dès lors être replacée dans le triangle « collaboration-résistance-neutralité » au sein duquel chaque évènement qui s’est déroulé entre 1940 et 1945 est traditionnellement placé.

  • 17 A ce stade de nos recherches, ces considérations doivent être prises comme des hypothèses de travai (...)

25Il ne nous semble pas qu’il faille qualifier cette initiative de collaborationniste, dans la mesure où elle ne répond pas à une demande de l’occupant, ni, à première vue, à une attente de ce dernier. Elle ne semble même pas avoir été récupérée17. On ne détecte pas non plus dans les domaines choisis pour l’application de cette initiative (choix des types de fouilles menées ou de bâtiments étudiés et restaurés) une quelconque orientation ou discrimination culturelle visant par exemple à instrumentaliser la recherche pour développer des thèses pseudo-scientifiques sur le caractère « germanique » des anciens Wallons ou Flamands.

26On ne peut pas parler non plus d’acte de résistance à l’ennemi. Le CGRP est clairement un organe mis en place par l’occupant dans le cadre du choix politique, dit « du moindre mal », exercé par les Secrétaires généraux. Néanmoins, l’action de Leurs est quasiment marginale au sein du CGRP et il déclare ouvertement « profiter » de la situation et des possibilités qui lui sont offertes dans ce cadre. Est-ce une forme de revanche, de résistance que de mettre sur pied un service de la conservation des monuments incontestablement plus performant que ce qui existait avant-guerre ? Mais alors, une revanche sur quoi, une résistance à qui ? A l’occupant ou au régime administratif d’avant-guerre ?

27Dans cette dernière hypothèse, y aurait-il eu une sorte d’alliance objective entre l’initiative personnelle de quelques fonctionnaires compétents et l’indifférence de l’occupant ? Faut-il alors en revenir à une qualification de « collaboration » ? Ou bien l’action de Leurs s’inscrit-elle naturellement dans le souci du travail bien fait, de la recherche scientifique de bon niveau qui s’exerce de façon neutre (sans être néanmoins à l’abri des récupérations) et qui trouve dans les circonstances particulières de l’occupation un terrain propice à son développement, peut-être plus propice qu’avant-guerre et même qu’après-guerre, mais simplement par hasard ?

III. L’Administration des Beaux-Arts (Ministère de l’Instruction publique)

28Cette administration était chargée notamment de la mise en œuvre de la loi du 7 août 1931, qui permettait la protection des monuments et sites classés et l’attribution de subsides pour leur restauration. La procédure de classement comme celle d’autorisation de travaux prévoyait de prendre avis de la commune, de la province et de la CRMS, un des plus anciens organes consultatifs du pouvoir exécutif, fondé en 1835. Au terme de la procédure, l’administration soumettait une proposition d’arrêté au ministre de l’Instruction publique. Sous l’occupation, en l’absence du ministre, c’est le Secrétaire général de ce ministère, N. Nyns, qui prit les arrêtés relatifs à l’exécution de la loi. Le Directeur général de l’Administration des Beaux-Arts instruisant les dossiers était alors Jozef Muls. La CRMS était présidée par le baron Carton de Wiart et le secrétaire en était J.H.E. Houbar.

29L’Administration des Beaux-Arts exerçait également la tutelle sur les Musées royaux d’Art et d’Histoire (MRAH), dont Jean Capart était alors le conservateur en chef et au sein desquels deux services vont particulièrement se développer sous l’occupation à l’initiative conjointe du Directeur général J. Muls et du Conseiller général à la Restauration, St. Leurs. On voit ici se manifester la symbiose et les synergies qui pouvaient s’opérer entre le CGRP et les services publics organiques.

III.1. Les classements de monuments

30Nous envisagerons dans ce chapitre les dossiers de classement portant sur des monuments ou des sites du Grand Bruxelles, en cherchant à identifier le plus clairement possible l’origine du lancement de la procédure.

III.1.1. L’église Saint-Lambert à Woluwé-Saint-Lambert (27 avril 1942)

  • 18 ADMS, Classements, 2278MON01, 1 dossier.

31L’arrêté de classement a été pris par le Secrétaire général, N. Nyns, le 27 avril 194218. Le classement porte sur les parties anciennes de l’église Saint-Lambert ainsi que sur « le site formé par l’église Saint-Lambert, l’ancien cimetière, avec son vieux mur de clôture et ses abords ». Il s’agit du seul classement de site de cette période. Dans le dossier de classement, on trouve diverses allusions à l’état de délabrement avancé de certaines parties de l’église et il est constamment question d’accélérer la procédure d’obtention des subsides. Une note de Stan Leurs adressée persoonlijk à J. Muls, Directeur général, le 16 septembre 1941 appuie cette requête. Des démarches sont également faites pour que les travaux puissent commencer avant même le classement définitif.

32Dans ce cas, l’initiative semble provenir du gestionnaire du bien (la fabrique d’église) et s’inscrit dans une dynamique d’obtention de subsides dans le cadre de la loi du 7 août 1931. Les états des lieux évoqués dans le dossier confirment un état de délabrement assez avancé d’une partie de l’église, alors que cette dernière venait d’être transformée et restaurée en 1938-1939. Si cette démarche de classement a été engagée, c’est vraisemblablement que les dommages à réparer ne pouvaient pas entrer dans le cadre de la définition des dommages de guerre. On peut penser que les circonstances de la guerre et de l’occupation sont étrangères au classement qui aurait sans doute été demandé de toute façon. En revanche, on constate que Stan Leurs intervient personnellement pour que le dossier aboutisse, mais malgré sa position de Conseiller général à la Restauration il n’a pas pu obtenir directement le financement de ces travaux par le CGRP.

III.1.2. Le Luizenmolen à Anderlecht (29 octobre 1942)

  • 19 ADMS, Classements, 2003MON044.

33L’arrêté de classement fut pris par Nyns le 29 octobre 1942. Le Luizenmolen fut classé au titre de monument « en raison de sa valeur artistique, esthétique et archéologique »19. Dans ce cas, la demande de classement émane de la commune propriétaire du bien mais s’inscrit également dans le cadre d’une campagne de protection thématique des moulins à vent dont la CRMS est l’initiatrice. Cette campagne s’intègre elle-même parfaitement dans un regain d’intérêt général pour l’architecture traditionnelle déclinée sous ses formes régionalistes et folkloristes. Les circonstances de l’occupation semblent tout à fait étrangères à la procédure.

