Navigation – Plan du site

Mutations technologiques et transformations militaires : que reste-t-il du discours de la RMA ?

Alain De Neve
p. 27-52

Résumé

Apparu dans la première moitié des années 1990, le concept de Revolution in Military Affairs (RMA) a émergé au sein de l’appareil de défense américain afin de qualifier les mutations technologiques perçues lors de l’opération Desert Storm conduite par les États-Unis. A l’instar de nombreuses innovations doctrinales qui l’ont précédée, la révolution dans les affaires militaires a fortement mobilisé le débat stratégique tant chez les alliés et partenaires que parmi les adversaires supposés des États-Unis. Vingt ans après la guerre du Golfe de 1991, huit ans après la campagne Iraqi Freedom de 2003, un retour sur images s’impose afin d’examiner les résultats de la RMA et d’évaluer l’impact des ruptures doctrinales qu’elle a essaimées. Bien qu’il ne puisse être nié que la RMA a cherché à incarner une innovation conceptuelle en fonction d’une certaine perception de l’évolution des technologies et du contexte géostratégique, elle a également représenté une nouvelle forme de gouvernance technologique par les instruments dans le contexte de l’Alliance atlantique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Seuls les États-Unis ont établi une vision du monde partagée en six grands commandements : le comm (...)

1L’une des spécificités propres au système stratégique américain depuis la fin de la Seconde guerre mondiale a sans nul doute résidé dans son extraordinaire aptitude à produire du « bruit » (de Durand, 2003, p. 57). En fait de bruit, les États-Unis demeurent surtout l’unique puissance au monde dont les débats en matière de défense se révèlent porteurs et peuvent tout à la fois – et paradoxalement – susciter fascination et rejet (De Neve, 2003). Le contraste des réactions que génèrent chez leurs alliés, partenaires ou adversaires, les évolutions de leur outil de défense n’a d’égal que l’ampleur des contradictions qui parsèment les différentes étapes de l’histoire militaire des États-Unis (de Durand, 2005B). La puissance américaine ne laisse donc jamais indifférent. Sans doute, la nécessité historique de devoir agir à une échelle globale a-t-elle forcé les États-Unis à se doter d’un dispositif de prépositionnement et de projection militaire planétaire1 (de Durand, 2005C) permanent qui la pousse à une régénérescence continuelle des fondements et des formes de mise en œuvre de son action stratégique.

2Parmi les récents sujets qui ont occupé les états-majors à l’échelle transatlantique et internationale, ainsi que les experts et observateurs des questions de défense, figure incontestablement la notion de Revolution in Military Affairs (RMA). Née dans la première moitié des années 1990, dans le cadre des retours d’expérience de la seconde guerre du Golfe (opération Desert Storm), le concept de RMA a émergé en vue de qualifier les transformations de l’agir militaire issues de l’emploi des capacités nouvelles qu’étaient les ordinateurs, les réseaux, les systèmes spatiaux et les missiles guidés de précision. Bien que, comme nous le verrons, une définition consensuelle de la RMA ait toujours fait défaut, nous pouvons à titre introductif nous rallier aux contours qu’a pu en livrer en son temps l’influent Andrew Marshall, Directeur de l’Office of Net Assessment (ONA), et « père spirituel » dudit concept (Wasinski, 2006). Pour Andrew Marshall, une RMA consiste en « un changement de fond dans la nature de la guerre, causé par l’application innovatrice de nouvelles technologies qui, combinée à des changements en profondeur de la doctrine militaire et des concepts opérationnels et organisationnels, altère radicalement le caractère et la conduite des opérations militaires » (McKittrick & Blackwell, 1995). L’apparente solidité de la définition qui en est offerte ne saurait nous distraire du constat – aujourd’hui largement partagé – selon lequel la RMA a constitué l’une des notions les plus floues de l’histoire militaire de ces vingt dernières années, voire de l’après-Seconde Guerre mondiale. Insuffisamment stabilisé aux niveaux politique, stratégique, organisationnel et opérationnel, le concept de RMA a souffert d’un vieillissement rapide. Les repères qu’était supposé offrir le concept afin de permettre aux politiques, planificateurs militaires et opérationnels de mieux appréhender les mutations de l’agir militaire du fait de l’irruption des nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) ont, dans la pratique, cédé la place à une multiplication de visions et d’approches, toutes affiliées à la RMA, mais trahissant néanmoins un éclatement doctrinal et, à dire vrai, un certain malaise dès lors que la question de la réception et de la mise en œuvre du concept se posait pour les services. Définir les contours de la RMA revient, avant toute chose, à percevoir qu’il n’a figuré derrière ce concept et l’école qu’elle a participé à faire naître qu’une équation aux inconnues multiples, qu’une simple interrogation : existe-t-il une altération des modes de conduite de la guerre dans l’après-guerre froide ?

3Le présent article a pour but de comprendre les conditions d’émergence et de revenir sur le processus de déploiement du concept de RMA. Sans prétendre à un examen exhaustif de la Revolution in Military Affairs, ces pages tenteront néanmoins de définir le concept et de passer en revue les éléments qui ont, tantôt validé, tantôt infirmé la pertinence de cette notion. Il s’agira encore de comprendre les finalités internes, bureaucratiques, mais aussi les objectifs de gouvernance internationale qu’a servi la RMA dans cette période transitoire située entre la chute du Mur de Berlin (et la disparition de la menace de l’Union soviétique) et les campagnes militaires en Afghanistan et en Irak, à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

I. Entre l’historiographie et le slogan

  • 2 Toynbee, A., Guerre et civilisation, Paris, Editions Gallimard, 1953 ; Creveld (van), M., Technolo (...)

4Comment qualifier la RMA ? Comment positionner le concept dans l’histoire de l’Occident et, plus généralement, dans l’histoire militaire ? La question des liens entre la technologie et la guerre a été au cœur de nombreuses réflexions et le point focal d’une abondante littérature scientifique2.

  • 3 Parker, G., The Military Revolution : Military Innovation and the Rise of the West, Cambridge, Cam (...)
  • 4 Black, J., War: Past, Present and Future, New York, St Martin Press, 2000; Rethinking Military His (...)
  • 5 Boot, M., War Made New: Technology, Warfare, and the Course of History: 1500 to Today, New York, G (...)

5Le terme même de Revolution in Military Affairs n’a pas manqué de rappeler la terminologie des travaux historiographiques conduits à partir des années 1950 par Michael Roberts et poursuivis plus tard par des auteurs tels que Geoffrey Parker3, Jeremy Black4 ou Max Boot5 autour de la notion de révolution militaire. Cette similitude des qualificatifs a souvent été source de confusion. Bien que l’on ne puisse réfuter l’existence d’une certaine parenté de la RMA avec la notion développée par les historiens, une distinction claire se doit néanmoins d’être opérée. Les études sur l’émergence d’une révolution militaire au tournant des années 1500 et 1600 ont, pour l’essentiel, consisté à expliquer la structure et les dynamiques qui ont porté les sociétés occidentales à disposer des instruments militaires d’une domination globale. Les recherches des historiens portent alors sur l’identification des ruptures techniques (les marines de haute mer et les armes à feu) qui fondent, au 17ème siècle, l’assise matérielle des puissances coloniales (Grand, 2001). L’approche véhiculée par la RMA, quant à elle, relève davantage d’une démarche prédictive, quasi-normative, auto-réalisatrice (selon le type de RMA dont il est question) et englobante. Au vrai, nombreux ont été les analystes de défense qui ont remis en question la validité même de la RMA lorsque celle-ci a été conçue comme la forme d’expression nouvelle d’une révolution militaire. Andrew Latham, par exemple, dans sa relecture des travaux de Clifford Rogers, rappelle que, au cours de l’histoire, une révolution militaire n’a jamais reposé sur une rupture technique isolée mais sur une combinaison de ruptures techniques cumulatives se succédant dans le temps. Selon cette acception, la RMA dont il est aujourd’hui question ne constituerait au mieux – et éventuellement – qu’une étape dans l’émergence graduelle d’une révolution militaire en gestation (Latham, 2002). Proche des considérations de Latham, Laurent Murawiec perçoit dans la RMA une « innovation qui change le visage de la guerre » et traduit, nonobstant les critiques légitimes affectant le concept, les bouleversements profonds que traversent nos sociétés occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (Murawiec, 2000). Pour Eric R. Sterner, l’hypothèse selon laquelle les modifications introduites par les ordinateurs, les technologies de réseau et les capteurs peuvent générer une révolution militaire est surtout spéculative. Elle traduit, principalement, une démission intellectuelle des adeptes de la RMA qui, plutôt que de s’attacher à une définition solide du concept, ont préféré s’appliquer à en énumérer les conséquences supposées et les vertus espérées (Sterner, 1999). Bruno Tertrais, pour sa part, témoigne d’une plus grande sévérité encore quand il qualifie la RMA de « concept nébuleux […], souple, pratique, mais en fait attrape-tout » (Tertrais, 1998). Mais le jugement le plus intransigeant provient sans nul doute de l’historien militaire américain Williamson Murray pour qui nombre de notions inhérentes ou connexes à la Revolution in Military Affairs relèvent plus du slogan que d’une réelle appréhension des modifications intervenues au sein de l’environnement international et stratégique (Murray, 1998).

