Navigation – Plan du site

L’émergence de l’associatif comme projet social, politique et culturel

Jean-Louis Genard
p. 31-52

Résumé

L’État-providence et la société fordiste ont donné lieu à des formes d’institutionnalisation des politiques publiques qui, sur un fond commun, ont pu prendre des colorations très différentes selon les pays. Le système belge, en particulier celui des piliers, en offre une illustration. Si, contre les interprétations fonctionnalistes, on admet que ce système s’appuyait sur un projet à la fois social, politique et culturel, force est de se demander si la montée de l’associatif et les transformations des formes d’action publique portent un tel projet et quelles en seraient alors les composants. C’est ce que se propose de faire cet article en insistant principalement sur les transformations des rapports aux savoirs à l’expertise, à la représentation, à la responsabilité et à la citoyenneté.

Haut de page

Texte intégral

Un paysage associatif complexe et dense

1Les structures politiques actuelles de la société belge sont très largement les héritières, d’une part du mouvement ouvrier et de l’autre, ancrées plus loin encore dans l’histoire, des tensions ou des clivages, en particulier religieux, qui font la spécificité du « modèle belge ». C’est à l’intérieur de ces logiques que se sont constituées les structures institutionnelles propres à la Belgique, que s’est formé le consociationnisme dans sa version pilarisée qui fait de la Belgique un cas d’étude dans l’univers politique européen. Ce modèle a pu bénéficier d’un processus fort d’institutionnalisation qui l’a inscrit durablement au sein des dispositifs publics, au plus profond des arcanes constitutives de la société belge. Modèle spécifique de consociationnisme, la Belgique est aujourd’hui traversée par de multiples tensions qui ensemble mettent en question le modèle pilarisé de compromis à la belge.

  • 1  J. DE MUNCK, « La Belgique sans ses piliers ? Du conflit des modèles au choix d’une politique », i (...)

2La force de ce projet, le degré d’adhésion qu’il a pu susciter, la pérennité des structures institutionnelles qu’il a générées ne se laissent pas expliquer seulement en termes de régulation ou par des causes stratégiques ou fonctionnelles. Il ne s'agit donc pas seulement d’une forme de régulation répondant à un contexte spécifique. Au contraire, sa force a résidé dans le fait qu’il s’agissait d’un projet tout à la fois politique, social et culturel, qui a pu trouver dans de multiples dispositifs (les conventions collectives, l’organisation des mutuelles, la division du système scolaire en réseaux…) des prolongations institutionnelles qui en assuraient la reproduction mais qui correspondaient aussi à des intuitions ou à des attentes largement partagées, bref à un ensemble de dispositions culturelles, à la fois structurantes et structurées, bénéficiant d’un ancrage fort au sein de la population. Les piliers ont ainsi pu fonctionner comme des « mondes »1, assurant bien entendu des fonctions régulatrices mais contribuant aussi à entretenir et à générer des espaces de réflexivité où ont pu se construire de nouvelles attentes, se concevoir de nouvelles espérances comme de nouvelles formes institutionnelles. Espace de réflexion où ont pu aussi se manifester des oppositions, des alternatives où s’est notamment jouée la tension entre des volontés progressistes de changement et les lourdeurs et inerties institutionnelles liées à des développements organisationnels et bureaucratiques souvent très pesants, dans lesquels ce que les théoriciens des organisations appellent les finalités de mission s’effaçaient largement devant les objectifs de système.

3Parallèlement à ce qui est et demeure une des caractéristiques essentielles de son paysage institutionnel, la Belgique, incontestablement, depuis quelques dizaines d’années, a connu une complexification et une densification de son paysage associatif. Ce processus ne saurait d’ailleurs être réfléchi indépendamment des structures héritées de la société belge, telles que je viens de les évoquer. Loin de se présenter simplement comme une mise en scène de l’opposition entre « anciens » et « nouveaux » mouvements sociaux, la logique d’émergence comme la densité du tissu associatif belge sont aussi, en partie du moins, le prolongement des tensions et des processus réflexifs qui avaient cours dans les différents mondes qui composaient la Belgique pilarisée. Combien de leaders des mouvements sociaux qui se constituèrent dans les années 70-80 sur des thématiques naissantes ne sont-ils pas passés par les mouvements liés à l’imaginaire ouvrier, n’y ont-ils pas fait leurs armes avant de les quitter, de s’en distancier tout en maintenant parfois avec eux, ou certains de leurs membres, des liens de sympathie. Combien de mouvements sociaux « nouveaux », ne continuent-ils d’ailleurs pas à entretenir avec les associations issues du mouvements ouvrier et des piliers des relations de connivence distanciée ou d’une distance qui n’exclut pas les sympathies.

4Sans doute cette densité et cette richesse sont-elles d’ailleurs aussi une spécificité belge que de nombreux autres pays européens, confrontés aujourd’hui à la « montée de la société civile », nous envient, dans la mesure où la Belgique francophone, marquée historiquement par une propension à l’institutionnalisation qui fait partie intégrante du processus de pilarisation, a pu d’emblée encadrer cette prolifération dans des dispositifs de financement qui conféraient aux associations émergentes un statut relativement public. Le développement et l’institutionnalisation du secteur associatif en Belgique francophone, tel du moins que nous en connaissons le paysage aujourd’hui, date des années 70.