III.1.3. La chapelle de la Madeleine à Bruxelles (28 décembre 1942)

  • 20 ADMS, Classements, 2043MON16.

34L’origine de cette procédure de classement remonte au 8 avril 1935, date à laquelle la CRMS transmet au ministre de l’Instruction publique une proposition de classement comme monument « de l’église de la Madeleine à Bruxelles », dans le contexte de « la modification projetée de l’alignement de la grande voirie, rue de la Madeleine, cette modification impliquant le recul de la façade de l’édifice »20. La Députation permanente du Conseil provincial du Brabant se prononça en défaveur du classement en séance du 15 janvier 1936. Le 18 août 1941, la CRMS rouvre le dossier devant les menaces de démolitions à nouveau à l’ordre du jour dans les projets de l’Office national pour l’achèvement de la Jonction Nord-Midi (ONJ). Ces projets lui ont été signalés par le Conseiller général pour la Conservation des Monuments près du CGRP, à savoir Stan Leurs. La CRMS demande le classement légal pour sauver de la destruction cet édifice qui « joue un rôle d’une importance essentielle dans le magnifique panorama de la capitale. En ce faisant (le classement) l’Etat montrera que les édifices monumentaux dont il a la garde au nom de la Nation sont effectivement placés sous sa protection ».

  • 21 E. Henvaux, « La chapelle et la rue de la Madeleine, à Bruxelles », Reconstruction, 17, 1942, pp. 9 (...)

35Suite à ce courrier, le Directeur délégué de l’Administration des Beaux-Arts, Lucien Christophe, demande l’avis du Secrétaire général du ministère des Communications sur cette question, vraisemblablement en tant que tutelle de l’Office de la Jonction Nord-Midi. Le 24 novembre 1941, le Secrétaire général du ministère des Communications, G. Claeys, répond à son collègue de l’Instruction publique et à la CRMS en indiquant que la décision de maintenir ou de démolir la chapelle de la Madeleine est liée à la « solution qui sera adoptée en matière d’urbanisation du quartier de la Putterie… qui fait en ce moment l’objet des préoccupations d’une commission d’urbanistes » et que « cette affaire intéresse également le CGRP, qui a les questions d’urbanisation dans ses attributions ». La revue du CGRP fait écho de l’affaire de la chapelle de la Madeleine dans un article très « diplomatique » ménageant toutes les susceptibilités21. Après plusieurs mois de tergiversations, le 28 décembre 1942, le Secrétaire général du ministère de l’Instruction publique prend l’arrêté de classement de la chapelle de la Madeleine.

36Le cas du classement de la chapelle de la Madeleine est exemplaire des tensions qui peuvent naître au sein d’un organisme (CGRP) chargé à la fois de l’urbanisme et de la conservation des monuments. L’intervention de Stan Leurs est ici clairement orientée vers la conservation et donc en marge de l’opinion générale du CGRP, et sans doute en opposition à l’ONJ, qui est à l’époque un organe remis sur pied par l’occupant. Les arguments relatifs à la conservation d’un des éléments marquants du paysage urbain bruxellois pourrait conférer à ce classement la valeur d’un acte de « résistance » à la volonté de l’occupant mais ce serait pousser trop loin l’interprétation. En effet, la volonté de l’occupant n’était certainement pas de porter atteinte au patrimoine historique de la ville (il y aurait des destructions bien plus symboliques à envisager si cela avait été le cas). La « résistance » s’est exprimée principalement face à un projet d’urbanisme qui ne tenait pas compte de ce monument. Or, ce projet, loin d’être le fait de l’occupant, était au contraire déjà prôné par les autorités publiques, avant-guerre, et le sera encore après-guerre.

III.1.4. L’église Saints-Jean-et-Etienne aux Minimes à Bruxelles (31 juillet 1943)

  • 22 ADMS, Classements, 2043MON17.

37Un seul document est conservé dans le dossier d’archives22, il s’agit d’une copie de l’arrêté de classement du 31 juillet 1943, signé par le Directeur général délégué, H. De Vleeschauwer, pour le Secrétaire général du ministère de l’Instruction publique, absent. En l’absence de documentation, il n’est pas possible d’établir les circonstances précises qui ont amené au classement de l’église des Minimes. Il faut noter que la procédure avait été entamée in tempore non suspecto (1936) et qu’elle a seulement été achevée sous l’occupation, mais sur l’initiative de qui ? Peut-être dans le cadre de travaux qui auraient nécessité une subvention, mais aucun dossier de travaux n’est conservé pour cette période…

III.1.5. L’église Sainte-Elisabeth à Haren (7 avril 1944)

  • 23 ADMS, Classements, 2043MON18.

38Ici encore, comme dans le cas de l’église des Minimes, il s’agit d’une procédure qui avait déjà été entamée plusieurs années auparavant et fut réactivée et achevée sous l’occupation. L’impulsion vient peut-être ici de l’architecte Verraart, membre correspondant de la CRMS, qui était déjà intervenu dans le dossier de classement de l’église de Woluwé-Saint-Lambert destiné à l’obtention de subsides. Le 7 avril 1944, l’arrêté de classement fut pris par le Secrétaire général du ministère de l’Instruction publique, N. Nyns23.

III.1.6. Une politique de classement ?

39L’échantillon est trop restreint pour tirer des conclusions. En tout cas il n’y a pas de trace d’un intérêt de l’occupant pour le classement des monuments historiques. La question de l’obtention des subsides et, d’une manière générale, du financement des restaurations se trouve néanmoins au cœur de deux dossiers, celui de l’église Saint-Lambert à Woluwé et de la chapelle de la Madeleine à Bruxelles. Dans le cas de cette dernière, il s’agit également d’utiliser le classement comme une véritable mesure de protection face à une menace urbanistique. Enfin, le classement du moulin à vent d’Anderlecht s’inscrit dans une véritable politique de classement raisonné appliquée à une part marginale du patrimoine immobilier.

40Toutes ces circonstances sont tout à fait classiques et ont encore cours aujourd’hui : le classement pour obtenir des subsides, le classement pour contrer des projets urbanistiques, le classement scientifique d’un type de patrimoine très spécifique et limité en nombre. Ces classements ne révèlent donc aucune politique spécifiquement liée à l’occupation, mais simplement la poursuite d’une activité normale de l’administration. L’apparition de Stan Leurs dans certains dossiers a lieu dans le cadre de son poste de Conseiller général à la Conservation des Monuments et il agit clairement en appui de l’administration.

