Navigation – Plan du site

Le projet du Centre bruxellois d’action interculturelle et les politiques publiques

Christine Kulakowski
p. 207-222

Résumé

Depuis sa fondation en 1980, le CBAI a été un témoin, un bénéficiaire et parfois un exclu des politiques publiques. Au creux des réformes constitutionnelles et institutionnelles de la Belgique, depuis vingt ans, le Centre a essayé à travers ses actions d’information, de formation, de diffusion culturelle et de soutien des associations de promouvoir les personnes immigrées ou issues de l’immigration, ainsi que leurs associations comme des sujets-acteurs avec des besoins, des demandes et des projets à multiples facettes. Parallèlement, étant donné le caractère multiculturel de la Ville-Région de Bruxelles, le CBAI s’est donné comme une des priorités de former les professionnels à la compétence interculturelle. Au gré des transferts de compétences en matière « d’intégration des populations d’origine étrangère », le Centre a cherché à conjuguer différentes dimensions de l’action, souvent séparées dans le cadre des politiques publiques. Comment combiner ancrage local et regroupements communautaires, insertion socioprofessionnelle et Éducation Permanente, cultures et insertion associative reste, pour le Centre, une question d’actualité. Dans le cadre des nouvelles politiques publiques au sein desquelles un rôle central est donné aux communes et à la vie locale, aux partenariats public-associatif et à l’éclosion de nouveaux métiers, le CBAI a dû repositionner ses actions ou en tout cas réfléchir à sa place et à son rôle adéquat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« 20 ans de CBAI, 20 ans d'action interculturelle », comme l'intitulait l'Agenda Interculturel, notre mensuel, de décembre 2001­janvier 2002. Depuis 1981, le Centre Bruxellois d'Action Interculturelle (CBAI) a été un témoin, un bénéficiaire et parfois, un exclu des politiques publiques. Avec du recul, on pourrait dire qu’aux creux des réformes constitutionnelles et institutionnelles de la Belgique, le CBAI a essayé, à travers ses actions d'information, de formation, de diffusion culturelle et de soutien aux associations, de tenir compte des politiques publiques, tout en considérant toujours, d’une part, les personnes immigrées ou issues de l’immigration, ainsi que leurs associations, comme des sujets-acteurs avec des besoins et demandes à multiples facettes, et, d’autre part, l'enjeu interculturel dans la ville comme un objet de travail. Quelle que soit la conjoncture ou les priorités du moment, que l'on parle d’Éducation permanente, d'insertion socioprofessionnelle, d'intégration, voire de sécurité, le CBAI a tenté de mener des actions non seulement sous l'angle des problèmes à résoudre, mais surtout des potentialités, des ressources et des spécificités à faire valoir.

2« Unir sans confondre, distinguer sans séparer » signifie, dans ce sens, que dans le cadre de problématiques générales liées aux inégalités socio-économiques, il faut, quand on parle d'immigration, parler aussi de discriminations, de stigmatisations, d'identités culturelles et religieuses plurielles vécues par les populations de manière particulière. La reconnaissance, la valorisation des différences et le combat contre les discriminations sont, pour le CBAI, des défis pour renforcer la démocratie, avec comme mode d'approche de l'action ce qu’aimait rappeler un des Présidents du CBAI « Le long terme est notre urgence… ».

3Par ailleurs, comment combiner ancrage local et regroupements communautaires, insertion socioprofessionnelle et éducation permanente, expertise interculturelle et professionnalité, cultures et insertion associative, participation aux politiques publiques communautaires, régionales, locales et partenariats européens... L'art de la conjugaison nous a souvent caractérisé, parfois à nos dépends.

4Rester en même temps un interlocuteur pour les pouvoirs publics et une association reconnue compétente pour ses services, mais aussi pour sa proximité avec les associations, les professionnels et les jeunes issus de l'immigration concernés par nos actions, continue à être de l'ordre du défi. Nous allons essayer de retracer les lignes de force de ce que le CBAI a mis en place dans le cadre et parfois à la marge des politiques publiques.

1. Naissance et développement du CBAI : cultures et spécificité en Communauté Française

1.1. Création et objectifs du Centre Socio-Culturel des Immigrés

  • 1 R de Schutter est un ancien leader syndical qui a mené plusieurs combats avec les travailleurs immi (...)

