Navigation – Plan du site

Pour une sociologie politique des acteurs associatifs : comprendre les nouveaux enjeux

Fabrizio Cantelli, Ludivine Damay et Jean-Yves Donnay
p. 11-30

Texte intégral

1. Une posture méthodologique, question de paradigme

1Secteur associatif, milieu associatif, fait associatif, monde associatif indiquent les différentes manières de « nommer » la réalité sociale, politique et culturelle des associations. La construction sémantique n’est pas neutre, au contraire : elle formate l’interprétation et prédispose l’analyse. Eu égard à l’importance de la taxinomie dans les débats, tant scientifiques que politiques, il convient de revenir sur « acteurs associatifs » et d’en préciser la teneur de la manière la plus rigoureuse qu’il soit. Dans cette entreprise de clarification conceptuelle, trois registres de justification seront mobilisés : la distance critique nourrie à l’égard des postures essentialistes et réductionnistes ; la stratégie méthodologique empruntée ; la construction d’un programme de sociologie et de sociologie politique des acteurs associatifs.

  • 1  Il reste à en préciser la proximité et l’affinité avec la notion d’« espace des mouvements sociaux (...)
  • 2  Dans ce numéro, voir J.-L. GENARD, « L’émergence de l’associatif comme projet social, politique et (...)

21.1. Différents prismes existent pour comprendre les associations, plus particulièrement par rapport à leur insertion dans des dispositifs de politique publique ; le plus souvent ils se ramènent à deux postures : essentialiste et réductionniste. La première posture est caractérisée par l’expression d’une essence particulière attribuée à l’État et aux associations, les enfermant dans un double scénario : le modèle d’État construit et contrôle les associations, celles-ci ne disposant de cette manière que de marges de manœuvres limitées, ou les associations sapent les fondements majeurs de l’État (légitimité, intérêt général…) et œuvrent ainsi à la vulnérabilisation de la démocratie représentative. Ces scénarii sont équivalents dans le sens où ils ne cernent pas les interrelations et les interpénétrations, préférant penser en termes de blocs homogènes dotés d’une essence. La deuxième posture se définit par la réduction en dernière instance de l’agir associatif au modèle d’État (centralisé/fragmenté), aux stratégies de « satellisation » développées par les partis politiques ou aux conjonctures électorales de l’agenda politique. Si les acteurs associatifs jouent aussi dans les jeux politiques, sociaux, administratifs et culturels, cette posture ne se donne pas les moyens de comprendre l’autonomie de l’« espace des acteurs associatifs »1, espace régi par des règles communes, caractérisé par des enjeux particuliers (ex. subventions) et un horizon d’identités sociales – espace qui ne se laisse pas comprendre si on le réduit a priori au champ politique. Elle ne permet pas davantage de rendre compte de la plasticité et de la porosité de cet espace, c’est-à-dire sa capacité à s’ouvrir à des influences provenant du champ politique, administratif, voire économique (pensons à l’essor du management associatif)tout autant que sa capacité à coloniser, à « peser » sur le monde politique, à orienter le sens d’une politique publique. Plus particulièrement, comme le rappelle Jean-Louis Genard dans sa contribution2, les analyses liées à la Belgique tendent à réduire l’acteur associatif à son inscription dans tel ou tel pilier. Réfléchir en termes d’acteurs associatifs dépasse les limites inhérentes aux grilles essentialistes et réductionnistes car, d’abord, cette posture ne fait pas violence à leur relation dynamique, conflictuelle et partenariale que l’espace des acteurs associatifs entretient avec les autres univers propres à l'action publique ; elle offre ensuite une lecture appropriée de leur autonomie qui se construit socialement, symboliquement et politiquement ; et enfin, elle fait écho à leurs positions dans les dispositifs de politique publique. Mais également à leur pluralité identitaire, renvoyant tour à tour à une identité de « gestionnaire », de « militant », de « bureaucrate », de « contre-pouvoir », d’« expert », de « conseiller », de « travailleur social », de « chercheur », etc.

  • 3  P. CORCUFF, Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan, 1995.

31.2. Dans le prolongement direct du point précédent, il convient de mettre au clair les enjeux méthodologiques au cœur de cette orientation, privilégiant les acteurs associatifs au détriment d’autres outils disponibles sur le marché intellectuel. En d’autres termes, il nous faut en préciser les statuts méthodologique et épistémologique, les deux étant inextricablement liés. Sans sacrifier à des propos alambiqués, précisons que le discours de l’analyse sociologique se construit de plus en plus à partir de, et en fonction de l’objet ou de l’acteur ciblé, en rupture avec la traditionnelle extériorité du scientifique par rapport au « milieu » qu’il étudie3. C’est ainsi que se rapprocher au plus près de la réalité de terrain des acteurs associatifs, de leurs pratiques et de leurs systèmes de représentations fait sens avec une démarche sociologique plaçant leur savoir et leur réflexivité au centre du métier de tout sociologue ou politologue, afin que ce dernier puisse établir des interprétations solides, rigoureuses et pertinentes.

  • 4  Dont J.-L. LAVILLE, A. CAILLE, P. CHANIAL et alii, Association, démocratie et société civile, Pari (...)
  • 5  M. BARTHÉLÉMY, Associations : un nouvel âge de la participation ?, Paris, Presses de la Fondation (...)
  • 6  « Du côté des associations », La Revue Nouvelle, octobre 1992.

