Navigation – Plan du site

Un exemple de sensibilisation aux missions de l’armée : la Journée Défense et Citoyenneté en Martinique

Monique Milia-Marie-Luce
p. 173-192

Résumé

Avec la fin de la Guerre Froide, certains Etats, dont la France, ont été confrontés à une réflexion sur l’organisation et la place de leur armée. Face au nouvel échiquier géostratégique, mais aussi pour des questions de budget, d’inégalité face aux obligations militaires, une réforme de l’armée et du service national a été entreprise en 1996 dans ce pays. Elle constitue un tournant dans l’histoire militaire, avec le passage d’une armée mixte à une armée de professionnels et la suspension de l’appel sous les drapeaux pour tous garçons nés à partir du 1er janvier 1979. Un nouveau service national est institué, aussi bien pour les garçons que les filles. Il comprend un parcours de citoyenneté divisé en trois phases : l’enseignement de la défense, le recensement et la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) anciennement dénommée Journée d’Appel de Préparation à la Défense (JAPD). Ce parcours a pour objectif assigné de maintenir le lien armée-nation. Seul contact réel avec l’institution militaire, la JDC joue un rôle important s’agissant de la sensibilisation aux missions de l’armée. Elle contribue aussi à l’apprentissage des droits et devoirs liés à la citoyenneté française. Formatée pour l’ensemble du territoire français, la JDC peut néanmoins susciter des interrogations outre-mer par rapport à l’adaptation du contenu. La Martinique, ancienne colonie jusqu’en 1946, actuel département français peut servir d’exemple pour aborder les questions de l’égalité et de la différence, et rendre plus attractive et peut-être constructive cette JDC.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Réponse de F. Mitterrand le 9 janvier 1991 à la question d’un journaliste « devant l’ampleur de la (...)
  • 2 La loi Messmer du 9 juillet 1965 introduit une diversification des formes de service : la coopérati (...)
  • 3 L’Ordonnance du 7 janvier 1959 a créé le service national qui comprend le service militaire et le s (...)
  • 4 Pourcentage mentionné dans le Projet de loi de finances pour 1996 : défenses-forces terrestres.

1La fin de la Guerre Froide a eu une incidence sur l’émergence de nouvelles stratégies en matière de défense. Certains Etats ont alors entrepris une réforme de leur armée, car « il n’y avait plus de menace directe pesant sur l’Europe, et le théâtre européen n’était plus pour les Etats-Unis le lieu où se faisait l’équilibre mondial » (Guéhenno, 2000). En outre, la Guerre du Golfe en 1991 a pu montrer de façon parfois directe les limites des capacités de mobilisation de moyens matériel et humain. A ce titre, l’exemple de la France est intéressant. La décision de l’ancien Président de la République, François Mitterrand selon laquelle « il n’y aura pas de soldats du contingent, il y a un corps de l’armée et des volontaires seulement »1, semble raisonner comme un constat de l’incapacité à puiser dans ledit contingent des réserves opérationnelles, avec en outre l’approbation de la Nation. Dans ce pays, la réforme est donc liée à la conjoncture internationale, et entre autres, à des « questions franco-françaises » relatives à la conscription et au service militaire/national. Elément primordial du système militaire français, la conscription premièrement, instituée par la loi Jourdan du 5 septembre 1798, établit un recensement annuel des jeunes garçons d’une même classe d’âge et leur inscription sur les registres de l’armée. Elle doit en principe déboucher sur un service militaire. En réalité, la conscription n’a pas imposé à tous les garçons d’une même classe d’âge d’accomplir leur service. « En tant que phase de recensement, la conscription est en effet antérieure au service lui-même, au point que l’on pourrait même dire que tous les soldats sont des conscrits, alors que tous les conscrits ne deviennent pas obligatoirement des soldats » (Cluzel, Thibaut, 2004). Cette possibilité a eu, deuxièmement, dans le temps, des effets sur le fonctionnement du service militaire. Sans entrer dans les détails de l’histoire de la conscription et du service militaire, il faut souligner que le service militaire est devenu en France une obligation légale pour tous les citoyens français. Elle a été prescrite par différentes lois entre 1872 et 1905, qui finissent par imposer un service personnel et obligatoire. Or les possibilités de remplacement, de dispense, d’exemption ou de sursis ont paradoxalement existé dès l’institution de la conscription, sans être remise en cause (à l’exception du tirage au sort) par l’universalité voulue du service. De même, le service militaire a longtemps été le pilier du devoir de défense. La création de plusieurs autres formes de service dans les années 19602, comme le service civil, font que « le service militaire n’est plus qu’une variante, certes prioritaire du service national3 » (Gresle, 1997). Le constat est que le service national est inégal et peu universel. On estime que 30 % de chaque classe d’âge n’accomplit pas ses obligations militaires4. Les dysfonctionnements au niveau de la conscription et du service national posent de façon récurrente des questions sur le maintien d’une armée mixte d’engagés et d’appelés. C’est donc l’une des raisons pour laquelle, le Président de la République Jacques Chirac annonce, au cours d’une intervention télévisée le 22 février 1996, des décisions qui modifient totalement le visage de l’armée française.

  • 5 Discours du Président de la République à l’Ecole Militaire le 23 février 1996. Disponible sur www.v (...)
  • 6 Idem.
  • 7 Intervention télévisée du 28 mai 1996, Palais de l’Elysée. Source disponible sur : www.jacqueschira (...)
  • 8 Une cohabitation à la suite de la dissolution de l’Assemblée Nationale le 21 avril 1997 et du résul (...)
  • 9 Journal Officiel de la République du 8 novembre 1997 : article L.111-2 de la loi n°97-1019 du 28 oc (...)

