Navigation – Plan du site

Recension. Critique de la raison administrative - pour une Europe ironiste

Alexandre Piraux
p. 249-253

Texte intégral

1L’essai très dense se situe au croisement de diverses disciplines : la philosophie, la psychologie, la sociologie (un peu) et la science administrative. C’est ce qui lui procure son originalité, mais aussi une certaine difficulté d’approche. En tirer la substantifique moelle relève au mieux de l’impossible, au pire de la trahison. Chaque ligne alimente la réflexion. Que l’auteure soit bienveillante, le seul objectif du présent compte rendu est de faire partager notre découverte. Précisons d’emblée que les premières pages peuvent dérouter et décourager ceux qui apprécient peu les concepts trop abstraits. Mais comme souvent, la persévérance est récompensée et l’appétit de lecture va crescendo.

2Nicole Dewandre, qui est Cheffe de l’Unité Femmes et Sciences à la Commission européenne depuis 1983, entame l’étude de la philosophie rongée dit-elle, par un sentiment d’inconsistance « tant était insurmontable la contradiction entre, d’une part, les mécanismes (qu’elle observait) et d’autre part, la mécanique céleste dans laquelle nous étions censés fonctionner. » Elle se dit « totalement immergée dans une représentation idéalisée de l’administration. ». Un malaise existentiel (elle parle de position métaphysicienne à cet égard) et en définitif créateur a engendré l’ouvrage.

  • 1  Nicole DEWANDRE se réfère ici à ce qu’elle nomme certaines raisons pulsionnelles comme le goût du (...)

3Pour l’auteure, l’espace public et l’administration souffrent « de tous ceux qui veulent les sauver de façon compulsive ». La légitimité de l’action publique et l’efficacité de l’action administrative s’appuient sur « des présupposés à bout de souffle 1 ». Le métier de fonctionnaire consiste dans le fonctionnement d’un système. Si le fonctionnaire se focalise sur des objectifs trop éloignés et grandioses et considère l’activité administrative comme un obstacle, il se condamne à rejoindre une impasse. Décider « de mettre de la valeur dans les actes quotidiens » revêt en conséquence une grande pertinence. Pascal Lamy, Commissaire européen ayant en charge le commerce international, dont une citation est reprise en exergue du livre n’a-t-il pas affirmé « Les détails, c’est mon métier. » ?

  • 2  Hannah ARENDT définit le sens comme la reconnaissance de l’ordre et de sa nécessité p. 38.

4Nicole Dewandre préfère la reconnaissance du sens2 à la recherche de la vérité (qui est une quête métaphysique). La politique est un mixte de production symbolique identitaire et de production sociale concrète. La dimension sociale génère une attente d’efficacité, alors que la dimension politique produit une attente de symbolique. Le sens de l’action politique est menacé si une confusion existe entre les dimensions précitées et que l’on arrime le symbolique à l’efficacité. Ne pas assigner à l’exécution de l’activité administrative des objectifs qui relèvent de l’ordre symbolique s’avère nécessaire. Des limites à ce que peut réussir l’action publique existent, c’est ce que l’auteure appelle la syntaxe (limite à la production de sens). Fixer à l’action des objectifs qui sont illusoires telle la transparence est une façon de nier les limites du réel puisque « La transparence est impossible à produire ». Plutôt que de la transparence, c’est la correspondance entre fonctionnement supposé et effectif qui est attendue.

  • 3  Performatif signifie selon le Petit Robert un énoncé qui constitue simultanément l’acte auquel il (...)

5Nicole Dewandre aime les relativistes et les sophistes à la réputation historique chahutée. Le relativiste pragmatiste dit que tout ce qui produit du sens est bon et doute que l’on puisse découvrir l’ultima ratio en matière de vérité. L’attitude relativiste plutôt que d’être binaire, avoir tort ou raison, est plurale et reconnaît les apports de sources différentes. Dans la perspective sophiste dans le sens où elle l’entend, le langage précède l’«  être » et « le discours fait jaillir de l’être ». La sophistique est « surtout un rempart contre toute forme d’inquisition ». Une série de valeurs ne dépendent pas de définitions substantielles pour être effectives mais fonctionnent comme des postulats (exemple la justice, l’égalité). Le langage politique est intrinsèquement performatif3. Le mieux qu’on puisse attendre du pouvoir politique, à ce sujet, est qu’il tolère la vérité.

6Après avoir examiné l’«  être » et le « dire » Dewandre introduit « le faire ». Le concret se produit, il ne se décrète pas. Les mots qui disent ce qui devrait être fait ne produisent pas de sens. Une illusion de consensus sur un fonctionnement idéal de l’administration alimente la crise actuelle alors qu’il n’y a pas de consensus sauf sur ce que l’administration ne doit pas être.

7A la Commission européenne, l’image idéale du fonctionnaire est inscrite dans trois textes : le Traité, le Statut et le code de conduite. Les critères de qualité qui émergent ne sont pas faux mais ne sont pas opératoires. Ainsi la compétence générale requise pour être Commissaire européen est une condition minimale et non un réel critère de choix. Les autres qualités requises : loyauté, intégrité, indépendance sont par nature invérifiables. Seul le contraire est vérifiable : la corruption, la fraude. Quant à la responsabilité de la hiérarchie, elle est plus à entendre dans un sens symbolique de « répondre de » que dans le sens fonctionnel « être facteur déterminant ».