II. Genèse et cheminement de la RMA

6Pour comprendre les raisons qui ont permis à la RMA de surgir dans le débat stratégique américain post-guerre froide, il importe de remonter aux réflexions qui, dans le cours des années 1970, voient le jour aux États-Unis et en Union soviétique.

  • 6 En Union soviétique, les discussions qui s'amorcent à la suite des considérations théoriques avanc (...)
  • 7 Cette réappropriation des travaux soviétiques portant sur la révolution militaro-technique est pri (...)
  • 8 Le Maréchal Ogarkov connaîtra un arrêt brutal dans l'avancement de sa carrière en raison de ses dé (...)

7Du côté soviétique, quelques officiers, soucieux de l'adaptation du système militaire russe au vu des leçons des nouvelles contingences de crise (à l'exemple du Vietnam), insistent sur la nécessité d'engager une révolution militaro-technique. Parmi les figures de ce débat, le Maréchal Nicolaï Ogarkov a fait œuvre pionnière puisqu'il a été l'auteur de plusieurs textes sur les avantages pouvant être tirés des nouvelles technologies de l'information ; technologies qui voient alors surtout le jour aux États-Unis6. Plus tard, l’Office of Net Assessement, dirigé par Andrew Marshall, s’appuiera sur les réflexions soviétiques pour alimenter le débat sur la RMA7. Toutefois, la rigidité du cadre militaire soviétique ne permettra pas aux idées nouvelles qui se font jour de pouvoir trouver des points de relais auprès des instances dirigeantes du parti communiste8.

8Du côté américain, le traumatisme subi au Vietnam incite à une remise en cause des modalités d’emploi de la force militaire. Alors que, dans la tradition américaine, la guerre constitue à la fois une aberration morale et une situation contraire à l’ordre normal des rapports devant exister entre les nations (Desportes, 2002 ; de Durand, 2005B), des critiques s’élèvent pour dénoncer les modalités d’emploi des forces armées mises en œuvre au Vietnam ; modalités qui se révèlent par trop éloignées de l’American Way of War. C’est à partir de cette période qu'intervient une transformation générationnelle des élites militaires aux États-Unis et ce, sur fond de tensions entre les milieux civils et militaires de la défense (Lindemann, 2003).

  • 9 Dans leur ouvrage Guerre et contre-guerre, les futurologues Alvin et Heidi Toffler détaillent les (...)

9Si la dissuasion nucléaire avait assez naturellement conduit à une (re)prise en main des affaires de défense par les cadres civils (l'arme nucléaire étant alors avant tout perçue comme un instrument de pression et d'intimidation politico-diplomatique), la paralysie stratégique entre les deux superpuissances qui avait conduit à une multiplication des contingences de crise dans les espaces dits « périphériques » a permis aux militaires de démontrer qu'une action militaire qui dérogerait au principe d'application d'un feu attritionnel et saturant par effet de masse ne peut aboutir à une conclusion des hostilités. Surtout, les responsables militaires aux États-Unis reprochent aux instances civiles leur indécision dans la définition des formats des forces et de l'emploi de celles-ci sur les théâtres extérieurs (de Durand, 2005B). Nous verrons qu'il s'agit là d'une divergence de vue récurrente dans les affaires militaires du pays. Graduellement donc, un débat s’engage aux États-Unis autour du concept de « dissuasion conventionnelle », censée offrir aux militaires une marge de manœuvre plus grande dans les modalités de menaces de recours ou d'emploi effectif de la force. La doctrine Air-Land Battle est finalement adoptée par les forces armées des États-Unis au début des années 19809.

10La fin de la guerre froide et la première guerre du Golfe vont participer à une accentuation des tendances alors en germe à la charnière des années 1970 et 1980. C’est à l’occasion de Desert Storm que l’ONA fait circuler parmi les personnalités influentes au sein du milieu de la défense un ensemble de réflexions sur l’apport des nouvelles technologies en matière militaire (Boyer, 1998). A partir de l'année 1993, plusieurs contributions d'auteurs spécialisés dans les questions de défense outre-Atlantique évoquent la possible émergence d'une Revolution in Military Affairs. C'est cette même année que le Center for Strategic and International Studies (CSIS) consacre un rapport complet et particulièrement dense à la notion de RMA où celle-ci est définie comme « une avancée fondamentale en technologie, ou en doctrine ou en organisation, qui rend obsolète la méthode en vigueur de conduite de la guerre » (Mazarr et alii, 1993).

11À partir de 1994, des travaux sont menés au sein de l'U.S. Army War College de Carlisle Baracks – où œuvrent, par ailleurs, plusieurs soviétologues reconvertis dans la russologie. Les résultats de ces réflexions constituent alors le ferment du concept de RMA, tout juste émergent. L’onction au concept de la RMA sera délivrée par le Joint Chiefs of Staff (JCS) dès 1996 à travers la publication de la doctrine Joint Vision 2010. L’ambition alors affichée est d’utiliser la RMA au service d’une plus grande interarmisation. Ainsi, les sources de la RMA, telle qu'elle se dessine dans le courant des années 1990, peuvent être situées à l'intersection de trois phénomènes : (1) les travaux qui précèdent et succèdent à l'adoption de la doctrine Air-Land Battle, (2) la redécouverte aux États-Unis des travaux d'historiographie sur la révolution militaire à la charnière des XVIème et XVIIème siècles et, enfin, (3) les travaux politologiques entamés au lendemain de la seconde guerre du Golfe.

  • 10 C’est en 1989 que le WTEC est fondé aux Etats-Unis et constitue une division du Loyola College sit (...)

12Le débat stratégique des années 1990 s’inscrit, aux États-Unis, dans un contexte économique spécifique qu’il convient d’intégrer à l’analyse si l’on veut comprendre les raisons pour lesquelles les RMAistes témoignent d’une foi indéfectible en leur concept (Lacoste, 2003). Les années 1990 forment, pour les États-Unis, une période marquée par une forte croissance économique (près de 6 % sur base annuelle). L’accumulation des richesses produites par cette nouvelle économie (New Economy) génère avec elle la conviction selon laquelle le pays représentera la cible d’États prédateurs et qu’il convient, en conséquence, de ne pas baisser la garde. Cette Amérique qui sort victorieuse par défaut – c’est-à-dire sans combat – de la guerre froide joue désormais seule – ou presque – dans sa catégorie. Le Japon dont on pensait que les potentiels économique, scientifique et technologique puissent surclasser les États-Unis durant la dernière décennie du XXème siècle, subit de plein fouet l’une des pires crises financières de son histoire. Les mises en garde formulées en son temps par le World Technology Evaluation Center (WTEC)10 à l’endroit du risque d’un décrochage des États-Unis par rapport à la puissance nippone n’ont désormais plus lieu d’être. Côté européen, l’Allemagne concentre l’essentiel de ses moyens à la réunification du pays et, dans l’ensemble, les États de l’Union européenne connaissent un ralentissement économique que la nouvelle situation géopolitique sur le continent explique dans une large mesure. Ces divers éléments permettent de comprendre l’insistance avec laquelle le système stratégique américain propulse la RMA, non seulement au rang de débat destiné à structurer la doctrine mais, au-delà, comme ultima ratio de l’agir stratégique.

