Navigation – Plan du site

Associations et pouvoirs publics locaux : le paradoxe du pouvoir et de la liberté

Alexandre Fabry
p. 135-148

Résumé

Dans un contexte de mise en avant de l’action associative par les différents responsables politiques ou administratifs, quel rôle peuvent jouer les associations dans les politiques publiques, quel est leur poids véritable, notamment à l’échelle locale où leur action est la plus prégnante ?

Répondre à cette question, c’est analyser la configuration locale, l’espace d’interdépendance, d’interrelation dans lequel elles évoluent. C’est, en effet, la position qu’elles vont occuper au sein de cette configuration qui va déterminer leur possibilité d’action, la capacité qu’elles auront de peser sur les choix politiques locaux.

Le fonctionnement de cette configuration met en avant un paradoxe important : l’espace de liberté dont dispose une association n’est pas pour elle un espace de pouvoir. Au contraire, certaines associations, dans une recherche et une revendication d’autonomie, se coupent des possibilités d’influencer les politiques publiques locales. A l’inverse, d’autres développent des rapports forts avec les pouvoirs publics locaux, qui leur confère, sur ces derniers, une certaine forme de pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1La part importante que prennent les associations dans la société contemporaine française est reconnue de tous. Forts de cette reconnaissance, les acteurs associatifs veulent prendre part à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques, tant au niveau national qu’au niveau local. A cette échelle locale, où l’action associative reste particulièrement prégnante, quel rôle peuvent jouer les associations dans les politiques publiques ?

  • 1  Définition construite à partir des éléments mis en avant dans J. LAGROYE, Sociologie politique, Pa (...)

2Les politiques publiques sont « un ensemble d’actions relevant du même domaine d’activité, présenté comme un programme cohérent répondant à des objectifs désirables, et dont l’autorité publique est tenue pour responsable et assure la légitimité »1. Elles sont donc, par essence, dévolues aux pouvoirs publics, et la place que peuvent y occuper les associations est surérogatoire. Pour participer, pour jouer un rôle, les associations doivent donc pouvoir agir de manière plus indirecte, en influant sur les responsables, sur les pouvoirs publics. Ainsi, la question centrale semble devoir être la suivante : les associations ont-elles le pouvoir d’influencer les pouvoirs publics dans la définition et la mise en œuvre des politiques publiques ?

1. Les associations dans la configuration locale

  • 2  M. FOUCAULT, « Questions et réponses », in H.L. DREYFUS et P. RABINOW, Michel Foucault. Un parcour (...)
  • 3  Cf. R. DAHL, Qui gouverne ?, Paris, Armand Colin, 1971. Si les attentes sont identiques, les objec (...)

3La notion de pouvoir est au centre de cette problématique : les associations ont-elles la possibilité de faire agir l’autre dans le sens qu’elles désirent, dans « un mode d’action qui n’agit pas directement et immédiatement sur les autres, mais qui agit sur leur action propre. Une action sur l’action, sur les actions éventuelles, ou actuelles, futures ou présentes »2 ? Ainsi, dans les rapports entre associations locales et pouvoirs publics locaux, la question du pouvoir nécessite un différentiel d’attente, de souhait. Il s’agit de faire faire à l’autre une action qu’il n’aurait pas effectuée autrement3. En ce sens, la question du pouvoir est bien de nature relationnelle. Elle se joue dans les rapports entre deux structures, deux acteurs, et n’est nullement un attribut, appartenant de tout temps et en tous lieux à un individu ou une institution. Analyser ces rapports de pouvoir impose donc de comprendre les relations qui se nouent entre les différents protagonistes, les modalités de leur relation, de leur interaction.

  • 4  Pour une définition plus précise de ce terme, se référer aux travaux de N. ELIAS, notamment Qu’est (...)