5Fruit d’un processus à la fois relativement autonome – en raison du statut éminemment marginal qu’avait à l’époque l’administration de la culture dirigée par M. Hicter, mais aussi de l’isolement institutionnel des matières culturelles – mais largement contrôlé – les centres culturels, comme les commissions consultatives… furent soumis au contrôle du pacte culturel, l’éducation permanente fit la part belle aux associations satellites des partis via la « promotion socioculturelle des travailleurs » – la Belgique francophone a connu le développement et l’institutionnalisation d’un secteur associatif reconnu et financé par les pouvoirs publics, qui fut constamment traversé par une tension entre des formes d’institutionnalisation sur lesquelles pesait lourdement la logique des piliers et des acteurs dont les logiques se voulaient hétéronomes que ce soit pour des raisons idéologiques, de professionnalisation de l’activité (les associations pour une autre médecine, de défense des consommateurs, pour une autre mobilité,…), parce qu’ils représentaient des intérêts qui ne trouvaient pas leur place dans les logiques pilarisées (défense des chômeurs,…), ou enfin parce qu’ils s’inscrivaient dans ce qu’on a coutume d’appeler les « nouveaux mouvements sociaux », défendant des causes ne se laissant pas réduire aux thématiques habituelles sur lesquelles s’était constituée la logique des piliers, héritière du mouvement ouvrier (causes humanitaires, écologiques, féministes…) et engluée dans des découpages (religieux-laïque…) largement dépassés au regard des thématiques émergentes.

La pilarisation

6Sous peine de cécité intellectuelle, il faut ici avoir à l’esprit que la pilarisation repose à l’évidence sur des processus d’intégration d’instances associatives au sein des dispositifs publics, comme d’ailleurs sur la délégation à des associations représentatives des piliers de missions de service public. Pensons par exemple à l’enseignement particulièrement dans le cas du pilier chrétien, à la négociation des conditions de travail, à la gestion des soins de santé par les mutuelles ou à celle du payement des allocations de chômage par les syndicats. Le système pilarisé se présente donc à l’évidence comme un système politique assurant l’externalisation de missions de service public, sur lesquelles l’État, à des degrés divers selon les champs, conserve bien entendu des instruments de pilotage et de contrôle.

7En s’interrogeant, dans le contexte actuel, sur la place du monde associatif au sein des politiques publiques, il convient donc de ne pas se tromper de questions et de voir du tout nouveau là où la réalité s’inscrit dans une tradition déjà longue, offrant par là une prise facile à ceux qui pourraient alors faire valoir que tout ce que demande le monde associatif est en fait du « déjà là ». Il s’agit au contraire de saisir ce qui change réellement dans les demandes portées aujourd’hui par le secteur associatif par rapport aux formes institutionnellement présentes et en quoi les formes de l’action publique pourraient s’en trouver modifiées dès lors que sur elles pèsent de nouvelles attentes. Comment donc – à la fois à partir de quels arrière-plans culturels et dans quelles formes institutionnelles – s’opère l’intégration de l’associatif au sein des politiques publiques ? Avec quelles conséquences ? Et en quoi ce processus traduit-il une évolution de l’État et des politiques publiques ?

8Pour tenter modestement d’entreprendre de répondre à cela, je proposerais de prendre la question à un niveau théorique relativement général, en rappelant tout d’abord – ce que j’ai posé d’emblée – que le projet porté par le mouvement ouvrier, mais ancré sur des clivages religieux, qui a donné à la Belgique sa forme pilarisée était un projet à la fois politique, social et culturel. La question qu’il convient alors de se poser est celle de savoir si les mouvements présents sont porteurs d’alternatives politiques, sociales et culturelles que n’honorent ni les « anciens mouvements sociaux » ni les formes dans lesquelles ils ont institutionnalisé leur présence au sein des dispositifs publics.

9En se référant aux travaux bien connus de l’économie des conventions ou de R. Castel, la question posée pourrait en fait être celle de savoir si la pilarisation ne correspond pas à la forme belge de la société fordiste, là où la montée de la société civile et les nouvelles attentes portées par le monde associatif ne participeraient pas au contraire de l’émergence d’une société post-fordiste. Et, dès lors, si, au travers des nouvelles formes d’incursion des associations dans et autour des politiques publiques, n’est pas en train de se manifester une autre forme d’intervention publique qui se construit sur certains des échecs de l’État-providence.

  • 2  A propos des politiques en matière de santé mentale, voir par exemple le dossier « Le miroir de la (...)

10Il serait trop long dans ce bref article de développer cette hypothèse de manière exhaustive. Rappelons simplement ici ce que révèlent de nombreuses analyses menées sur les nouvelles formes de l’action publique2. Les caractéristiques de l’État-providence qui sont aujourd’hui critiquées ou problématisées sont nombreuses. Pensons par exemple à son « administro-centrisme », à sa propension à la différentiation fonctionnelle qui se manifeste dans le découpage rigide des compétences ministérielles, à sa volonté de décontextualisation de ses interventions, à son paternalisme qui développe sa résistance à la participation citoyenne,… Insistons-y, il n’est pas dans mon intention d’interpréter ce reflux dans le vocabulaire schématique et dramatisant de la « fin de l’État-providence », mais d’y déceler plutôt des processus de recompositions qui ne sont bien sûr pas exempts de dangers pour les droits qu’il garantissait traditionnellement, mais qui traduisent aussi à la fois des exigences d’adaptation fonctionnelle à des contextes changeants (en particulier les transformations d’échelle du politique) et d’intégration de nouvelles exigences normatives qu’honoraient mal les anciennes structures de l’État-providence, par exemple en termes de citoyenneté et de participation ou encore au travers des formes de subjectivité auxquelles sa logique demeurait liée alors que se développaient des exigences croissantes d’autonomie des acteurs. Bref, se construit au sein de notre paysage étatique une nouvelle strate qui vient non pas remplacer, mais se superposer tout en interagissant avec elles, aux deux premières strates qui sont celles de l’État libéral (ou de l’État-gendarme) et celle de l’État-providence (ou de l’État social). C’est cette nouvelle strate, en train de se construire, que de nombreux chercheurs tentent aujourd’hui de circonscrire dans ses tensions, dans ses contradictions y voyant tour à tour, un État animateur, réseaux, réflexif, incitateur, managérial, accompagnateur, social actif, capacitaire,…

11Parmi les nombreuses caractéristiques de ce nouvel État figure l’intégration de l’associatif aux politiques publiques. Et cette intégration n’est elle-même pas sans ambiguïté puisqu’elle peut être interprétée aussi bien par exemple comme le signe du déclin d’un État qui tend de plus en plus à privatiser et à externaliser ses politiques que comme l’indicateur d’une volonté d’accroître la participation et l’implication citoyenne, de reconnaître les ressources propres aux structures de la société civile, de rompre avec le paternalisme de l’État-providence et d’admettre que des compétences inscrites dans la société civile peuvent être des atouts pour la construction comme pour l’effectuation des politiques publiques.