III.2. L’inventaire photographique du patrimoine artistique belge (1940-1944)

  • 24 M. Deletang, « En marge de la restauration du pays : la photographie et la protection des œuvres d’ (...)

41Dès le début de l’occupation, Stan Leurs, professeur à l’Université de Gand, et Jozef Muls, directeur général des Beaux-Arts, demandent aux Musées Royaux d’Arts et d’Histoire de réaliser un inventaire photographique du patrimoine culturel belge. Il s’agit de « constituer une documentation iconographique d’un caractère et d’une importance nationale, intéressant les sites géographiques et naturels aussi bien que ruraux et urbains, les œuvres d’architecture ainsi que des arts plastiques et métiers d’art, les éléments du précieux folklore »24.

42En effet, dès août 1940, lors des premières enquêtes menées par le CGRP pour préparer les travaux de restauration des monuments et sites remarquables, « il apparut que la documentation locale susceptible de fournir aux architectes des précisions utiles, tant psychologiques et esthétiques que techniques, était éparpillée, fantaisiste et insuffisante ».

43Un autre fait fut à l’origine de l’initiative de Leurs et Muls. En juillet 1940, le Service d’Art allemand (Kunstschutz) manifesta l’intention de lancer une campagne de prise de vue des pièces et monuments majeurs de l’art belge, dans la continuité des clichés réalisés en 1914-1918 par le même occupant. Ces clichés de 1914-1918, sur plaques de verre, avaient ensuite été achetés à l’Allemagne sur le compte des marks bloqués et se trouvaient en Belgique. Ce fut donc en partie aussi en réponse à cette « menace » de l’occupant que l’initiative de réaliser les clichés par un organisme belge fut prise. En mai 1941, l’occupant réitéra son intention de reprendre à son compte ce travail. Là encore, Stan Leurs parvint à convaincre l’occupant de laisser travailler l’équipe mise en place en Belgique, mais des copies des clichés de 14-18 et de la nouvelle série en cours furent réalisées et expédiées systématiquement en Allemagne, à Marburg, pour le Kunstgeschichtliches Instituut du Reich.

  • 25 L. Masschelein-Kleiner, « Les cinquante ans de l’IRPA », Bulletin de l’Institut royal du Patrimoine (...)

44En 1934, le conservateur en chef (1925-1942) des MRAH, Jean Capart, avait chargé Paul Coremans de reprendre le Service de la Documentation belge et de créer un Laboratoire de recherches physico-chimiques. C’est à ce département des MRAH que le CGRP décida de commander « une campagne documentaire d’envergure réellement nationale ». Les ressources financières furent trouvées principalement auprès du Commissariat général à la Protection aérienne passive, chargé notamment de la protection des œuvres d’art contre tous nouveaux faits de guerre. C’est donc sous la direction de Paul Coremans qu’une vingtaine de photographes furent placés ; ils « parcoururent les provinces de villes en campagnes, selon un plan déterminé ». Sur toute la durée de l’occupation, environ 160 000 négatifs furent réalisés avec le soutien technique et scientifique des chimistes des laboratoires de la firme Gevaert. Une bonne centaine de jeunes gens participeront à ces travaux entre 1941 et 1944 et plusieurs d’entre eux purent ainsi échapper au travail obligatoire en Allemagne25.

45Dans ce dossier de la documentation photographique, le zèle déployé par Coremans dans la mise sur pied et le développement de son équipe et celui mis en œuvre par St. Leurs pour leur garantir une mission officielle que l’occupant aurait bien voulu s’approprier peuvent, sans beaucoup de problèmes, être classés dans la catégorie des actes de résistance à l’occupation. En effet, Leurs aurait peut-être plus facilement obtenu que des services allemands se chargent de la mission de photographie tout en maintenant une copie des clichés au sein du CGRP, ce qui du point de vue de l’outil scientifique aurait sans doute pu être équivalent. Mais l’acharnement à maintenir l’activité et les originaux dans des mains belges, avec les copies en compensation pour l’occupant, manifeste une volonté de résistance à l’ingérence de ce dernier.

III.3. Le Service des Fouilles de l’Etat

  • 26 En réalité, ce service existait déjà dans les faits, depuis que le 24 décembre 1903 une note minist (...)

46L’arrêté n° 3334 du Secrétaire général du ministère de l’Instruction publique, N. Nyns, daté du 19 août 1942, institue un Service des Fouilles dans le cadre des services généraux des Musées royaux d’Art et d’Histoire. Ce nouveau service prend rapidement le nom de « Service des Fouilles de l’Etat ». Inséré dans l’organigramme au niveau des services généraux, il dépend directement du Conservateur en chef de l’institution, Henri Lavachery (qui a succédé à Jean Capart en 1942). Le même arrêté crée au cadre de l’institution un « Chef du Service des Fouilles ». H. Lavachery, dans sa lettre du 29 décembre 1942, indique que l’arrêté du Sercrétaire général « crée ou plutôt recrée un service des fouilles »26. La nouveauté est de conférer à ce service des fouilles des missions beaucoup plus étendues, intégrées à la politique de restauration du patrimoine immobilier. En outre, il s’agit au départ d’un comité chargé de proposer une nouvelle structure pour ce service.

47La lettre du Secrétaire général invite le conservateur en chef à réunir sans tarder le « comité d’étude » qui chapeautera ce nouveau service. Elle indique également que « cette commission (est) nommée à titre provisoire » mais que les travaux doivent être poursuivis « avec la plus grande célérité ». H. Lavachery interprète d’emblée ce caractère provisoire comme étant lié à la période de la guerre. En effet, il fait allusion au fait que ce caractère provisoire prendra fin lorsqu’il sera levé par un ministre : « Nous verrons plus tard, lorsque les circonstances seront plus favorables, à nous donner nous-mêmes, avec l’accord ministériel, un cadre et un statut définitifs ». Il estime plus loin que « dans les circonstances actuelles », il n’est pas « possible de définir, sinon sur un plan idéal, l’organisation d’un service des fouilles, tel qu’il en existe en d’autres pays, où la protection des antiquités nationales est profonde et étendue. Un service des Fouilles bien compris doit en effet s’appuyer sur une législation méticuleuse qu’il ne nous est pas permis d’élaborer maintenant ». On sent bien la réserve du Conservateur en chef sur le fait de développer un nouveau champ d’activités, vu les « circonstances » ; sans aucun doute ces dernières sont-elles celles de l’occupation du pays. Il conclut que la « besogne doit être, avant tout, de définir le champ actuel de l’action du service des fouilles, c’est-à-dire, nous demander quels sont les travaux possibles et si nous sommes à même de les exécuter. Parmi ces travaux possibles, les premiers seront ceux qui sont déjà commencés et auxquels nous pouvons sans doute apporter notre aide scientifique et matérielle ».