2Il rend public en effet, une réforme de transition vers une armée de métier. Elle doit s’opérer entre 1997 et 2002, et permettre à la France de posséder une armée « professionnelle adaptée à ses besoins de sécurité et à ses responsabilités internationales »5. Cette réorganisation de l’armée a des conséquences sur la nature du recrutement. « Dès lors que le service des armes par des appelés n’est plus nécessaire, quel doit être son devenir ? »6. A la suite de débats à l’échelon local et national, le Chef de l’Etat propose le 28 mai 1996 « que le service national que nous connaissons aujourd’hui soit supprimé dès le 1er janvier 1997 et qu’il cède la place à des volontariats, tout en maintenant le principe d’un rendez-vous entre la nation et sa jeunesse »7. La cohabitation de 19978 n’entrave pas le processus de réforme qui mène à la fin du service national tel qu’il existait. La loi du 28 octobre 1997 initiée par la nouvelle majorité, suspend l’appel sous les drapeaux pour les jeunes garçons nés après le 31 décembre 1978. Au rendez-vous citoyen obligatoire de cinq jours retenu par le gouvernement précédent, se substitue un service national universel avec une rencontre obligatoire d’une journée. Il « comprend des obligations : le recensement, l’appel de préparation à la défense et l’appel sous les drapeaux »9. Il ne s’agit pas dans cet article d’analyser l’ensemble des conditions ayant abouti à la suspension du service national, ni d’aborder les différentes options proposées pour le remplacer.

  • 10 La loi du 10 mars 2010 relative au service civique entérine cette nouvelle appellation.
  • 11 Article L.111-2 modifié par la loi n° 2010-241 du 10 mars 2010.
  • 12 A. RICHARD, Assemblée Nationale, le 18 septembre 1997.

3Dans le cadre de ce numéro sur l’Armée en réforme, nous avons choisi de parler de l’élément le plus tangible de ce nouveau service national universel, à savoir l’ancienne Journée d’Appel de Préparation à la défense (JAPD) dénommée aujourd’hui Journée Défense et Citoyenneté (JDC)10. Elle « a pour objet de conforter l’esprit de défense et de concourir à l’affirmation du sentiment d’appartenance à la communauté, ainsi qu’au maintien du lien entre l’armée et la nation »11. Bien qu’elle ne soit pas la formule choisie par le gouvernement précédent, elle représente, dans l’esprit, un objectif partagé avec la majorité, à savoir qu’« il importe de définir de nouvelles modalités pour que les jeunes restent partie prenante de notre organisation de défense »12. Car il semble acquis que l’ultime protection de la Nation se réalise au plan militaire avec le concours des citoyens. Cette journée peut-elle donner du sens aux missions de l’armée sans repenser les liens avec l’acteur citoyen ?

  • 13 Que nous menons jusque-là, à travers les migrations antillaises et le football martiniquais.

4Les pistes de réflexion sont proposées ici à partir de l’exemple de la Martinique. Ancienne colonie française, l’île est érigée en département français le 19 mars 1946. Les liens avec la Nation française sont une composante des débats politiques. Nous souhaitons, à travers l’étude de la JDC, poursuivre un travail de recherches autour des questions d’appartenance, d’exclusion13, dans une île où le processus d’acquisition de la citoyenneté est complexe, car lié à l’abolition de l’esclavage en 1848. Le service militaire constitue un objet d’études, d’autant plus qu’il a été une quête vers une pleine citoyenneté française pour la bourgeoisie de couleur martiniquaise à la fin du 19e siècle. Aujourd’hui, la JDC peut une nouvelle fois interpeller les Martiniquais sur les contours de la citoyenneté.

  • 14 Nous avons assisté à la JDC exceptionnelle au quartier Gerbault, le 23 juin 2011. Nous remercions l (...)

5A partir de documents écrits, de l’observation in situ d’une JDC14 et d’entretiens informels au cours de celle-ci, nous verrons que cette journée est centrée sur l’apprentissage des droits et devoirs du citoyen (1), mais aussi sur les perspectives offertes par l’armée (2). Elément important dans la réforme du service national, la JDC laisse néanmoins en suspens certaines interrogations actuelles concernant les définitions de la citoyenneté (3).

I. Une journée de rappel des devoirs du citoyen

6Le service national s’est introduit dans les débats suite aux journées de violences urbaines à Fort-de-France, au cours de la grande grève qui a touché la Martinique entre février et mars 2009. Sur les forums de discussion, il n’était pas rare de lire « c’est dommage qu’ils ont supprimé le service militaire qui les aurai matés »15. Le « rétablissement » du service national apparaîtrait comme une réponse face aux exactions de ces jeunes. Il ne s’agit pas ici de discuter des vertus supposées ou non d’intégration sociale du service, mais de souligner la méconnaissance, chez certains, du dispositif mis en place depuis 1997.

I.1. Une des composantes du parcours citoyenneté

7Le service militaire/national n’a pas totalement disparu comme il est fréquent de le lire sur des forums de discussions. C’est une interprétation erronée des changements opérés en 1996/1997. La professionnalisation de l’armée entraîne la suspension de l’appel sous les drapeaux, et une réforme du service national « classique ». Aux propos émis sur les forums lors de la grève en Martinique de février-mars 2009, il faudrait ajouter à la phrase précédente « une réforme du service national tel qu’ils l’ont connu ou croient le connaître ».

8Les propos du sociologue Dominique Monjardet résument bien ce type d’opinion. « Il existait en France, jusqu’à la fin des années 1990, un "dispositif d’éloignement temporaire" auquel accédaient non pas "certains cas extrêmes" mais la quasi-totalité des jeunes Français. Cela s’appelait le service militaire, et il avait, outre cette fonction d’éloignement, quelques autres propriétés, telles que l’apprentissage d’une relation d’autorité et la transmission de quelques savoirs. Accessoirement, il symbolisait le passage de l’adolescence à l’âge adulte, et donc le renoncement aux conduites erratiques au profit des prises de responsabilité professionnelles et familiales » (Bassin, 2002). Ces attributs attachés à l’ancien service national donnent à certains le sentiment que le service national comme obligation pour les jeunes Français, comme moment d’expérience d’intégration des normes et valeurs de la société, n’existent plus. Si le dispositif mis en place depuis a suspendu le service actif qui suivait la conscription (et qui, en cas de force majeure, serait rétabli) pour les garçons nés après le 31 décembre 1978, il comporte des obligations pour tous les jeunes français et les informe sur les droits et devoirs rattachés à la citoyenneté. « La citoyenneté est, d’une part, une réalité d’ordre légal, politique, sociale ; une manière distinctive d’organiser et de vivre l’appartenance sociale et politique. Elle est, d’autre part, une idée sinon un idéal : une manière distinctive de penser et d’évaluer cette appartenance » (Constant, 1998).