12C’est à mon sens là une question particulièrement importante et qui demeure d’ailleurs ouverte. Une question qui, à propos de la Belgique, devrait également nous permettre de saisir si le développement de l’associatif génère de nouvelles formes d’action publique dont les logiques ne se laissent pas simplement réduire à celles qu’illustre la société pilarisée.

Les limites des interprétations fonctionnalistes

13Comment interpréter donc les relations qui semblent s’instaurer de plus en plus aujourd’hui entre associations et action publique ?

14Comme je l’ai déjà suggéré précédemment, pour comprendre au niveau requis les transformations portées par les actuelles revendications associatives et les formes d’intégrations au sein des politiques publiques qui leur sont liées, sans doute faut-il tout d’abord prendre distance par rapport aux interprétations fonctionnalistes qui, globalement, tendent à les saisir en y voyant simplement de nouvelles formes de régulation, sans précisément envisager la spécificité du projet culturel qu’ils portent et qui les porte à la fois. Sans aussi comprendre, dans leur spécificité, l’historicité et les enjeux normatifs qui y sont à l’œuvre. Encore une fois, je ne pourrai être ici que schématique. Mieux vaut sans doute alors, à ce niveau, illustrer ce que peuvent être et ce que manquent les interprétations fonctionnalistes.

  • 3  Voir dans ce numéro, l’article de R. VITALI.

15Ainsi pourra-t-on être tenté de faire de l’irruption de l’associatif au sein des politiques publiques des interprétations à l’image de celles qui furent et sont encore mobilisées par les théoriciens néo-corporatistes.3 Dans ce cas, on dira par exemple que, face à une société désormais radicalement « pluraliste », dans lesquelles le pluralisme dépasse de loin l’arrière-plan culturel propre à la société fordiste et à l’État-providence, l’État en vient à déléguer, dans des domaines de plus en plus nombreux des missions de service public à des acteurs diversifiés se « libérant dès lors de l’obligationde définir le bien public ou l’intérêt général » de manière concrète. Bref, l’État se fait simplement organisateur du pluralisme. Dans ce cas, la procéduralisation pourrait être interprétée comme une exigence fonctionnelle de sociétés marquées fortement par le pluralisme et l’individualisme et l’hypothèse pourrait être validée en observant combien les avancées des implications de l’associatif au sein des politiques publiques se focalisent précisément sur les domaines où s’impose avec le plus d’évidence l’impératif du pluralisme.

  • 4  J. HABERMAS, Droit et démocratie : entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997 et S. LASH, Anoth (...)

16En suivant ce type de raisonnement, on pourra voir alors dans les processus intégrant les acteurs associatifs aux politiques publiques, un remake de ce qui s’était passé avec le mouvement ouvrier, mais revu à l’aune des « nouveaux mouvements sociaux » et de sociétés hypercomplexes ou post-modernes, sans que donc on ne sorte réellement du modèle néo-corporatiste. Mais, ce faisant, tout en touchant du doigt l’élément essentiel que représentent les avancées de la procéduralisation, on s’interdira de voir à quel point celles-ci touchent des secteurs fondamentaux de l’action publique, à quel point aussi, au-delà d’impératifs de pure adaptation fonctionnelle, c’est toute la question du rapport à la norme, de sa construction comme de sa mise en œuvre, qui se trouve transformée et déplacée. A quel point aussi, dans un contexte où l’État se déverticalise au moins relativement, il se pose moins comme le détenteur exclusif des conceptions légitimes du bien commun que comme l’instance chargée d’en assurer l’émergence. A quel point enfin, à l’administro-centrisme qui pouvait caractériser un État sûr de ses raisons, se substitue lentement un État traversé par les incertitudes qui s’impose des tâches qui sont tendanciellement plus de coordination que d’imposition dogmatique de normes. Loin de se limiter à un processus d’adaptation fonctionnelle à un contexte changeant, c’est donc, comme l’illustreraient les travaux de Jurgen Habermas ou de Scott Lash, tout le rapport à la norme et, par delà, à la rationalité qui se modifie4.

  • 5  Voir par exemple, P. BOURDIEU, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000, p. 146.

17De la même façon, on se tromperait sur la nature des processus en cours en considérant, comme Bourdieu tend à le faire5, que les formes de délégations de compétences de service public ne sont que des instruments de légitimation contrôlés, savamment ou non, par les acteurs bureaucratiques qui, en dosant le choix des acteurs qui seront consultés ou à qui seront déléguées des prérogatives, obtiennent ce qu’ils souhaitent sans devoir explicitement user de quelque violence que ce soit. En se focalisant sur de telles interprétations stratégiques, dont la pertinence partielle n’est évidemment pas en question, on s’interdit de penser les changements qui précisément affectent ce que légitimer veut dire, là où des processus de légitimation par le haut se voient concurrencés par des processus où la légitimation s’opère davantage de manière horizontale, au travers de la procéduralisation de la normativité et de l’action publique.