13Dans le sillage des premières considérations relatives à l'émergence – avérée ou supposée – d'une RMA, les partisans du changement produisent et essaiment plusieurs concepts, tous directement ou indirectement affiliés à la question de l’impact des changements technologiques sur les systèmes militaires infocentrés. La RMA crée ses émules comme en témoigne le nombre croissant d’ouvrages et d’articles consacrés, surtout dans le monde anglo-saxon, à la problématique. Une vision déterministe de l’histoire s’impose au sein de la classe des officiers des forces armées américaines avec les considérations développées par les futurologues Alvin et Heidi Toffler. Fondamentalement, la RMA s’appuie sur la théorie des vagues civilisationnelles (agraire, industrielle et informationnelle) dont la succession est censée donner chaque fois naissance à une forme nouvelle de technologie militaire ; les outils de « destruction » suivant fidèlement les progrès intervenus dans les outils de production économique (Toffler, 1994 ; Braillard & Maspoli, 2001). Pour les Toffler, à l’instar de la connaissance dont la primauté caractérise l’économie à partir des années 1950, l’information acquiert le statut de variable décisive dans l’emploi de la force militaire (Henrotin, 2008).

  • 11 Ou, selon l’acronyme américain, le C3D2.
  • 12 Les forces serbes conçurent des chars factices en carton afin de divertir les frappes de la coalit (...)

14De nombreux instituts et think tanks érigent la RMA comme programme de recherche, avec à la clé d’importants financements ; ce qui n’est pas sans rappeler la Strategic Defense Initiative des années 1980. Si, durant une grande partie des années 1990, la RMA constitue l’expression d’un questionnement essentiellement américain et très typique d’une culture stratégique axée autour des dimensions logistiques et technologiques, la campagne Allied Force conduite afin de mettre un terme à la répression serbe au Kosovo agit comme un véritable déclencheur d’une prise de conscience européenne à l’endroit du double gap technologique et doctrinal séparant les organisations militaires européennes de leur homologue outre-Atlantique. La sophistication des moyens et armements déployés par les États-Unis dans le cadre de cette opération alliée provoque un réveil – certes, relatif – des Européens à propos du risque de voir leurs armées bientôt incapables d’interopérer au sein d’une coalition où elles viendraient à agir conjointement avec les forces armées des États-Unis. Pourtant, la guerre du Kosovo atteste aussi des limites auxquelles peuvent être soumis des systèmes de forces à haute capacité technologique. Les stratagèmes mis en œuvre par les forces armées serbes en matière de camouflage11, de mobilité/dispersion ou de leurres conduisent les États-Unis à frapper à de nombreuses reprises des cibles factices12. Cette tactique révèle ainsi l’une des principales failles de la RMA : l’acquisition de l’information en matière de ciblage. En d’autres termes, la question qui peut être posée est de savoir quelle peut-être l’utilité d’une précision absolue et d’une gestion en temps réel de l’information dans le cas où il n’existe pas de cible ou lorsque celle-ci s’avère un leurre.

III. Essai de décryptage de la RMA

15La succession des débats qu'il génère conduit à faire de la RMA un concept non-stabilisé aux multiples variantes. Toutefois, en dépit des discordances que suscite la RMA (et sur lesquelles nous reviendrons dans nos développements), un effort de caractérisation du concept s'avère nécessaire. Sur le plan « technique », la RMA est le résultat de la combinaison de trois ruptures techniques intervenues respectivement dans (1) la précision, (2) les capteurs et (3) les capacités de traitement de l'information recueillie par ces capteurs. Tâchons de détailler la portée de chacune de ces ruptures.

III.1. La précision

16Les avancées réalisées dans la précision des vecteurs forment sans nul doute la rupture la plus fondamentale intervenue dans les moyens de la guerre depuis plus de cinquante ans. On assiste, en effet, depuis la Seconde Guerre mondiale a une réduction significative de l'erreur circulaire probable (ECP) des frappes par bombes et missiles. L'ECP désigne le rayon dans lequel une bombe ou un missile présente une probabilité de 50 % de tomber par rapport à la cible. L'accroissement de la précision des vecteurs de frappes et des bombes résulte, avant tout, de leur combinaison avec les technologies de radionavigation et de guidage terminal ; deux notions qui doivent ici être attentivement distinguées.

17La radionavigation par système de positionnement global (GPS) autorise les forces armées à opérer des frappes sur de très longues distances tandis que les systèmes infrarouges embarqués sur certaines catégories de missiles assurent au vecteur de frappe une précision métrique dans la phase terminale de progression. Pour les planificateurs, les performances atteintes en matière de précision présentent des avantages politico-militaires inédits puisqu’il est désormais possible de substituer la précision à la saturation de zone. Dans le même temps, l’assurance conférée par les nouvelles techniques de navigation et de guidage terminal permettent d’opérer à distance de sécurité et de limiter, sur le théâtre des opérations, les dommages collatéraux (même si l’expérience des conflits récents – Kosovo, Afghanistan, Irak – incite à relativiser l'efficacité réelle des frappes).

III.2. Les capteurs

18Le recours aux munitions guidées de précision et missiles de croisière exige, tout logiquement, l'acquisition de cibles dont l'atteinte est supposée produire les effets désirés. Aussi, la Revolution in Military Affairs existe-t-elle tant grâce aux progrès intervenus dans la précision qu'en vertu des avancées dans le domaine des capteurs et senseurs. Cette rupture technique est réellement fondamentale puisqu'elle vise à permettre de rendre l'espace de bataille « transparent ». Les États-Unis recherchent, au travers de l'emploi de systèmes d'observation et de détection de divers ordres (satellites, radars, senseurs déportés de type aérien ou terrestre), l'« Information Dominance ». C'est, en effet, la supériorité informationnelle qui est censée permettre aux forces armées des États-Unis de disposer d'une maîtrise absolue de l'ensemble du spectre de la violence. La maîtrise de l'information dans le champ stratégique se situe au cœur de l'une des notions fondamentales dérivées de la RMA (et sans doute, plus fondamentale que la RMA elle-même) : la Network-Centric Warfare (NCW) ou guerre réseaucentrique. La NCW suppose la mise en réseau de l’ensemble des capteurs disponibles, le traitement en temps réel (ou quasi-réel) des données et des informations, leur transformation en savoir et leur transmission vers les unités de feu pour un combat de précision. Il s’ensuit que les réseaux de communication et les capteurs terrestres, navals et aéroportés deviennent prioritaires dans la stratégie des moyens qui se dessine alors.

III.3. Les capacités de traitement de l'information

19L'obtention de données issues de diverses sources ne suffit cependant pas à offrir à la puissance qui dispose de la maîtrise des capteurs une supériorité militaire. La RMA, dans sa dimension informationnelle, repose donc sur la possession des moyens de traitement de l'information. Depuis les années 1970, des progrès considérables sont intervenus dans les capacités de calcul informatique. L'ampleur de ces progrès résulte pour l'essentiel de l'accroissement des performances des processeurs. À ce sujet, il est communément admis que les capacités de traitement de ces processeurs doublent tous les dix-huit mois, selon la célèbre loi de Moore. Cette loi est cependant âprement discutée dans ses fondements.