5Fin des années 1970, François Persoons, alors Ministre de la Culture Française, donne l'impulsion décisive à la création d'un Centre socio-culturel des Immigrés. L'ASBL est constituée en 1980. Son bureau demande à René de Schutter1 un rapport d'orientation pour le futur centre. Le titre du rapport d’orientation s’intitulera « Le Centre Socio-Culturel des Immigrés (CSCIB) en tant qu’instrument décisif et lieu pertinent de la construction d’une société multiraciale ». Le dénommé aujourd’hui CBAI peut ainsi être considéré comme une émanation mixte, issu d’une volonté publique et de la pression conjuguée d’organisations immigrées, dites « de la première génération » le plus souvent reliées à la mouvance syndicale et aux piliers. Mais aussi de ce qu'on appelait, à l'époque, les « nouvelles » associations qui pensaient, déjà au futur, la présence immigrée et surtout celle des jeunes générations, au-delà du champ du travail, comme « résidents » de la société civile.

  • 2 T. MANGOT, « A la croisée des chemins et de temps », Agenda Interculturel, n° 199-200, décembre 200 (...)

6Les objectifs originels du Centre rencontrent trois axes principaux qui se dégagent du premier rapport de René De Schutter et qui imprégneront en partie l’évolution du Centre, à savoir : l’appui aux organisations d’immigrés, la construction d’une société « multiraciale » et la formation. Thérèse Mangot, chargée de mission au Ministère de la Communauté Française et membre du Conseil d'Administration du Centre depuis 1981, indique que : « Tout d'abord ce sont les immigrés eux-mêmes qui sont les acteurs de leur promotion, entendons les immigrés organisés, politisés et unis au-delà des intérêts de leurs communautés nationales particulières. Il est donc capital que le Centre s'en tienne à son rôle de service et d'outil et que les organisations immigrées le ressentent comme tel. Ensuite avec la prise de conscience du caractère structurel de la présence immigrée le but poursuivi est la construction d'une société multiraciale et donc l'abolition des discriminations et des inégalités de toutes sortes qui marginalisent les populations issues de l'immigration. La dernière idée-force est en concordance avec l'essor de l'action ‘socio-culturelle’ et de l'éducation permanente : c'est que la promotion sociale de ces populations passe par des activités de formation ».2

  • 3 T. MANGOT, « La place des citoyens d'origine étrangère dans l'évolution de la société belge : vers (...)
  • 4 T. MANGOT, « A la croisée des chemins et de temps », Agenda Interculturel n° 199-200, décembre 2001 (...)

7Avant de devenir le premier directeur du Centre (qu'il restera pendant 20 ans) Bruno Ducoli a été un des fondateurs en 1971, d’une des premières « nouvelles » associations, en l'occurrence le CASI-UO (Centre d'Action Social Italien - Université Ouvrière) qui « essayait de créer des ponts entre appartenance de classe, culture d’origine et histoire de l’immigration, c’est à dire la culture dans la diaspora. (...) »3 . C'est sur base de cette expérience qu'il prônera un Centre « de 2ème ligne » qui aura pour tâches principales « de renforcer le tissu associatif issu des immigrations et surtout s'appuyer sur les éléments culturels des communautés pour permettre la rencontre avec la société globale dans un rapport égalitaire (…). D'emblée, le Centre essayera de réaliser un équilibre entre l'insertion socio-culturelle des personnes issues de l'immigration et la reconnaissance et le soutien à l'expression de leur identité culturelle »4

8Il orientera ainsi l'action du CBAI vers la promotion d'activités qui valorisent le patrimoine et la création culturels des immigrés, en insistant sur la nécessité de former les jeunes issus de l'immigration pour qu'ils intègrent l'action sociale et culturelle avec une « conscience fière », tenant compte de la spécificité de l'histoire de laquelle ils sont issus et en perspective de leur avenir en Belgique. Cette affirmation d'une « spécificité » culturelle à reconnaître et à défendre, qui est présente depuis les débuts du CSCIB et qui en constitue un axe fondamental, sera un des enjeux de la relation entre le Centre et les politiques publiques.

1.2. L’association et les politiques publiques en Communauté Française : entre soutien, partenariat et incompréhension

  • 5 A. REA, Immigration, État et citoyenneté : la formation de la politique d'intégration des immigrés (...)