18Enfin, on aurait tort, je crois, de ne voir dans la montée de l’associatif au sein des politiques publiques qu’un des symptômes de « l’affaiblissementde l’État » à interpréter dans le contexte de sa libéralisation. C’est là la thèse de la fin ou du déclin de l’État, dont la signification dominante serait à chercher dans le « triomphe du libéralisme » et dans les processus de privatisation de l’action publique qui en est un des effets majeurs. Dans le contexte belge, la montée de l’associatif, comme celle de la société civile ne seraient interprétées que sous l’horizon de la relégation des anciennes formes de pilarisation, c’est-à-dire à partir d’un modèle intrinsèquement lié à l’État-providence et à la société fordiste. A la limite, la montée de l’associatif au sein des politiques publiques ne serait qu’un aspect somme toute marginal (bien que pouvant produire des effets de légitimation considérables) d’un processus plus large de privatisation des services publics. Là encore, au-delà de diagnostics qui ont à l’évidence leur part de vérité, on s’interdirait de penser dans sa spécificité la portée de la recomposition des relations entre privé et public qui affecte aujourd’hui le paysage politique, comme d’ailleurs de nombreux autres paysages, par exemple médiatique, urbain,… Et on s’interdirait surtout de réfléchir aux formes dans lesquelles l’État-providence a instauré ses propres partages entre privé et public, formatant du coup ce qu’il fallait entendre par public comme par privé, instituant également des évidences quant aux manières légitimes de penser les relations entre bien public et formes d’organisation du service public.

19Pour pouvoir au contraire dépasser ces interprétations à dominante fonctionnaliste, ou qui, à tout le moins, en viennent à sous-estimer les transformations normatives et l’historicité à l’œuvre dans les processus analysés (ne voyant dans l’État que des fonctions et des significations toujours identiques à elles-mêmes), il faudrait pouvoir montrer en quoi les processus sur lesquels nous réfléchissons sont eux-mêmes porteurs d’un projet culturel, social et politique, comme le fut en son temps le mouvement ouvrier et les structures pilarisées.

Un projet social, politique et culturel alternatif

20Ce serait là une tâche ardue qu’il ne s’agit bien entendu pas de prétendre mener à terme dans ce court article. Tout au plus peut-on ici espérer donner quelques pistes. Celles-ci tenteront de cerner avant tout – parce que là se joue un enjeu majeur – la spécificité culturelle des attentes portées par les thématiques de la société civile ou de la démocratie participative.

21Au vu de ce qui a été dit précédemment, comment peut-on en effet caractériser les avancées culturelles en cours, repérables dans la place croissante et modifiée que tend à prendre l’associatif au sein des politiques publiques ? Bref, quel projet culturel émergent, quelles formes nouvelles de citoyenneté, de conceptions de l’État, de la représentation, du savoir… justifient la place croissante qu’est appelé à prendre le secteur associatif au sein des politiques publiques ?

22Encore une fois, le propos qui suit demeurera schématique et hypothétique. Il procédera plus par évocation d’éléments clés qu’il n’obéira à un souci de systématicité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, sa présentation prend la forme d’une énumération :

23A l’ère de l’État-providence, et s’agissant de la société belge à l’ère de la pilarisation, l’arrière-plan culturel consistait avant tout à proposer des cadres d’intégration des populations basés sur des contenus « àdominante en partie substantielle ». Le pilier chrétien en offre bien sûr le meilleur exemple. Il s’agissait là, dans la foulée d’un Évangile nuancé par l’apport d’une démocratie chrétienne se situant dans l’héritage de Léon XIII, d’assurer l’adhésion à un ensemble de valeurs et de choix de vie susceptibles d’acquérir une portée socialisante et offrant les bases d’une société reposant sur des formes de solidarité imprégnées du message chrétien. Dans le cas socialiste, le projet était sans doute moins substantiel, mais il offrait également l’ambition de construire des formes de justice et de solidarité englobantes, comme l’attestent les mouvements coopératistes, mutuellistes ou les tentatives de développement de projets de promotion culturelle des classes défavorisées que ce soit via l’enseignement public, les projets de bibliothèques publiques, de culture populaire... dont J. Destrée fut certainement l’un des protagonistes majeurs. Il s’agissait donc d’assurer la promotion de la classe ouvrière en lui permettant d’accéder à un certain nombre de standards sociaux et culturels jusque là réservés à une élite ainsi qu’en construisant des formes de solidarités engageant à la fois l’interventionnisme d’État mais aussi – et on a trop tendance à l’oublier – des réseaux de solidarité associatifs se concrétisant par exemple dans des sociétés sportives, culturelles… souvent organisés autour des maisons du peuple. Cette assertion qui, pour certains, sera peut-être contre-intuitive, se vérifierait sans doute avec le plus de netteté en prenant la mesure des critiques qui, dans les années 70, seront précisément portées à l’encontre de la dimension culturelle de l’État-providence, en particulier lorsque l’ensemble des mouvements associatifs progressistes, mais aussi les protagonistes de l’institution des nouvelles politiques culturelles, M. Hicter en tête, entendirent proposer de remplacer les anciens impératifs de démocratisation de la culture par des ambitions de véritable démocratie culturelle. Sans doute est-ce là le symptôme le plus évident des critiques qui étaient adressées au modèle social belge quant à sa dimension culturelle. Et il est significatif d’observer que cette critique est née au sein des franges culturelles de la société pilarisée, contribuant à y créer des tensions (comme par exemple la distance prise progressivement par le MOC à l’égard du PSC) et des fragmentations (de nombreux acteurs issus de l’associatif pilarisé devenant les initiateurs de nouvelles associations prenant leurs distances par rapport aux structures dont ils étaient issus).

24C’est donc à la fois dans la continuation (parce que bien souvent les protagonistes du nouveau projet furent d’abord des acteurs importants mais contestataires des anciennes structures), mais aussi à distance de ces ambitions que s’est donc dessiné un nouveau projet culturel, mais dans lequel la notion même de culture prenait un sens nouveau, retrouvait peut-être le sens de « formation » ou de construction globale de la personnalité, que portait le mot allemand « bildung », tout en lui conférant cette fois, de manière centrale, une dimension politique. Un sens englobant qui fut sans doute présent lorsque le mouvement ouvrier était d’abord un mouvement social, mais qui se perdit progressivement avec son institutionnalisation dans les arcanes de la pilarisation.

  • 6  J.L. GENARD, Les pouvoirs de la culture, Bruxelles, Labor, 2001.