  • 27 En tout cas, on retrouve les mêmes protagonistes que dans l’initiative de l’inventaire photographiq (...)

48Stan Leurs, qui sera membre du comité provisoire, estime quant à lui qu’il « faut tenir compte de la situation actuelle et en profiter au mieux des intérêts de l’archéologie belge ». Il « s’est toujours efforcé, et il y a souvent réussi, d’obtenir toutes facilités pour les fouilles du CGRP ». En parlant du budget, Lavachery indique que le département des Beaux-Arts marque un intérêt certain pour le service des fouilles. Ce qui laisse penser que l’initiative de la création de ce dernier pourrait bien venir de ce côté, soit par l’intermédiaire d’influences extérieures, notamment celle du CGRP, et de Stan Leurs lui-même27.

49Le 18 novembre 1942, le Secrétaire général Nyns, sur proposition du conservateur en chef des musées et en application de l’arrêté du mois d’août, met en place un « Comité d’étude chargé de lui faire des propositions relatives à l’organisation du nouveau Service, d’en définir les attributions et de régler les rapports entre les divers organismes que le problème des fouilles intéresse et concerne ». La composition du comité est établie de la façon suivante :

    • 28 Henri Lavachery (Liège 1885 – Bruxelles 1972). Docteur en philologie classique de l’ULB (1908), pro (...)

    Henri Lavachery, conservateur en chef des Musées royaux d’Art et d’Histoire28 ;

    • 29 Jules Vannérus (Diekirch 1874 – Ixelles 1970) Archiviste aux Archives de l’Etat, notamment la Commi (...)

    Jules Vannérus, membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique29 ;

    • 30 Van de Weerd assurait depuis 1939 avec Jacques Breuer la chronique « Archéologie » paraissant dans (...)

    H. Van de Weerd, professeur à l’Université de Gand, membre de Koninklijke Vlaamsche Academie voor Wetenschappen en Schone Kunsten van België30 ;

  1. Stan Leurs, Conseiller général au CGRP pour la Conservation des Monuments ;

  2. Hélène Danthinne, professeur à l’Université de Liège ;

    • 31 A cette époque, Jacques Breuer est Chef du Département de la Belgique Ancienne ; il a repris en 194 (...)

    Jacques Breuer, conservateur-adjoint aux Musées royaux d’Art et d’Histoire31 ;

  3. Maxime Glibert, conservateur-adjoint au Musée d’Histoire naturelle.

50La remise sur pied du Service des Fouilles de l’Etat, qui était véritablement moribond au sein des MRAH, fut plus que vraisemblablement initiée par Stan Leurs lui-même. Ses bonnes relations avec le Directeur général de l’Administration de tutelle des MRAH, J. Muls, facilita grandement ce projet. Ce dernier devait répondre aux difficultés qu’il avait rencontrées dans son essai de création d’un Institut de Recherches archéologiques, satellite du CGRP, et surtout dans la poursuite des activités de fouilles qu’il organisait, de façon plus ou moins détournée, dans le cadre des chantiers subsidiés par le CGRP. Les changements dans la gestion, notamment financière, de cet organisme ont forcé Stan Leurs à trouver une autre voie. Cette dernière s’ouvrit avec la réactivation du SFE, dont l’activité fut dans un premier temps principalement axée sur des projets de recherches de Stan Leurs et ensuite de son assistant Raymond Lemaire.

51La progression budgétaire fulgurante des moyens mis à disposition de ce service est assez remarquable dans les circonstances des années 1942-1944 puisque partant d’une enveloppe de 50 000 francs promise pour 1943, on a finalement pu affecter une enveloppe de près de 500 000 francs dans le budget de 1944. Il faut y voir, à n’en pas douter, le résultat de l’influence de Stan Leurs sur le Directeur général, J. Muls, qui affecta des parts de plus en plus grandes du budget des MRAH au SFE rétabli.

52Ce développement fut porté par la compétence, l’efficacité et la justesse des vues à long terme du directeur du service, Jacques Breuer, dont l’action coordonnée et raisonnée permit certainement que ce qui aurait pu n’être qu’un feu de paille débouche, après-guerre, sur la création du Service National des Fouilles.

IV. Régularisations après l’occupation

53D’une manière générale, les différentes actions menées dans le domaine du patrimoine immobilier sous l’occupation furent régularisées et légitimées au lendemain de la libération. Le jugement des contemporains sur ces activités ne fut donc pas celui de la collaboration. Au contraire, plusieurs voix s’exprimèrent pour voir dans le maintien et même le développement de l’action de ces différents services une forme de fière résistance nationale. Sans doute cette « résistance » trouva-t-elle là un lieu d’expression que l’occupant pouvait tolérer plus facilement que dans d’autres domaines plus stratégiques. Il faudrait étendre les recherches documentaires pour pouvoir éventuellement parler d’indifférence de l’occupant face à ces activités d’ailleurs bien marginales. Je pense que cette valeur de « résistance » est en partie une valeur ajoutée a posteriori. Le professionnalisme et la rigueur avec laquelle les opérations de recherches, d’inventaire et de protection furent menées relèvent plutôt d’une fierté scientifique et technocratique que politique. C’est très certainement cette dernière circonstance qui assura la pérennité d’un certain nombre d’acquis de la période de l’occupation.

IV.1. Les arrêtés de classement

54Les arrêtés de classement pris par les Secrétaires généraux furent tous confirmés par un arrêté du Régent du 9 février 1946.

  • 32 Baron Carton de Wiart, « La Commission royale des Monuments et Sites », Bulletin de la Commission r (...)
  • 33 Baron Carton de Wiart - 1949, p. 10 ; Bruxelles, monuments et sites classés, Bruxelles, 1994, p. 22 (...)