  • 16 ADM, Délibérations du Conseil Général de Martinique, séance du 17 octobre 1872, p. 66.

9Dans le temps, la bourgeoisie de couleur martiniquaise, consciente de ces enjeux, s’est battue pour faire appliquer le service militaire dans la colonie. La jouissance de nouveaux droits, avec l’égalité civile et politique accordée par le décret du 27 avril 1848 abolissant l’esclavage, était pour elle incomplète sans la conscription et le service militaire. « Tout Français doit le service personnel. Sommes-nous Français ? Si oui, nous devons tous, sans exception le service personnel »16 est-il par exemple rappelé dans les débats portant sur l’application de la loi Thiers qui institue un service militaire personnel et obligatoire. Le devoir de défense est donc une qualité de la citoyenneté et doit être exercé par tous. Le nouveau service national a d’ailleurs une portée bien plus universelle que l’ancien dispositif, dans le sens où il concerne tous les jeunes. Les garçons nés à partir du 1er janvier 1979 et les filles nées à partir du 1er janvier 1983, sont tenus d’effectuer un parcours citoyenneté, substitution de l’ancien service national. Il s’appuie sur des institutions, l’école, la mairie et l’armée, chargées de jouer un rôle dans la diffusion de la conception de la Nation, de la citoyenneté.

  • 17 Loi du 28 octobre 1997, article L.114-1.
  • 18 Ou au consulat si le jeune réside à l’étranger.
  • 19 J. CHIRAC, intervention télévisée du 28 mai 1996, op.cit.

10Le parcours est divisé en trois étapes. La première, concerne l’enseignement de la défense dans le cadre du cursus scolaire au collège et au lycée. L’organisation de la défense en France et en Europe est l’un des éléments du socle commun de connaissances et de compétences que tout élève doit avoir acquis à la fin de la scolarité obligatoire, défini par la loi d’orientation et de programmation pour l’avenir de l’école, le 23 avril 2005. « Cet enseignement a pour objet de renforcer le lien armée-nation tout en sensibilisant la jeunesse à son devoir de défense »17. La deuxième étape porte sur le recensement à la mairie18, que doivent faire tous les garçons et les filles âgé(e)s de 16 ans depuis le 1er janvier 1999. La troisième étape se rapporte à l’appel de préparation à la défense, qui se déroule sur une journée. Il se présente sous la forme d’une convocation adressé par la Direction du Service National (DSN) aux jeunes garçons et filles entre 17 et 18 ans. Il est intéressant de noter que l’on reste dans l’esprit de l’ancien service militaire/national avec une classe d’âge qui se rencontre chaque année. De même, cette journée propose une certaine mixité, ce qui n’est pas sans rappeler l’ancien dispositif, « la conscription a mêlé dans la fraternité des casernes, des jeunes de toutes conditions, venus de toutes les régions »19.

11Bien que la Martinique présente une très forte densité (300 habitants/km2), sa réalité sociologique fait que les groupes sociaux n’investissent pas les mêmes lieux. A ce titre, il était instructif d’observer, à la JDC à laquelle nous avons assisté, la rencontre ponctuelle d’un public totalement différent de par ses codes vestimentaires, son langage, etc. Il existe en effet peu de lieux, d’événements en Martinique, qui concentrent les jeunes de familles aisées et les jeunes de quartiers difficiles, les jeunes scolarisés et ceux déscolarisés, les jeunes vivant à la campagne et ceux résidant en ville. Elle donne un aperçu de la « composition ethnique » de la population.

  • 20 A. RICHARD, Assemblée Nationale le 18 septembre 1997.

12Les premières et anciennes JAPD ont eu lieu le 3 octobre 1998 pour les garçons et le 8 avril 2000 pour les filles. L’appel de préparation à la défense vient à la suite du recensement, mais il est en réalité conçu comme un renforcement de la première étape sur l’enseignement de la défense avec laquelle « il forme un tout »20. La JAPD nouvellement appelée JDC est un lien concret avec l’armée. Le changement de nom de cette journée est lié à la création du service civique volontaire par la loi du 10 mars 2010, et il n’est pas anodin.

  • 21 Lors des débats à l’Assemblée Nationale sur la réforme du service national, le 18 septembre 1997, c (...)
  • 22 Proposition faite au Sénat le 27 octobre 2009 par Christian Demuynck, rapporteur de la Commission d (...)
  • 23 Idem.

13Lors des débats qui ont, entre autres, portés sur les modalités du service national, la JAPD a été jugée peu attractive, notamment en raison de son appellation21. Or elle peut jouer un rôle dans la promotion du service civique volontaire. Ainsi, il est proposé que la JAPD soit « renommée Journée d’Appel au service national dont le contenu sera ouvert aux questions de citoyenneté »22. L’objectif est à la fois de redynamiser cette journée et d’en faire un outil pour inculquer aux jeunes certaines valeurs comme le civisme. Finalement dans le texte de loi adopté, « les mots "d’appel de préparation à la défense" sont remplacés par les mots "la journée défense et citoyenneté" »23 et les modifications apportés au Code du Service National. La JDC s’avère importante par rapport à la transmission des informations données par l’institution militaire. Elles portent essentiellement sur les droits et les devoirs du citoyen.

I.2. Les devoirs légal et moral du citoyen

  • 24 Article L.111-1 de la loi du 28 octobre 1997.

14La JDC est centrée sur la présentation, par des militaires, des obligations juridiques et morales liées à la citoyenneté française. Le déroulement de cette journée se fait par séquences animées par des militaires et des intervenants civils. Dans des salles, par groupes, les jeunes assistent à trois modules : d’abord « être citoyen français », puis « comprendre la défense », enfin « prendre part à la défense », qui leur permettent par le biais de différents supports pédagogiques (visionnage de petites vidéos, échanges avec les chefs de salle, présentation de diagrammes et de diaporamas avec le logiciel Powerpoint) d’être informés sur leurs droits et leurs devoirs. Il y a une sensibilisation au devoir de défense inhérent à la citoyenneté. Bien que le service national soit suspendu, « les citoyens concourent à la défense de la Nation »24.