25Le projet culturel naissant, ou plutôt faudrait-il dire socio-culturel, était cette fois moins celui de la solidarité (désormais incrustée dans les dispositifs de l’État-providence) que celui de la construction d’une démocratie participative. Et cela même si, au départ, les ambitions portées par l’idéal de démocratie culturelle demeuraient fortement imbriquées dans des représentations liées à l’imaginaire du mouvement ouvrier. Projet culturel il y avait donc, mais au sens de l’instauration et du développement d’une culture pensée avant tout comme « culturepolitique », ce qu’attesteraient avec une grande évidence les débats qui eurent lieu autour des notions émergentes de démocratie culturelle, d’animation culturelle… Et ce n’est pas le moindre paradoxe de ce tournant qui tenta de redonner à la culture une connotation globale, excédant largement les frontières des conceptions traditionnelles de la culture liées aux Beaux-Arts, et fortement politisées, alors même qu’institutionnellement les compétences culturelles en venaient à s’insulariser dans ce qui allait lentement devenir la Communauté française. Créant d’ailleurs une situation ambiguë dans la mesure où des initiatives culturelles allaient à l’évidence de plus en plus souvent empiéter sur des domaines de compétences relevant d’autres espaces de pouvoir (les politiques sociales, d’intégration, d’éducation, de santé, d’immigration…). Avant que, par effet en retour, de nombreuses politiques publiques n’en viennent à intégrer des dimensions culturelles mais non assumées par des acteurs liés aux compétences définies politiquement comme culturelles6.

  • 7  A propos du champ judiciaire et de l’émergence d’une justice réparatrice dans laquelle des acteurs (...)

26Le changement était aussi culturel parce que se profilait en lui une évolution dans ce qu’on pourrait appeler le « rapport à la raison ». La logique prévalant au cœur de l’État-providence est, comme je l’ai déjà indiqué, celle d’une rationalité à dominante substantielle, qui s’est incrustée dans les politiques publiques, les attachant la plupart du temps à des dispositifs fortement univoques incarnant à chaque fois une « raison d’État », comme le théoriseront de manière profondément critique certains auteurs vedettes des années 70, tels Foucault ou Bourdieu. L’expression « raison d’État » étant ici à comprendre à la fois au sens d’un processus de domination (ce sur quoi insistent les auteurs précités), mais aussi au sens d’un certain type de rapport à la raison et à la certitude. Celui d’une raison fermée, sûre de son bien-fondé, accaparée par certains acteurs privilégiés comme pouvaient les désigner des formes politiques fortement centralisées sur une administration omnipotente (comme l’illustrerait le cas français) ou des formes politiques néo-corporatistes à la belge en établissant des réseaux de proximité et de connivence entre élites politiques, administratives et issues des piliers. Cette raison d’État s’incarnait dans une division fonctionnelle de la société et dans l’instauration de monopoles institutionnels dans chacun des espaces délimités par elle. L’école dans le champ de l’éducation, l’hôpital dans le champ de la santé, l’hôpital psychiatrique dans celui de la santé mentale, la prison dans le champ pénal… et il serait facile de montrer à quel point dans chacun de ces champs se sont aujourd’hui multipliées les initiatives faisant perdre à chacune de ces institutions, qui, tout en vivant à des degrés divers des situations de crise demeurent pourtant centrales, leurs anciens monopoles, générant entre niveaux institutionnels des tensions importantes et imposant à l’État des tâches inédites de coordination. C’est qu’en effet, à distance de cette rationalité substantielle, et dans un contexte de pluralisation des positions et des discours, tendent à s’adjoindre des formes de rationalité procédurales, l’État jouant moins le rôle de grand organisateur symbolique, détenteur d’une raison d’État, que celui de coordinateur d’initiatives plurielles, opposant ou articulant initiatives centrales, héritées de l’État-providence et initiatives périphériques, émergentes, expérimentales7… Bref, à la raison d’État, s’octroyant une légitimité centrale et incontestable, tendent à se substituer des raisons éclatées qui chacune prétendent à leur part de validité, exigeant d’être entendues et prises en compte. Et, dans ce contexte, l’État est appelé à se présenter, moins comme l’incarnation de modèles déterminés d’intervention que comme garant d’un certain pluralisme. La prison certes, mais aussi les peines alternatives, la médiation... L’école, à coup sûr, mais aussi les écoles des devoirs, les centres PMS, l’alphabétisation, les maisons de jeunes... Contre une raison prétendant à l’incarnation s’affirment des raisons qui en appellent par leur multiplicité et les prétentions qu’elles élèvent à des espaces de confrontation et de discussion, bref à un espace public désormais enrichi. Viendrait d’ailleurs très certainement conforter cette hypothèse le fait que de nombreuses prises de position actuelles dans le champ associatif sont d’abord des demandes de débats, d’ouverture d’espaces de discussion à des acteurs qui en sont exclus ou sur des thèmes qui ne figurent pas à l’agenda politico-médiatique.

27De nombreux interprètes ont tenté de saisir les actuelles évolutions au travers de ce canevas des transformations des formes de rationalité. Parmi ceux-ci, Jürgen Habermas et ses travaux sur la « procéduralisation », mais aussi Scott Lash qui, cherchant à opposer les sociétés de la première et de la seconde modernité, en vient à les spécifier au travers de la distinction, d’origine kantienne, des formes de rationalité qui y sont dominantes : une rationalité déterminante dans le premier cas, « réfléchissante » dans le second.

28Ceci nous conduit immédiatement à saisir une autre dimension du projet culturel qui se profile derrière les revendications des mouvements sociaux et les appels à des transformations de l’État qui les accompagnent. Cette dimension affecte, comme je l’ai déjà indiqué, les formes dominantes de savoir, mais aussi les formes d’expertise et le rapport à celle-ci.