41.3. Un dernier point mérite d’être développé. Quid des recherches déjà réalisées sur ces questions, sur ces acteurs ? En France, il est possible d’épingler différents numéros de La Revue du MAUSS semestrielle, dirigée par Alain Caillé, dont le numéro 11 « Une seule solution, l’association ? » ainsi que plusieurs ouvrages collectifs écrits sous la direction de Jean-Louis Laville4. Mais aussi des publications de plus en plus nombreuses dans les sciences politiques5, traitant du militantisme associatif notamment. Ceci étant dit, hormis un numéro de La Revue Nouvelle6, paru il y a dix ans, la Belgique, par contre, reste un espace résolument en friche. Ce numéro de Pyramides entend donc se situer, non à l’avant-garde, mais plutôt aux premières heures d’une dynamique intellectuelle et collective visant à réfléchir et problématiser l’« espace des acteurs associatifs » et leur interaction (cf. chapitre 3) avec le champ politique et administratif, en partant des politiques publiques dans lesquelles ils sont parties prenantes. Au carrefour du politique, de l’administratif, du social et du culturel, reste à construire, en Belgique comme en Europe, un véritable laboratoire de l’associatif.

5L’objectivation sémantique que nous venons d'entreprendre permet non seulement de caractériser l’identité et la spécificité scientifique qui se dégagent de ce projet mais surtout de mieux situer notre démarche intellectuelle dans la genèse de ce présent numéro de Pyramides. C’est ainsi qu’à ce corpus général et à cette ligne éditoriale, correspond une structure particulière, faisant justice :

  1. à la complexité et à la pluralité des contextes des associations dans la mesure où sont éclairés des horizons institutionnels et des configurations administratives multiples (Belgique, France et Suisse) ;

    • 7  Dans ce numéro, voir F. DELCHEVALERIE, « S’associer face à la maladie mentale ».
    • 8  Dans ce numéro, voir C. KULAKOWSKI, « Le projet du CBAI et les politiques publiques ».

    à la réalité des acteurs de terrain dans la mesure où l’espace de la revue donne la parole aux acteurs associatifs eux-mêmes (cfr. contributions de Françoise Delchevalerie7 et de Christine Kulakowski8), leur reconnaissant par là une capacité réflexive et un statut trop rarement accordés dans les débats – et combats – scientifiques et politiques, et suggérant quelques pistes quant à leur identité ;

  2. à des cadres d’interprétation contemporains – placés en première partie du numéro – qui proposent des conceptualisations à la hauteur des réalités et des changements observés au niveau de l’action publique et des appareils administratifs ;

  3. à des associations liées aux politiques publiques dans les champs de l’immigration, de la santé mentale, de l’environnement, de la culture, de la ville, de la toxicomanie ou de l’égalité hommes/femmes, permettant de la sorte de restituer l’émergence d’une vie associative par rapport à la construction historique d’un secteur social mais aussi de voir dans quelle mesure cette vie associative n’a pas aussi, en retour, infléchi l’espace symbolique et institutionnel de la politique publique concernée (cf. chapitre 3 sur le « double mouvement » ).

6Après avoir opéré une clarification conceptuelle et justifié l'économie institutionnelle de la présente livraison de Pyramides, il nous faut maintenant objectiver la place des associations. Par rapport à l’État, d'une part, et par rapport au marché, d'autre part. A cet égard, nous verrons que la prétendue « nature » des associations, que nous venons d'aborder, n'est pas sans lien avec les différentes thèses décrivant la place des associations.

2. La place des associations

2.1. La différentiation nette entre l’État, le marché et les associations

  • 9  Ces deux pôles, loin de s’opposer, peuvent trouver place dans un même discours, que ce soit pour é (...)

7Nous regrouperons une série d’observations sur la nature du fait associatif autour de deux pôles qui, généralement, accompagnent le développement et la montée en puissance des acteurs associatifs. Le premier pôle consiste en un ensemble de visions tendant à valoriser la culture associative qui, seule, permettrait d’échapper tant à la logique bureaucratique de l’État qu’à la logique outrancièrement marchande de l’économie. Selon ce prisme cognitif, les associations seraient le locus de la solidarité civique et démocratique à côté des sphères du profit généralisé et de la gestion étatique administrato-centrée, elles seraient capables d’impulser un souffle nouveau à une société empreinte d'une crise de valeurs. Le second pôle consiste en une vision pessimiste de cet élan associationniste : les associations auraient perdu leur essence, seraient dénaturées à force de remplir les rôles que l’État leur délègue et de jouer dans les logiques commandées par le marché. Elles se seraient égarées dans des rapports stratégiques et instrumentaux, aux dépens des rapports de solidarité civique qui les caractérisent au premier plan. Ces observations9 posent ouvertement la question de la place des associations par rapport à l’État et au marché, et cela dans un contexte où l'actuel regain d’intérêt pour les thèses associationnistes peut en partie s’expliquer par les échecs avérés de l’État, d’une part, et du marché, d’autre part.

