Navigation – Plan du site

Présidence belge et visibilité en matière de défense dans l’environnement d’une armée en réforme

André Dumoulin
p. 229-260

Résumé

En fonction des analystes et de leur statut, le dossier « sécurité-défense PSDC1 » sous présidence belge au second semestre 2010 fut considéré, soit comme une réussite pragmatique, soit en demi-teinte car plusieurs dossiers portés n’étaient pas matures, soit comme un moment de discussion et de prise de conscience sans véritable entérinement de décisions, soit une présidence technico-politique mais où le pays pourrait bien avoir été « instrumentalisé » par les « grands européens ». Au-delà de ces interprétations, la présidence belge, en matière de PSDC, fut discrète au vu des nouvelles dispositions du Traité de Lisbonne ; tout autant d’ailleurs que la visibilité de cette politique sectorielle au niveau des médias écrits et audiovisuels quotidiens francophones. L’approche néerlandophone fut similaire, confirmant le caractère confidentiel, élitiste et complexe d’un thème – la sécurité défense européenne – qui reste néanmoins soutenue par l’opinion publique belge à en croire les différents eurobaromètres.

Haut de page

Texte intégral

1Malgré la mise en œuvre du Traité de Lisbonne qui, dans le champ de la sécurité-défense, réduit la marge de manœuvre, les audaces et la visibilité des présidences semestrielles du Conseil de l’Union, les capitales ont gardé « quelques réflexes » et la Belgique n’a pas dérogé à la règle. Certes, le caractère fédéral de la politique européenne de la Belgique, la crise politique dans le Royaume et la présence du Belge Herman Van Rompuy à la tête du Secrétariat du Conseil imposèrent une certaine prudence dans les diplomaties publiques associées à cette présidence qui débuta le 1er juillet 2010.

2Dans ce cadre délimité, il paraissait utile et instructif d’examiner le degré de visibilité et d’influence de la défense durant cette période « européenne », d’une part à partir des quelques propositions et thématiques belges préparatoires à la présidence et, d’autre part, dans leur suivi et leur prise en compte éventuelle via une série d’interactions internes et interétatiques.

  • 2 La partie néerlandophone est toujours en cours de traitement mais les chiffres indiquent que les ré (...)
  • 3 L’étude s’intitule : Médias, décideurs et opinion publique entre PESD et OTAN : la question de la v (...)

3De même, il était bon de s’interroger sur l’évolution de la visibilité de la presse médiatique écrite et télévisée francophone2 en matière de sécurité-défense durant la présidence belge, à partir d’une analyse de données relevant d’une méthodologie centrée autour de mots-clefs et de bases de données spécialisées expérimentée dans le cadre de l’étude HF-20 en cours3, de la chaire des sciences du comportement (département de sociologie militaire) de l’Ecole royale militaire.

4A partir de ces deux paramètres – décideurs et médias – qui sont à mettre en perspective vis-à-vis des résultats des eurobaromètres de la Commission européenne (Manigart, P., 2001a, 2001b, 2003), il sera nécessaire de déceler les démarches des « grands Européens » visant à « neutraliser » ou à « récupérer à leur compte » les priorités belges en matière de Politique de sécurité et de défense commune (PSDC).

5Ceci peut être également utile afin de déterminer le degré de cohérence entre les discours belges sur la sécurité-défense, l’évolution de la réforme de structure au sein des forces armées belges (De Crem P., 2008 ; Dumoulin A., 2009), « le retour » des médias et la perception du citoyen belge.

I. Les priorités « sécurité-défense » de la présidence belge

  • 4 Cf. interview O. CHASTEL, « Dans six mois, la présidence belge », dans Le Soir, 31/12/2009.

6Si la présidence belge fut bien préparée, associant un trio « Espagne-Belgique-Hongrie » au programme commun et harmonisé, assurant une certaine continuité, elle fut aussi celle où le Royaume assimila pleinement les nouvelles conditions nées des nouveaux dispositifs et fonctionnements associés au Traité de Lisbonne. Si Madrid allait faire de la résistance « nationale »4, Bruxelles resta dans son rôle de « passeur » en cette période de transition institutionnelle. Ceci, avec d’autant plus de raison que le nouveau traité entré en vigueur en décembre 2009 allège le rôle joué par les présidences tournantes (Calderon et Van den Abeele, 2010). Auparavant, les présidences tournantes étaient un élément important stimulant souvent les débats, lançant bien des ballons d’essais et autres initiatives, offrant généralement de nouvelles avancées – fédéralistes ou intergouvernementales – dans l’espace européen. Dans d’autres cas, la présidence tournante engendra, dans certains dossiers, blocages et atermoiements ou du fait de vouloir refaire l’Europe en six mois, sans suivi a posteriori par la présidence suivante.

  • 5 Les grandes orientations de la présidence belge s’articulèrent autour de cinq groupes de thèmes : l (...)
  • 6 AE : Affaires étrangères.
  • 7 COPS : Comité politique et de sécurité.