4Ces relations ne se créent pas ex nihilo. Elles s’inscrivent, prennent forme et sens dans un espace d’interdépendance, une configuration4 locale où chaque acteur a une place, une fonction. Celle-ci n’est, bien sûr, pas donnée a priori. Elle est le fruit des relations d’interdépendance liées aux attributs de ces acteurs. Ainsi, les associations locales s’inscrivent dans une configuration qui présente un certain nombre de caractéristiques :

  • Elle est éminemment locale, marquée par des relations de proximité, tant au niveau du public, des partenariats associatifs que des relations institutionnelles.

  • A l’intérieur de cet espace, on trouve un enchevêtrement de relations croisées, d’interdépendances, de liaisons, d’accointances plus ou moins prononcées.

5Ces relations forment une trame, une structure, qui confèrent à chaque acteur une place, une position, un rôle à jouer :

  • Aux associations : l’animation de la commune, les actions culturelles et de loisirs.

  • A la mairie : l’organisation économique, sociale et urbaine.

6C’est l’état des relations qui détermine le rôle de chacun, c’est donc historiquement et relationnellement que se met en place la répartition des fonctions. En fait, ce jeu relationnel vient renforcer, ou relativiser, un cadre plus général (national ou européen) qui définit les capacités et les pouvoirs de telle ou telle structure. Ainsi, la mairie est-elle positionnée au centre de la configuration, du fait d’une double attribution, externe (l’organisation administrative française lui confère des pouvoirs importants) et interne (locale). A ce niveau, la mairie dispose d’atouts « personnels » dans son rapport aux associations.

  • 5  Toutes les citations entre guillemets sont des propos d’élus ou de responsables associatifs.

7En effet, les élus sont le plus souvent issus du milieu associatif, qu’ils administrent encore, en partie : « une grande majorité d’élus sont présidents d’associations. Et les associations où il n’y a pas d’élus, c’est rare. On est pas loin de 10 à 15 présidents d’association, au conseil. Ca facilite d’autant les relations, on est très impliqué l’un dans l’autre »5. Le personnel politique puise d’ailleurs fortement dans le vivier des responsables associatifs à chaque élection : « quand j’ai constitué ma liste, j’ai recherché d’abord des personnes qui participaient à la vie associative ». C’est l’une des caractéristiques essentielles de cette configuration, contrepartie de la répartition structurelle des fonctions : la tendance à l’identité du personnel politico-associatif.

8Par conséquent, la mairie est structurellement dans une position centrale, que son réseau relationnel, tant vis-à-vis d’autres institutions que par rapport aux associations, vient encore renforcer, tendant ainsi à lui conférer des capacités locales particulièrement importantes.

  • 6  Ces critères sont : leur intégration politique (liée à leur origine, leur genèse (impulsé ou non p (...)

9Par rapport à la position de la mairie, les associations peuvent occuper des positions multiples. Toutefois, en fonction de leur rapport à l’environnement local, et en croisant un certain nombre de critères6, on peut repérer quatre positions associatives idéal-typiques au sein de la configuration.

  • Les associations d’actions locales institutionnalisées

10La position de ces associations au sein de la configuration locale est marquée par leur rapport très fort aux pouvoirs publics locaux, tant dans leur dimension financière (une part importante de leur budget vient des pouvoirs publics locaux) que dans une dimension humaine (les dirigeants de ces associations sont souvent des dirigeants politiques). Elles proposent souvent des activités d’animation ou de loisir au niveau du quartier ou de la commune.

  • Les associations d’actions locales autonomes

11Travaillant dans les mêmes domaines que les associations d’actions locales institutionnalisées, ces associations s’en différencient par leurs rapports aux pouvoirs publics particulièrement faibles – tant au niveau humain que financier – et leur peu d’implication politique. Par contre, reposant sur la mobilisation des adhérents, le type et le nombre de partenaires et les actions menées, leur place dans la configuration est marquée par un important travail en réseau et une forte intégration locale.