8La manière de percevoir la place des acteurs associatifs par rapport à l’État renvoie de manière récurrente et claire à l’opposition privé/public. Cette construction dichotomique de l’espace social est réellement prégnante dans l’appréhension des relations entre ces deux acteurs, perçus comme complètement séparés, étanches l'un à l'autre et fonctionnant selon des référentiels d'action diamétralement opposés. Selon cette grille d'interprétation, la sphère politico-administrative s’érige face aux acteurs associatifs : à une logique d’État, de pouvoir, d’administration correspond une logique de l’auto-institution, de solidarité et de fonctionnement démocratique. En outre, ce prisme analytique présuppose que les acteurs associatifs, grâce à leur proximité avec le terrain, constituent autant de remèdes aux carences d'un État social dont la gestion trop centralisée, trop administrative et trop hiérarchique l'empêchent de répondre correctement aux demandes sociales de plus en plus différenciées et hétérogènes.

  • 10  Dans ce numéro, voir P. WARIN, « Les associations en France : les enjeux politiques d’une reconnai (...)

9L’idéal associatif est également perçu en opposition aux lois du marché. Bien que la maximisation du profit et les jeux de concurrence puissent convenir à nombre d’échanges, certaines transactions demeurent irréductibles à de tels principes. Aussi, l’association est le lieu par excellence du don et de la relation réciprocitaire, en dehors des logiques monétaires et marchandes. Or, il est également très actuel de s’interroger, comme le fait Philippe Warin10, sur le rôle d’opérateur économique joué par les associations. La fonction de l’économie sociale et solidaire dans la création de richesses ou, plus généralement, le rôle de créateur d’emploi des associations est mis en avant et suscite l’intérêt des pouvoirs publics. De plus, les associations sont parfois présentées comme étant capables de suppléer les déficits du marché : il suffit pour s’en convaincre de penser aux associations d’insertion qui s’engagent à palier aux insuffisances du marché de l’emploi, ou aux associations offrant des services délaissés par le marché parce que non rentables.

  • 11  Dans ce numéro, voir R. VITALI, « État et société civile : une coopération conflictuelle ».

10Ces quelques développements mettent en lumière un arrière-plan théorique postulant la présence de sphères distinctes, cloisonnées et disposant de logiques propres : l’État, le marché, les associations. Ce que Rocco Vitali met en évidence dans son texte11 concourt également à révéler ce type d’approche : il montre combien certains courants d’analyse n’ont su, pour saisir les mutations contemporaines des relations entre État et société civile, percevoir que l’opposition des différentes sphères au détriment d’une perspective relationnelle bien plus riche. Cette vision de l’antagonisme des sphères se devant d’être complémentaires pour parer aux déficiences d’une société en crise, relaie aussi des craintes maintes fois entendues vis-à-vis de l’évolution actuelle des relations entre État et société civile : l’appel aux associations ferait office de paravent à un désengagement de l’État et à une logique de dépolitisation.

2.2. Les relations réciproques et les liens consubstantiels entre l’État, le marché et les associations

11Aux antipodes de ces hypothèses de différentiation des sphères, la perspective que nous adopterons consiste plutôt à mettre en avant les tensions inhérentes au fait associatif et les enjeux liés aux relations entre ces différents acteurs. La nature du fait associatif n’est pas uniquement consubstantielle d'une solidarité civique « pure » : les associations sont le lieu d’un rapport au politique et d’un rapport à l’économique qui en complexifie l’appréhension et qui les obligent, pour satisfaire à une identité « réussie », à rencontrer les logiques propres aux sphères politiques et économiques.

12Les associations touchent au politique de manière double. Elles sont d’abord un espace intermédiaire dans lequel s’organisent une prise de parole publique, des référentiels d’action, des productions de biens et de services, des créations de liens sociaux. Elles sont en somme des espaces intermédiaires entre la société civile – espace des intérêts privés – et l’espace public – espace de la formation et de l’expression de l’opinion publique. Elles deviennent politiques par leur volonté de porter un projet critique ou alternatif à la réalité sociale. Elles sont par ailleurs un lieu d’exercice du pouvoir puisqu’elles ne sont pas affranchies des logiques individuelles qui tendent à l’élitisme et qui contribuent à forger des élites associatives porteuses des idéologies présentes dans les mouvements. Le rapport au politique est donc présent, même si celui-ci n’est pas fixé de manière immuable mais évolue que ce soit en fonction des associations en tant que telles, mais aussi au gré des rapports établis entre elles et la sphère politico-administrative. Le chapitre 3 se chargera de mettre en avant une brève évolution historique de ces rapports.

  • 12  B. EME, « Les associations ou les tourments de l’ambivalence. », in J.-L. LAVILLE, A. CAILLE, P. C (...)
  • 13  K. POLANYI, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris (...)