55Dans sa présentation de la CRMS à l’occasion de l’inauguration du nouveau « Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites » en 1949, le baron Carton de Wiart, qui présida la commission pendant l’occupation, mentionne qu’« un grand nombre de ses membres se sont particulièrement dévoués à cette époque, en apportant leur concours aux administrations publiques dans ce travail de protection des monuments et des objets d’art32 ». Le classement du moulin à vent d’Anderlecht et celui d’Arc-Anières, qui se trouve aujourd’hui à Woluwé-Saint-Lambert, s’inscrivait dans une politique de protection thématique des moulins à vents menée sous l’impulsion de Monsieur Maertens, directeur général honoraire, qui amena de nombreuses démarches pour assurer leur conservation33.

  • 34 Baron Carton de Wiart, op. cit., p. 11.

56La consultation obligatoire de la CRMS sur le changement des noms de rue « a procuré à la Commission royale pendant l’occupation allemande quelques satisfactions patriotiques. A ce moment certaines villes et communes supprimaient insolemment les noms les plus intéressants et les plus respectés pour y substituer ceux de misérables coryphées du Rexisme ou du V.N.V. Il n’est pas besoin de dire avec quel plaisir la Commission royale exprima en termes énergiques et motivés son opposition à ces délibérations, et elle obtint souvent gain de cause, non sans quelque risque »34.

  • 35 Baron Carton de Wiart, op. cit., pp. 12-13.

57Evoquant la tâche ingrate de la CRMS et la difficile diffusion d’un discours consacrant la conservation du patrimoine auprès d’un large public, Carton de Wiart note : « il est intéresant de constater que les Allemands eux-mêmes l’ont écoutée quelquefois, encore qu’elle leur fût extrêmement antipathique et qu’à deux reprises, ils aient voulu la supprimer, parce qu’elle n’hésitait point à leur adresser des protestations dignes mais fermes. Elle obtint par exemple l’abandon d’un projet de destruction du Rocher Bayard qui entravait la circulation de leurs charrois militaires, et lorsqu’ils voulurent démolir entièrement la belle tour de l’église de Diegem qui gênait leur aviation, elle obtint qu’ils se bornassent à laisser démonter soigneusement et en numérotant les pierres, les assises supérieures de la flèche, ce qui permet aujourd’hui de rétablir aisément ce beau monument »35.

58Ces deux derniers cas cités en exemple d’une « résistance » à l’occupant sont en réalité à considérer dans le même registre que le classement de la chapelle de la Madeleine à Bruxelles. L’adversaire, dans ces dossiers, n’est pas l’occupant en tant que tel, c’est l’aménageur non respectueux du patrimoine, qui envisage la solution d’aménagement la plus rationnelle de son point de vue. La preuve en est que la CRMS a pu effectivement faire modifier les projets. Si la volonté de l’occupant avait été de porter atteinte au sentiment national (qui trouve souvent à s’incarner dans la pierre) en détruisant sans autre forme de procès le clocher de l’église de Diegem ou le Rocher Bayard, ce n’est pas l’avis défavorable de la CRMS qui l’aurait freiné. Au contraire, cet avis n’aurait fait que confirmer qu’il s’agissait bien là des monuments à abattre pour frapper fort.

IV.2. L’Institut royal du Patrimoine artistique

  • 36 L. Masschelein-Kleiner, op. cit., p. 18.

59Dès septembre 1945, le service de la Documentation belge participa à Munich au rapatriement des trésors d’art volés par l’occupant dans les villes de Bruges et Louvain36. L’inventaire photographique trouvait là une de ses applications toujours d’actualité : la lutte contre le vol d’oeuvres d’art et le marché illicite de l’art.

  • 37 L. Masschelein-Kleiner, op. cit., p. 19.

60« Après la fin des hostilités, le ministre de l’Instruction publique, Camille Huysmans, et le directeur général de l’Administration des Beaux-Arts, L. Christophe, aident Paul Coremans à créer une institution indépendante des MRAH, qui se consacrera officiellement à l’inventaire, l’étude scientifique et la conservation des oeuvres d’art, au bénéfice de tout le pays. Un arrêté du Régent daté du 24 juin 1948, avec effet rétroactif au 1er janvier 1946, constitue en établissement scientifique les Archives centrales iconographiques d’Art national et le Laboratoire central des Musées de Belgique (ACL) »37 qui seront rebaptisées « Institut royal du Patrimoine artistique » (IRPA) en 1957.

IV.3. Le Service national des Fouilles

  • 38 Vingt-cinq années de fouilles archéologiques en Belgique (28 avril – 3 juin 1972), Bruxelles, Crédi (...)
  • 39 H. Sarfatij et P. Melli, « L’archéologie et la ville », Rapport sur la situation de l’archéologie u (...)

61A l’occasion de la rétrospective38 du Crédit communal de Belgique intitulée Vingt-cinq années de fouilles archéologiques en Belgique, organisée en 1972, la mémoire de Jacques Breuer, décédé en septembre de l’année précédente, a été évoquée comme celle « d’un des promoteurs les plus actifs de l’archéologie nouvelle ». Le professeur Joseph Mertens, dans son introduction au catalogue de cette exposition, évoqua la Seconde Guerre Mondiale comme une période qui « allait marquer de son empreinte définitive l’évolution » par laquelle l’histoire et l’archéologie sont conjuguées par les mêmes chercheurs. J. Mertens identifie également la naissance d’une réelle archéologie médiévale et post-médiévale comme la conséquence des occasions exceptionnelles de fouilles offertes par les destructions causées lors de la Seconde Guerre Mondiale dans les centres habités. Il cite en exemple Nivelles et Tournai mais aussi Torhout, Muizen, Orp-le-Grand… c’est-à-dire des sites détruits au début de la guerre et fouillés sous l’occupation, ou à la fin et investigués après la guerre. Le principe de mettre à profit les travaux de reconstruction et de restauration et autres pour mener des fouilles archéologiques fut acquis à cette époque (et pas seulement en Belgique39). Il rappelle également à cette occasion qu’à l’exception de Gand et Liège, « ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale qu’une chaire d’archéologie nationale fut créée dans chacune de nos universités ». Le catalogue contient quelques sites dont la fouille débuta sous l’occupation : Nivelles, Vaux-sous-Chèvremont, Tournai.

  • 40 M. Matthys – 1997, St. Demeter, « Un siècle de recherche archéologique en Région de Bruxelles-Capit (...)

62L’héritage des activités menées sous l’occupation dans le développement de l’archéologie belge de la seconde moitié du XXe siècle est donc incontestable et incontesté. C’est ce même Service National des Fouilles, régionalisé « à deux » en 1988, qui est à l’origine des actuels Instituut voor het Archeologisch Patrimonium de la Communauté flamande et Direction de l’Archéologie de la Région wallonne, comme de l’absence de service archéologique au sein de l’organigramme de la Région de Bruxelles-Capitale40.