  • Les associations politiques

12L’ancrage de ces associations est essentiellement politique. C’est même leur caractéristique principale. Ceci ne leur garantit pas pour autant une place privilégiée au sein de la configuration. Ces associations sont souvent nées de l’opposition à un projet, ou à une politique publique. Elles développent donc des actions de type débat, rencontre, mais peu d’actions de loisirs ou d’animation. Si certaines restent marquées par cet ancrage strictement politique, qui contribue à les marginaliser, d’autres développent des stratégies annexes, en proposant d’autres actions, d’autres partenariats, acquérant ainsi une place plus importante dans la configuration.

  • Les associations centrales

13Ces associations constituent une catégorie spécifique, caractérisée par la place importante qu’elles occupent dans les différentes dimensions de la vie locale (tant en terme de partenariat ‑ associatif ou institutionnel ‑ qu’en terme de territoire d’action ou de public touché). Ces associations gèrent souvent tout un pan de la politique municipale (l’animation socioculturelle, la gestion des activités sportives, etc.), et c’est en ce sens qu’elles constituent une catégorie centrale dans la configuration.

14En axant sur le rapport des associations à leur environnement, cette approche permet de regrouper des associations dont l’objet est différent, alors que des associations a priori similaires s’avèrent avoir des positionnements dans la configuration extrêmement dissemblables. Les positions associatives ne semblent donc pas directement liées aux objectifs « formels » de l’association. Il s’agit bien d’un rapport plus complexe, lié à la structure même de la configuration.

15Cette structure configurative confère donc aux associations une fonction spécifique, et place la mairie dans une position centrale et dominante. A côté d’elle, les associations peuvent occuper différentes positions, et, tisser ainsi des relations diverses avec les pouvoirs publics locaux. Rien de tout cela n’est figé, et les relations, les rapports peuvent bien évidemment évoluer, tant du fait de modifications internes (évolution socio-démographique) que de modifications externes (évolutions des attributions légales de différents acteurs, par exemple).

2. Les associations entre autonomie et communalisme

16C’est dans ce cadre que se jouent les relations entre associations et pouvoirs publics locaux, que se développent les rapports de pouvoir, et, partant, la possibilité pour les associations de jouer un rôle dans les politiques publiques locales. S’il existe autant de rapports que de positions occupées par les associations au sein de la configuration, on peut schématiquement repérer deux rapports idéal-typiques dans cette configuration : l’autonomie et le communalisme.

17Ces deux positions se définissent, presque paradoxalement, par rapport à une relation au pouvoir. Dans un premier cas, il s’agit de se protéger d’un pouvoir extérieur, dans l’autre, il s’agit de l’accepter. Ainsi, certaines associations redoutent de « perdre leur liberté »,veulent« garder leurautonomie ». Dès lors, pour se protéger du pouvoir de l’autre, il s’agit, plus ou moins, de mettre fin à la relation qui les unit. Mais, ce faisant, elles se privent aussi d’une possibilité d’agir, d’exercer un « pouvoir » sur l’action politique locale. C’est le choix qui préside au rapport d’autonomie.

2.1. La relation d’autonomie

18La relation d’autonomie se caractérise donc par l’absence, ou l’extrême faiblesse, des relations, des échanges entre les pouvoirs publics locaux et les associations ‑ pas de travail en partenariat, ni de relations interpersonnelles fortes. Les deux structures sont présentes au sein de la même configuration, mais les échanges entre elles sont extrêmement limités. Ces associations se positionnent à côté des pouvoirs publics, et agissent là où elles perçoivent des manques, des problèmes, des absences au sein de l’espace local. Le parti pris qu’elles adoptent est de « ne pas tout attendre d’en haut », d’agir elles-mêmes pour combler ces manques. Il s’ensuit que cette relation ne reposera ni sur une délégation de service, ni sur une fonction d’interpellation des pouvoirs publics, mais sur la revendication d’un espace d’action autonome.