15Les animateurs attirent, premièrement, l’attention des jeunes sur ce rôle attendu. Ils le font de façon interactive dans le cadre du module numéro 1, « être citoyen français ». Chaque table de jeunes échangent sur une des deux questions posées : « quels sont les droits du citoyen ? » ou « quels sont les devoirs du citoyen ? », avant un débat collectif. Cette obligation est par ailleurs soulignée dans ce module, à travers la présentation d’un diaporama, où sont mis en parallèle certains moments de l’histoire de France, les droits acquis et les devoirs.

16La projection de petites vidéos commentées par les animateurs sur les missions de l’armée, dans le cadre du module numéro 2 « comprendre la défense », sert, deuxièmement, à légitimer le service national. Celles dénommées « un monde instable » et « des menaces sans frontières », ont pour objectif de montrer que, s’il n’existe pas de conflit armé en France, la guerre persiste dans d’autres régions du globe. La patrie pourrait éventuellement être en danger. Cela justifie le rôle du citoyen par rapport à la défense du territoire, de même que l’utilité de l’armée. Les vidéos « la sécurité » et « 24 heures/24 » informent sur les domaines où interviennent les militaires, en dehors des zones de guerre, des zones à risque. La sécurité civile, la dissuasion par rapport à l’arme nucléaire, l’anticipation, la prévention, la protection et la projection, font aussi partie des missions de l’armée.

17Ces jeunes citoyens sont donc informés au cours de cette journée sur les enjeux de la défense, et de leur place effective au sein d’une institution composée essentiellement de militaires professionnels. L’objectif de la JDC n’est pas seulement la prise de conscience d’une obligation juridique, il y a également une sensibilisation aux obligations morales. Cela paraît cohérent, dans la mesure où cette journée s’adresse à une catégorie de la population : la jeunesse.

18Construction sociale, la notion de jeunesse en France a changé dans le temps. Elle semble depuis la fin des années 1990 désigner les 16-25 ans. Il n’est pas surprenant que la réforme du service national touche au travers des deux dernières étapes du parcours citoyenneté cette tranche d’âge. Dans les modalités du recensement en principe obligatoire dans les trois mois qui suivent le seizième anniversaire, un individu peut régulariser sa situation jusqu’à l’âge de 25 ans. Beaucoup de dispositifs actuels en matière de formation, d’insertion sociale et professionnelle ciblent les 16-25 ans en France. La sensibilisation lors de la JDC aux droits et devoirs du citoyen renvoie à la jeunesse comme période importante dans la vie d’un individu. « Elle doit aussi contribuer à construire des individus qui se considèrent comme des membres à part entière de la société. C’est ce que les sociologues appellent la socialisation qui doit déboucher sur l’intégration sociale des jeunes, c’est-à-dire faire d’eux des individus qui partagent les valeurs de la société et nouent des relations nombreuses et intenses avec les membres qui la composent » (Galland, 2001).

  • 25 Observatoire de la santé de la Martinique, Consommation d’alcool chez les jeunes de Martinique, jui (...)

19Le module numéro 1 « être citoyen français » a une valeur éducative. Les divers droits afférents à la citoyenneté comme l’éducation, la santé ou le logement ; les devoirs tel que le respect des autres, sont mentionnés. Les jeunes sont sensibilisés aux risques liés aux comportements dangereux : alcool, drogues, port de casque, etc. Deux thèmes, les addictions et la sécurité routière, abordés par le biais de diaporamas et d’échanges ont permis par ailleurs de sensibiliser les jeunes à être des citoyens responsables. Dans cette île, en effet, la situation de la drogue est préoccupante (saisie régulière de cocaïne, banalisation du cannabis, importance du crack). Les dernières enquêtes sur la consommation d’alcool chez les jeunes indiquent « une augmentation des consommations avec l’âge (…) l’alcool devance très largement les autres produits que ce soit en termes d’expérimentation et d’usage régulier »25. En matière de sécurité routière, l’évolution au niveau du nombre d’accidents sur la route et du nombre de tués est quasi aléatoire en dépit de la mise en place de radars. L’année 2010 souligne une augmentation du nombre d’accidents et de tués (37 pour l’année) sur la route. Les jeunes sont concernés, « sur la période 2006-2010 ils représentent 29 % des tués. Ils sont impliqués dans 35 % des accidents et dans 39 % des accidents mortels » (Boizard, Catherine, 2011).

20Le temps de dialogue entre ces jeunes et les chefs de salle, a été le moment le plus animé de cette JDC, probablement parce que ce sont des éléments de leur vécu. Cela nous a semblé être une bonne entrée pour parler d’une citoyenneté active. De même, l’évocation de son propre départ en mission par l’un des chefs de salle lors du tremblement de terre en Haïti en janvier 2009, a suscité de l’intérêt auprès de ce jeune public et introduit la notion de solidarité. Ce témoignage est venu en complément d’une vidéo sur le service civique volontaire, principalement destiné aux jeunes de 16 à 25 ans.

  • 26 Loi du 28 octobre 1997, article L. 111-3.

21La loi du 28 octobre décrit par ailleurs toutes les dispositions relatives au volontariat dans « l’un des trois domaines suivants : défense, sécurité et prévention ; cohésion sociale et solidarité ; coopération internationale et aide humanitaire »26. Le temps imparti au secourisme (1h15, plus que la présentation de chaque module) dans cette journée invite aussi ces jeunes à se préoccuper des autres personnes vivant dans la société, avec une initiation aux premiers gestes de secours par des pompiers. La sensibilisation au volontariat, à la détresse sont une forme d’éducation civique. Ces façons de les amener dans le cadre de la JDC, peuvent influer sur un éventuel engagement dans l’armée.

II. Un outil d’insertion et d’avenir

22Au cours de la JDC, les différentes facettes de l’institution militaire sont présentées. Il s’agit de provoquer des questions sur la défense, mais aussi de montrer que l’armée offre de nombreuses possibilités y compris pour des jeunes en difficulté.

II.1. Une aide personnalisée

  • 27 Le bilan santé fait actuellement l’objet d’une expérimentation dans cinq départements de l’Hexagone

23Lors de la présentation de la réforme du service national, le Président Jacques Chirac a rappelé que la suspension du service national ne signifiait pas la fin des actions menées par l’Etat en faveur des jeunes. Le rendez-vous citoyen initialement retenu proposait un bilan de santé et un test pour évaluer le niveau scolaire. Si la JAPD, formule retenue en 1997, n’a pas intégré le bilan de santé27, les tests pour évaluer le niveau scolaire sont en revanche maintenus.