Conclusions

  • 41 Fr. Strauwen, « De rol van het Commissariaat-generaal voor ‘s Lands Wederopbouw. Een inleidende bes (...)

63A propos de l’urbanisme, un auteur posait récemment la question de savoir si les choses se seraient passées autrement si la guerre n’avait pas eu lieu41. Et de noter qu’aux Pays-Bas, le commissaire du gouvernement Ringers et ses collaborateurs, qui menèrent le même travail que Verwilghen avec le CGRP, furent accueillis dans le premier gouvernement d’après-guerre, tandis qu’en Belgique, Verwilghen fut considéré comme collaborateur. L’importance historique de l’autonomie communale et du respect de la propriété privée dans les fondements de l’Etat belge est telle que toute initiative visant à limiter le droit de jouissance de la propriété foncière a toujours été malvenue et combattue ardemment. Le fait que cette initiative fut prise sous l’impulsion de l’occupant permit de diaboliser très facilement la démarche. Si le volet relatif au patrimoine culturel, mobilier comme immobilier, n’a pas encouru le même opprobre c’est sans doute parce que dans ce secteur, l’administration belge d’occupation et ses dirigeants n’avaient pas franchi la ligne de l’imposition légale.

64Dans le domaine de la planification, on trouve aussi des continuités entre occupation et après-guerre. Hendrik Cooreman qui pensa le ring d’Anvers au sein du bureau d’étude pour l’urbanisation du Grand-Anvers en 1942, fut finalement désigné ingénieur en chef et directeur du Service des Travaux de la Ville d’Anvers lorsqu’en 1952, un bureau d’étude américain réalisa le ring.

  • 42 Raymond Lemaire (« junior » pour le distinguer de son oncle le chanoine du même nom) était au momen (...)

65D’autres « nouveautés » mises en place sous l’occupation dans le cadre du CGRP ne lui survécurent pas directement mais furent finalement adoptées, parfois plusieurs décennies plus tard, par le législateur belge. Ainsi en est-il de la loi sur l’urbanisme de 1962, ou de l’intégration entre aménagement du territoire et conservation du patrimoine, devenue une recommandation majeure du Conseil de l’Europe depuis le rapport présenté par le belge Raymond Lemaire42 à la conférence de Venise en 1964, et finalement complètement intégrée en Belgique depuis la régionalisation de ces matières lors des réformes institutionnelles de 1988-1989. Dans les trois régions du pays, urbanisme, planification, conservation du patrimoine (de même que le logement et parfois l’environnement) sont gérés au sein d’une seule administration centrale, comme ce fut le cas de 1940 à 1944 au sein du CGRP.

66Dans les articles publiés dans la revue Reconstruction relatifs à la restauration de monuments entreprise dans le cadre de l’action du CGRP, il est régulièrement fait état de l’inaction, voire de l’incurie, des pouvoirs publics dans la conservation des monuments avant la mise en place des structures du CGRP. Ainsi en est-il du constat de carence à propos du fonds documentaire de référence pour les restaurations et plus particulièrement de la couverture photographique inexistante. Mais on trouve aussi des critiques sur les vaines démarches des autorités locales pendant l’entre-deux-guerres pour obtenir la restauration d’un monument remarquable. Parfois même un accent plus politique est explicitement présent, notamment pour souligner l’avantage d’un Etat plus fort et donc plus apte à promouvoir des valeurs culturelles et intellectuelles.

67Une hypothèse d’interprétation des évènements que nous avons décrits ci-dessus pourrait donc être que dans les circonstances très particulières de l’occupation, en l’absence de l’exercice normal du pouvoir des autorités politiques, l’administration du patrimoine put s’épanouir de manière la plus naturelle pour elle-même, sans un certain nombre de freins traditionnels qui agissent en temps normal, tels que le refus des atteintes à la propriété privée individuelle, la protection quasi sacralisée de l’autorité communale ou l’effacement et la réserve auxquels les fonctionnaires sont tenus, le devant de la scène publique étant réservé aux mandataires politiques. Tout cela s’est fait le plus naturellement, du monde comme pour tout organisme auquel on offre un agrandissement de son espace vital.

68Il faut bien voir, de ce point de vue, que la période 1940-1944 se place au beau milieu d’un élan dynamique des intellectuels pour la conservation du patrimoine, qui va de la Charte d’Athènes (1931) à la Charte de Venise (1965). Il faut constater qu’en Belgique, mais également dans d’autres pays européens, la guerre n’affecta pas beaucoup cet élan. Parfois même, elle offrit des circonstances particulières dont cette dynamique a pu se nourrir sans honte, tant l’évidence de sa légitimité était acquise et ne serait pas affectée par « les circonstances ». Et en effet, le mouvement poursuivit sa progression dans l’immédiate après-guerre.

69Cette analyse peut aussi expliquer les sentiments de frustrations qui règnent parfois dans les administrations en charge du patrimoine et qui découlent du manque de « coudées franches » pour s’épanouir. Cela est d’autant plus marquant que ces services sont le plus souvent composés de personnes détentrices d’importants savoirs et compétences scientifiques et techniques. Le taux d’universitaires, y compris d’universitaires de troisième cycle et de docteurs, y est très élevé ; il n’est pas rare d’y rencontrer des personnalités proches, associées ou assimilées au monde académique ou scientifique.

70En effet, dans ce domaine précis, le patrimoine culturel immobilier, les services publics au sens large (institutions et organismes internationaux, universités et écoles supérieures, institutions scientifiques et muséales publiques, services administratifs de gestion, monde associatif subventionné) constituent le seul débouché possible pour qui souhaite exercer la profession (à l’exception de quelques très rares mécènes privés dont la proportion est véritablement devenue insignifiante).

71Ce haut degré de compétence technique et scientifique au sein des administrations de gestion débouche fréquemment sur le développement d’activités de recherche scientifique au sein de service administratif par la seule force de l’initiative des agents en place. De ce point de vue, il y a une sorte de hiérarchie des meilleures places qui pourrait se décliner ainsi : en premier lieu la carrière de pur chercheur scientifique, suivie de très près et très imbriquée avec la carrière académique au sein d’une université, ensuite la carrière scientifique au sein d’une institution d’Etat et enfin la carrière administrative avec son côté « science appliquée ». Ces administrations sont donc particulièrement résistantes aux pressions qui tentent de s’y exercer et ce au nom du caractère scientifique des tâches qui y sont menées. La marge de manœuvre du pouvoir politique y est finalement réduite.