9Comme Andréa Rea a pu le montrer, « deux principes contradictoires organisent les politiques publiques : doivent-elles être spécifiques aux immigrés ou générales à certaines populations? Au gré des changements institutionnels, les politiques publiques visant à l'intégration des immigrés évoluent d'une conception à l'autre, particulièrement après leur communautarisation. »5

10Alors que des actions visant la formation dans les milieux immigrés sont financées par le Ministère de la Culture Française dans le cadre du décret relatif à l’Éducation permanente du 8 avril 1976, certaines organisations d'immigrés sont directement reconnues par la Communauté française dans le cadre de celui-ci au titre, non pas d'associations d'immigrés, mais bien d'associations d'éducation permanente. La Commission Française de la Culture de l'Agglomération de Bruxelles, organisera, quant à elle, à partir de 1974 (et jusqu'à la fondation du CSCIB) un « Comité de liaison pour la formation des travailleurs immigrés » regroupant des associations qui veulent promouvoir une « culture immigrée » en éditant entre autre une série de publications lire l'immigration qui font le point sur des thématiques les concernant : l'école, le logement, les droits politiques et la culture.

  • 6 A. REA, Immigration, État et citoyenneté : la formation de la politique d'intégration des immigrés (...)

11On observe ainsi une reconnaissance de l’action socio-culturelle qui va de pair avec le développement du discours sur la « culture immigrée », mais aussi avec la demande d'animation culturelle et de formation qui se fait de plus en plus importante dans le chef des associations d’immigrés. Cette demande est rencontrée après la deuxième réforme de l'État, en 1980. « A partir de cette date, cette politique est placée sous la tutelle des Ministres communautaires des Affaires Sociales. » 6. Étant donné que le secteur de la Culture, et plus précisément l’Éducation permanente, finance également les actions immigrées, la politique communautaire est menée conjointement par les Affaires Sociales et la Culture. Dans le cadre de cette politique communautaire, un budget spécifique est alloué à quatre centres socio-culturels dits régionaux, dont le CSCIB.

12Dans ce contexte rapidement évoqué, le CSCIB, avec son statut spécifique, développe principalement, entre 1981 et 1989, des actions socio-culturelles soutenues par la Communauté Française et la Commission Française de la Culture de l'Agglomération de Bruxelles. En tant que Centre « ressource », il choisit de développer des actions d’information, de formation, de diffusion culturelle et de soutien aux associations en essayant d’une part, de valoriser le travail associatif existant et d’autre part, de promouvoir de nouvelles initiatives. L'Agenda Culturel (qui deviendra « Interculturel »), outre des articles de fond, est le premier mensuel à rendre compte des manifestations culturelles, artistiques et socio-politiques des associations immigrées et belgo-immigrées. L’association, en partenariat avec les pouvoirs publics, participera activement à la mise en place de projets culturels de grande envergure comme le premier festival du Film arabe en 1984.

13Parallèlement, le CSCIB, a également développé des actions à la marge du soutien des pouvoirs publics, ceux-ci se montrant réticents à soutenir « la spécificité » du public visé par certaines des ses actions. Dès 1983, une formation inédite est conçue dans le but de former des personnes issues de l'immigration à devenir cadre, notamment dans l’associatif ‑ cette formation est devenue aujourd'hui une « formation d'agents de développement et de médiation interculturelle ».

14Le CSCIB aura alors recours à la Commission Européenne qui l'adopte comme expérience-pilote sur une ligne budgétaire « migrants » (DG5). Il faudra attendre deux ans pour que la formation trouve un financement communautaire (plus tard régional) plus conséquent et européen grâce au Fonds Social Européen en tant que formation professionnelle, plus tard également en tant que formation d’insertion socio-professionnelle.

15Autre domaine sensible pour le CSCIB depuis sa fondation, l'enseignement est le lieu d’une rencontre problématique entre l’association et les pouvoirs publics qui, malgré l’impulsion positive du niveau européen, freineront le développement d’actions spécifiques en ce domaine au bénéfice des populations d’origine étrangère. La réussite scolaire d'enfants issus de milieux populaires ainsi que la promotion d’actions conjuguant situations de classe et identités culturelles plurielles fragilisées préoccupent l’association. Sous l'impulsion du Conseil de l'Europe, qui, en 1976, donne naissance au concept d'éducation interculturelle, et s'appuyant sur la Directive européenne du 25 juillet 1977 relative à la scolarisation des enfants de travailleurs migrants, le Ministère de l’Éducation fait appel à l'Université de Liège et au Centre pour une expérience-pilote d'éducation interculturelle financée par la Commission Européenne (1983-1987 ; 1988-1992).

  • 7 B. DUCOLI, « L'envie et les contraintes », Agenda Interculturel, n° 199-200, décembre 2001-janvier (...)