19En fait, « C’est une manière d’interpeller, en montrant d’abord voilà ce qu’on fait… C’est une interpellation positive, et ça induit un changement d’image. Les personnes étaient surprises de ce que ces femmes avaient fait. Maintenant, quand une femme arrive avec une sollicitation, elle ne sera plus regardée pareil ». Leur action suffit à parler, à pointer les dysfonctionnements de la société, mais aussi, dans le même mouvement, à tenter d’y répondre.

20Ce type de relation s’accompagne le plus souvent d’une absence de subvention venant des pouvoirs publics. Ce refus peut-être revendiqué, comme le garant de la liberté de l’association : « On ne voulait pas être dépendant de quelqu’un, d’une institution. La subvention, c’est une perte de liberté. On voulait garder notre autonomie, apprendre la responsabilité pour faire vivre un groupe ».

  • 7  Contrat Emploi-Solidarité

21Toutefois, certaines subventions semblent compatibles avec cette relation d’autonomie. Il s’agit soit des subventions liées à des postes, des emplois aidés (de type emploi-jeunes ou CES7), soit des subventions à l’existence : le plus souvent, un forfait financier (assez faible, 75 euros en moyenne) versé par la municipalité à l’association pour ce qu’elle est, et non pour ce qu’elle fait. L’utilisation de cette somme est laissée à la libre appréciation de l’association, souvent pour son fonctionnement quotidien. Dans tous les cas, et quel que soit le type de subvention, sa part dans le budget global doit rester minoritaire, par rapport à la part d’auto-financement (réalisée grâce à diverses manifestations) pour garantir l’autonomie associative.

22Pour les pouvoirs publics locaux, ces associations sont souvent peu visibles, et, en tout cas, ne questionnent pas la municipalité. En effet, elles n’interpellent pas directement, ne réclament pas de subventions. Elles existent, font vivre la ville, contribuent sans doute au mieux vivre ensemble, mais les pouvoirs publics ne cherchent pas spécifiquement à établir des relations avec elles.

2.2. La relation communaliste

23Le rapport d’autonomie implique donc une position spécifique, qui engage fortement l’association, tant dans ses moyens de subsistance que dans ses actions. Se protégeant d’un pouvoir que les pouvoirs publics locaux pourraient exercer sur elle, d’une instrumentalisation, elle renonce au développement de relations, et, de ce fait, d’un rapport d’interdépendance, donc de pouvoir.

  • 8  Ce terme est construit sur une double racine, à la fois partenariale/mutuelle (commun) et territor (...)

24En effet, accepter de réaliser une action, d’entrer en relation, même dans une position de subordonné, c’est détenir une parcelle de pouvoir sur ce commanditaire. Celui-ci se retrouve dans une position d’attente, de dépendance, qui accorde ainsi du « pouvoir » aux associations et va modifier le rapport de force. C’est le cas d’une relation de type communaliste8.

25Ce type de relation repose sur un point essentiel : l’acception d’une relation, d’un rapport. Dans le même temps, ce rapport s’accompagne de la reconnaissance du rôle central, voire dominant, de la mairie.

26Cette relation repose essentiellement sur le travail en commun, ou, plus sûrement, sur le partage d’un certain nombre de préoccupations, d’intérêts. Cette relation peut se construire dans l’accord, le soutien, le partenariat d’action ou d’opposition. L’essentiel n’est pas là, mais dans le fait de se retrouver ensemble autour de préoccupations identiques. Chacun des partenaires joue un intérêt dans cette relation :

  • Pour l’association, c’est un financement, plus ou moins important, plus ou moins direct (subvention, prêt gratuit de locaux, etc.). Il peut également s’agir d’une aide, matérielle ou administrative.

