Navigation – Plan du site
Varia

Recension. Histoire politique et administrative des Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle

Thibaut Duvillier et Steve Jacob
p. 229-236

Texte intégral

  • 1  A. MOLITOR, L’administration de la Belgique, Bruxelles, Ed. du CRISP, 1974, p. 15-16

1Dans son essai sur L’administration en Belgique, André Molitor considère que, pour celui qui s’intéresse à l’histoire de l’administration dans nos régions, la fin du XVIIIe siècle offre « les traits les plus achevés de l’administration d’Ancien Régime, déjà influencée au demeurant par les débuts de l’ère bureaucratique »1.

2Entamées en 1976, les Études sur le XVIIIe siècle éditées par les soins de Roland Mortier et Hervé Hasquin, aux Éditions de l’Université de Bruxelles, ambitionnent de dresser un panorama de ce siècle d’un point de vue économique, social, intellectuel, artistique mais également administratif. Pour ce dernier volet, le point de vue est essentiellement biographique.

  • 2  Citons les victoires de Ramillies (1706), Lille (1708) et Malpaquet (1713).
  • 3  Les principautés de Liège, Stavelot-Malmédy et Bouillon étaient toutefois indépendantes.
  • 4  M. MOURRE, Le petit Mourre. Dictionnaire de l’Histoire, Paris, Bordas, 1992, p. 78.

3Le XVIIIe siècle débuta par la guerre de succession d’Espagne. Ce conflit est d’une importance capitale dans l’histoire européenne et de nos régions tout particulièrement. En 1700, Charles d’Espagne meurt sans enfant. Son testament désignait Philippe d’Anjou, le petit-fils de Louis XIV, comme légataire universel. Dès lors, les Pays-Bas espagnols passaient aux mains d’un Bourbon. L’opposition de l’empereur d’Autriche, de la République des Provinces-Unies et de la Grande-Bretagne, réunis dans la grande Alliance, à cet état de fait déclencha la guerre de succession d’Espagne. Celle-ci tourna rapidement à l’avantage de la coalition2 et prit fin par les traités d’Utrecht (1713) et de Rastatt (1714) par lesquels les Pays-Bas espagnols étaient cédés à l’Autriche. « A ce moment, le cadre territorial de la future Belgique est déjà dessiné. Elle comprenait le duché de Brabant (avec le marquisat d’Anvers), le duché de Limbourg, le duché de Luxembourg, le duché de Gueldre, le comté de Flandre, le comté de Hainaut, le marquisat de Namur, la ville de Malines, Tournai et sa seigneurie, chacune de ces unités possédant ses institutions particulières3 »4.

4Le premier Habsbourg d’Autriche, Charles VI, fut intronisé, dans les Pays-Bas, à partir de 1717. Durant tout le siècle, l’empereur ne résidait qu’épisodiquement dans nos régions, lorsqu’il les visitait. A Vienne, le Conseil suprême des Pays-Bas, établi au début du règne de Charles VI, jouait, dans les dossiers importants, l’intermédiaire entre Bruxelles et l’empereur. Les pouvoirs déclinant de cette institution entraînèrent sa suppression en 1757.

5Marqué par une crise financière et un endettement considérable, le règne de Charles VI vit se développer les premières thèses de centralisation et de rationalisation dans la gestion de l’Etat.

6Toutefois, le redressement économique, industriel et commercial s’effectua essentiellement durant les premières années du règne de l’impératrice Marie-Thérèse (à partir de 1740) qui, par son alliance avec Louis XV, garantissait la paix dans nos régions.

  • 5  M. GALAND, Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens (1744-1780), Etudes su (...)
  • 6  M. GALAND, Op cit, pp. 56-58.

7D’un point de vue administratif, les Pays-Bas autrichiens étaient dirigés sur place par l’entremise de gouverneurs généraux et de ministres plénipotentiaires. Il y a donc une dualité des pouvoirs au niveau gouvernemental. La fonction de gouverneur général est décrite dans la biographie que Michèle Galand consacre à Charles de Lorraine, le plus populaire des gouverneurs. Cette fonction était réservée aux proches de l’empereur puisqu’il s’agissait de représenter le souverain qui ne résidait pas dans nos régions. Dans ce cas-ci, le lien était particulièrement étroit puisque le prince Charles de Lorraine était le « double beau-frère » de Marie-Thérèse. Entre 1744 et 1780, en liaison étroite avec Vienne, il gouverna nos régions et « ranima une Cour assoupie, grâce à son goût pour la vie fastueuse, son intérêt pour les arts, son penchant pour les grandes parties de chasse et son amitié pour les aristocrates des Pays-Bas »5. Cet ouvrage met également en avant le lien étroit et parfois conflictuel qui existait entre le gouverneur général et les ministres plénipotentiaires (Botta-Adorno puis Cobenzl). Ces derniers étaient nommés en principe pour assister le gouverneur et le remplacer en cas d’absence. Toutefois, le ministre plénipotentiaire apparaissait surtout comme un contrôleur des activités du gouverneur. Ceci se matérialise notamment par le pouvoir dont dispose le ministre plénipotentiaire de correspondre directement avec Vienne sans passer par l’intermédiaire princier6. Nous voyons donc que durant le XVIIIe siècle, les Pays-Bas autrichiens étaient dirigés par un gouvernement « épistolaire ».