16Malgré une mise en œuvre partielle, temporaire mais néanmoins encourageante, cette expérience a dû être suspendue par manque de volontarisme politique, du côté des autorités belges, à inclure une certaine reconnaissance de la spécificité culturelle dans l’enseignement, notamment dans les cours d’histoire, de géographie et de langues étrangères. Ces huit années d'engagement du Centre dans le domaine de l'enseignement sont considérées comme le principal échec auquel le Centre a dû faire face.7

17Mais à cette occasion, il fera malgré tout une rencontre importante pour ses actions futures, celle avec Margalit Cohen-Emerique, psychosociologue française à qui le Centre fera appel pour la formation des enseignants à la « compétence interculturelle » dans le cadre de ces expériences-pilotes. Le Centre élargira plus tard, à d'autres professionnels, cette formation. Dans le domaine de l'enseignement, entre 1993 et 2000, il interviendra régulièrement, mais ponctuellement, sur ce thème, à la demande d'écoles ou d'enseignants. Ce n'est qu'en 2001 que la Ministre de l'Enseignement Supérieur, Françoise Dupuis, fera à nouveau appel au Centre et à l'Université de Liège, pour mettre en place au sein de la formation initiale des enseignants, dans tous les Instituts supérieurs pédagogiques de la Communauté française, des modules de formation à « la diversité culturelle ». Il aura fallu vingt ans à la Communauté française pour reconnaître l'importance de préparer les enseignants à la diversité culturelle de leurs classes.

18Si on veut clôturer cette période des années quatre-vingt, il est important de rappeler également le rôle que le CSCIB a tenu au plan des initiatives institutionnalisées de consultation des populations d’origine étrangère et, plus particulièrement, au sein du Conseil Consultatif des Immigrés de la Communauté Française (CCICF), créé en 1981.

19En effet, le Directeur du CSCIB a assumé la Vice-Présidence de ce Conseil (renommé Conseil Consultatif des populations d’origine étrangère de la Communauté Française ‑ CCPOE ‑ en 1986) qui a eu pour mission d’émettre des avis, soit d’initiative, soit à la demande de la Communauté Française sur tout ce qui concernait l’accueil et l’intégration des immigrés. Il a joué un rôle d’interface formel entre le pouvoir public compétent et les associations représentantes des populations d’origine étrangère en proposant différentes initiatives instaurant une politique publique spécifique en la matière, ainsi qu’une reconnaissance de la vie associative immigrée, propositions qui ne seront pas suivies par l’Exécutif de la Communauté Française.

2. Régionalisation de la politique et conséquences pour le CBAI : la promotion de l’intégration socio-professionnelle et de la cohésion sociale en Région Bruxelloise

2.1. Les nouvelles politiques publiques

20Dans le cadre de la révision constitutionnelle de 1993, la compétence de l’accueil et l’intégration est transférée de la Communauté Française aux régions Wallonne et de Bruxelles-Capitale, entraînant par ce mouvement un bouleversement dans le traitement de cette matière. En ce qui concerne directement notre centre bruxellois, la Région de Bruxelles Capitale n’arrête aucune politique spécifique concernant les populations d’origine étrangère. La seule action en ce domaine réside dans la constitution d’une « commission mixte de concertation » composée de 18 élus régionaux et 18 représentants des différentes nationalités issus, pour la plupart, du mouvement associatif, dont fait partie le Directeur du Centre.

  • 8 A. REA, Immigration, État et citoyenneté : la formation de la politique d'intégration des immigrés (...)

21La crise économique et sociale de la fin des années 80‑début 90 a des conséquences sur les politiques publiques qui se préoccupent surtout des questions liées au chômage et à l'exacerbation des conflictualités dans les quartiers. C'est ainsi qu'elles privilégient, soutenues en cela par la Commission européenne et surtout par le FSE, les formations d'insertion socioprofessionnelle plutôt que les actions dans le domaine de l'animation culturelle et de la formation politique. Les priorités sont moins l’émancipation culturelle que l’intégration socio-économique et professionnelle, moins un public spécifique « immigré » que tous les défavorisés qu’on doit intégrer et prévenir de la délinquance. 8

22L’Exécutif de la Région de Bruxelles-Capitale aborde le thème de l’immigration dans sa déclaration du 18 octobre 1989, bien qu’il ne s’agisse pas encore d’une compétence régionale. Il l’aborde en fait par deux biais : d’une part en envisageant d’accorder une subvention spéciale aux communes visant l’intégration et la cohabitation harmonieuse des communautés locales et d’autre part en menant des actions d’insertion socioprofessionnelle en concertation avec le Conseil Régional, l’ORBEM, le Conseil économique et social, les communes, les CPAS et les initiatives locales publiques et privées.