20Selon les avocats de la RMA, l'augmentation des capacités de calcul des ordinateurs devrait permettre un traitement en temps réel ou quasi réel des données issues de l'espace de bataille afin de transformer celles-ci en renseignement exploitable à destination des unités impliquées dans les opérations. Les RMAistes affirment qu'il sera possible d'opérer une compression telle de la boucle décisionnelle (aussi qualifiée de boucle Observation, Orientation, Décision & Action [OODA]) que des formes de guerres parallèles (Parallel Warfare) pourront désormais être conduites qui reposeront sur des opérations simultanées et synchrones sur toute la profondeur de l'espace de bataille. Les tenants de cette vision – assez ambitieuse, il est vrai – de la RMA proclament ainsi la fin des modes de guerre dites « séquencés » reposant sur la succession des déploiements de forces aéroterrestres. Les notions mêmes de « rupture », de « ligne de front », « d'exploitation » ou « d'occupation » s'effacent pour laisser la place à des formes de « contrôle » gérées à distance de sécurité et avant tout destinées à atteindre, dès l'amorce des hostilités, le cœur du système de commandement de l'adversaire, voire son centre de gravité. Dans le cadre de telles formes d'action, de puissants systèmes d'analyse et de traitement des données en provenance de l'espace de bataille s'avéreront indispensables.

IV. Un concept au cœur de luttes bureaucratiques

  • 13 Au sujet de l’approche bureaucratique, voyez encore les travaux célèbres d’Allison, G., The Essenc (...)

21Au vu des résultats de cette rapide anatomie de ses fondements, la RMA apparaît comme un concept fortement détaché de l’évolution des conditions internationales et stratégiques qui lui sont pourtant contemporaines. Si l’éclosion du débat sur la RMA ne peut être expliquée par les nécessités issues de l’évolution de l’environnement international – nécessités qui auraient dû, en principe, conduire à l’émergence d’un modèle différent dans la conduite de la guerre moderne –, il nous faut par conséquent envisager le recours à d’autres variables explicatives qui permettent de comprendre la puissance avec laquelle la RMA s’impose non seulement au sein des services américains mais, au-delà, à l’intérieur de cadres organisationnels plus larges comme l’OTAN. Rappelons dès à présent que les décisions de politique militaire – à l’instar de celles adoptées dans d’autres domaines de l’action publique – ne relèvent pas exclusivement de calculs conscients et rationnels visant à faire correspondre des moyens à des fins. Les orientations stratégiques peuvent tout autant découler de marchandages complexes dans le cadre de mécanismes bureaucratiques. Comme le rappelle Thomas Lindemann, « les acteurs sont […] fréquemment motivés par les intérêts et les perceptions de leur organisation »13. L’analyse de la RMA à l’aune de cette approche nous permet de conclure à l’existence de plusieurs axes d’opposition au sein de l’établissement militaire américain. Le premier oppose entre eux les différents services (U.S. Army, U.S. Navy, U.S. Air Force, l’U.S. Marine Corps et l’U.S. Cost Guards). Le second axe, qui place en vis-à-vis les instances civiles du DoD (le Secrétaire à la Défense et ses conseillers proches) et la communauté militaire, permet d’expliquer la transition de la RMA vers la Transformation.

IV.1. Le rééquilibrage interservices

  • 14 Une analyse plus poussée des opérations aériennes lors de la guerre du Kosovo rappelle néanmoins l (...)
  • 15 Les colonels John A. Warden, Owen E. Jensen et Philip S. Meillinger. Le Colonel Meillinger ira jus (...)

22Les services ont très rapidement adopté des visions spécifiques de la RMA et de ses potentialités pour l’avenir de la conduite de la guerre alors même que le concept était censé servir l’interarmisation par l’intermédiaire de l’acquisition d’équipements majeurs. La RMA devient, progressivement, un facteur de division. Il est généralement admis que l’U.S. Air Force a été privilégiée par les considérations contenues au sein de la RMA et de la Transformation. Les avancées dans le domaine de la précision profitent, en effet, à l’arme aérienne qui se voit, dans un premier temps, bénéficier sur le plan programmatique du lancement de plusieurs programmes de haute technologie, à l’instar du F-22 Raptor. Surtout, les opérations militaires de l’après-guerre froide confirment le renouveau de la puissance aérienne. L’opération Desert Storm de 1991 confirme la place désormais fondamentale de l’arme aérienne dans l’espace de bataille, encore qu’il serait exagéré de percevoir dans les caractéristiques d’emploi du vecteur aérien, lors de cette période, une révolution similaire à celle du bombardement stratégique au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ce renouveau de la puissance aérienne trouve l’un de ses apex lors de la campagne du Kosovo (Allied Force) qui reposera quasi-exclusivement sur le recours aux frappes de précision14. A l’occasion des guerres d’Afghanistan et d’Irak, les possibilités opérationnelle de l’arme aérienne sont poussées aux limites des capacités techniques des appareils, de même que les aptitudes physiques des pilotes sont repoussées comme jamais auparavant. Pourtant, les visions que défendra l’U.S. Air Force dans le cadre des débats portant sur la RMA trouvent leur origine bien en amont de la guerre du Golfe. A partir de la fin des années 1980, plusieurs responsables militaires au sein de l’USAF15 on propagé l’idée de l’avènement d’une forme de guerre moins létale grâce aux avancées technologiques dans le domaine de la précision. Dans son ouvrage, publié en 1989, et intitulé The Air Campaign : Planning for Combat, le Colonel John A. Warden suggère d’envisager l’adversaire comme un système dont il convient de défaire le centre de gravité. De cette façon, selon le Colonel Warden, ainsi qu’aux dires des principaux tenants de la RMA au sein de l’USAF, les États-Unis disposeraient des atouts technologiques et doctrinaux afin de vaincre sans véritablement livrer bataille.

  • 16 Intelligence, Surveillance, Target Acquisition & Reconnaissance.
  • 17 Ainsi, en 2000, au poste de SACEUR, le Général Joseph Ralston de l’U.S. Air Force succède-t-il au (...)

23Il n’est pas étonnant que les principaux défenseurs de la RMA se trouvent au sein de l’USAF. La vision stratégique portée par ce concept privilégie en effet un modèle de guerre fondé sur les opérations à distance de sécurité, sans contact direct avec l’ennemi. Elle participe à la diffusion d’un schéma d’intervention essentiellement dominé par les « ingénieurs » et les « techniciens » au détriment du soldat héroïque, archétype de l’armée de terre et du corps des Marines. La planification s’apparente davantage, selon cette approche, à une vision essentiellement managériale dans laquelle la recherche de la perfection (la victoire sans combat ou après la conduite d’un combat non létal) ne tolère point l’existence de frictions avec l’ennemi. Cette vision technicienne – voire techniciste – des opérations militaires explique la montée en puissance des programmes destinés à l’acquisition de l’information, à l’instar des drones ou des plates-formes ISTAR16. Si l’école de la RMA trouve dans l’USAF l’un des meilleurs canaux de diffusion de son message, inversement l’USAF découvre dans la RMA l’un des leviers les plus efficaces pour l’accroissement de sa représentativité au sein des postes à responsabilité du système de défense U.S.17.

24Parallèlement à l’activisme intense de l’U.S. Air Force, l’U.S. Navy met elle aussi à l’avant-plan un ensemble de concepts destinés à tirer parti des progrès intervenus dans le domaine des technologies militaires, notamment dans l’obtention et le traitement de l’information et l’élaboration des réseaux. Comme le rappelle fort justement Geoffrey Till, la marine est, avec l’armée de l’air, le service le plus dépendant de la technologie pour l’accomplissement de ses missions (Till, 2009). Très tôt, l’U.S. Navy a pris la mesure du formidable potentiel que pouvait constituer la RMA pour la réalisation de ses objectifs. Traditionnellement et historiquement, la marine représente aux États-Unis l’un des dispositifs avancés les plus prépondérants dans le système stratégique américain. Comme a pu le rappeler Bruno Colson, « l’U.S. Navy constitue la première ligne d’observation et de défense, ce que les Américains appellent le « fil de détente » (tripwire) ou le signal d’alarme ». « La force navale », poursuit-il, « a l’avantage de pouvoir manifester par sa seule présence dans certaines eaux, l’intérêt américain pour la zone ou son souci de la situation. Elle peut aussi projeter la force rapidement, en vue d’une action offensive limitée […] » (Colson, 1994). Les ruptures technologiques dont se nourrit la RMA sont rapidement assimilées par l’U.S. Navy qui produit plusieurs concepts innovants à propos de l’exploitation des NTIC dans le cadre des opérations navales. Cette évolution s’inscrit par ailleurs dans le contexte d’une refonte de posture opérée à partir de la fin de la guerre froide. Les publications From the Sea… Preparing the Naval Service for the Twenty-First Century (1992) et, dans la lignée de celle-ci, Forward… From the Sea, même si elles confirment la prise en compte par l’USN des modifications de l’environnement international, ne constituent pas pour autant des transformations doctrinales. L’USN et l’U.S. Marine Corps qui cosignent à l’époque lesdits documents restreignent la portée de ceux-ci à de « simples déclarations ». L’USN est notamment connue pour son refus de couler dans un cadre doctrinal les modalités de son action (Vilboux, 2002 ; De Neve & Henrotin, 2008). La parution du concept opérationnel Sea Power 21 en 2002 marque un tournant décisif dans la volonté de l’U.S. Navy d’intégrer dans son action et sa posture les concepts issus de la révolution informationnelle (De Neve & Henrotin, 2008).