72Dès lors, on assiste le plus souvent à un développement extrêmement performant de ces services lorsqu’ils sont soutenus par le pouvoir politique. Dans ce cas, le politique considère sans doute qu’il utilise la performance de ce service, reconnue au sein du monde scientifique, pour valoriser sa propre image au sein du grand public. Parallèlement, quelques têtes pensantes de l’administration peuvent alors considérer de leur côté qu’elles utilisent le pouvoir politique, satisfait par le return positif qu’il obtient, pour mener leur propre politique scientifique sous couvert de missions administratives. Mais on peut également assister à un souhait d’instrumentalisation pseudo-scientifique de la matière par le politique qui se voit alors opposer une farouche résistance de l’administration.

73A titre personnel, et donc avec toute la subjectivité qu’il est difficile d’évacuer, un des faits marquants établis par le présent travail est la constatation de la carence bruxelloise en matière de service public d’archéologie, qui était déjà décriée par Jacques Breuer, alors pour l’ensemble de la Belgique, en 1942 et qui était toujours d’actualité soixante ans plus tard. Les diverses réformes de l’Etat belge, dans lesquelles Bruxelles trouva rarement son compte, n’y sont évidemment pas étrangères, mais le fait demeure. On retrouve là toute la valeur de la démarche historique, qui permet de relativiser les notions de progrès, de développement, de régression et de recul que l’on pourrait être tenté d’attribuer un peu rapidement aux changements conjoncturels. Cette épaisseur et cette profondeur qu’apporte le regard historique sur les événements, loin d’être passéiste, permettent d’évaluer plus objectivement le présent et l’avenir qu’on lui prépare.

Haut de page

Bibliographie

J. Aron, « Le Service de la Reconstruction auprès du Commissariat général à la Restauration du Pays : un persistant malaise », Planning en contingentie : Aspecten van de stedenbouw, planologie en architectuur tijdens de Tweede Wereldoorlog, Gent-Brussel, 1999, pp. 18-26 (Interbellum-Cahiers, 9-10).

D. Martin en N. Poulain, Planning en contingentie : Aspecten van de stedenbouw, planologie en architectuur tijdens de Tweede Wereldoorlog, Gent-Brussel (Interbellum-Cahiers, 9-10), 1997.

V.-G. Martiny, « Le classement des monuments et des sites en Région de Bruxelles-Capitale », Bruxelles, monuments et sites classés, Bruxelles, RBC, 1994, pp. 6-9.

A. Van Loo (dir.), Dictionnaire de l’architecture en Belgique de 1830 à nos jours, Antwerpen, Mercator Fonds, 2003.

E. Verhoeyen, België bezet 1940-1944 Een synthese, Brussel, BRTN, 1993.

Fr. Zampa, « Raphaël Verwilghen et “l’Action urbanistique intégrale” du Commissariat général à la Restauration du Pays », Planning en contingentie : Aspecten van de stedenbouw, planologie en architectuur tijdens de Tweede Wereldoorlog, Gent-Brussel, 1997, pp. 27-36 (Interbellum-Cahiers, 9-10).

Haut de page

Notes

1 C’est cet état d’esprit latent qui m’avait d’ailleurs mené à m’inscrire au DES.

2 I. Bardies, J.-P. Legendre et B. Schnitzler, « L’archéologie sous la botte en Alsace et en Moselle au temps de l’annexion (1940-1944) », L’archéologue – Archéologie nouvelle, 53, 2001, pp. 43-45 ; I. Bardies et J.-P. Legendre , « Alsace et Moselle au temps de l’annexion (1940-1944) », Archeologia, 380, 2001, pp. 12-18.

3 Deux fonds principaux ont été exploités :

- les Archives de la Direction des Monuments et des Sites (ADMS) qui contiennent notamment les dossiers de classement de l’ancienne Administration des Beaux-Arts du ministère de l’Instruction publique (pour les communes bruxelloises) ainsi que les dossiers du Service national des Fouilles (pour les communes bruxelloises)

- les Archives des Musées royaux d’Art et d’Histoire (AMRAH), particulièrement les archives du Service des fouilles de l’Etat (SFE).

4 Moniteur belge, 1-3 juillet 1940.

5 J.-L. Custers, « Le commissariat général à la restauration du pays et la reconstruction », Reconstruction, 1, décembre 1940, pp. 6-7.

6 La revue publie des articles émanant des membres du CGRP ou de proches collaborateurs. Les sujets traités sont tantôt des projets ou des réalisations de la « reconstruction du pays », tantôt des leçons d’histoire de l’architecture ou de théories de l’urbanisme. On y traite également de patrimoine, de techniques de construction, de réalisations industrielles… Il s’agit bien entendu d’une revue de propagande.

7 Architecte, échevin des Travaux publics de Bruges avant-guerre.

8 Architecte provincial de Flandre Orientale de 1923 à 1947.

9 P. Uyttenhove, « Vragen aan de architectuurgeschiedenis in België. De impact van de Tweede Wereldoorlog op architectuur, stedenbouw en planologie », Planning en contingentie : Aspecten van de stedenbouw, planologie en architectuur tijdens de Tweede Wereldoorlog, Gent-Brussel, (Interbellum-Cahiers, 9-10), 1997, pp. 8-9.

10 J.L. Custers, op. cit., p. 8.

11 J.L. Custers, op. cit.,p. 8.

12 St. Leurs, « La restauration et la conservation de nos richesses archéologiques », Reconstruction, 5, 1941, pp. 28-29.

13 Jusqu’à présent, nous n’avons pas encore retrouvé de traces de cet institut (autres mentions, publications, archives…). L’article qui en décrit la composition et les missions est d’ailleurs rédigé le plus souvent au futur.

14 AMRAH, SFE, compte rendu réunion du Comité provisoire du 29/12/1942 (cf. infra).

15 St. Leurs, op. cit., p. 29.

16 P. Rolland, « Reconstruire Tournai. Ce qu’on trouve en rebâtissant une ville », Reconstruction, 21, 1942, pp. 5-6.

17 A ce stade de nos recherches, ces considérations doivent être prises comme des hypothèses de travail car il n’y a que peu d’études sur ce domaine de la « collaboration culturelle », parfois bien difficile à appréhender et à établir.