  • Pour les pouvoirs publics, c’est l’animation de la ville, assurée par les associations avec des financements communaux : « les jours où les gens n’auront plus envie de se mobiliser bénévolement, ça coûtera très cher à la collectivité, et ça ne sera plus la même chose, plus la même ambiance ». Mais l’apport des associations pour la ville peut être aussi symbolique ou informatif : « Nous, on leur fait remonter des infos, ça leur plaît bien, on essaie de les rendre attentifs aux problématiques du quartier ». Il y a donc bien interdépendance. Cette rétribution est souvent financière, même si certaines associations peuvent avoir l’impression que celle-ci est inexistante ou insuffisante. Cet échange peut également être purement informatif, sans transactions financières. Ainsi, certaines associations sont des courroies de transmission : « quand il y a un problème avec le quartier, nous sommes l’interlocuteur de la mairie. Je pense que ma position [adjointe au maire et présidente d’association], c’est une bonne chose pour la municipalité, ça lui permet d’avoir des antennes dans toutes les couches de la population. C’est aussi une bonne chose pour l’association, elle a un interlocuteur connu, ça facilite les choses ». Ces associations sont donc fortement positionnées pour participer à l’élaboration des politiques publiques, dans leur « mise en œuvre », bien évidemment, mais aussi, grâce au processus d’échange avec les pouvoirs publics locaux, dans les phases de « définition » et de « misesur agenda ».

27Dans le positionnement entre autonomie et communalisme, la question du financement n’apparaît pas comme primordiale. En effet, un certain financement n’empêche pas une relation d’autonomie. Inversement, certaines associations peuvent se positionner dans un communalisme fort, sans pour autant recevoir de subvention des pouvoirs publics locaux. Les échanges seront alors informatifs ou symboliques.

28Cette relation communaliste avec les pouvoirs publics peut placer les associations en position d’infériorité, de dépendance, financière notamment, mais cette position offre une possibilité d’échange, et donc d’influence des politiques publiques. Parfois même, suivant la place qu’occupent les associations locales dans la configuration, elles peuvent se retrouver en position de force, et exercer, elles aussi, un pouvoir relativement important. Cela dépend des atouts qu’elles peuvent mobiliser.

3. Le pouvoir des associations

29Le pouvoir, et, partant, la possibilité d’agir sur les politiques publiques locales, est lié aux positions réciproques, aux rapports qui se créent entre associations et pouvoirs publics. Cette position, ces relations vont agir comme autant d’atouts dans la possibilité de peser sur les politiques publiques locales. Ces atouts sont multiples, et multiformes : le réseau dans lequel évolue l’association, ses partenaires institutionnels, de même que sa capacité de mobilisation. C’est ce qui explique que, d’une manière générale, la position centrale qu’occupe une association va lui conférer un poids, un pouvoir.

  • 9 A. HIRSCHMAN, Défection et prises de parole, Fayard, 1995, 211 p.

30Si l’on se réfère à A. Hirschman9, les associations communalistes semblent avoir deux solutions pour interpeller ou influencer les pouvoirs publics, la défection ou la prise de parole : soit les associations « quittent le jeu », rompent le partenariat pour marquer un désaccord, soit elles expriment leur mécontentement par la parole. Ces deux solutions ne sont pas toujours réalisables. Faire défection nécessite d’avoir des solutions de rechange, ce qui sous-entend, pour ces associations, des financements alternatifs, des partenariats différents, ou l’arrêt pur et simple d’une partie de leurs activités. L’autre possibilité est la prise de parole, l’expression verbalisée du mécontentement, des questionnements. Ce choix est d’autant plus celui des associations que « la mise de départ est importante », c’est à dire que la défection serait trop coûteuse et qu’elle risquerait de mettre en cause la vie de l’association.

  • 10 Ibid., pp. 160-161.