25Pour l’U.S. Navy, le modèle de guerre véhiculé par la RMA s’accommode particulièrement avec le processus de renouveau qu’elle entend conduire dans le nouveau contexte stratégique des années 1990. Durant la guerre froide, la principale mission de la marine américaine a consisté à figurer comme un dispositif défensif, d’alerte avancée dans les océans en cas d’éventuelle menace soviétique. La disparition de l’Union soviétique offre à l’USN l’opportunité de redéfinir son rôle et de placer l’emphase sur le potentiel d’action de ses bâtiments de surface. Surtout, les moyens technologiques nouveaux offerts par les NTIC, combinés à des systèmes d’armes arrivés à maturation sont autant d’éléments qui permettent à l’USN de suggérer son emploi au plus près des côtes ; là où, du fait de l’urbanisation galopante des littoraux dans le monde, les opérations les plus critiques seront amenées à devoir être conduites. L’U.S. Navy tire également parti des possibilités nouvelles offertes par les missiles de croisière Tomahawk autorisant les bâtiments de surface de traiter des cibles dans l’hinterland des régions de crise. Toutefois, au sein même de l’U.S. Navy, le discours de la RMA ne reçoit pas un accueil unanime. Si les forces navales de surface se montrent en général favorables aux visions dont les tenants de la RMA se veulent porteurs, la communauté des sous-mariniers affiche pour sa part un plus grand scepticisme puisque la mission de dissuasion nucléaire à laquelle les sous-marins contribuent voit sa visibilité diminuée dans un contexte stratégique où aucune puissance globale n’est en mesure de contester la domination de l’U.S. Navy sur les océans.

IV.2. La Transformation comme tentative de réappropriation du débat par les civils

  • 18 Durant cette même période, plusieurs programmes de l’U.S. Army font l’objet de restrictions budgét (...)

26Si le concept de la RMA se révèle le produit d’une reprise en main par les militaires des débats doctrinaux au sein de l’appareil de défense américain dans le courant des années 1990, la notion de Transformation, quant à elle, qui émerge avec le retour des Républicains à la Maison blanche, est imposée par Donald Rumsfled et ses conseillers civils. L’objectif est de concrétiser sur le plan opérationnel les perspectives nouvelles offertes par les NTIC dans le domaine militaire et, surtout, de favoriser les moyens de frappe et de projection à longue portée ; les legacy systems étant appelés à s’effacer progressivement au bénéfice des réseaux. Cette orientation suscite l’ire des généraux, notamment au sein de l’U.S Army, qui y voient une déconsidération des missions terrestres18. La Transformation a pour objectif de tirer parti des réflexions et apports de la RMA. Son instauration est également destinée à exclure les militaires et les congressmen des débats sur le devenir de l’organisation militaire U.S. Si la campagne Iraqi Freedom et la victoire fulgurante des forces armées des États-Unis permet de renverser le pouvoir irakien en seulement 21 jours, la phase d’occupation et les opérations de stabilisation qui succèdent à la phase de combats majeurs attestent d’une toute autre réalité : l’impréparation des forces américaines au chaos social et politique dans lequel est plongé le pays.

27Les suites de l’affaire irakienne et, surtout, les enseignements tirés des périodes de troubles et de dégradation qui surviennent à l’automne 2003, au printemps et durant l’été 2004 conduisent à un recadrage progressif des priorités stratégiques des États-Unis. Face à l’organisation croissante des mouvements insurgés (création, en janvier 2006, du Conseil consultatif des Moudjahidines en Irak, affiliant plusieurs mouvements autour d’Al-Qaeda), il devient clair que le format des forces américaines présentes sur le terrain ne peut suffire à sécuriser la région. Le recadrage transpire sur le plan programmatique puisque le budget des opérations pèse fortement sur les crédits des équipements. Dès 2005, le Pentagone décide d’une diminution pour un montant de 30 milliards de dollars sur six ans des programmes les plus coûteux de l’U.S. Air Force et de l’U.S. Navy (programmes F-22, DDX, programme antimissile, démonstrateur de senseur dronique de combat J-UCAS, etc.). La Quadriennal Defense Review (QDR) de 2006, publiée en février, marque un virage important à cet égard.

V. Evaluation critique

28En dépit des dehors avant-gardistes dont se parent les développements théoriques et doctrinaux qui la caractérisent, la RMA résulte paradoxalement d'une vision assez classique – et somme toute conservatrice – de la guerre en Occident. Ce phénomène, qui confirme la pérennité d'un certain modèle occidental de la guerre (Hanson, 2001), trouve une explication sociologique et organisationnelle qui, bien qu'élémentaire, a rarement été soulevée par les observateurs (Clarke, 2001).

  • 19 Cette inertie se retrouve également dans les modalités de répartition du budget de la défense entr (...)

29En effet, face aux changements géopolitiques brutaux des années 1990, les armées occidentales et, tout particulièrement, l'organisation militaire des États-Unis, ont semblé renouer avec le concept de « bataille décisive » – dont ils avaient été privés durant la guerre froide – et ce, alors même que les crises et conflits de faible intensité de l'après-guerre froide (Somalie, Bosnie-Herzégovine, Tchétchénie, Rwanda, ...) confirment l'inadéquation de ce modèle d'intervention. Tout se passe comme si les avancées technologiques des ordinateurs et des réseaux conduisaient l'Occident à reproduire de façon autistique ce que ses forces armées avaient toujours eu l’habitude de mettre en œuvre : un modèle d’intervention axé autour du principe d’une confrontation frontale des forces19. En d’autres termes, la RMA vise ni plus ni moins la recherche de la bataille décisive. Thomas Lindemann lève, pour sa part, une partie du voile sur les raisons de cette déconsidération par l’institution militaire américaine des formes de guerre autres que la recherche du choc (Lindemann, 2003). Pour l’auteur, « […] les stratégies militaires, loin de correspondre toujours aux exigences de l’environnement international, pourraient être déformées par le filtre spécifique de l’institution militaire. Le décalage entre ce qui serait stratégiquement possible et souhaitable et ce qui existe dans la planification militaire peut-être considérable ». En choisissant leur modèle de guerre plutôt que d’adapter leurs forces aux contraintes nouvelles et aux spécificités découlant du contexte stratégique et des expériences de crises (Somalie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Afghanistan, Irak, etc.), le système stratégique américain semble avoir succombé au technologisme que Vincent Desportes assimile, fort justement, à une certaine forme d’ethnocentrisme. Plus encore, il pourrait être affirmé que la RMA incarne l’expression d’une dynamique technologique structurée par quarante années de guerre froide et qui, une fois l’ennemi soviétique effondré, a participé à la recherche d’une nouvelle rationalité tant au bénéfice des bureaucraties prisonnières de logiques internes qu’au profit d’industries en quête de rentabilités pérennes (Desportes, 2009).

  • 20 Propos rapportés par Vincent Desportes (2009).