13Sans verser dans une logique capitaliste, les acteurs associatifs présentent également un rapport consubstantiel à l’économique, ne fût-ce qu’en raison de leur encastrement sociétal. L’offre de biens et de services, la gestion des adhérents, la tenue des comptes financiers, l’organisation d’activités nécessitant des ressources humaines et matérielles, la professionnalisation croissante des associations,etc. traduisent ce qu’il est convenu d’appeler l’économisation du fait associatif ; même si le but des acteurs associatifs ne vise nullement un enrichissement de leurs membres : « Une association ne peut dépenser plus qu’elle n’a de ressources comme un ménage ne peut vivre au dessus de ses moyens, sauf s’il y est encouragé par le système économique à des fins de profits. Un calcul économique qui vise une fin – au moins l’équilibre des comptes – est coextensif au rapport économique de l’activité de l’association qui exige en retour la formalisation des moyens, l’application de procédures et de règles pour atteindre cette fin »12. On notera finalement que l’idée selon laquelle l’économie ne se limite pas au marché est loin d’être neuve. En reprenant le triptyque mis en avant par Polanyi13, nous faisons face à une diversité des principes économiques : un principe de redistribution qui correspond à la logique de répartition étatique, un principe du marché qui rencontre les lois de l’offre, de la demande et de la fixation d’un prix, et un principe de réciprocité qui se comprend au travers des échanges basés sur les rapports humains et sur la volonté de créer du lien social sans contrepartie monétaire. Si les acteurs associatifs sont souvent situés dans un refus des logiques capitalistes, ils peuvent néanmoins développer une action économique comme le font les coopératives, les mutuelles ainsi que les services d’entraide et d’échange de services. Cette logique de l’économie n’est évidemment pas sans lien avec l’évolution de l’État social : les associations, soucieuses de répondre à des demandes sociales, sont parfois attirées vers des logiques concurrentielles (mais pas forcément économiques), sur le terrain local, activant ainsi un rapport plus instrumental à leurs activités.

14Au cœur du phénomène associatif, les logiques de solidarité civique tendent sans doute à primer sans toutefois recouvrir une sémantique de pur altruisme. Intrinsèquement, les acteurs associatifs développent un rapport au politique, basé pour une part seulement sur des logiques stratégiques, et un rapport à l’économique dans une perspective instrumentale. Ces dimensions politiques et économiques se conjuguent au gré de la pluralité du fait associatif. Il ne faut toutefois pas évacuer la dimension d’action collective, la dimension intersubjective et la volonté de s’engager sur des valeurs : aussi, dans une perspective habermassienne, nous pouvons dire que les associations participent de la création d’espaces publics autonomes en dehors du politique institutionnalisé. Il n’est pas davantage question de nier les logiques gestionnaires que certaines associations ont adoptées, devenant de véritables entreprises et gérant un personnel composé exclusivement de professionnels. Pour s’en convaincre, il n’est que de citer le secteur social dont Philippe Warin nous révèle que la majorité des travailleurs sont employés par des associations. De même, l’intrusion de l’État et l’instrumentalisation de certains acteurs associatifs ne sont pas réfutées. En fin de compte, ce qu’il y a lieu de percevoir, plus que la complémentarité entre des sphères distinctes, c’est bien l’interpénétration des acteurs au delà des prétendues frontières entre secteurs mais aussi une certaine pluralité de logiques au sein de chaque acteur.

2.3. Le modèle politique belge et ses bougés

  • 14   P. BOURDIEU (avec L. WACQUANT), Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992.
  • 15  Voir les débats lors du colloque Syndicats et société civile : des liens à (re)découvrir, Bruxelle (...)
  • 16  Dans ce numéro, voir D. KÜBLER, « Les acteurs associatifs dans l’Advocacy Coalition Framework : ap (...)

15Les mouvements entre État, marché et associations ayant été mis en lumière, l’angle d’approche déplace désormais son curseur autour du sentier historique et social du modèle belge et, son corollaire, les manières de le « penser ». Ainsi, questionner les acteurs associatifs au travers des politiques publiques menées en Belgique sous-tend un élargissement et un amendement des modèles classiques adoptant une lecture axée sur les piliers. En effet, si les organisations syndicales, les mutualités et les partis politiques tendent à s’autonomiser en Belgique, outre ces acteurs, il convient d’ouvrir les cadres théoriques et d’y intégrer le processus de pluralisation des associations, actives dans différents champs d'action sociale. L’émergence des acteurs associatifs participe à la construction de zones partenariales, dans lesquelles ces derniers rencontrent les acteurs issus des logiques pilarisées, sans toutefois occulter les nombreux espaces conflictuels, au sein de ces nouveaux acteurs, comme entre eux et les acteurs pilarisés. Autrement dit, pour reprendre les termes de l’analyse de Pierre Bourdieu14, les acteurs associatifs sont engagés dans des rapports de sens, des rapports de puissance et des rapports d’alliance avec leurs alter ego et avec les partis politiques et les syndicats15. Dans les luttes contre la mondialisation, par exemple, des convergences idéologiques sont à noter entre le monde syndical et certaines associations (Oxfam, Amnesty International, Attac, Ligue des droits de l’homme…), se traduisant par des alliances ponctuelles sans en altérer les rapports de puissance et de concurrence, d’ailleurs assez marqués. Outre cette recomposition du paysage sociopolitique, notons leur capacité – engagés ou non dans des « coalitions de cause » (cf. contribution de Daniel Kübler16) – à « médiatiser » des questions sociales et politiques (la jeunesse, l’immigration, le logement, la prévention du sida, etc.), à porter sur l’espace public de nouvelles thématiques (la santé mentale, le cyclisme civique) et à politiser des souffrances et des inégalités (les droits des homosexuels, des sans-papiers, des prostituées). Certains sont à la croisée de plusieurs segments, comme Espace P, en Belgique, qui produit à la fois un travail de prévention du sida auprès des prostituées et œuvre à la promotion d’une citoyenneté active. Quant aux enjeux plus particulièrement liés à l’expertise, à la légitimité, à la représentation et à la fonction de critique sociale remplie par les acteurs associatifs, le chapitre 4 les mettra spécifiquement en exergue.