23Dès l'installation du premier exécutif de la Région de Bruxelles-Capitale, Charles Picqué, Ministre-Président, crée, en mars 1990, un Fonds intitulé « Programme pour l’intégration et la cohabitation harmonieuse des différentes communauté locales ». Cette nouvelle politique publique est instaurée en parallèle des recommandations du Commissariat Royal à la Politique des Immigrés au niveau fédéral et reconnaît la nécessité de promouvoir l'insertion de populations d'origine étrangère dans la vie économique, sociale voire culturelle donnant aux communes un rôle important, voire central.

24Néanmoins, une des conditions de financement des actions est l'organisation de partenariats et de concertations au sein des communes, nouveaux partenaires de ces politiques publiques, concertations mêlant des institutions publiques et des associations privées, qui trouvent ainsi un autre espace de reconnaissance et de soutien de leur actions.

25Au niveau fédéral également et suite aux « événements » de Forest de mai 1991, le gouvernement crée un Fonds dit d'urgence, le Fonds d'Impulsion à la Politique des Immigrés (FIPI), institué lors d'une conférence interministérielle de la politique de l'immigration du 13 juin 1991. Il est destiné à financer, pour une période limitée, et dans des « zones » précises, des actions spécifiques pour l'intégration des populations immigrées.

26Le territoire devient ainsi, à travers les quartiers prioritaires de la politique bruxelloise et des zones du FIPI, une nouvelle donnée prise en considération dans les politiques publiques. Le Secrétariat du Fonds est assuré par le successeur du Commissariat royal à la Politique des Immigrés, le Centre pour l’Égalité des Chances et de Lutte contre le Racisme (CECLCR), mis en place en 1993. Les projets peuvent être introduits par le gouvernement fédéral, les communautés, les régions, et les auteurs de projets publics (communes, CPAS) et privés (pouvoirs organisateurs d'enseignement, ASBL...).

27Ces politiques élargissent donc les acteurs susceptibles de bénéficier de ces nouveaux moyens, en mettant comme condition des partenariats publics-privés, ce qui met les associations, entre autres créées par des jeunes d'origine étrangère, face à un nouveau contexte.

2.2. Tensions entre les dimensions sociales et culturelles : la place du CBAI

  • 9 P. BLAISE, « Pouvoirs publics et mouvement associatif », Nouvelle Tribune, Bruxelles, décembre 1995 (...)

28Dans un article intitulé « Pouvoirs publics et mouvement associatif », Pierre Blaise met bien en évidence les conséquences de la régionalisation des compétences en matière d’accueil et d’intégration, notamment sur les actions des associations : « (...) La politique d’intégration transférée se réfère à ce qui relevait directement du Secteur Social de la Communauté Française. Mais la Communauté Française agissait également comme on l’a vu, dans d’autres secteurs : culture (Éducation Permanente), enseignement, aide à la jeunesse, formation professionnelle. Et elle continue à le faire. Les aspects sociaux et les aspects culturels de la politique d’accueil des immigrés, gérés conjointement au niveau de la Communauté jusqu’au 1er janvier 1994, sont donc désormais dissociés. La Communauté s’est délestée de sa compétence d’intégration et d’accueil tandis que les Régions ne peuvent intervenir dans la diffusion culturelle ni en Éducation Permanente, elles ne peuvent non plus faire de la prévention : toutes ces matières continuent à relever de la Communauté Française (…). En ce qui concerne la Région de Bruxelles-Capitale, la Commission Communautaire Française (COCOF) hérite des matières sociales transférées de la Communauté Française. (…)9 ».

29En 1995, la COCOF héritera aussi de la compétence sur le Fonds dit « Cohabitation–Intégration » alors que la politique d’intégration des immigrés a été transférée de la Communauté Française à la COCOF en 1994. Les associations, dont le CBAI, vont désormais avoir à faire à la Communauté Française et à la COCOF pour soutenir leurs actions, mais aussi au FIPI et à d’autres programmes. Si on assiste à une certaine augmentation de moyens d’action, et à une multiplicité de dispositifs visant le secteur associatif, on est aussi face à une multiplication des programmes et des pouvoirs publics compétents.