30La RMA et la Transformation révèlent, enfin, une incompréhension plus fondamentale des nouveaux types d’adversaires auxquels les États-Unis sont confrontés. A moins, bien sûr, que la structure essentiellement technologique de cette révolution ne soit orientée vers un ennemi certes plus « conventionnel » à une échéance plus lointaine, à l’exemple de la Chine. En ce sens, les victoires remportées lors des opérations menées en Afghanistan après le choc du 11 septembre 2001 ou à l’occasion de la campagne éclair des 21 jours en Irak au printemps 2003 ont agi comme des « leurres » sur la clairvoyance des états-majors américains. Une fois terminées les opérations de combat majeur, les États-Unis ont peiné à restaurer les conditions d’une sécurité minimale. On doit d’ailleurs à un officier américain, le Général d’armée de l’U.S. Marine Corps, James Mattis, ancien chef du Transformation Command de l’OTAN, cette déclaration qui résonne comme un aveu : « Notre fascination pour la [RMA] et la Transformation a été une fois encore ébranlée par les leçons de l’histoire nous montrant le rôle essentiel du facteur humain dans la guerre. Notre engouement pour la technologie n’était que la marque de notre propre culture et le désir irréaliste de dicter la conduite de la guerre selon nos propres conditions »20.

31Faute d’avoir appréhendé avec une plus grande justesse la nature des conflits dans lesquels leurs forces étaient désormais engagées, les États-Unis ont dû redécouvrir de nouvelles modalités de guerre face à des formes de violence souvent – et volontairement – déconsidérées en raison de biais culturels. C’est en fonction des données issues des théâtres de crise afghan et irakien que le Pentagone opère, entre 2006 et 2007, une réorientation majeure en intégrant une vision contre-insurrectionnelle au sein de leur corpus doctrinal. Ce changement – auquel les États-Unis, étrangement, n’accordent pas le statut de révolution conceptuelle – implique de nombreux réajustements dans les équilibres bureaucratiques ; la domination exercée par l’U.S. Air Force et l’U.S. Navy cédant désormais la place à une préséance doctrinale de l’U.S. Army et de l’U.S. Marine Corps en matière de « petites guerres » (Small Wars).

VI. Un instrument de gouvernance technopolitique par les instruments

32Si elle a été, aux États-Unis, un objet doctrinal au cœur de luttes bureaucratiques, voire corporatistes, la RMA a cependant constitué, à l’échelle transatlantique et internationale, un puissant levier d’influence et d’acculturation des élites militaires étrangères. En ce sens, la RMA et le discours technologique qui la fonde peuvent être abordés comme un modèle de gouvernance technopolitique. En d’autres termes, le processus de diffusion de la RMA constitue un vaste système sociotechnique à l’intérieur duquel des pratiques de pouvoir sont nécessairement à l’œuvre. Les initiateurs de la RMA aux États-Unis ont également mis en œuvre des pratiques stratégiques consistant à créer ou à utiliser un discours sur la technique pour la promotion d’un but politique (Hecht, 1998 ; Hecht & Edwards, 2005). Pour reprendre les concepts développés par Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès, nous nous situons dans un modèle de « gouvernance par les instruments ». Bien que relevant de la politique de l’armement aux États-Unis et d’une logique nationale devant permettre aux États-Unis de tirer le meilleur parti des NTIC dans le domaine militaire, la RMA peut être envisagée à la manière d’un instrument d’action publique, c’est-à-dire comme « un dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur ». Dans le cadre d’une telle gouvernance, la technologie n’est jamais réductible à une rationalité technique pure et peut disposer d’une finalité intermédiaire ou connexe (Lascoumes & Le Galès, 2005).

  • 21 Cet événement est habituellement désigné par l’expression de la « dernière cène » (Last Supper). A (...)

33Comme nombre de doctrines et de concepts issus des États-Unis, la RMA a engendré une inquiétude profonde parmi les responsables politiques et militaires européens. Beaucoup y ont vu l’expression d’un « keynésianisme militaro-technologique » initié par l’industrie et dont le principal objectif aurait consisté à préserver l’activité industrielle de défense américaine en dépit des contraintes fortes pesant sur cette dernière, du fait de la baisse des commandes de l’Etat, décidée en 199321. Pour les Européens, s’engager dans une RMA de l’ampleur de celle existant aux États-Unis a très tôt été perçu comme un objectif irréaliste compte tenu des surcoûts d’une telle politique de recherche et d’acquisition. La question peut d’ailleurs être légitimement posée de savoir si une telle RMA pût se prêter à un processus de diffusion/démocratisation dans le cadre d’alliances ou de partenariats, ne serait-ce qu’en raison de l’obstacle financier qu’eût présenté son éventuelle adoption pleine et entière par les Européens (De Neve & Mathieu, 2005 ; Zossou, 2006). Telle que conçue aux États-Unis, la Revolution in Military Affairs s’entend principalement comme un instrument de domination technologique et doctrinale à l’heure où les organisations militaires européennes opèrent une modernisation de leurs équipements et procèdent à une redéfinition progressive de leurs missions par l’entremise de diverses enceintes (Organisation Conjointe de Coopération en Matière d’Armement, Lettre d’Intention, Agence européenne de défense, …).

34Face aux objectifs définis par la RMA, plusieurs experts et praticiens ont craint et craignent aujourd’hui encore pour l’interopérabilité future des organisations militaires, plates-formes, équipements et systèmes d’armes américains et européens. Plusieurs États de l’Union européenne ont, par ailleurs, investi dans des programmes militaires destinés, au-delà de la modernisation des forces armées, à amorcer un saut qualitatif substantiel, non sans quelques difficultés (pour la France : concept de Bulle opérationnelle aéroterrestre, approche dite par systèmes de forces ; pour le Royaume-Uni : programme Future Offensive Air System prématurément avorté, programme Future Rapid Effect System dont les ambitions furent revues à la baisse, approche de type Network-Enabled Capability ; pour la Suède : approche de type Network-Based Defense).

35Face aux interrogations posées par la RMA, l’OTAN est très rapidement apparue comme l’enceinte dans le cadre de laquelle une RMA européenne pouvait être insufflée. Il convient d’y voir là le résultat d’un double isomorphisme « mimétique » et « normatif » (Terriff, 2001). « Isomorphisme mimétique », tout d’abord face à l’incertitude de l’environnement géostratégique. Des organisations militaires qui se révèlent confrontées à nombre d’incertitudes ont tendance à se modeler sur la structure (politique, stratégique et matérielle) de l’une de leurs semblables. Elles tentent d’importer des réponses déjà existantes (et si possible déjà éprouvées) aux problèmes rencontrés. Ce phénomène conduit les organisations militaires à se reporter aux choix politico-stratégiques adoptés par des organisations militaires tierces étant parvenues à faire la preuve de la pertinence de leurs orientations (Terriff, 2001 ; Dimaggio & Powell, 1991). Les organisations militaires peuvent également adapter leur structure selon un processus d’« isomorphisme normatif ». Celui-ci repose sur le développement de liens professionnels entre les membres des organisations militaires. La magie de l’OTAN (NATO’s Magic), comme se plaisent à l’évoquer nombre de responsables politiques et militaires américains, a justement résidé dans la multiplication des contacts, échanges et coopérations entre officiers de liaison. Le développement de ces rapports est considérablement facilité par l’existence d’une cognition commune, fruit d’une éducation militaire formelle très semblable entre les membres des institutions de défense des États. L’ethos militaire est ce qui contribue, au-delà des particularismes nationaux, à rallier les soldats de diverses nations autour de conceptions partagées. C’est au regard de ces considérations qu’il nous faut comprendre la création en 2003 de l’Allied Command Transformation dont le siège est précisément établi sur le site de l’U.S. Joint Force Command à Norfolk, aux États-Unis.

Conclusion

36Vingt ans après l’opération Desert Storm qui a consacré au début des années 1990 la double suprématie militaire et technologique des États-Unis, les discours de la RMA et de la Transformation demeurent aujourd’hui encore au centre de débats qui posent la question de leur statut, voire de leur ontologie. De même, la question de la portée réformatrice desdits concepts pour les forces armées des États-Unis et l’ensemble des alliés se situe-t-elle toujours au cœur d’intenses controverses entre théoriciens, politiques et praticiens.