29C’est en effet parce que l’expertise elle-même tend à se pluraliser, qu’elle devient ostensiblement marquée par les incertitudes, qu’il est de plus en plus nécessaire d’assurer des espaces de discussion là où auparavant aurait précisément pu s’imposer une « raison d’État ». C’est aussi pour cela que nombre d’initiatives associatives semblent porteuses elles-mêmes de formes d’expertises traduisant à la fois une professionnalisation du secteur, mais aussi une volonté de pluraliser un monde de l’expertise qui autrement tendrait à obéir à des voies monopolistiques, et du coup de reconnaître aux émanations de la société civile des compétences qui leur étaient habituellement refusées.

30La société « réflexive » portée par les mouvements associatifs est celle d’une réflexivité processuelle intégrant de nouveaux acteurs, en particulier des acteurs dont les compétences ne sont pas définies technocratiquement ou institutionnellement. Bref, la société réflexive dont parlent Giddens, Beck ou Lash est, pour le monde associatif, moins une société où la réflexivité se voit organisée technocratiquement et prédéterminée institutionnellement, elle est avant tout une société de la « réflexivité diffuse et partagée ». Ce sont donc les anciens « clivages entre mondes experts et non experts, entre expertise technique et débat démocratique » aussi qui sont là problématisés.

31Ces remarques nous invitent à aller plus loin dans la réflexion et à envisager les représentations de la société et de l’homme qui se trouvent sous-jacentes à ces mêmes évolutions. En effet, là où le développement de l’État-providence s’était accompagné d’une forte différentiation fonctionnelle, d’une division de la société en champs ou en sous-systèmes relativement autonomisés, permettant précisément l’émergence de rationalités et de logiques sectorielles – division relayée mais aussi formatée par la division rigide des compétences administratives – le projet culturel porté par le mouvement associatif s’appuie au contraire sur l’image d’une société complexe, dans laquelle les questions posées relèvent d’approches plurielles. Bref, l’arrière-plan est ici celui d’une « reglobalisation des questions sociales » en raison de la complexité des problèmes soulevés, des interférences entre dimensions. Une reglobalisation qui se veut d’ailleurs aussi anthropologique contre les découpages qu’entraînent les accentuations des spécialités. Bref, là s’opère une prise d’acte du processus d’une « dédifférentiation » qui affecte nos sociétés, exigeant l’instauration de nouveaux dialogues et de nouvelles circulations entre savoirs, de nouvelles coordinations entre compétences. Toutefois, dans le même temps, les processus de différentiation – qui, à observer les anciennes divisions fonctionnelles, s’atténuent – en viennent à se déplacer et, notamment, à s’inscrire dans des divisions territoriales, allant à l’encontre de la visée de décontextualisation des politiques publiques privilégiée par l’État-providence. Bref, les politiques de santé mentale sont aussi des politiques d’éducation, des politiques sociales… elles interfèrent avec les politiques socioculturelles, de santé, de justice, d’intégration des populations… mais se complexifiant, elles ont à s’adapter aux spécificités des terrains où elles naissent. Zones d’éducation prioritaires, contrats de quartier, contrat de sécurité… voilà autant d’exemples de politiques territorialisées dans lesquelles se voient intégrées des visées culturelles et dans lesquelles des acteurs associatifs apportent leurs contributions, bénéficiant précisément d’une compétence ou d’une expertise ancrée sur « le terrain », et trouvant dans la « proximité » un puissant facteur de légitimation.

32Ces différents déplacements présupposent par ailleurs une conception renouvelée de la citoyenneté et de la représentation.

33De la citoyenneté d’abord, en ce que plutôt et en plus que de centrer son arrière-plan juridique sur l’octroi et l’organisation « de l’accès àdes droits-créances », il s’agit ici avant tout d’enrichir les droits-participations au-delà des seuls dispositifs électoraux. La conception sous-jacente de la citoyenneté est ici celle de citoyens majeurs, « compétents et responsables », capables de prendre position et d’apporter ainsi leurs compétences au cœur des discussions publiques. Et il n’est donc pas étonnant que de nombreuses « disputes » à propos des nouvelles formes de réflexivité opposent très clairement aujourd’hui défenseurs de modèles technocratiques et démocratiques de rationalité, comme l’illustreraient par exemple les débats autour des formes dans lesquelles doivent s’organiser les processus d’évaluation des politiques publiques.

34La question de la justice politique, plutôt que d’être construite sur base de l’octroi de droits-créances dont Max Weber attirait déjà l’attention sur le caractère substantiel (dans un contexte où la modernité se caractérise par un processus de formalisation du droit) se trouve ici procéduralisée. Se déploie donc ici une autre conception de la solidarité.

35De la représentation parce qu’au travers du projet culturel porté par la mouvance associative, il s’agit moins de « représenter» en étant à la place de ceux que l’on représente que de « se représenter » au sens de se donner les moyens que de la dynamique sociale elle-même émerge de manière constante sa propre représentation, au sens de sa propre compréhension de soi. Bref, la représentation qui était transitive (représenter quelqu’un ou quelque chose) devient réflexive (se représenter). Ce qui explique que les questions de la représentativité et de sa contestation, comme celle de la critique des modes institués de représentation (notamment au travers de l’exclusivité accordée à ce niveau au principe électoral) deviennent des enjeux constants. Encore une fois, l’idée de procéduralisation peut nous être ici utile dans la mesure où elle permet d’attirer l’attention sur le fait que, dans un univers social pluralisé, fait d’un enchevêtrement de mouvements sociaux et associations, la représentation ne peut plus être réellement « incarnée » comme elle avait pu l’être avec les organisations issues du mouvement ouvrier. Le « se représenter » renvoie moins à des organisations représentatives qu’au processus même au travers duquel le social se construit une représentation de lui-même, processus sans cesse ouvert et instabilisé, à l’image de la démocratie définie comme « espace vide » par C. Lefort.

36Au-delà de ces transformations de la citoyenneté et de la représentation se profile en fait une conception « déverticalisée » de l’État – dont furent d’abord porteuses les thèses anti-autoritaristes qui eurent un succès considérable durant les années 70.