  • 28 Lois contre l’exclusion du 29 juillet 1998, et pour l’égalité de chances du 31 mars 2006.
  • 29 Plan régional pour la prévention et la lutte contre l’illettrisme, région Martinique 2011-2013, p.3 (...)

24Au début de la JDC (après le module 1) des tests d’évaluations des acquis fondamentaux de la langue française créés par l’Education nationale sont pratiqués. Il y a là une continuité avec l’ancienne pratique de sélection menée grâce à des tests psychotechniques lors des « 3 jours », dans le cadre de l’ancien service national. L’institution militaire entend jouer un rôle dans la politique publique conduite contre l’illettrisme en France28. Lors de la JDC exceptionnelle du 23 juin 2011, les partenaires inscrits dans le plan régional de la prévention et de la lutte contre l’illettrisme ont été invités à découvrir l’outil de détection et les modalités de passation des tests. En Martinique, « 14 % de la population n’est pas en capacité de lire et écrire les messages de la vie courante »29. Cette évaluation a donc de l’importance pour mesurer l’évolution de la situation chez les jeunes. Il s’agit de détecter l’illettrisme à partir de cinq épreuves. Les jeunes doivent répondre en un temps limité (une trentaine de secondes) à des questions affichées sur l’écran, en utilisant un boîtier électronique. Deux épreuves consistent à indiquer si les mots affichés sur le tableau existent ou pas, par exemple « lapin, pijule, bursque, rizière ». Une troisième porte sur la recherche rapide d’informations dans un programme de cinéma. Les questions concernent les heures des séances, les films proposés, etc. Une quatrième épreuve évalue la compréhension d’un texte narratif, ici un extrait de trente-sept phrases du livre de François Joffo, Un sac de billes. Après une lecture rapide d’environ trois minutes, des questions sont posées, par exemple : « quelle personne ligne 10 représente le pronom qui dans la phrase "un qui fait de grands signes" » ? Une cinquième consiste à dire si les deux mots affichés se prononcent de la même manière, comme « radeau/rado » « salut/samut » ou encore « fauteuil/phauteuil ».

  • 30 Article L.113-7 du Code du Service National

25Ces tests de détection des difficultés scolaires pratiqués au cours de la JDC, sont à regarder sous deux angles. Premièrement, une possibilité pour l’Etat d’avoir des informations sur la jeunesse. Il est intéressant de noter que le Ministère de la Défense dispose à ce niveau de plus de possibilités que le Ministère de l’Education nationale. En effet, la JDC peut permettre de toucher le public déscolarisé, ce que ne peut plus faire l’Education nationale. Dans le cadre de ce parcours citoyen, les jeunes sont d’ailleurs tenus de fournir à la DSN30 tout éventuel changement au niveau de la situation professionnelle, familiale, etc. jusqu’à l’âge de 25 ans. Ces tests sont aussi une possibilité pour les jeunes repérés en difficulté d’être aidés. Les boîtiers sont informatiquement reliés pour les détecter. Cinq profils ressortent en fait à l’issue de ces tests :

« Profil 1 : ces jeunes ne disposent pas de mécanismes efficaces de traitement des mots écrits et manifestent une compréhension très déficiente ; ce sont de quasi-analphabètes.

Profil 2 : pour ce profil, le déficit de compréhension est sans doute lié à un niveau lexical très faible.

Profil 3 : malgré un niveau de lexique correct, la lecture reste laborieuse par manque d’automaticité dans le traitement des mots.

Profil 4 : ces jeunes sont capables de lecture à voix haute. Ils ont un niveau de lexique correct mais comprennent mal ce qu’ils lisent

  • 31 Ministère de l’Education nationale, Les évaluations en lecture dans le cadre de la journée d’appel (...)

Profils 5 : ils regroupent les lecteurs efficaces dont les bases sont solides et ceux qui, en dépit de difficultés d’identification de mots d’un niveau lexical faible ou des deux, compensent leurs lacunes et réussissent au moins en partie les épreuves de lectures complexes. Certains de ces lecteurs demeurent toutefois de médiocres utilisateurs de l’écrit »31.

  • 32 A la JDC du 23 juin 2011, les jeunes garçons repérés en difficulté étaient par ailleurs ceux que la (...)
  • 33 DSN Martinique, Information presse sur la JDC, avril 2011, p.4.

26Le niveau des jeunes est très vite évalué. Les jeunes repérés en difficulté sont momentanément mis à l’écart du groupe, avec un entretien personnalisé. Quand on ne connaît pas cette disposition, la sortie de la salle d’un jeune peut surprendre. Elle peut apparaître comme une sanction disciplinaire pour le reste du groupe32. Au cours de cet entretien individualisé, il leur est en fait proposé une aide. Le choix « de dire oui ou non » implique là encore une responsabilisation pour un jeune citoyen, qui a la possibilité de changer de trajectoire. A la suite de cette détection, les jeunes en difficulté sont orientés vers les structures d’aide concernés. Selon la DSN, pour l’année 2010 en Martinique : « sur 1736 jeunes (29 %) détectés en difficulté de lecture, 1326 jeunes sont scolarisés. Parmi eux 99 % ont accepté d’être signalés aux structures scolaires, 410 sont déscolarisés. Chacun a été reçu en entretien. Parmi eux, 84,9 % ont accepté une orientation vers les missions locales »33. Si l’aide est acceptée, c’est une occasion conséquente pour une meilleure insertion. C’est aussi une possibilité offerte au cours de la JDC, avec la présentation des métiers de l’armée.

II.2. Un outil d’avenir ou d’insertion professionnelle

27La présentation des métiers de l’armée est un moyen de recrutement rendu nécessaire par rapport à la professionnalisation de l’armée. Elle permet aussi de montrer en même temps des perspectives d’emploi à deux publics différents. Les jeunes scolarisés peuvent utiliser ces informations pour réfléchir sur les filières attractives ou envisager une orientation professionnelle. Ceux déscolarisés, sans emploi, ou en situation précaire, peuvent trouver des possibilités d’insertion professionnelle.