  • 7  Ce poste est le plus élevé qu’un « Belge » pouvait alors ambitionner.
  • 8  B. BERNARD, Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d’un homme d’Etat, Etudes sur le XVIIIe (...)
  • 9  B. BERNARD, Op cit, p. 145-183.

8Au niveau gouvernemental, les Conseils collatéraux constituaient l’épine dorsale de la gestion des affaires courantes. Héritage de Charles Quint, ils se composaient d’un Conseil privé pour les affaires intérieures, d’un Conseil d’Etat pour les compétences extérieures et d’un Conseil des finances. Entre 1757 et 1783, le poste de chef et président du Conseil privé7 fut occupé par Patrice-François de Neny. Bruno Bernard a consacré une décennie de recherches à retracer le vie de cet « homme-orchestre » du gouvernement. Parallèlement à son activité gouvernementale, Neny fit œuvre d’historien et de constitutionnaliste à travers les Mémoires historiques et politiques sur les Pays-Bas autrichiens et sur la constitution. Édité au milieu des années 1780, cet ouvrage, destiné à l’instruction du futur Joseph II, brossait « un tableau fidèle et instructif des lois, usages, « génie », besoins et ressources de ses provinces Pays-Bas »8. De plus, cet ouvrage met en avant ce chrétien convaincu qui imprégné de la philosophie des Lumières va, en gallican et philojanséniste, tenter de réduire l’intrusion de l’Église dans la gestion étatique. La suppression de la Compagnie de Jésus, la réforme des dîmes et de la mainmorte, ainsi que la réforme de l’Université de Louvain témoignent de cette volonté de laisser la lumière percer partout9.

  • 10  Joseph avait été élu empereur le 27 mars 1764. Dès l’année suivante, il fut associé au gouvernemen (...)

9Au décès de Marie-Thérèse en 1780, Joseph, son fils, va lui succéder10. Joseph II va donner un ton plus radical à la politique réformatrice entamée sous le règne précédent.

  • 11  F. FEJTO, Joseph II. Un Habsbourg révolutionnaire, Paris, Quai Voltaire, 1994, p. II.
  • 12  H. HASQUIN, « Le Joséphisme et ses racines », La Belgique autrichienne (1713-1794). Les Pays-Bas m (...)
  • 13  F. FEJTO, Op cit, p. 231.

10Le joséphisme est une conception politique large, variante de l’absolutisme éclairé, qui balaie l’ensemble des aspects de la vie publique : d’un point de vue économique, social, administratif, éducatif, culturel et confessionnel11. Sur ce dernier point, l’empereur se distinguait fortement de sa mère. Un des principes guidant sa politique réformatrice était l’Etat, celui-ci signifiait pour Joseph II « le plus grand bien pour le plus grand nombre »12. De plus, la volonté d’un Etat unifié et hiérarchisé va rapidement se heurter à l’Église. En effet, depuis le Moyen Age, celle-ci régentait l’ensemble de la société. Or, « selon la conception de Joseph II, c’est l’Église qui devait maintenant se subordonner à l’Etat puisque, par suite de ses scissions internes et de son ultramontanisme, elle s’opposait au caractère limitatif et unificateur de celui-ci. Il ne considérait la vie religieuse que comme une des fonctions de la ‘société bourgeoise’, il voulait que l’Etat remplaçât dorénavant l’Église dans son rôle charitable, éducatif et économique »13.