37La succession des bouleversements géopolitiques et des modifications du contexte sécuritaire ne permettent pas, en l’état actuel, de savoir ce qui de la RMA ou de « l’irakisation du débat américain » (Raffenne & Samaan, 2007) après 2003 apparaîtra, demain, aux yeux de futurs observateurs, comme la véritable parenthèse stratégique de l’histoire militaire des États-Unis durant cette période trouble. Ils sont nombreux, aujourd’hui, à dénoncer les dérives technicistes d’une conception américaine de la guerre qui, au lendemain de la guerre froide, a mobilisé les acteurs militaires autour de la régénérescence de ses fondements. Et il n’est pas interdit de penser que tant la RMA que la Transformation ont constitué des formes autistiques de tentatives d’aggiornamento du discours stratégique de l’après-guerre froide (De Neve, 2003).

  • 22 Nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives.

38Les attentats du 11 septembre 2001 et leurs suites opérationnelles (Enduring Freedom et Iraqi Freedom) ont assurément conduit à une reconsidération radicale des concepts nés des premières réflexions sur la supériorité informationnelle et technologique des États-Unis dans le domaine militaire. Le décalage observé entre, d’une part, la typologie des risques et la nature des forces adverses sur ces théâtres et, d’autre part, le format des forces déployées ont conduit les États-Unis à réinvestir dans une réflexion approfondie sur l’environnement géopolitique en construction. Paradoxalement, les résultats découlant de ces travaux prospectifs tendent à revalider les premières considérations de la RMA puisqu’ils insistent sur le nécessaire maintien de la suprématie technologique américaine (notamment dans les technologies dites émergentes et convergentes22) face à une Chine « émergente », à une Russie « résurgente » et à des États incertains à forte capacité de nuisance (Iran, Corée du Nord).

39Rappelons encore que la RMA et la Transformation ont pu servir des intérêts bureaucratiques, souvent perçus de manière quasi-existentielle par les hommes et les institutions, tant au sein de l’appareil de défense américain que dans le cadre d’alliances et de partenariats. Les divers produits doctrinaux issus de ces débats ont tour à tour servi à des rééquilibrages internes entre les services, d’une part, et entre les autorités civiles et militaires, d’autre part. Sur le plan international, les controverses nées des réflexions de la RMA et, dans le sillage de celle-ci, de la Transformation ont participé à l’émergence d’une nouvelle doxa dans des organisations telles que l’OTAN. Cette doxa consiste en un ensemble d’approches plus ou moins structurées dont l’objectif ne réside pas dans la résolution d’une controverse (par exemple : la caractérisation du nouvel environnement stratégique et la détermination des réponses qu’il convient d’y associer) mais bien dans le maintien d’un débat autour d’une idéologie dominante. En ce sens, la RMA ne constituerait que l’une des formes les plus récentes d’expression d’une tentative de régénérescence perpétuelle de l’agir militaire américain.

Allison, G., The Essence of Decision: Explaining the Cuban Missile Crisis, Boston, Little Brown, 1971.

Bernstein, B. J., « Understanding Decisionmaking, US Foreign Policy, and the Cuban Missile Crisis », International Security, Volume 25, n° 2, été 2000, pp. 134 – 164.

Black, J., War : Past, Present and Future, New York, St Martin Press, 2000.

Boot, M., War Made New : Technology, Warfare, and the Course of History : 1500 to Today, New York, Gotham Publishers, 2006.

Boyer, Y., « La révolution dans les affaires militaires et l’appareil de défense américain », Cahiers de la Fondation pour les études de défense, n° 13, juin 1998, pp. 47 – 55.

Braillard, P., Maspoli, G., « La “Révolution dans les affaires militaires : paradigmes stratégiques, limites et illusions », Annuaire français des relations internationales 2002, volume III, 2002, pp. 630 – 645.

Clarke, M., « Les conséquences de la révolution dans les affaires militaires pour la maîtrise des armements, la non-prolifération et le désarmement », Forum du désarmement, UNIDIR, Genève, n° 4, 2001, pp. 7 – 12.

Colson, B., Le tiers-monde dans la pensée stratégique américaine, Paris, Economica & Institut de Stratégie Comparée, 1994.

Creveld (van), M., Technology and War, New York, Free Press, 1989.

De Neve, A., Balzacq, T. (Ed.), La révolution dans les affaires militaires, Paris, Economica et Institut de Stratégie Comparée (ISC), coll. Hautes études stratégiques, 2003.

De Neve, A., Henrotin, J., « Sea Power 21 et l’avenir de la posture stratégique de l’U.S. Navy », Stratégique, n° 88 – 89, 2008.

De Neve, A., Mathieu, R., Les armées d’Europe face aux défis capacitaires et technologiques, Bruxelles, Bruylant, coll. Axes/Savoir, 2005.

Desportes, V., L’Amérique en armes : anatomie d’une puissance militaire, Paris, Economica, 2002.

Desportes, V., « Armées : “technologisme” ou “juste technologie” ? », Politique étrangère, n° 2, 2009, pp. 403 – 418.

Dimaggio, P. J., Powell, W. (Ed.), The New Institutionalism in Organizational Analysis, Chicago, University Press of Chicago, 1991.

Durand (de), E., « Révolution dans les affaires militaires. “Révolution” ou “transformation” ? », Hérodote, n° 109, 2ème semestre 2003, pp. 57 – 70.

Durand (de), E., « L’armée américaine, la république et ses soldats », Hérodote, n° 116, La Découverte, 1er trimestre 2005B, pp. 22 – 43.

Durand (de), E., « Le redéploiement global des forces américaines », Politique étrangère, n° 4, 2005C, pp. 833 – 844.

Edwards, P. N., The Closed World : Computers and the Discourse of Politics in Cold War America, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 1999.

Grand, C., « Révolutions technologiques et stratégiques » in : Montbrial (de), T., Jacquet, P. (Ed.), RAMSES 2002 – Les grandes tendances du monde, Paris, Dunod, septembre 2001, pp. 47 – 60.

Hecht, G., The Radiance of France : Nuclear Power and National Identity after World War II, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 1998.

Hecht, G., Edwards, P. N., « Les techniques de la guerre froide dans une perspective mondiale : le nucléaire et l’informatique comme systèmes technopolitiques », in : Pestre, D., (Ed.), Deux siècles d’histoire de l’armement en France : de Gribeauval à la force de frappe, Paris, CNRS éditions, 2005, pp. 167 – 178.

Henrotin, J., La technologie militaire en question. Le cas américain, Paris, Economica, coll. Sratégies & Doctrines, 2008.

Lacoste, Y., « Les États-Unis et le reste du monde », Hérodote, Paris, La Découverte, n° 109, 2ème semestre 2003, pp. 3 – 16.

Lascoumes, P., Le Galès, P. (Ed.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po « Académique », 2005.

Latham, A., « Warfare Transformed : A Braudelian Perspective on the “Revolution in Military Affairs” », European Journal of International Relations, Volume 8, n° 2, 2002, pp. 231 – 266.

Lindemann, T., « Faire la guerre, mais laquelle ? Les institutions militaires des États-Unis entre identités bureaucratiques et préférences stratégiques », Revue française de science politique, Volume 53, n° 5, octobre 2003, pp. 675 – 706.

Mazarr et alii, The Military Technical Revolution, A Structural Framework, Washington, Center for Strategic and International Studies (CSIS), mars 1993.

McKittrick, J., Blackwell, J., « Revolution in Military Affairs », in : Battlefield of the Future 21st Century Warfare Issues, Maxwell Air Force Base, Air University Press, September 1995.

Murawiec, L., La guerre au XXIème siècle, Paris, Odile Jacob, 2000.

Murray, W., « Thinking About the Revolution in Military Affairs », Joint Force Quarterly, été 1998, pp. 69 – 76.

Raffenne, F., Samaan, J.-L., « Le débat stratégique américain : lignes de partage 2006 – 2007 », Politique étrangère, n° 4, 2007, pp. 843 – 874.

Réseau Multidisciplinaire d’Etudes Stratégiques (RMES), Iraqi Freedom : analyse politique, stratégique et économique de la troisième guerre du Golfe, Paris, L’Harmattan, coll. Comprendre le Moyen-Orient, 2007.