  • 34 Le RSMA avait un stand lors de cette JDC du 23 juin 2011.
  • 35 M.-L. PENCHARD, Ministère de l’Outre-Mer, 13 juillet 2011. Discours disponible sur www.ceremonieduc (...)

28Le module numéro 3 « vous avez un rôle à jouer » informe sur les effectifs du Ministère de la Défense, et une vidéo « les métiers de la défense » donne un aperçu en images seulement, de l’armée de l’air, de la marine et de l’armée de terre. L‘objectif est de montrer que l’armée recrute contrairement à d’autres secteurs, que les emplois proposés sont diversifiés, et que les possibilités d’embauche s’adressent aux hommes et aux femmes quel que soit leur niveau d’instruction. Les jeunes peuvent être réceptifs à ces messages, par rapport à la réalité du marché de travail dans l’île d’une part. « Le marché martiniquais se caractérise par un chômage structurellement élevé. Les jeunes sont les premiers à payer la crise économique : ils affichent un brutal taux de chômage de 61 % » (Bellance, 2010). Ils ont un exemple d’autre part en Martinique, d’une structure militaire, le 1er Régiment du Service Militaire Adapté (RSMA), dont la formation donnée et reconnue, permet à un certain nombre de jeunes d’accéder à un emploi34. Créé en 1961, « les clés du succès du SMA tiennent à sa propre nature : l’identité d’une véritable formation militaire, sa présence au service de la population et sa qualité d’organisme de formation professionnelle » déclare la Ministre de l’Outre-Mer lors du cinquantenaire du SMA cette année35. L’armée a historiquement joué un rôle aussi dans les migrations antillaises.

29Pour susciter en outre des vocations, les chefs de salle utilisent le même procédé que pour parler des droits et devoirs du citoyen. A chaque table, les jeunes discutent autour d’une des deux questions posées : quels sont les avantages de la profession de militaire ? Quels sont les inconvénients de cette profession, avant un débat collectif. Nous avons trouvé judicieux de la part des deux militaires dans la Marine, des femmes, qui ont animé cette JDC, de se servir de leur propre expérience. Sans dévoiler leur intimité, elles ont su aborder la question de la féminité dans un corps de métier majoritairement masculin, des enfants, de l’évolution de carrière.

  • 36 DNS Martinique, Point presse, op.cit., p.4.

30A la fin de la journée, il est demandé aux jeunes intéressés par les métiers de l’armée de le signaler. En Martinique, pour l’année 2010, « environ 24,75 % ont souhaité obtenir davantage d’informations sur les armées. Leurs fiches d’intérêt individuel ont été transmises aux armées et à la gendarmerie »36. Le taux de jeunes intéressés peut être associé à l’intérêt des jeunes pour cette journée. Répond-t-elle à leurs attentes ?

III. Une journée singulière

31Dans les discussions liées à la réforme du service national, la question de la durée de la rencontre entre les jeunes et l’armée a eu de l’importance. Une des critiques à l’encontre de l’ancien service national, était par rapport au temps du service (dix mois avec la loi Joxe du 4 janvier 1992), qui pouvait être un handicap pour des jeunes hommes au vu de leur situation professionnelle, familiale ou scolaire. Le rendez-vous citoyen initialement prévu devait durer cinq jours. C’est finalement le principe d’une journée qui a été retenu. Nous n’avons pas la prétention d’évaluer la JDC. Nous souhaitons dans cette partie, faire part de ce qui nous a frappés en tant qu’observatrice, et des questions que nous nous sommes posées à l’issue d’une journée de JDC en Martinique.

III.1. … par la forme

  • 37 La JDC peut aussi se dérouler sur un lieu civil, comme la mairie.
  • 38 D. BOULAUD, rapporteur de la Commission de la défense nationale et des forces armées, débats à l’As (...)

32Troisième étape du parcours de citoyenneté après l’enseignement de la défense et le recensement, la JDC constitue peut-être le seul lien « physique » pour ces jeunes avec l’armée, puisqu’elle ne débouche pas sur un service actif, et que tous ne sont pas intéressés par le volontariat ou l’engagement par la suite37. Il nous a semblé que pour « maintenir un lien minimal entre les jeunes et les armées »38, il faudrait qu’elle soit moins abstraite par rapport à l’institution militaire.

33Les Forces Armées en Martinique sont présentes sur trois sites principaux, Gerbault, Desaix et le Fort-Saint-Louis, partiellement ouverts au public lors des Journées du Patrimoine. Les jeunes, au cours de cette journée, ont eu l’occasion d’aller sur deux d’entre eux : Gerbault pour la JDC, Desaix pour le déjeuner. Il aurait été intéressant (et peut-être plus parlant) pour ces jeunes d’effectuer une visite commentée de ces sites, d’en apprendre plus sur la vie dans une caserne. De même, nous avons remarqué que les intervenants n’ont pas présenté leur grade. Sans détailler tous les grades dans l’armée de terre, de l’air et la marine, mais dans un souci de donner plus d’informations sur le fonctionnement de l’armée et/ou pour susciter le volontariat ou l’engagement, il aurait été utile d’apprendre à un public pas forcément renseigné, où se situent dans la hiérarchie un caporal, un second maître.

  • 39 A la JDC à laquelle nous avons assistés, 96 jeunes ont été convoqués, 72 étaient présents ; ce qui (...)

34Certains jeunes, surtout des garçons ont été déçus de ne pas voir d’armes. Si nous comprenons le souci de sécurité, la question des moyens, il y a là aussi un décalage entre ce qui est montré dans les vidéos, les possibilités de carrière (même si l’armée ne se résume pas qu’à cela) et la réalité de la journée sur le site. La rendre plus attractive pourrait diminuer le taux d’absentéisme. Tout le parcours de citoyenneté est présenté comme obligatoire dans les brochures, or il existe un taux d’absentéisme, certes en baisse pour les trois dernières années comme l’indique le tableau ci-dessous, mais qui interroge sur les obligations du citoyen39.