3. Interactions entre actions associatives et actions étatiques

16Comme postulé dans le chapitre précédent, les interactions entre actions associatives et État sont constitutives de leurs identités et génèrent en l’occurrence des effets réciproques sur la réalité de chacun. Il ne s’agit donc pas d’adopter une perspective qui pense leurs interactions en termes de rencontres de sphères distinctes ayant des logiques d’action propres et différenciées. Dans un premier temps, nous veillerons à décrire comment l’État agit sur la réalité associative sans toutefois la déterminer complètement. Ensuite, nous montrerons que l’acteur associatif peut, lui aussi, influencer les logiques d’actions étatiques.

3.1. Un formatage par l’État

  • 17  Il nous faut néanmoins préciser à cet égard une certaine dérive. Il n’est pas rare, et ceci n’est (...)
  • 18  J.-L. LAVILLE, « Les raisons d’être des associations », in J.-L. LAVILLE, A. CAILLE, P. CHANIAL et (...)
  • 19  J.-M. BELORGEY, Cent ans de vie associative, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences (...)

17L’époque contemporaine est marquée par les dynamiques historiques d’émergence du fait associatif dont les bases, multiples, rejoignent notamment les questions d’aide à autrui, de philanthropie et d’entraide mutuelle dans une optique de solidarité et d’égalité. Aussi, l’État n’a pas, de manière générale, « créé » les associations ; elles émanent de la société civile et réagissent aux conditions sociales dans lesquelles elles évoluent17. On peut cependant observer le rôle de l’État dans un certain contrôle et formatage de ces mouvements. D’abord, il dispose des moyens d’organiser les réalités associatives par le dessin des contours juridiques qu’elles doivent endosser. Par exemple, comme le montre Jean-Louis Laville18, la disjonction du fait associatif entre les associations, d’une part, et les coopératives et mutuelles, d’autre part, est une imposition étatique visant à contenir quelque peu le fait associatif « pur » dans son rapport à l’économique d’une manière non productive et cherchant aussi peu à peu à décrocher coopératives et mutuelles des projets proprement politiques émis originellement. En France, la loi de 1901 relative au contrat d’association19 et, en Belgique, les lois de 1919 et 1921 relatives aux Associations Sans But Lucratif (ASBL) sont également des mises en formes étatiques des atours du fait associatif. En Belgique, les récentes modifications réglementaires (mai 2002) de ces antiques lois attestent de la vivacité des enjeux liés aux acteurs associatifs ; aussi, les associations belges sont désormais invitées à faire montre de davantage de transparence : simplification administrative de la naissance et de la dissolution des ASBL, objectivation des droits et devoirs des membres, protection des tiers, etc.

  • 20  Voir dans ce numéro, D. DE ROY, « Associations et subventions : la quadrature du cercle ? ».
  • 21  Voir dans ce numéro, V. MARTIN-PLACE, « La participation associative dans la politique d’environne (...)

18Ensuite, comme l’explique David de Roy20, la subvention est une technique d’interactions entre pouvoirs publics et associations créant un rapport qui oscille entre contrôle étatique de l’usage des deniers publics et autonomie associative pour mener un projet. Enfin, l’État peut offrir une certaine reconnaissance à l’acteur associatif en lui offrant une position d’interlocuteur privilégié ou de partenaire dans l’élaboration ou la mise en œuvre d’une politique publique. Importante aux yeux des acteurs associatifs, cette légitimité conférée par l’État n’en est pas moins exempte d’enjeux politiques. A cet égard, la contribution de Véronique Martin21 s’avère révélatrice : elle nous montre, par exemple, que les pouvoirs publics font usage de critères pour trier sur le volet les acteurs associatifs légitimes – autrement dit ceux qui seront amenés à participer à la consultation formalisée – en laissant de côté nombre d’associations pourtant actives sur le terrain.

3.2. Un formatage par les acteurs associatifs

  • 22  Voir dans ce numéro, S. DAUPHIN, « Les associations de femmes et les politiques d’égalité en Franc (...)
  • 23  J.-L. GENARD et J.-Y. DONNAY, « Les nouvelles politiques sociales, émancipatrices ou répressives ? (...)

19Si l’État peut imprimer de son sceau la réalité associative, il s’agit également de voir que de nombreux champs d’action publique ont d’abord été formatés par l’action des associations. Ainsi, lorsque l’État veut se saisir d’une question sociale et intervenir dans un secteur particulier, il doit parfois faire face à un champ déjà constitué. Notamment d’acteurs clés envers lesquels il n’est certes pas sans ressources mais avec qui il doit composer. Dans ce numéro, Sandrine Dauphin22 nous indique comment, en France, l’émergence d’un appareil politico-administratif spécifique aux droits des femmes fut une réponse au rôle actif joué par les associations de femmes. Par ailleurs, les acteurs associatifs se donnent à voir comme des espaces publics dans lesquels s’expriment des choix collectifs et s’inventent des registres d’action qui questionnent profondément l’action étatique, voire la rendent encline à modifier ses interventions. En définitive, il reste qu’au sein de l’action publique la position centrale de l’État ne peut être déniée ;possédant les ressources financières, juridiques et de reconnaissance légitime – comme nous venons de le voir – l’acteur étatique continue à s’apparenter à un acteur avec qui il faut comptermême si l’usage qu’il fait de ces ressources a subi une profonde évolution. Le sous-chapitre suivant mettra en évidence de quelle manière la régulation étatique contemporaine s’apparente moins à une régulation tutélaire que déverticalisée, il examinera comment la montée de l’associatif s’est solidarisée avec les mutations et défis d’une action publique s’étant construit de nouveaux outils régulatoires23.