31En effet, le choix de la défection peut avoir un coût pour la structure elle-même, mais aussi pour le champ dans lequel elle opère, et, partant, pour les valeurs auxquelles elle croit. Or, l’une des spécificités de l’association, c’est de s’être formée autour d’un objet et de valeurs. Ces valeurs peuvent parfois primer sur la structure elle-même, qui peut refuser de faire défection pour éviter une nouvelle dégradation de la situation : « A tout moment du processus, chaque membre du corps social mettra en balance les inconvénients matériels et moraux que comporte le fait de demeurer fidèle et les dommages que lui-même et la société dans son ensemble risquent d’avoir à subir du fait de la nouvelle dégradation qu’entraînerait son départ »10. Ainsi, fermer un centre socio-culturel dans un quartier est une décision difficile à prendre, même pour marquer un désaccord avec une politique municipale, puisque les désagréments qui risqueraient d’en résulter pour le quartier ne feraient qu’aggraver la situation contre laquelle cet acte est censé lutter.

  • 11  Ibid., pp. 57-58.
  • 12 Ibid., p. 55.

32La prise de parole, elle, semble moins coûteuse, de prime abord. Le partenariat reste de mise, l’action se poursuit, mais l’association exprime sa divergence d’opinion. Dans le cas d’une prise de parole privée, celle-ci présente un intérêt certain pour les pouvoirs public, c’est même l’un des avantages du communalisme : « la prise de parole a pour fonction d’avertir de ses défaillances une firme ou une organisation, mais elle doit donner aux responsables, anciens ou nouveaux, le temps de réagir aux pressions qu’elle exerce sur eux »11. Mais si les protestations sont trop fortes, ou trop publiques, l’effet risque d’être contre-productif : « l’efficacité de leur action croîtra, jusqu’à un certain point, un certain volume de voix. Mais […] au-delà d’un certain seuil, elle devient sans effet. Les clients où les membres peuvent se montrer si acharnés que leurs protestations risquent de freiner plutôt que d’encourager les efforts de redressement entrepris »12.

33La défection n’exclut pas la prise de parole. La prise de parole « extérieure », en dehors de cette relation de communalisme, peut sembler plus libre, les associations n’étant pas soumises au risque de perdre un financement. Mais parallèlement, son efficacité peut être moindre. En effet, l’effet de la prise de parole dépend en fait de deux facteurs : la manière dont celle-ci s’exerce (acharnement, bien ou malveillance, ...) mais aussi de la place de l’association dans la configuration.

  • 13 Ibid., p. 115.

34En effet, « pour que la prise de parole ait sa pleine efficacité, il est nécessaire que les individus disposent d’une réserve d’influence politique qu’ils peuvent mettre en jeu lorsque le mécontentement atteint un certain niveau »13. La position des associations est donc primordiale, et leur pouvoir réside dans cette position : les individus, les partenaires qu’elles peuvent mobiliser, les actions qu’elles mènent, et la position centrale qu’elles occupent. C’est cette position qui va assurer un impact, un poids à la prise de parole, à l’interpellation que va développer l’association.

35Ainsi, le rapport peut parfois être inversé : certaines associations occupent une place si centrale que la possibilité de faire « défection » pour les pouvoirs publics, de se retirer de ce partenariat ou du financement, est extrêmement réduite, et trop coûteuse : quand on a confié tout un pan de l’action publique à une association, le retrait risque de mettre la commune dans une situation d’embarras. Les pouvoirs publics n’ont pas la possibilité de faire défection, car les structures de substitution n’existent pas.

36Ainsi, une association subventionnée, sans concurrent dans son champ d’action, peut exercer une prise de parole importante et assez efficace, tant qu’elle occupe cette place centrale et qu’elle continue, par ailleurs, d’exercer sa fonction. La municipalité, peut difficilement lui retirer son aide, sans soupeser longuement les risques inhérents à une telle action. De plus, cette prise de parole est d’autant plus efficace qu’elle est associée à une menace de défection.

37C’est bien de l’interdépendance entre tous les acteurs que naissent les possibilités de s’exprimer, d’agir, et de prendre part aux politiques publiques locales, tant dans leur définition (ce qui se fait souvent avec la prise de parole) que dans leur mise en œuvre. Ainsi, le poids d’une prise de parole, où même d’une défection, peut être décuplé si elle est le fait de plusieurs associations, en même temps et sur les mêmes motifs. En effet, la place qu’elles occupent alors, toutes ensembles, au sein de la configuration, décuple leur pouvoir, alors beaucoup plus important que celui de chacune d’elle prise à part.