30En effet, à ces initiatives d'intégration sociale et de discrimination positive, s'ajoutent d’autres nouveautés : l’engagement de médiateurs sociaux et d’auxiliaires de police, les contrats de sécurité et de société, les contrats de quartiers et quartiers d’initiative ‑ dont l’objectif principal est la rénovation du « bâti » avec là aussi une invitation à un travail en partenariat avec les associations, entre autres d’habitants, et avec une visée « de cohésion sociale ».

31Les années nonante sont ainsi caractérisées par le fait que les politiques publiques ne concernent que rarement directement les populations immigrées ou issues de l'immigration (et donc les questions spécifiques les concernant) mais privilégient certains espaces territoriaux où ils vivent, sous le label « défavorisé et communauté locale » (pour les populations) et « dégradés et à risques » (pour les espaces).

32Ceci dit, toutes ces initiatives donnent également l'occasion d’observer l'éclosion de nouveaux emplois sous de nouveaux profils professionnels, tels les éducateurs de rue, les médiateurs sociaux, scolaires, interculturels... souvent occupés par des jeunes issus de l'immigration devenus entre-temps, pour beaucoup d'entre eux, belges de nationalité.

  • 10 Contrairement aux sept Centres régionaux wallons d’intégration qui bénéficient d’une reconnaissance (...)

33Dans la même période, le CSCIB se renomme, en 1991, CBAI (Centre Bruxellois d’Action Interculturelle), dix ans après sa fondation. Dans le contexte de ces réformes institutionnelles, le Centre veut ainsi mettre en avant son caractère régional bruxellois. Dans le cadre de ces nouvelles politiques publiques, dans la foulée de la création du Commissariat Royal à la Politique des Immigrés qui officialise une politique d’intégration, le Centre veut ainsi indiquer, en spécifiant « d’action interculturelle », que « l’intégration » doit, dans ses modalités, impliquer la reconnaissance des relations de « réciprocité » et celle de l’importance des liens sociaux culturels et interculturels pour réussir la « cohabitation » et « la cohésion sociale ». Que ce soit dans les politiques de l’emploi, du logement, de la formation ou de la vie associative, parler en termes « d’intégration » et « d’exclusion sociale » est en effet, pour le CBAI, nécessaire, mais pas suffisant. Reconnu comme un Centre « à vocation régionale », bénéficiant d’un budget spécifique, mais non reconnu institutionnellement comme tel10, quelles sont les actions que le CBAI va pouvoir développer ?

2.3. Options et rôles du CBAI : entre les « interstices » des politiques publiques

34Il est difficile, dans le cadre de cet article, de rendre compte de toutes les actions développées par le CBAI, depuis 1989. Certaines restent récurrentes depuis vingt ans, comme l’Agenda Interculturel, le Centre de documentation ou la formation d’agents de développement et de médiation interculturelle. D’autres, nouvelles, ont été initiées pour conjuguer le « Projet CBAI » avec les nouvelles politiques publiques, dont nous avons brièvement tracé les lignes de force.

35Toutefois au centre du « Projet CBAI », on retrouve toujours trois priorités, aménagées selon les changements en cours au niveau de la société bruxelloise : d’abord la prise en compte de l’importance de la vie associative locale et le rôle que peuvent jouer les associations « communautaires » pour créer du lien social ; ensuite la valorisation des expressions culturelles et artistiques des « descendants d’immigrés » (comme on les appelle aujourd’hui) et des nouvelles migrations ; enfin, la formation de jeunes adultes issus de l’immigration, belges le plus souvent, pour faciliter leur insertion sur le marché de l’emploi et assurer une meilleure professionnalité dans l’action sociale et culturelle, et celle de tous professionnels à la « compétence interculturelle ».

36En effet, le CBAI veut les accompagner à gérer la diversité avec lesquels ils sont en contact, en faisant toujours la part des choses entre « ce qui est culturel et ce qui ne l’est pas », et en étant attentif aux stigmatisations et aux discriminations, mais aussi au contexte et à leurs conditions de travail.

37Ceci dit, étant donné le rôle central donné aux communes et à la vie locale par les différents dispositifs, aux partenariats public-associatif et à l’éclosion de nouveaux métiers, le CBAI a dû repositionner ses actions, ou en tous cas réfléchir à sa place et à son rôle adéquat dans ce nouveau contexte. De par son statut régional et son option « interculturelle », tous deux peu reconnus officiellement, c’est aux marges des politiques publiques que le CBAI a mené ses actions, mais dans un rôle reconnu comme spécifique et important, aux dires des acteurs locaux et de certaines institutions publiques régionales, qui valorisent son rôle en lui offrant un réel statut d’interlocuteur. L’appui aux autres associations, l’information, la formation, l’expertise acquise par le CBAI, sont autant de rôles endossés par le CBAI qui lui confèrent aussi son positionnement central dans le secteur.