18 ADMS, Classements, 2278MON01, 1 dossier.

19 ADMS, Classements, 2003MON044.

20 ADMS, Classements, 2043MON16.

21 E. Henvaux, « La chapelle et la rue de la Madeleine, à Bruxelles », Reconstruction, 17, 1942, pp. 9-11.

22 ADMS, Classements, 2043MON17.

23 ADMS, Classements, 2043MON18.

24 M. Deletang, « En marge de la restauration du pays : la photographie et la protection des œuvres d’art et des sites », Reconstruction, 23 (octobre 1942), p. 14.

25 L. Masschelein-Kleiner, « Les cinquante ans de l’IRPA », Bulletin de l’Institut royal du Patrimoine artistique, 27, 1996/1998, Bruxelles, IRPA-KIK, 1998, pp. 15-17.

26 En réalité, ce service existait déjà dans les faits, depuis que le 24 décembre 1903 une note ministérielle autorisa le prélèvement annuel « sur les fonds du Service des Beaux-Arts d’une somme de 2000 francs destinée à faire face aux travaux d’exploration (archéologique) ». Il s’agissait d’activités placées sous l’autorité du conservateur de la section de « Belgique ancienne » à savoir le baron A. de Loë jusqu’en 1925, ensuite E. Rahir jusqu’en 1929 et ensuite J. Breuer. Voir A. Matthys, « La Direction des fouilles : histoire et devenir », Les Cahiers de l’Urbanisme, 19-20, Liège, Mardaga, 1997, pp. 8-9.

27 En tout cas, on retrouve les mêmes protagonistes que dans l’initiative de l’inventaire photographique : Stan Leurs (CGRP) et Jozef Muls (Beaux-Arts).

28 Henri Lavachery (Liège 1885 – Bruxelles 1972). Docteur en philologie classique de l’ULB (1908), professeur d’ethnographie, d’archéologie pré-colombienne et de l’Océanie. Connut pour ses travaux sur l’île de Pâques. Il est nommé conservateur en chef des MRAH en 1942 (il prit la succession de l’illustre Jean Capart, mis à la retraite à l’âge légal de 65 ans).

29 Jules Vannérus (Diekirch 1874 – Ixelles 1970) Archiviste aux Archives de l’Etat, notamment la Commission des Archives de la Guerre. Ouvert aux « sciences auxiliaires » telles que la toponymie (La reine Brunehaut dans la toponymie et la légende) et l’archéologie (Le limes et les fortifications gallo-romaines de Belgique).

30 Van de Weerd assurait depuis 1939 avec Jacques Breuer la chronique « Archéologie » paraissant dans la revue l’Antiquité classique.

31 A cette époque, Jacques Breuer est Chef du Département de la Belgique Ancienne ; il a repris en 1942 les cours du professeur Laurent à l’Université de Liège ; au moment de la mise en place de ce comité, il est en passe d’être nommé « chef de service » à la tête de ce nouveau Service des Fouilles.

32 Baron Carton de Wiart, « La Commission royale des Monuments et Sites », Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites, I, 1949, p. 9.

33 Baron Carton de Wiart - 1949, p. 10 ; Bruxelles, monuments et sites classés, Bruxelles, 1994, p. 224.

34 Baron Carton de Wiart, op. cit., p. 11.

35 Baron Carton de Wiart, op. cit., pp. 12-13.

36 L. Masschelein-Kleiner, op. cit., p. 18.

37 L. Masschelein-Kleiner, op. cit., p. 19.

38 Vingt-cinq années de fouilles archéologiques en Belgique (28 avril – 3 juin 1972), Bruxelles, Crédit communal, 1972 (catalogue d’exposition).

39 H. Sarfatij et P. Melli, « L’archéologie et la ville », Rapport sur la situation de l’archéologie urbaine en Europe, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 1999, p. 25.

40 M. Matthys – 1997, St. Demeter, « Un siècle de recherche archéologique en Région de Bruxelles-Capitale », L’archéologie du Néolithique à la Révolution industrielle – Région de Bruxelles-Capitale, Liège, Mardaga, 2002, pp. 27-43.

41 Fr. Strauwen, « De rol van het Commissariaat-generaal voor ‘s Lands Wederopbouw. Een inleidende beschouwing », Planning en contingentie : Aspecten van de stedenbouw, planologie en architectuur tijdens de Tweede Wereldoorlog, Gent-Brussel, 2002, pp. 4-6 (Interbellum-Cahiers, 9-10), p. 4 : « Zouden de zaken anders verlopen zijn indien de oorlog niet had plaatsgegrepen ? ».

42 Raymond Lemaire (« junior » pour le distinguer de son oncle le chanoine du même nom) était au moment de l’occupation un jeune étudiant en histoire de l’art et archéologie qui fut diplômé en 1942 et défendit sa thèse de doctorat sur le gothique en Brabant, en 1949, à l’UCL. Il est de ce point de vue le continuateur de l’œuvre de son oncle et de Leurs, qui s’intéressèrent également à l’art gothique en Belgique. Ce n’est certes pas un hasard si la théorie de la conservation intégrée fut portée au plus haut niveau international par l’élève de ceux qui la pratiquèrent instinctivement pendant la courte période d’action du CGRP. Sur l’action de Raymond Lemaire voir M.-J. Geerts et J. Barthelemy (ed), Raymond Lemaire. ICOMOS – Un regard en arrière, un coup d’œil en avant (textes rassemblés, choisis et commentés), Namur (Dossier de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, 5), 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Demeter, « L’administration belge pendant la seconde guerre mondiale. L’exemple de la gestion du patrimoine culturel immobilier, en particulier à Bruxelles », Pyramides, 8 | 2004, 155-186.

Référence électronique

Stéphane Demeter, « L’administration belge pendant la seconde guerre mondiale. L’exemple de la gestion du patrimoine culturel immobilier, en particulier à Bruxelles », Pyramides [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://pyramides.revues.org/391

Haut de page

Auteur

Stéphane Demeter

Licencié en Histoire médiévale (ULB – 1988) et diplômé d’Etudes spécialisées en administration publique (ULB-CERAP – 2003). Depuis 1996, il est attaché à la Direction des Monuments et des Sites de l’Administration de l’Aménagement du Territoire et du Logement au sein du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Le présent article est tiré de son mémoire présenté en juillet 2003 pour l’obtention du DES.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page