38Ainsi, c’est la place centrale d’une association, sa proximité avec les pouvoirs publics, sa situation de monopole, ou quasi-monopole sur son champ d’action dans la ville qui vont lui assurer une audience maximum. Au contraire, la relation d’autonomie induit une distance et la place dans une telle position que son poids par rapport aux politiques publiques reste extrêmement limité. En fait, si elle participe à la vie et à l’animation de la ville ou de l’espace local, on ne peut pas dire qu’elle participe d’une politique publique locale. C’est bien là, pour une association, le paradoxe du pouvoir et de la liberté.

39Ces relations montrent bien que si les pouvoirs publics locaux sont dans une position centrale, celle-ci est loin d’être toute puissante. Ils sont eux aussi pris dans une chaîne d’interdépendance et de contraintes, qui limite leur champ d’action et de développement. C’est bien la forme de ces relations, les positions respectives – monopolistiques ou en situation de concurrence forte –, les contraintes extérieures, bref, la configuration locale qui va déterminer la part que peuvent prendre les associations dans les politiques publiques locales.

Haut de page

Notes

1  Définition construite à partir des éléments mis en avant dans J. LAGROYE, Sociologie politique, Paris, Presse de Sciences Po, 1997.

2  M. FOUCAULT, « Questions et réponses », in H.L. DREYFUS et P. RABINOW, Michel Foucault. Un parcours philosophique, Gallimard, p. 313.

3  Cf. R. DAHL, Qui gouverne ?, Paris, Armand Colin, 1971. Si les attentes sont identiques, les objectifs similaires, la relation ne se pose donc pas en terme de pouvoir.

4  Pour une définition plus précise de ce terme, se référer aux travaux de N. ELIAS, notamment Qu’est-ce que la sociologie ?, Pocket, 1993, 222 p. ou Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997, 278 p.

5  Toutes les citations entre guillemets sont des propos d’élus ou de responsables associatifs.

6  Ces critères sont : leur intégration politique (liée à leur origine, leur genèse (impulsé ou non par le politique…) ; leurs rapports institutionnels ou humains aux pouvoirs locaux ; leur réseau associatif ; leur appréhension et l’étendue de leur territoire d’action ; leur intégration locale (caractérisée par l’ouverture des activités à un public large ou non, et le type de participants).

7  Contrat Emploi-Solidarité

8  Ce terme est construit sur une double racine, à la fois partenariale/mutuelle (commun) et territoriale/institutionnelle (commune).

9 A. HIRSCHMAN, Défection et prises de parole, Fayard, 1995, 211 p.

10 Ibid., pp. 160-161.

11  Ibid., pp. 57-58.

12 Ibid., p. 55.

13 Ibid., p. 115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Fabry, « Associations et pouvoirs publics locaux : le paradoxe du pouvoir et de la liberté », Pyramides, 6 | 2002, 135-148.

Référence électronique

Alexandre Fabry, « Associations et pouvoirs publics locaux : le paradoxe du pouvoir et de la liberté », Pyramides [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 28 septembre 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://pyramides.revues.org/451

Haut de page

Auteur

Alexandre Fabry

Politiste, anciennement chargé de Missions et d’Études à l’Observatoire Régional de l’Intégration et de la Ville (ORIV-Alsace), actuellement directeur de cabinet de la mairie du 9ème arrondissement de Lyon. Cet article reprend les grands axes d’un travail de terrain publié sous le titre : les associations locales dans les politiques publiques : le paradoxe du pouvoir et de la liberté, cahier de l’Observatoire n° 34, mai 2002, 84 p. (disponible à l’ORIV, 1, rue de la Course, 67000 Strasbourg-France ; email : oriv.alsace@wanadoo.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page