37Derrière ce projet se dessine également une nouvelle conception de la responsabilité. Que ce soit celle de la responsabilité citoyenne – thème actuellement omniprésent dans le discours associatif, y compris au niveau des politiques de la citoyenneté – mais aussi celle de la responsabilité des « responsables » politiques et administratifs. Le thème de la responsabilité et en particulier celui de la déresponsabilisation a été un des piliers des critiques adressées aux pratiques de l’État-providence. Qu’il s’agisse de la déresponsabilisation des bénéficiaires des prestations sociales ou de celle des élites (politiques, administratives…) contre lesquelles se sont d’ailleurs multipliés les procès. Les thématiques du risque, de la précaution, du développement durable, de la solidarité planétaire,… portés par les mouvements associatifs sont, parmi d’autres, des symptômes de cette nouvelle perception de la responsabilité. Comme le sont les demandes de création d’arènes où les décideurs politiques ont à répondre de ce qu’ils ont fait, font et feront.

38Le thème de la responsabilisation, en particulier mais pas seulement dans sa version managériale, est bien entendu propice au principe de délégation. C’est la raison pour laquelle au sein de la dynamique d’évolution des politiques publiques, naissent de nouvelles logiques où il paraît naturel de mobiliser, au cœur même de ces politiques, les ressources de ceux qui ont acquis des compétences dans le domaine. Et cela ne va d’ailleurs pas sans peine d’un côté comme de l’autre : méfiance traditionnelle, héritée de l’État-providence et de l’ère des piliers, des pouvoirs publics à l’égard d’acteurs associatifs souvent jugés comme peu fiables, comme doux rêveurs,… mais aussi, à l’inverse, méfiance du secteur associatif à l’égard des risques de récupération par le pouvoir politique. Bref, la position de contestation, de distance critique et de refus d’implications interprétées comme compromissions… qui était celle de l’essentiel du secteur associatif (à l’exception bien sûr des associations centrales des piliers) à l’ère de l’État-providence se trouve maintenant, face aux transformations de l’État, confrontée à des pressions à la participation, à des appels à projets et à engagements dans le cadre de politiques publiques. Obligeant du même coup les responsables associatifs à réfléchir à la question de leurs rapports au pouvoir dans des termes renouvelés, à distance de la diabolisation qui était de mise auparavant. Les évolutions rapides du parti Écolo, principal relais politique du mouvement associatif, à l’égard de la participation gouvernementale sont à cet égard extrêmement significatives.

  • 8  L. BOLTANSKI et E. CHIAPELLO, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

39A cette nouvelle donne que, pour des raisons liées aux contraintes du thème choisi, j’ai essentiellement analysée sous l’angle de la logique associative émergente, correspondent, comme je l’avais signalé d’emblée, de nouvelles formes d’intervention publique. Processus qu’il faut comprendre à la fois comme une réponse aux critiques portées à l’encontre de l’État-providence ainsi qu’à la pluralisation et à la complexification de la société, mais aussi comme l’intégration au sein des pratiques publiques de principes liés à la fois à la pédagogie du projet (d’ailleurs elle-même issue du monde socio-culturel) et à la logique managériale8. Bref, le mode d’intervention des pouvoirs publics et le mode d’intégration du monde associatif au sein des politiques publiques se sont profondément infléchis. C’est désormais la logique du projet, du contrat, de la convention… ou encore du mandat qui prévaut.

40Plutôt que de reconnaître et de financer des institutions comme ce fut majoritairement le cas à l’ère de l’État-providence et de la Belgique pilarisée, il s’agit maintenant de promouvoir et de financer des projets. L’État fixant des objectifs d’ordre général à charge pour les associations de se les approprier et d’y apporter des réponses spécifiques (notamment territorialisées) qui auront à faire leurs preuves et qui seront évaluées. Encore une fois, le processus n’est pas sans ambiguïté. Appel à l’autonomie, à l’initiative, à la responsabilité, lutte contre la sclérose institutionnelle d’un côté… mais précarisation des institutions, travail dans le court terme… de l’autre. A un paysage institutionnel contrôlé mais stabilisé qu’avait contribué à constituer l’État-providence pourrait se substituer un quasi marché du socio-culturel, fait d’une multitude d’institutions en concurrence pour s’approprier des ressources limitées, obligées de s’adapter constamment aux formulations changeantes d’un politique avant tout soucieux de court terme.

La place des intellectuels

41On aurait tort de croire que, pour le monde intellectuel, la question de la pilarisation ou de la dépilarisation est seulement un enjeu théorique. Nombre d’intellectuels belges qui s’intéressent aux enjeux politiques actuels sont en effet très directement impliqués dans les structures sociales et politiques qu’ils étudient. Ils sont eux-mêmes parties prenantes de cette évolution qu’ils analysent tout en étant souvent des acteurs, parfois centraux, le plus souvent périphériques. Il serait en effet extrêmement intéressant de montrer à quel point les processus de pilarisation ont pénétré les différents niveaux du champ intellectuel belge, comme d’ailleurs celui de la recherche politologique, que ce soit au niveau d’Universités d’ailleurs divisées selon leur appartenance aux réseaux confessionnels ou non (combien de chasses gardées budgétaires liées à des allégeances politiques) ou à celui d’une recherche plus appliquée largement mobilisée par des acteurs fortement institués du secteur associatif lui-même pilarisé (dont les plus beaux exemples se situeraient sans doute dans l’environnement du MOC et dans l’Institut E. Vandervelde).

42Il faut dire ici combien manque à la Belgique francophone son Bourdieu qui montrerait à quel point des positions théoriques tenues par des intellectuels « situés » sont redevables des positions sociales qu’ils occupent au sein du champ politique. La question est d’ailleurs aussi de paradigme : d’un côté ceux pour qui la politique belge se doit, sous peine d’errements, d’être interprétée à l’aide des grilles d’analyse qui en font la spécificité (dispositifs institutionnels, clivages, piliers…), de l’autre ceux qui entendent en minimiser l’importance et se donner la chance de percevoir, y compris au cœur des logiques pilarisées elles-mêmes, la construction de nouvelles formes d’action.