3.3. Outils régulatoires

  • 24  O. KUTY, Le Soir, 11 août 1999, p. 3.
  • 25  Dans ce numéro, voir A. FABRY, « Associations et pouvoirs publics locaux : le paradoxe du pouvoir (...)

20Dans la définition et la mise en œuvre de nombreuses politiques publiques contemporaines, la présence des acteurs associatifs participe d’une redéfinition des modalités de l’action publique qui s’est dotée, face à l’impératif de flexibilité, de nouveaux modes de régulation, moins contraignants et plus souples. Pensée, pour partie, autour des dimensions aporétiques de l’État social, ce qu’il est désormais convenu d’appeler la « nouvelle question sociale » a en effet contraint les pouvoirs publics à mettre en place de nouvelles politiques, organisées pour l’essentiel autour de quelques principes de fonctionnement, et notamment le « partenariat », la « contractualisation » et la « territorialisation ». La référence à la sémantique du partenariat entre acteurs étatiques et associatifs repose sur le constat des limites des politiques publiques bureaucratiques et centralisées. Elle s’appuie sur la reconnaissance des ressources (expertise, proximité, etc.) nées au sein de la société civile, et en particulier de sa strate la plus institutionnalisée, le milieu associatif, ainsi que sur le constat des effets salutaires d’une implication des populations-cibles dans les différentes phases d’instutionnalisation des politiques. Bref, en intégrant directement au pilotage étatique les savoirs et les capacités des représentants multiples de la société civile, dont les acteurs associatifs, l’État se fait « mobilisateur des énergies citoyennes »24 et propose comme référents centraux les impératifs de subjectivation et de participation citoyenne. Entre acteurs associatifs et acteurs étatiques, la sémantique partenariale permet également d’articuler espaces de démocratie « représentative » et « participative ». Il reste que pour les associations se pensant avant tout comme contrepoids au pouvoir politique, la relation partenariale pacifiée peut s’avérer particulièrement difficile à assumer. Comme le mentionne Alexandre Fabry dans sa contribution25, certaines associations – en privilégiant une relation d’autonomie – ne peuvent se résoudre à décliner leur liberté au sein d’une relation partenariale. De même, il serait vain de sous-estimer les tensions inhérentes au partenariat, et par exemple les contraintes gestionnaires que les associations ont à assumer : multiplication des demandes de subventionnement dans un contexte institutionnel de dispersion des niveaux de pouvoirs, exigence de multiples ressources cognitives dans le montage et le pilotage de projets, etc.

  • 26  DONZELOT, J. et ESTEBE, P., L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, Paris, Esprit, 1 (...)

21Au niveau juridique, la sémantique du partenariat résonne comme le corollaire d’une action publique qui s’est tendanciellement contractualisée. Entre efficacité gestionnaire et idéal démocratique, l’État contractuel a autorisé les acteurs associatifs à se faire, à des degrés divers, les partenaires de la nouvelle action publique : au sein des reconfigurations publiques contemporaines, les uns jouant aux marges des interventions étatiques, les autres portant en leur qualité d’acteur principal de véritables contrats d’action publique. Indépendamment de la souplesse sous-tendant la sémantique de la collaboration des différents acteurs œuvrant à la politique publique, insistons-y pour ne pas perdre de vue que l’État conserve un rôle certain. Même s’il a opéré un décentrement et cessé d’être un acteur surplombant les autres instances, publiques et privées mélangées, l’État reste néanmoins un acteur central de la nouvelle architecture institutionnelle, disposant des ressources de délégation, délibération et coordination. Il en va ainsi lorsque, dans certaines politiques partenariales, l’État continue d’édicter les principes directeurs du contrat alors même que le contenu normatif, défini en situation, résulte d’une construction partenariale26. C’est qu’au sein des changements ayant affecté le mode de formation des normes, la sémantique partenariale renvoie à une procéduralisation normative.

22Parmi les autres instruments régulateurs de l’action publique : la territorialisation. Alors qu’aujourd’hui l’État délègue de plus en plus aux collectivités locales et aux acteurs associatifs des prérogatives en matière de régulation sociopolitique, la décentralisation de la gestion de nombreuses problématiques sociales – en Belgique, il sera plus juste de parler de délocalisation – a permis d’affronter un double constat. D’une part, il est apparu que l’inefficacité d’un pilotage de l’action publique imposé d’en haut a contribué à l’émergence d’une entité territoriale d’intervention plus localisée ; d’autre part, les acteurs locaux (qu’ils relèvent ou non de la sphère associative), disposant des ressources stratégiques de proximité, sont rapidement devenus plus à même de cerner les demandes sociales émanant du terrain. Dans la veine de ce qui est ici pointé du doigt – la proximité comme ressource des acteurs associatifs – le prochain chapitre questionnera plus avant les dimensions identitaires des associations.

4. Enjeux identitaires et registres de reconnaissance

23Croisant sociologie, science politique et philosophie, de très nombreux travaux ont déjà exploré les métamorphoses contemporaines travaillant et traversant les corps de la légitimité, de la représentation ou encore de l’expertise. Par contre, il reste encore à problématiser ces réécritures à l’aune de l’interface acteurs associatifs / champ politico-administratif.