Tableau n° 1 : taux d’absentéisme en pourcentage à la JAPD/JDC

Tableau n° 1 : taux d’absentéisme en pourcentage à la JAPD/JDC

35En effet, la première étape sur l’enseignement de la défense pose la question des jeunes déscolarisés. La deuxième étape du recensement et la troisième de la JDC, interrogent sur les obligations sans contraintes. Les jeunes convoqués à une JDC, peuvent ne pas s’y rendre. Il n’y a pas de relance systématique de la part de la DSN. Pourtant, la participation à cette journée (de même que le recensement) permet la délivrance d’une attestation désormais nécessaire pour l’inscription aux examens et aux concours soumis au contrôle de l’autorité publique, y compris le permis de conduire. La persistance d’un taux d’absentéisme montre les limites de l’autorité administrative à contrôler à 100 % une composante de la population, et pointe les inégalités face à un service national universel. A ce propos, qu’en sera-t-il de l’intégration des filles, en cas de rétablissement de l’appel sous les drapeaux ? La JDC pose donc des questions sur le sens de la citoyenneté. « La citoyenneté a d’abord un sens juridique (…) mais la citoyenneté est aussi le principe de la légitimé politique (…) la citoyenneté est également la source du lien social » (Schnapper, 2000). N’est-il pas alors légitime de s’interroger sur les éléments diffusés au cours de cette journée ?

III.2. … par rapport au contenu dispensé outre-mer

  • 40 Articles L.111-2 et L.114-3 modifiés par la loi du 10 mars 2010.

36Comme nous l’avons souligné précédemment, la JDC change de la JAPD, par le nom, mais aussi au niveau du déroulement de la journée qui doit être plus interactif. Selon les textes, « La Journée Défense et Citoyenneté a pour objet de conforter l’esprit de défense et de concourir à l’affirmation du sentiment d’appartenance à la communauté … Lors de la JDC, les Français reçoivent un enseignement adapté à leur formation »40. La JDC est une journée dense en termes de volume horaire. Il s’agit d’être présent environ huit heures (celle du 23 juin a commencé à 7h45 et s’est terminée à 16h30), et réceptif à un maximum d’informations sur la défense et la citoyenneté.

  • 41 Loi d’orientation pour l’outre-mer du 13 décembre 2000.

37Pour des jeunes qui ne sont plus scolarisés, l’effort de concentration est soutenu. De même, les données sur l’histoire, la géopolitique, etc. ne sont pas toujours adaptées au niveau moyen d’instruction de la salle. Il nous semble donc que le contenu de la JDC pourrait être discuté, afin de mieux correspondre aux attentes des jeunes en Martinique. Il paraît sur certains aspects quelque peu en décalage, particulièrement lorsqu’il s’agit de sensibilisation à l’appartenance à la communauté française et européenne et de devoir de mémoire. Alors que l’Education nationale a pris en compte les identités régionales des Départements d’Outre-Mer (DOM), avec une adaptation des programmes d’histoire et de géographie41, ils sont quasiment absents (et plus généralement, l’outre-mer) du contenu des vidéos diffusées tout au long de la journée. En termes d’interactivité, placer par endroits les DOM, surtout en cette année de l’outre-mer en France, aurait été plus porteur. Nous avons par exemple noté qu’au moment où dans la vidéo intitulée « 24h/24 » dans le module 2 « vous devez face à un monde instable », il est question de la Guyane française, plus de la moitié de la salle a regardé avec intérêt l’écran. C’était plus éloquent que les autres pays évoqués, qu’ils avaient sûrement du mal à situer géographiquement.

  • 42 Le taux de participation aux dernières élections européennes de 2009 en Martinique, a été de 14%, u (...)

38Dans le même ordre d’idées, tout le module 1 « être citoyen français et européen » occulte l’histoire coloniale. Rien ne rappelle, dans la partie sur les commémorations avec des dates, les liens entre la France et les DOM. Sans faire de polémique, évoquer les dates d’abolition de l’esclavage ou la loi Taubira, aurait pu là aussi rendre plus interactif ce module. Ne pas aborder l’histoire des DOM, ici de la Martinique, peut contribuer à nourrir un sentiment d’exclusion de la communauté. Comment alors intéresser une grande partie de la salle à la question de l’appartenance à une communauté plus grande, i.e. l’Europe dans le module 2 ? A la question « Vous sentez vous européen ? », les jeunes ont majoritairement répondu, non42.

Conclusion

39La professionnalisation de l’armée en France, n’a pas supprimé le devoir pour tout citoyen de concourir à la défense de la Nation. Elargie aux filles, le nouveau dispositif en place, le parcours de citoyenneté est conçu pour leur rappeler leurs obligations. Ce qui est remarquable, par sa brièveté, la JDC peut difficilement prétendre à une sensibilisation véritable des personnes concernées. Malgré sa place dans le parcours de citoyenneté, et en dépit de sa conception technique de qualité, ce dispositif s’apparente davantage à une prise de contact, qu’à une action véritable. On peut donc encore s’interroger sur l’étendue de son apport, et les évolutions auxquelles il ne devrait pas échapper dans l’objectif de maintenir le lien entre le citoyen et la Nation. L’exemple de la Martinique souligne à la fois, le caractère nécessaire d’un tel dispositif, mais également l’obligation d’aller plus loin dans les informations et explications apportées aux jeunes concernés, sauf à considérer que la construction de la citoyenneté est achevée, et qu’elle se transmet d’une génération à l’autre.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bassin, M., « Le recours au rite, l’exemple du service militaire », Agora débats/jeunesse, n° 28, 2002, pp. 134-145.
DOI : 10.3406/agora.2002.1974

Bellance, A., « Un marché en mal chronique d’emplois », L’Atlas économique édition 2010-2011, hors-série France-Antilles, 2010, pp. 36-37.

Boizard, A., Catherine, A., « Des accidents de la route moins fréquents mais plus graves », Antiane, n° 74, 2011, pp. 46-47.

Cluzel, J., Thibaut, F. (Ed.), Métier militaire et enrôlement du citoyen : les enjeux de la loi du 28 octobre 1997, Paris, Presses Universitaires de France, 2004.

Constant, Fred., La citoyenneté, Paris, Montchrestien, 1998, p. 26.

Galland, O., « Portrait sociologique de la jeunesse », Les jeunes de 1950 à 2000, un bilan des évolutions, Paris, Publications de l’INJEP, 2001, pp. 169-183.