Sterner, E. A., « You Say You Want A Revolution (in Military Affairs) ? », Comparative Strategy, n° 18, pp. 297 – 308.

Terriff, T., Farrell, T. (Ed.), The Sources of Military Change : Culture, Politics, Technology, London, Lynne Rienner Publishers, 2001.

Tertrais, B., « Faut-il croire à la “révolution dans les affaires militaires” ? », Politique étrangère, 63ème année, n° 3, automne 1998, pp. 611 – 629.

Till, G., Seapower : A Guide for the Twenty-First Century, London, Routledge, Cass Series : Naval Policy and History, 2009.

Toffler, A., Toffler, H., Guerre et contre-guerre : survivre à l'aube du XXIème siècle, Paris, Fayard, 1994.

Toynbee, A., Guerre et civilisation, Paris, Editions Gallimard, 1953.

Vilboux, N., Les stratégies de puissance américaines, Paris, Fondation pour la Recherche Stratégique & Ellipses, 2002.

Warden, J. A., the Air Campaign : Planning for Combat, New York, Presidio Press, 1989.

Wasinski, C., « Créer une révolution dans les affaires militaires : mode d’emploi », Culture & Conflits, n° 64, hiver 2006.

Wasinski, C., Rendre la guerre possible : la construction du sens commun stratégique, Bruxelles, Peter Lang, coll. Regards sur l’international, 2010.

Wilmoth, G. C., « False/Failed Innovation », Joint Force Quarterly, automne/hiver 1999 – 2000, pp. 51 – 57.

Zossou, L., « Y a-t-il une “révolution dans les affaires militaires” (RAM) en Europe ? », Relations internationales, n° 125, 2006, pp. 31 – 44.

Haut de page

Notes

1 Seuls les États-Unis ont établi une vision du monde partagée en six grands commandements : le commandement des États-Unis dans le Nord (NORTHCOM), le commandement des États-Unis dans le Sud (SOUTHCOM), le commandement des États-Unis en Europe (EUCOM), le commandement central des États-Unis (CENTCOM), le commandement des États-Unis dans le Pacifique (PACOM) et le commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM, depuis 2007).

2 Toynbee, A., Guerre et civilisation, Paris, Editions Gallimard, 1953 ; Creveld (van), M., Technology and War, New York, Free Press, 1989 ; Rosen, S. P., Winning the Next War : Innovation and the Modern Military, Cornell, Cornell University Press, Cornell Studies in Security Affairs, 1994 ; Murray, W., Millet, A. R., Military Innovation in the Interwar Period, Cambridge (Mass.), Cambridge Uniersity Press, 1998.

3 Parker, G., The Military Revolution : Military Innovation and the Rise of the West, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

4 Black, J., War: Past, Present and Future, New York, St Martin Press, 2000; Rethinking Military History, London, Routledge, 2004.

5 Boot, M., War Made New: Technology, Warfare, and the Course of History: 1500 to Today, New York, Gotham Publishers, 2006.

6 En Union soviétique, les discussions qui s'amorcent à la suite des considérations théoriques avancées par Ogarkov aboutissent à un surdimenssionnement du volet technique de la RMT.

7 Cette réappropriation des travaux soviétiques portant sur la révolution militaro-technique est principalement le fait de deux analystes, Phil Petersen et John Hines, qui attireront notamment l’attention des militaires américains à l’endroit des concepts de « complexe de reconnaissance et de feu » ou de « complexe de reconnaissance et d’attaque ».

8 Le Maréchal Ogarkov connaîtra un arrêt brutal dans l'avancement de sa carrière en raison de ses déclarations relatives à la nécessité pour l'URSS d'investir plus massivement dans la recherche et développement (R&D).

9 Dans leur ouvrage Guerre et contre-guerre, les futurologues Alvin et Heidi Toffler détaillent les prémices de cet aggiornamento de l'édifice doctrinal militaire américain. On notera, cependant, que la vision véhiculée par ces auteurs est contestée par quelques commentateurs.

10 C’est en 1989 que le WTEC est fondé aux Etats-Unis et constitue une division du Loyola College situé dans le Maryland. Aujourd’hui, le WTEC est une institution autonome chargée de l’évaluation des technologies.

11 Ou, selon l’acronyme américain, le C3D2.

12 Les forces serbes conçurent des chars factices en carton afin de divertir les frappes de la coalition des véritables objectifs militaires.

13 Au sujet de l’approche bureaucratique, voyez encore les travaux célèbres d’Allison, G., The Essence of Decision: Explaining the Cuban Missile Crisis, Boston, Little Brown, 1971. Pour une critique de l’approche de la décision de politique étrangère par l’approche bureaucratique, voyez Bernstein, B. J., « Understanding Decisionmaking, US Foreign Policy, and the Cuban Missile Crisis », International Security, Volume 25, n°2, été 2000, pp. 134 – 164.

14 Une analyse plus poussée des opérations aériennes lors de la guerre du Kosovo rappelle néanmoins l’existence d’un certain nombre de limites techniques dans l’utilisation de la puissance aérienne. Ainsi, toute opération aérienne comporte des risques plus problématiques lorsqu’elles sont conduites à une latitude inférieure à 15.000 pieds. En dessous de cette altitude, le vecteur aérien, même furtif, peut être la cible de défenses antiaériennes de courte-portée ; systèmes largement répandus au sein de plusieurs pays.

15 Les colonels John A. Warden, Owen E. Jensen et Philip S. Meillinger. Le Colonel Meillinger ira jusqu’à suggérer, dans un article paru dans Aerospace Power Journal, qu’à l’avenir les guerres pourront être décidées par le seul emploi de l’arme aérienne.

16 Intelligence, Surveillance, Target Acquisition & Reconnaissance.

17 Ainsi, en 2000, au poste de SACEUR, le Général Joseph Ralston de l’U.S. Air Force succède-t-il au Général Wesley Clark issu de l’U.S. Army. De même, au sein de l’état-major américain, le Général Richard B. Myers est-il amené à remplacer en 2001 le Général Shelton de l’U.S. Army.

18 Durant cette même période, plusieurs programmes de l’U.S. Army font l’objet de restrictions budgétaires au point de conduire à des annulations. Le programme d’hélicoptère furtif de reconnaissance armée et d’attaque légère RAH-66 Comanche, ainsi que le programme d’obusier autopropulsé Crusader. Cf. Keller, J., « Comanche Termination Marks Beginning of the End for Manned Combat Aircraft », Military & Aerospace Electronics, avril 2004. Cf. également http://www.army-technology.com/projects/crusader/index.html.

19 Cette inertie se retrouve également dans les modalités de répartition du budget de la défense entre les différents services. Depuis près de trente ans, l’ordre d’affectation des parts de budgets à la faveur des services semble avoir respecté une certaine tradition. Le principal allocataire des fonds demeure l’U.S. Navy, suivie par l’U.S. Air Force. L’U.S. Army arrive en troisième position. Cet ordre n’a été affecté ni par la fin de la guerre froide, ni par les attaques terroristes du 11 septembre 2001.

20 Propos rapportés par Vincent Desportes (2009).

21 Cet événement est habituellement désigné par l’expression de la « dernière cène » (Last Supper). A cette occasion, le Secrétaire à la Défense, Les Aspin, avait réuni une quinzaine de dirigeants des principales industries de défense du pays pour leur annoncer la réorientation des crédits alloués aux programmes d’équipements.

22 Nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain De Neve, « Mutations technologiques et transformations militaires : que reste-t-il du discours de la RMA ? », Pyramides, 21 | 2012, 27-52.

Référence électronique

Alain De Neve, « Mutations technologiques et transformations militaires : que reste-t-il du discours de la RMA ? », Pyramides [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://pyramides.revues.org/782

Haut de page

Auteur

Alain De Neve

Chercheur (Institut Royal Supérieur de Défense), doctorant en sciences politiques (Université catholique de Louvain), associé au Centre d’Etudes des Crises et Conflits Internationaux (CECRI) et membre du Réseau Multidisciplinaire d’Etudes Stratégiques (RMES). Les propos de l’auteur n’engagent pas les institutions.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page