43Ainsi serait-il extrêmement instructif de se demander pourquoi, en Belgique, la réflexion politique, contrairement à ce qui a pu se passer dans d’autres pays, s’est à ce point focalisée sur ces paradigmes explicatifs qui lui donnent une coloration tout à fait particulière, comme l’illustrerait l’essentiel de la sociologie électorale dans notre pays ; le fait même qu’un des pans essentiels de la sociologie politique soit à ce point attachée aux seules logiques électorales montrant à lui seul à quel point l’arrière-plan intellectuel se trouve marqué par les logiques politiques inscrites dans les structures de l’État-providence, en particulier ici dans sa focalisation des droits-participation sur les seuls dispositifs électoraux.

44Ainsi également, serait-il intéressant d’observer, sans pour autant verser dans un schématisme réduisant simplement les prises de positions à la traduction d’intérêts objectifs, comment des acteurs intellectuels dont les positions sont liées aux structures pilarisées, participent depuis peu à la construction d’un discours mettant en question les concepts de société civile ou de secteur associatif, cherchant à montrer en quoi les mouvements ouvriers et syndicaux sont précisément l’incarnation de la société civile, décrivant les vertus de la démocratie représentative et les risques de la démocratie participative, insistant sur l’inconsistance et les échecs des formes solidaristes de socialisme, voyant dans la montée de l’associatif un des symptômes du déclin de l’État (et singulièrement de l’État-providence) et dès lors des protections sociales….

45Au cœur des tensions qui traversent les évolutions de l’État et des contradictions qui se nouent entre les différentes strates qui le constituent, parties prenantes d’une société qui, comme je l’ai suggéré, devient de plus en plus réflexive, les intellectuels sont confrontés à des demandes et à des enjeux nouveaux. Le développement des pratiques réflexives en fait des interlocuteurs, des clients et des acteurs potentiels de certains aspects des nouvelles politiques publiques. Ils s’y trouvent en concurrence avec des acteurs privés qui cherchent à occuper le terrain selon des logiques mêlant souci de rentabilité économique et prétention à la validité scientifique, mais aussi à des acteurs et associations issues de la société civile qui développent leur propre réflexivité, obligeant à leur égard une attitude de réflexion coopérative (le déclin, dans le champ de la sociologie théorique, des positions déconstructivistes en faveur de paradigmes reconnaissant les compétences des acteurs est ici extrêmement significatif). Ils sont confrontés à un marché de plus en plus concurrentiel, formaté par les commandes publiques, un marché à l’égard duquel ils occupent de moins en moins une position monopolistique dans la mesure où des organisations privées de toutes sortes cherchent à y pénétrer. Bref, ils en viennent à être confrontés à des questions qui s’apparentent largement à celles qui traversent aujourd’hui le monde associatif.

46La question de la pilarisation ou de la dépilarisation de la société belge pose donc par excellence celle des relations entre le monde intellectuel et la réalité à propos de laquelle il élabore ses discours. Il invite à réfléchir à quel point les paradigmes explicatifs peuvent être attachés aux objets qu’ils prétendent éclairer. Mais surtout les transformations du paysage étatique, et les nouvelles logiques d’intégration du non marchand au sein des politiques publiques qui font peser sur l’associatif de nouvelles responsabilités et les confrontent à des questions inédites invitent dans le même temps à réfléchir sur de nouveaux frais au statut de l’intellectuel et à la place que ces transformations tendent à lui assigner.

Haut de page

Notes

1  J. DE MUNCK, « La Belgique sans ses piliers ? Du conflit des modèles au choix d’une politique », in Les Semaines sociales du MOC, Piliers, réseaux et démocratie, Bruxelles, Vista, 2002, pp. 95-115.

2  A propos des politiques en matière de santé mentale, voir par exemple le dossier « Le miroir de la santé mentale » dans La Revue Nouvelle, février 2002 et, en particulier, les articles de J. De Munck, « La santé mentale au-delà de l'aliénation », de J.Y. Donnay et J.L. Genard, « L'action publique en matière de santé mentale » et de D. Vrancken, « Ce que la santé mentale révèle des nouvelles formes d'action sociale ».

3  Voir dans ce numéro, l’article de R. VITALI.

4  J. HABERMAS, Droit et démocratie : entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997 et S. LASH, Another modernity, a different rationality, Oxford, Blackwell pub., 1999.

5  Voir par exemple, P. BOURDIEU, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000, p. 146.

6  J.L. GENARD, Les pouvoirs de la culture, Bruxelles, Labor, 2001.

7  A propos du champ judiciaire et de l’émergence d’une justice réparatrice dans laquelle des acteurs associatifs prennent une place importante, voir J.L GENARD, « Reconnaissance et citoyenneté : vers une psychologisation de l’intervention étatique », Communication présentée au congrès de l’ACFAS, mai 2002, Canada.

8  L. BOLTANSKI et E. CHIAPELLO, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Genard, « L’émergence de l’associatif comme projet social, politique et culturel », Pyramides, 6 | 2002, 31-52.

Référence électronique

Jean-Louis Genard, « L’émergence de l’associatif comme projet social, politique et culturel », Pyramides [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 28 septembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://pyramides.revues.org/437

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Genard

Philosophe, docteur en sociologie. Il enseigne la sociologie à l’Université Libre de Bruxelles et aux Facultés Universitaires Saint-Louis. Il est vice-président du CERAP et dirige l’Institut Supérieur d’Architecture « La Cambre ». Il a notamment publié Sociologie de l’éthique (L’Harmattan, 1992), Les dérèglements du droit (Labor, 1999), La grammaire de la responsabilité (Cerf, 2000), Les pouvoirs de la culture (Labor, 2001), ainsi que de très nombreux articles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page