7Avec Lisbonne, c’est le président du Conseil qui est à la barre et c’est Catherine Ashton qui se charge dorénavant des débats de politique étrangère et de défense. En d’autres mots, autant la présidence belge a pu donner de la visibilité dans toute une série de matières5 (pour les formations du Conseil autres que le Conseil des AE6 et la politique de sécurité) où le principe des présidences tournantes était maintenu ; autant les dossiers internationaux le furent sous la lumière de la Haute Représentante. En d’autres termes, la Belgique ne pouvait plus occuper le siège de la présidence pour la politique étrangère, de sécurité et de défense, que ce soit au niveau politique (Conseil, Conseil des Affaires étrangères et la défense), ou politico-militaire (COPS7). De même, elle ne put fixer et proposer les ordres du jour ni être artisan des débats dans les groupes de travail du Conseil.

  • 8 Débriefing, n°16, Direction générale Image et relations publiques, Ministère de la Défense, Bruxell (...)
  • 9 Intervention du général-major TESTELMANS, représentant militaire belge auprès du CMUE, conférence d (...)

8Certes, il y eut bien des objectifs de la présidence belge du Conseil de l’UE dans le domaine de la PSDC aux contours complexes (Howorth, J., 2007 ; Dumoulin, A., Mathieu R., Sarlet G., 2003), y compris l’organisation d’une task force « EU village » installée au Quartier reine Elisabeth8 avec des relais au ministère des Affaires étrangères, mais les travaux (conférences, séminaires, colloques, études)9 restèrent « confidentiels », entre spécialistes, sans trop de « promotion publique » aboutie (cf. infra). Hormis, mais à la marge, lors de la réunion informelle des ministres de la défense de l’UE à Gand les 23 et 24 septembre 2010, l’expression publique fut davantage celle de la PESC plutôt que de la PSDC, justifiée par la préséance des AE sur la défense, au vu des discours du ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere et d’Olivier Chastel, Secrétaire d’Etat aux affaires européennes.

9Dans cet environnement au rôle limité pour les matières qui occupent le présent dossier de Pyramides, des interstices existent où un Etat peut mettre en avant quelques priorités. D’une part, parce que la position géographique de la Belgique au centre des institutions communautaires l’avantage et, d’autre part, parce qu’elle peut néanmoins agir en terme d’influence, de réseaux, de séminaires et de non-papiers, faire avancer les dossiers qui lui tiennent à cœur.

10Les priorités belges en matière de PSDC, distillées et préparées plusieurs mois à l’avance, concernèrent à la fois une vision « philosophique » du nouvel environnement européen, une démarche pragmatique et prudente sur certains dossiers et la mise en évidence de priorités sous le label « de cadre de Gand ».

  • 10 P. DE CREM, interview, cité dans Nicolas GROS-VERHEYDE, www.bruxelles2.over-blog.com, 29/04/2010.
  • 11 O. GOSSET, « Steven Vanackere chef de la diplomatie belge », L’Echo, Bruxelles, 22/12/2010, p. 2. V (...)

11Mais il n’était pas question « de livrer des combats d’arrière garde pour s’offrir une place sous les projecteurs »10. La présidence belge, dans son volet AE et Premier ministre, s’est effacée11 systématiquement derrière Catherine Ashton.

  • 12 Belgium Unlimited, Edition spéciale. Présidence belge du Conseil de l’Union européenne, EU trio-be, (...)
  • 13 Relevons que globalement la 12ème présidence belge fut bien évaluée par les autres capitales, le Pa (...)

12D’évidence, compte tenu de la culture européiste et intégrationniste belge, Bruxelles porta une attention particulière à la mise en œuvre et l’application correcte des nouvelles règles du Traité de Lisbonne, à la stimulation d’une bonne relation de travail entre le Président du Conseil européen, la présidence tournante, la Commission et le Haut représentant. La priorité absolue fut accordée à l’organisation du Service européen d’action extérieure (SEAE)12 et la Belgique s’engagea dans quelques dossiers en matière de PSDC sans que ces démarches soient « authentifiées » avec la même force comme par le passé13.

13Dans le Programme de la présidence belge du Conseil de l’UE, la partie « politique extérieure de l’UE » tient en une seule page, avec 11 lignes à propos de la PSDC. On y indique seulement que l’UE ne dispose pas encore de capacités civiles et militaires requises pour être à la hauteur de ses ambitions. Et de citer les différents domaines où des efforts particuliers devraient être entamés : la coopération structurée permanente (CSP), l’architecture européenne de planification et de commandement des opérations de crise, la capacité de réaction rapide et cohérente, la coopération civilo-militaire, la formation des acteurs civils et militaires de gestion de crise, le renforcement de l’Agence européenne de défense (AED) et la relation stratégique entre l’Union et l’OTAN.