38Par rapport au programme « Cohabitation-Intégration », le CBAI a développé des actions dans trois domaines.

39D’une part, certains opérateurs locaux ont fait appel à lui pour des expériences de supervision, de formation et d’accompagnement d’équipes, notamment pour la Mission Locale de Forest, celle de Saint-Gilles ou d’Anderlecht.

40D’autre part, le Centre a voulu être présent dans les quartiers à travers la promotion de l’expression culturelle et artistique favorisant ainsi la « cohabitation » en étant co-fondateur, depuis 1992, de Bruxelles en Couleurs-Brussels Gekleurd. Enfin sans ancrage local spécifique, mais ayant pour mission de soutenir les opérateurs locaux et les associations, le CBAI a mis en place, à travers des rencontres mensuelles, « le Réseau de Solidarité » qui donne l’occasion à ces acteurs de réfléchir ensemble aux questions transversales, en bénéficiant d’un « espace-tiers », hors des contingences politiques locales. Là aussi la difficulté du travail en partenariat a été souvent un objet de travail.

41En ce qui concerne l’Agenda Interculturel, notre mensuel a toujours eu le souci de donner la parole aux opérateurs et aux chercheurs insérés dans des politiques publiques ou critiques par rapport à celles-ci, tout en essayant d’informer ses lecteurs sur les réalités des migrations comme dans Présences Africaines et Couleurs Latines.

42La formation d’agents de développement et de médiation interculturelle, autre activité récurrente, se poursuit et possède l’originalité d’être en même temps une formation d’insertion socioprofessionnelle reconnue comme telle par les institutions régionales et européennes et une activité d’Éducation permanente, reconnue par la Communauté Française.

43Cette double reconnaissance permet la mixité des publics, favorise la rencontre entre des stagiaires en demande d’insertion socioprofessionnelle, le plus souvent dans les secteurs concernés par les nouveaux dispositifs, avec celles et ceux qui y travaillent déjà. C’est aussi le lieu où les personnes insérées dans les dits « nouveaux métiers » sont formés à la compréhension des politiques publiques, ne bénéficiant que, très rarement d’autres lieux d’apprentissage, de réflexions critiques et d’accompagnement.

44Par ailleurs, l’expertise du CBAI est sollicitée dans le cadre de formations touchant à la réalité professionnelle des populations d’origine étrangère. L’ORBEM a invité le CBAI avec d’autres opérateurs comme le CIRE ou le Piment ‑ sous la coordination du Centre pour l’Égalité des Chances et de Lutte Contre le Racisme(CECLCR) et dans le cadre du programme européen Objectif 3 du FSE‑ à assurer la phase de socialisation aux réalités socioprofessionnelles bruxelloises des primo-arrivants, en vue de favoriser leur mise à l’emploi par une cellule spécifique de l’ORBEM.

45Là aussi le CBAI, tout en étant acteur et partenaire dans cette initiative, essaye d’interpeller les pouvoirs publics sur le danger d’amalgame entre « infra-scolarisés », public prioritaire de l’ORBEM et « primo-arrivants ». Dans une optique similaire, Bruxelles-Formation a également sollicité le CBAI à être partenaire dans diverses formations concernant les populations d’origines étrangères.

  • 11 « Le Monde en scène », Guide des productions artistiques interculturelles en Communauté française W (...)

46Du côté de l’enseignement, le Centre a aussi pu valoriser ses compétences dans la formation initiale et continuée des enseignants à la diversité culturelle dans le cadre de partenariats européens au sein du programme SOCRATES. Mais d’autres invitations et sollicitations reçues par le CBAI, notamment par la Communauté Française que ce soit dans le domaine de la formation ou encore du soutien à la production artistique et interculturelle11, témoignent aussi d’une reconnaissance certaine de l’utilité des compétences interculturelles pour les acteurs culturels de la Communauté Française.

Conclusion

47Au bout de ce parcours, et dans le contexte de cette nouvelle décennie, quelques perspectives, quelques inquiétudes et quelques souhaits.