8Comment légitimer la fonction hiérarchique ? L’argument méritocratique et le talent prévalent mais existe-t-il un classement des talents et des vertus ? Dans la réalité la hiérarchie fonctionne plus au pouvoir qu’au talent. Les fonctionnaires qui accèdent à des fonctions importantes sont motivés par le pouvoir. Dès lors « l’accès au pouvoir n’est pas l’émanation naturelle des vertus et des talents, mais bien l’expression d’un goût pour le pouvoir ». L’erreur est d’identifier hiérarchie et perfection alors que la hiérarchie est surtout soucieuse d’assurer sa pérennité. Il s’agit pour la hiérarchie d’avoir toujours gain de cause si elle ne veut pas se déjuger. La psychologie des chefs est donc liée à la peur et au regard péjoratif sur les subalternes à qui on peut dès lors imputer tout dysfonctionnement. Bien souvent la complexité des tâches d’exécution n’est pas avouée, et il y a même déni de l’écart entre le travail prescrit et le travail réel.

9L’auteur distingue la Commission Institution c’est-à-dire, sujet politique et idéal et archétypal de la Commission administration et donc la commission dans sa réalité. Le rapport entre ces deux types de Commission conditionne l’identité professionnelle du fonctionnaire européen. Plus l’image est forte, plus l’agent se sent pousser des ailes.

10Un autre élément méritant l’attention concerne l’articulation entre objectifs politiques et mise en œuvre administrative. Deux types d’objectifs politiques existent : les objectifs directs et les objectifs escomptés. Ces derniers sont problématiques en ce qu’ils ne sont pas accessibles directement par la seule action administrative. Ainsi lancer un programme de recherche bien précis est un objectif direct ; affirmer qu’il produira des effets en terme de compétitivité ou de croissance durable est un effet escompté. Il faut constater que certaines prescriptions du Traité ne sauraient servir de fondement valable à une activité administrative. Par ailleurs, la gestion de l’indétermination prend une place majeure en politique et ce dernier doit le reconnaître. La nécessité de développer un savoir-faire politique basé sur la gestion de l’ignorance est grande (cf. la gestion de la sécurité alimentaire). Pourquoi ne pas dire « nous ne savons pas ».

11L’essai se termine sur la position ironiste. Qu’est-ce au juste ? « La fonctionnaire ironiste reconnaît qu’elle a une prise sur l’environnement…Sa prise est modeste. Elle ne peut pas garantir le fonctionnement optimal de l’ensemble mais elle peut garantir que certains dysfonctionnements ne passeront pas par elle. ».Il nous est rappelé que « l’action administrative pour être effective ne doit pas prétendre produire de l’idéal. » Une Commission ironiste a pour mission d’empêcher les Etats de faire du surplace et donc de lancer des initiatives. Dans ces conditions, le risque encouru est de devoir « abdiquer sur sa fonction »pour conserver son existence.

12En conclusion, quelques propositions concrètes surgissent. Puisque le critère de compétence est multidimensionnel, il est plus facile de détecter les candidats qui ne conviennent pas et ensuite d’introduire pour les candidats sélectionnés, une part de hasard via le … tirage au sort mâtiné toutefois de critères géographiques ou de parité sexuelle. De la sorte, il sera clairement fait comprendre à tous que le candidat retenu n’est pas le seul apte à remplir la fonction. L’auteure cite aussi des solutions plus classiques comme limiter les fonctions dans le temps, pour empêcher le chef hiérarchique de construire sa longévité ; établir des contre-pouvoirs en renforçant la culture de la responsabilité ce qui implique que le chef doive rendre des comptes. Enfin, la Commission veillera à exprimer ses objectifs de sorte que, le moment de l’évaluation des résultats venu, elle puisse répondre de ses actes.

  • 4  Ainsi on ne comprend pas bien en quoi et pourquoi l’ironiste serait une figure féminine et pourquo (...)

13S’il n’est pas question d’adhérer à toutes les propositions du livre4, on admirera néanmoins sa grande qualité et sa fraîcheur intellectuelle à laquelle s’ajoutent de légers accents délicieusement subversifs. Véritable plaidoyer en faveur de la modestie et du pragmatisme « Critique de la raison administrative » se situe à mi-chemin du témoignage et de la leçon de philosophie appliquée à l’administration. En procédant à une analyse du système administrativo-politique notamment à l’aide de la philosophie de Wittgenstein et des apports sophistes et pragmatistes, ce livre nous incite à la réflexivité. En cela il est salutaire.

Haut de page

Notes

1  Nicole DEWANDRE se réfère ici à ce qu’elle nomme certaines raisons pulsionnelles comme le goût du pouvoir, la recherche de sécurité et d’impunité et d’autre part, l’aspiration compulsive à un monde juste.

2  Hannah ARENDT définit le sens comme la reconnaissance de l’ordre et de sa nécessité p. 38.

3  Performatif signifie selon le Petit Robert un énoncé qui constitue simultanément l’acte auquel il se réfère. Lorsque je dis j’ouvre la séance cela a pour effet d’ouvrir la séance.

4  Ainsi on ne comprend pas bien en quoi et pourquoi l’ironiste serait une figure féminine et pourquoi des critères de sensibilité politique ne seraient pas pris en considération au même titre que des critères géographiques ou sexuels lors de l’octroi de nouvelles fonctions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Piraux, « Recension. Critique de la raison administrative - pour une Europe ironiste », Pyramides, 5 | 2002, 249-253.

Référence électronique

Alexandre Piraux, « Recension. Critique de la raison administrative - pour une Europe ironiste », Pyramides [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 28 septembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://pyramides.revues.org/495

Haut de page

Auteur

Alexandre Piraux

Rédacteur en chef de la revue Pyramides.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page