  • 27  J.-M. BELORGEY, « L’élu, le fonctionnaire, l’associatif, rivaux ou complices ? », Projet, n°264, 2 (...)
  • 28  Le Monde Economie, 22 octobre 2002, p. 9.

24Par rapport à la problématique étudiée, Jean-Michel Belorgey voit à l’œuvre différents types de légitimité épousés par les acteurs associatifs, politiques et administratifs27. Tandis que le suffrage universel et la défense de l’intérêt général emplissent de sens l’identité du politique et du fonctionnaire, que dire pour l’acteur associatif ? De quel mode de légitimation peut-il se prévaloir ? Poser cette question, c’est aussi et surtout mettre en évidence les fondements symboliques d’une identité fragile, dont la paraphrase suivante, issue de propos tenus, en France, par une association active dans le milieu de la prostitution et réagissant à l’actuel projet de loi du Ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, est exemplative : « Nous sommes des structures fragiles qui accompagnons des personnes fragiles »28.

  • 29  Voir « Management et État de droit », Pyramides, Revue du Centre d’Etudes et de Recherches en Admi (...)
  • 30  Pour plus de détails sur les mutations de la critique sociale à l’aune des évolutions du capitalis (...)

25Si cette identité paraît fragile au regard de la solidité, quoique fortement en crise, de l’élu et du fonctionnaire29, il n’en reste pas moins que la reconnaissance des acteurs associatifs s’opère par la mobilisation d’un ensemble de qualités cardinales, où l’on retrouve en bonne position les registres de l’expertise, de la proximité et de la production de services (cf. point 2.2 sur les associations et le marché), qualités explicitées par ailleurs dans la contribution de Jean-Louis Genard. Au demeurant, eu égard à leur manière de se définir et de se représenter, il n’est pas rare que les acteurs associatifs fassent leur une définition militante, civique se situant davantage comme les producteurs d’une nouvelle « critique sociale »30, connexe à la gauche syndicale.

  • 31  Y. PAPADOPOULOS, Complexité sociale et politiques publiques, Paris, Montchrestien, 1995, pp. 54-60
  • 32  Sans postuler un changement radical de régime, passant de la pyramide au réseau, (voir la contribu (...)
  • 33  Dans ce numéro, voir Y. PALAU « Les transformations des relations entre État et associations au ce (...)

26Pour mieux saisir les sémantiques de justification (expertise et proximité) mobilisées par les pouvoirs publics lors de l'explicitation du recours croissant à l’associatif dans différentes politiques publiques – et dans plusieurs de leurs phases – il nous faut revenir quelque peu au paradigme de la complexité. A suivre la lecture de Yannis Papadopoulos31, il s’agit d’une triple complexité : complexité sociale, marquée par la multiplication des acteurs qui ont leur « mot à dire » ; complexité des problèmes, caractérisés par une augmentation des paramètres sociaux et techniques ; complexité institutionnelle, se traduisant, en Belgique, par un entrelacement de niveaux de pouvoir et de rayons de compétences (communal, provincial, régional, communautaire, fédéral et européen). Comment interpréter ces dynamiques actuelles de décentrement et d’ouverture menées par l’État, au quotidien, dans la production de politiques publiques ? La reconnaissance des acteurs associatifs par l’État fait sens dans un contexte où le pilotage à « distance », la verticalité pyramidale et le monopole du savoir expert par le champ administratif ont été complétés32 par des dispositifs de délégation, de mise en réseau et des expertises et savoir-faire pluriels. Et notamment les expertises détenues par les acteurs associatifs, reliées à leur pragmatisme, leur connaissance du terrain, leur production de statistiques, leur recherche qualitative ou leur lien direct avec les publics concernés (chômeurs, jeunes, immigrés, malades, prostituées, homosexuels...). Le mot clef « lien » rend compte de leur fonction de « corps intermédiaire » entre l’État et les citoyens, ou plus précisément, de médiateur que la contribution d’Yves Palau dans ce numéro33 éclaire avec minutie et rigueur.

  • 34  J. ION, Le travail social à l'épreuve du territoire, Paris, Dunod, 2000.
  • 35  Il suffit de voir comment les associations de santé mentale ont été instrumentalisées par les pouv (...)

27C’est ainsi que s’interroger sur les modes de légitimation des acteurs associatifs revient à réfléchir de manière plus générale sur ceux de l’action publique et administrative, d’un État en devenir où s’impose à lui ainsi qu’aux autres acteurs une sorte d’« injonction au partenariat »34. Indépendamment des réelles stratégies de « reclassement »35, il n’en demeure pas moins que cette dynamique d’interaction entre acteurs associatifs et État contribue à l’émergence d’espaces de participation et de délibération.

Haut de page

Notes

1  Il reste à en préciser la proximité et l’affinité avec la notion d’« espace des mouvements sociaux », élaborée par Lilian Mathieu. Voir L. MATHIEU, « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue française de science politique, vol. 52, n°1, février 2002, p. 95.

2  Dans ce numéro, voir J.-L. GENARD, « L’émergence de l’associatif comme projet social, politique et culturel ».

3  P. CORCUFF, Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan, 1995.

4  Dont J.-L. LAVILLE, A. CAILLE, P. CHANIAL et alii, Association, démocratie et société civile, Paris, La Découverte, 2001.

5  M. BARTHÉLÉMY, Associations : un nouvel âge de la participation ?, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2000.

6  « Du côté des associations », La Revue Nouvelle, octobre 1992.