48Deux projets de décret sont en cours de chantier. Celui sur « l’Action Communautaire de quartier » de la COCOF qui regroupe les programmes en matière d’insertion sociale, d’Été Jeunes et de Cohabitation des communautés locales ainsi que celui de la Communauté Française intitulé « Avant projet de décret relatif au soutien de l’action associative dans le champ de l’Éducation Permanente », destiné à remplacer le décret de 1976. Il serait important, que dans ces deux projets, « l’action interculturelle » soit clairement identifiée comme sujet de politique publique. Et que les différents opérateurs qui organisent les rencontres, désamorcent les conflits, proposent des projets dans ce domaine, soient soutenus et valorisés.

49Par ailleurs, l’inquiétude concerne le manque de reconnaissance du rôle des associations dites « communautaires », que nous pensons être des moyens collectifs d’une prise de parole spécifique, et souvent, un tremplin pour la participation à la société civile.

  • 12 C. KULAKOWSKI, « Identité, actions et projets », Agenda Interculturel, n° 199-200, décembre 2001-Ja (...)

50Il faudrait considérer le regroupement communautaire comme un des choix possibles, et valables, à côté d’autres voies d’appartenance collective. 12 L’expérience du CBAI, depuis vingt ans, atteste que la « cohésion sociale » se construit aussi, et surtout, à travers des lieux de socialisation que les habitants créent pour s’entraider, faire vivre leur patrimoine culturel et chercher ainsi des voies de participation dans la société.

51Le CBAI est et restera disponible pour soutenir les associations et les opérateurs locaux publics qui font ce travail dans une perspective non seulement d’insertion sociale, mais aussi d’émancipation culturelle et citoyenne.

Haut de page

Notes

1 R de Schutter est un ancien leader syndical qui a mené plusieurs combats avec les travailleurs immigrés à partir d’une solidarité de classe. Il a joué un rôle important dans les mouvements de revendication des droits des immigrés en 1970 et pour la régularisation de leur statut en 1974. En 2002, René de Schutter est chargé par A. Hutchinson, Ministre membre du Collège de la COCOF chargé de l’action sociale, de la famille et des budgets, de remettre un rapport sur un futur musée de l’immigration.

2 T. MANGOT, « A la croisée des chemins et de temps », Agenda Interculturel, n° 199-200, décembre 2001 - janvier 2002, Bruxelles, CBAI, p. 4.

3 T. MANGOT, « La place des citoyens d'origine étrangère dans l'évolution de la société belge : vers une société métisse et citoyenne », Pour une démocratie interculturelle, Collection les Semaines Sociales du MOC, Bruxelles, EVO‑Société, 2001, pp.133-145.

4 T. MANGOT, « A la croisée des chemins et de temps », Agenda Interculturel n° 199-200, décembre 2001-janvier 2002, Bruxelles, CBAI,. pp. 6 et 7.

5 A. REA, Immigration, État et citoyenneté : la formation de la politique d'intégration des immigrés en Belgique, Thèse, ULB, 1999, p. 868.

6 A. REA, Immigration, État et citoyenneté : la formation de la politique d'intégration des immigrés en Belgique, Thèse, ULB, 1999, p. 872.

7 B. DUCOLI, « L'envie et les contraintes », Agenda Interculturel, n° 199-200, décembre 2001-janvier 2002, Bruxelles, CBAI, pp. 48 et suivantes.

8 A. REA, Immigration, État et citoyenneté : la formation de la politique d'intégration des immigrés en Belgique, Thèse, ULB, 1999, pp. 880 et suivantes.

9 P. BLAISE, « Pouvoirs publics et mouvement associatif », Nouvelle Tribune, Bruxelles, décembre 1995, pp. 23 et suivantes.

10 Contrairement aux sept Centres régionaux wallons d’intégration qui bénéficient d’une reconnaissance décrétale depuis 1996.

11 « Le Monde en scène », Guide des productions artistiques interculturelles en Communauté française Wallonie-Bruxelles, collection Culture–Education Permanente, n°4, 2001.

12 C. KULAKOWSKI, « Identité, actions et projets », Agenda Interculturel, n° 199-200, décembre 2001-Janvier 2002, Bruxelles, CBAI, pp. 51-53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Kulakowski, « Le projet du Centre bruxellois d’action interculturelle et les politiques publiques », Pyramides, 6 | 2002, 207-222.

Référence électronique

Christine Kulakowski, « Le projet du Centre bruxellois d’action interculturelle et les politiques publiques », Pyramides [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://pyramides.revues.org/459

Haut de page

Auteur

Christine Kulakowski

Directrice du Centre Bruxellois d’Action Interculturelle (CBAI).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page