Gresle, F., Le service national, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 123.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Guéhenno, J-M., « L’OTAN après la Guerre Froide, une nouvelle jeunesse ? », Critiques internationales, n° 7, avril 2000, pp. 101-122.
DOI : 10.3406/criti.2000.1565

Montjardet, D., Ce que fait la police, sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996, 316 p.

Schnapper, D., Qu’est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000, p. 1, 10, 11.

Haut de page

Notes

1 Réponse de F. Mitterrand le 9 janvier 1991 à la question d’un journaliste « devant l’ampleur de la guerre, sera-t-il fait appel au contingent et aux réservistes ? ». Source disponible sur : www.ina.fr/pol/pol-in/viedocab91001470/conference- de- presse- de- françois-miterrand.fr.html

2 La loi Messmer du 9 juillet 1965 introduit une diversification des formes de service : la coopération, l’aide technique aux DOM-TOM.

3 L’Ordonnance du 7 janvier 1959 a créé le service national qui comprend le service militaire et le service de défense. L’expression « service militaire » est cependant plus usitée.

4 Pourcentage mentionné dans le Projet de loi de finances pour 1996 : défenses-forces terrestres.

5 Discours du Président de la République à l’Ecole Militaire le 23 février 1996. Disponible sur www.vie.publique.fr/notice/967003000.htm.

6 Idem.

7 Intervention télévisée du 28 mai 1996, Palais de l’Elysée. Source disponible sur : www.jacqueschirac-asso.fr/fr/les-grands-discours-de-jacues-chirac.

8 Une cohabitation à la suite de la dissolution de l’Assemblée Nationale le 21 avril 1997 et du résultat des élections législatives qui donnent une majorité à gauche.

9 Journal Officiel de la République du 8 novembre 1997 : article L.111-2 de la loi n°97-1019 du 28 octobre 1997 portant réforme du service national, p.16251.

10 La loi du 10 mars 2010 relative au service civique entérine cette nouvelle appellation.

11 Article L.111-2 modifié par la loi n° 2010-241 du 10 mars 2010.

12 A. RICHARD, Assemblée Nationale, le 18 septembre 1997.

13 Que nous menons jusque-là, à travers les migrations antillaises et le football martiniquais.

14 Nous avons assisté à la JDC exceptionnelle au quartier Gerbault, le 23 juin 2011. Nous remercions le Lieutenant-Colonel Perrot Directeur du Centre du Service National de la Martinique, le Capitaine Revest et Madame Malonda pour leur accueil, leur aide pour cet article.

15 www.bondamanjak.com

16 ADM, Délibérations du Conseil Général de Martinique, séance du 17 octobre 1872, p. 66.

17 Loi du 28 octobre 1997, article L.114-1.

18 Ou au consulat si le jeune réside à l’étranger.

19 J. CHIRAC, intervention télévisée du 28 mai 1996, op.cit.

20 A. RICHARD, Assemblée Nationale le 18 septembre 1997.

21 Lors des débats à l’Assemblée Nationale sur la réforme du service national, le 18 septembre 1997, certains députés avaient déjà souligné la question de la dénomination de cette journée, tel Guy Tessier qui parle « d’un nom équivoque ».

22 Proposition faite au Sénat le 27 octobre 2009 par Christian Demuynck, rapporteur de la Commission de la Culture, l’éducation et la communication. Source disponible sur www.senat.fr/seance/s200910

23 Idem.

24 Article L.111-1 de la loi du 28 octobre 1997.

25 Observatoire de la santé de la Martinique, Consommation d’alcool chez les jeunes de Martinique, juin 2011, p.1. Source disponible www.alcool_%20donnees%20_jeunes_juin.pdf

26 Loi du 28 octobre 1997, article L. 111-3.

27 Le bilan santé fait actuellement l’objet d’une expérimentation dans cinq départements de l’Hexagone.

28 Lois contre l’exclusion du 29 juillet 1998, et pour l’égalité de chances du 31 mars 2006.

29 Plan régional pour la prévention et la lutte contre l’illettrisme, région Martinique 2011-2013, p.3. Source disponible www.PRLCI-2011-definitif.pdf

30 Article L.113-7 du Code du Service National

31 Ministère de l’Education nationale, Les évaluations en lecture dans le cadre de la journée d’appel de préparation à la défense, année 2009, note d’information 10-11 août 2010.

32 A la JDC du 23 juin 2011, les jeunes garçons repérés en difficulté étaient par ailleurs ceux que la chef de salle a dû plusieurs fois rappeler à l’ordre.

33 DSN Martinique, Information presse sur la JDC, avril 2011, p.4.

34 Le RSMA avait un stand lors de cette JDC du 23 juin 2011.

35 M.-L. PENCHARD, Ministère de l’Outre-Mer, 13 juillet 2011. Discours disponible sur www.ceremonieducinquantenaireduServiceMilitaireAdapte-l’Outre-mer.htm

36 DNS Martinique, Point presse, op.cit., p.4.

37 La JDC peut aussi se dérouler sur un lieu civil, comme la mairie.

38 D. BOULAUD, rapporteur de la Commission de la défense nationale et des forces armées, débats à l’Assemblée Nationale du 18 septembre 1997.

39 A la JDC à laquelle nous avons assistés, 96 jeunes ont été convoqués, 72 étaient présents ; ce qui représente un taux d’absentéisme de 25%.

40 Articles L.111-2 et L.114-3 modifiés par la loi du 10 mars 2010.

41 Loi d’orientation pour l’outre-mer du 13 décembre 2000.

42 Le taux de participation aux dernières élections européennes de 2009 en Martinique, a été de 14%, un des plus forts taux d’abstention depuis la mise en place de ce scrutin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : taux d’absentéisme en pourcentage à la JAPD/JDC
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Milia-Marie-Luce, « Un exemple de sensibilisation aux missions de l’armée : la Journée Défense et Citoyenneté en Martinique  », Pyramides, 21 | 2012, 173-192.

Référence électronique

Monique Milia-Marie-Luce, « Un exemple de sensibilisation aux missions de l’armée : la Journée Défense et Citoyenneté en Martinique  », Pyramides [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://pyramides.revues.org/797

Haut de page

Auteur

Monique Milia-Marie-Luce

Maître de Conférences Histoire Contemporaine, Université Antilles-Guyane, AIHP-GEODE EA 929. milia.monique@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page