7  Dans ce numéro, voir F. DELCHEVALERIE, « S’associer face à la maladie mentale ».

8  Dans ce numéro, voir C. KULAKOWSKI, « Le projet du CBAI et les politiques publiques ».

9  Ces deux pôles, loin de s’opposer, peuvent trouver place dans un même discours, que ce soit pour évoquer, par exemple, des logiques gestionnaires et des logiques civiques au sein d’une même association ou encore pour comparer une nouvelle association à une association fortement institutionnalisée.

10  Dans ce numéro, voir P. WARIN, « Les associations en France : les enjeux politiques d’une reconnaissance juridique et économique ».

11  Dans ce numéro, voir R. VITALI, « État et société civile : une coopération conflictuelle ».

12  B. EME, « Les associations ou les tourments de l’ambivalence. », in J.-L. LAVILLE, A. CAILLE, P. CHANIAL et alii, op. cit., p. 29.

13  K. POLANYI, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

14   P. BOURDIEU (avec L. WACQUANT), Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992.

15  Voir les débats lors du colloque Syndicats et société civile : des liens à (re)découvrir, Bruxelles, Facultés Universitaires Saint-Louis, 23 mai 2002.

16  Dans ce numéro, voir D. KÜBLER, « Les acteurs associatifs dans l’Advocacy Coalition Framework : application aux politiques publiques de lutte contre la drogue en Suisse ».

17  Il nous faut néanmoins préciser à cet égard une certaine dérive. Il n’est pas rare, et ceci n’est pas récent, que le politique détourne la forme associative à son profit en créant de toutes pièces des associations « satellites » des autorités publiques. Voir à cet égard, J. CHEVALLIER, « Associations en mutation », Projet, janvier-février 1987, pp. 44 –55.

18  J.-L. LAVILLE, « Les raisons d’être des associations », in J.-L. LAVILLE, A. CAILLE, P. CHANIAL et alii, op. cit., pp. 89-92.

19  J.-M. BELORGEY, Cent ans de vie associative, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2000.

20  Voir dans ce numéro, D. DE ROY, « Associations et subventions : la quadrature du cercle ? ».

21  Voir dans ce numéro, V. MARTIN-PLACE, « La participation associative dans la politique d’environnement française ».

22  Voir dans ce numéro, S. DAUPHIN, « Les associations de femmes et les politiques d’égalité en France : des liens ambigus avec les institutions ».

23  J.-L. GENARD et J.-Y. DONNAY, « Les nouvelles politiques sociales, émancipatrices ou répressives ? », C. LELEUX (dir.), L'assistant social entre aide et contrôle ?, Bruxelles, IESSID, 2002, pp. 37-57 ; M. HAMZAOUI, Le travail social territorialisé, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2002.

24  O. KUTY, Le Soir, 11 août 1999, p. 3.

25  Dans ce numéro, voir A. FABRY, « Associations et pouvoirs publics locaux : le paradoxe du pouvoir et de la liberté ».

26  DONZELOT, J. et ESTEBE, P., L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, Paris, Esprit, 1994.

27  J.-M. BELORGEY, « L’élu, le fonctionnaire, l’associatif, rivaux ou complices ? », Projet, n°264, 2000, pp. 99-106.

28  Le Monde Economie, 22 octobre 2002, p. 9.

29  Voir « Management et État de droit », Pyramides, Revue du Centre d’Etudes et de Recherches en Administration Publique, n°2, Automne 2000.

30  Pour plus de détails sur les mutations de la critique sociale à l’aune des évolutions du capitalisme, voir L. BOLTANSKI et E. CHIAPELLO, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1998, pp. 423-498.

31  Y. PAPADOPOULOS, Complexité sociale et politiques publiques, Paris, Montchrestien, 1995, pp. 54-60.

32  Sans postuler un changement radical de régime, passant de la pyramide au réseau, (voir la contribution d’Olivier CORTEN portant sur le dernier livre de François Ost et Michel van de Kerchove De la pyramide au réseau ? ) l’accent est posé davantage sur les allers et retours.

33  Dans ce numéro, voir Y. PALAU « Les transformations des relations entre État et associations au centre d’une nouvelle dynamique institutionnelle : le cas de la politique de la ville en France »

34  J. ION, Le travail social à l'épreuve du territoire, Paris, Dunod, 2000.

35  Il suffit de voir comment les associations de santé mentale ont été instrumentalisées par les pouvoirs publics en France pour, entre autres, diffuser un référentiel de qualité, de réduction des coûts et de responsabilisation dans le secteur. Dans ce numéro, voir S. BIAREZ « Politique de santé mentale et mouvement associatif en France »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrizio Cantelli, Ludivine Damay et Jean-Yves Donnay, « Pour une sociologie politique des acteurs associatifs : comprendre les nouveaux enjeux », Pyramides, 6 | 2002, 11-30.

Référence électronique

Fabrizio Cantelli, Ludivine Damay et Jean-Yves Donnay, « Pour une sociologie politique des acteurs associatifs : comprendre les nouveaux enjeux », Pyramides [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 28 septembre 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://pyramides.revues.org/433

Haut de page

Auteurs

Fabrizio Cantelli

Chercheur au CERAP à l’ULB.

Articles du même auteur

Ludivine Damay

Chercheur au CERAP à l’ULB.

Jean-Yves Donnay

Chercheur au CERAP à l’ULB.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page