11Ces principes se retrouvent dans le dernier numéro des Études sur le XVIIIe siècle consacré à la Haute administration dans les Pays-Bas autrichiens et plus particulièrement dans la biographie de Jacques-Antoine Le Clerc. L’auteur, Steve Jacob, voit dans ce fonctionnaire un artisan des réformes de Joseph II. Jacques-Antoine Le Clerc eut un parcours long et varié et collabora à un certain nombre d’institutions. La durée de sa participation à la vie politique promène le lecteur à travers les quatre dernières décennies du XVIIIe siècle, les périodes révolutionnaires incluses. Après des études de droit à l’Université de Louvain et une brève carrière juridique, il entra, à trente et un ans, dans l’administration centrale sous le règne de Marie-Thérèse. Durant ces années d’apprentissage, Le Clerc fut essentiellement un « fonctionnaire-technicien ». Sous le règne de Joseph II, Le Clerc allait atteindre les sommets et ériger des montagnes de dossiers. Il fut associé de près aux réformes de l’empereur en matière religieuse et particulièrement à celles aboutissant à la suppression des couvents inutiles, à la réforme de l’Université de Louvain et du régime matrimonial, à l’érection de séminaires d’Etat visant à réduire l’influence de Rome sur le clergé des Pays-Bas. Il restructura le système administratif et judiciaire. Pour ce faire, il se rendit à Vienne afin d’y discuter les projets. En 1789, lors de la révolution, ou plutôt de la restauration, brabançonne son rôle de conseiller de l’empereur lui valut la haine de la population des provinces belgiques,² l’obligeant à fuir à plusieurs reprises. Lors des restaurations autrichiennes, il servira, successivement, les empereurs Léopold II et François II qui lui accordèrent des places honorifiques l’écartant de l’avant-scène tout en le remerciant de sa carrière au service de l’Empire.

12Ainsi, ce dernier numéro, au travers de trois biographies (Herzelles, Cazier et Le Clerc), relate les carrières de ces hauts fonctionnaires formant un véritable corps. Ces techniciens, d’origine noble ou non, seront les piliers de la modernisation d’un Etat en évolution et deviendront les intermédiaires obligés entre Vienne et Bruxelles. Steve Jacob, Denis Tomboy et Gaëtan Van Goidsenhoven retracent la mutation du monde des « grands commis de l’Etat », leur ascension, leur faste et leur disparition.

13Quelques titres parus dans les Études sur le XVIIIe siècle aux éditions de l’Université de Bruxelles :

  • M. GALAND, Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens (1744-1780), 1993.

  • B. BERNARD, Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d’un homme d’Etat, 1993.

  • Parcs, jardins et forêts au XVIIIe siècle, 1997.

  • C. LHOIR, La sécularisation des œuvres d’art dans le Brabant (1773-1842). La création du Musée de Bruxelles, 1998.

  • S. JACOB, D. TOMBOY, G. VAN GOIDSENHOVEN, La Haute administration dans les Pays-Bas autrichiens (Ambroise-Joseph de Herzelles, Denis-Benoît de Cazier, Jacques-Antoine Le Clerc), 1999.

Haut de page

Notes

1  A. MOLITOR, L’administration de la Belgique, Bruxelles, Ed. du CRISP, 1974, p. 15-16

2  Citons les victoires de Ramillies (1706), Lille (1708) et Malpaquet (1713).

3  Les principautés de Liège, Stavelot-Malmédy et Bouillon étaient toutefois indépendantes.

4  M. MOURRE, Le petit Mourre. Dictionnaire de l’Histoire, Paris, Bordas, 1992, p. 78.

5  M. GALAND, Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens (1744-1780), Etudes sur le XVIIIe siècle, n° 20, Bruxelles, 1993, p. 11.

6  M. GALAND, Op cit, pp. 56-58.

7  Ce poste est le plus élevé qu’un « Belge » pouvait alors ambitionner.

8  B. BERNARD, Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d’un homme d’Etat, Etudes sur le XVIIIe siècle, n° 21, Bruxelles, 1993, p. 80.

9  B. BERNARD, Op cit, p. 145-183.

10  Joseph avait été élu empereur le 27 mars 1764. Dès l’année suivante, il fut associé au gouvernement avec le titre de co-régent dans les Etats héréditaires de la maison d’Autriche. H. PIRENNE, Histoire de Belgique, Bruxelles, Henri Lamertin, 1920, t. 5, p. 385.

11  F. FEJTO, Joseph II. Un Habsbourg révolutionnaire, Paris, Quai Voltaire, 1994, p. II.

12  H. HASQUIN, « Le Joséphisme et ses racines », La Belgique autrichienne (1713-1794). Les Pays-Bas méridionaux sous les Habsbourg d’Autriche, Bruxelles, Crédit Communal, 1987, p. 225.

13  F. FEJTO, Op cit, p. 231.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibaut Duvillier et Steve Jacob, « Recension. Histoire politique et administrative des Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle », Pyramides, 1 | 2000, 229-236.

Référence électronique

Thibaut Duvillier et Steve Jacob, « Recension. Histoire politique et administrative des Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle », Pyramides [En ligne], 1 | 2000, mis en ligne le 03 octobre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://pyramides.revues.org/608

Haut de page

Auteurs

Thibaut Duvillier

Aspirant FNRS (Sociologie) et Assistant U.L.B.

Articles du même auteur

Steve Jacob

Chercheur Mini-Arc à l’U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page