  • 14 N. GROS-VERHEYDE, « Les questions posées aux 27 à l’informelle défense de Gand » (www.bruxelles2.eu(...)

14En fonction des lectures, le dossier « sécurité-défense PSDC » sous présidence belge fut considéré, soit comme une réussite pragmatique (Andries, J., 2011), soit en demi-teinte car plusieurs dossiers portés n’étaient pas mûrs (ex : la CSP), soit un moment de discussion et de prise de conscience sans véritable entérinement de décisions14, soit une présidence technico-politique mais où le pays pourrait bien avoir été « instrumentalisé » par les « grands européens » (Dumoulin, A., sous presse).

15Devant ces bilans à géométrie variable, il paraît utile de les mettre en rapport avec la visibilité donnée à la PSDC en général dans les espaces médiatiques francophones durant la présidence belge.

II. Modèle d’Easton, opinion publique et position des belges

16Précisons que du point de vue conceptuel, cette contribution se base sur le modèle d’Easton (1965) « inputs - outputs ». Dans ce modèle général des systèmes politiques, les décisions (les outputs) sont influencées par un flux de demandes et de soutiens (les inputs). La conversion des inputs en outputs se fait par l’intermédiaire des acteurs et institutions politiques (le throughput). Les décisions agissent ensuite sur l’environnement et réagissent sur les demandes qui ont provoqué ces décisions (ce qu’on appelle le feedback loop ou effet de rétroaction ou de boucle). Easton distingue deux types d’inputs : les demandes (demands) et les soutiens (supports). Les demandes sont toutes les revendications des citoyens, relayées ou non par différents groupes de pression ou d’intérêt, à l’adresse des dirigeants. Les soutiens englobent, eux, toutes les attitudes et tous les comportements favorables au système. Selon Easton, sans ces soutiens, le système politique perdrait sa légitimité et s’effondrerait à la moindre surenchère de demandes.

  • 15 Dans leur fonction de cadrage, les médias peuvent présenter les problèmes dans un cadre cognitif pa (...)
  • 16 Dans leur fonction d’agenda setters, les médias sélectionnent des thèmes parmi l’ensemble des sujet (...)

17Dans les systèmes démocratiques, deux des inputs qui jouent un rôle central – aussi bien au niveau des demandes (préférences pour telles ou telles politiques) que du soutien (légitimité des décisions) – sont l’opinion publique et les médias. Pour citer Koopmans et Pfetsch (2007 : 59), « the mass media are the institutionalized forum of debate, which serves as a central linkage between the public and the institutional structure ». Les médias, toutefois, ne sont pas de simples canaux de communication ; ils sont également des acteurs politiques, avec leur propre agenda (Page, 1996) et, comme tels, remplissent en particulier des fonctions de framing15 et d’agenda setting16 dans la sphère publique européenne (Koopmans et Pfetsch, 2007 : 65). Quant à l’opinion publique, selon Dalton (1988 : 2), elle définit les limites acceptables des politiques, limites à l'intérieur desquelles les acteurs politiques doivent résoudre les différents dossiers. Dans certains domaines, l'opinion peut se montrer permissive et, dans d'autres, plus directive (Key, 1961 : 32-35 ; Glynn et al, 1999). Si, dans le passé, la marge de manœuvre des dirigeants politiques était probablement plus importante dans le domaine de la défense que dans d’autres domaines (Everts, 2002 ; Shapiro, 1996 ; Manigart et al., 1986 ; Rokkan, 1960), ces dernières années, les médias et l’opinion publique sont devenus, dans ce domaine également, des acteurs dont il faut tenir compte, en particulier lors de situations de crise (Everts et Isernia, 2001 ; Burk, 1999, Shaw, 1996 et 1991).

18Ces interactions délicates indiquent l’importance qu’il faut accorder aux missions extérieures dont la visibilité se retrouve d’ailleurs bien présente dans l’analyse des médias écrits et audiovisuels.

III. La presse quotidienne écrite et audiovisuelle francophone et la présidence

III.1. La méthodologie empirique pour les médias

19La recherche de mots-clefs fut effectuée d’abord à partir des papers bi-hebdomadaires « Europe Diplomatie & Défense » (EDD) de l’Agence Europe (Bruxelles) de réputation internationale, documents consultés systématiquement entre le 1er juillet et le 31 décembre 2010. Ce choix référentiel fut dicté par la concentration, dans une même source, de l’actualité politico-militaire, institutionnelle, technique et doctrinale relevant de la PESD/PSDC et de l’OTAN ; l’agence ayant une expérience importante et une réputation incontestable en matière de rendu de l’actualité spécialisée en matière de sécurité et de défense européenne.

20En outre, il s’est agi de relever les mots-clefs associés au programme de la présidence belge dans le même domaine. La comparaison des deux listes a permis de réaliser les recoupements et de déterminer une première liste générale sur la thématique.

21Afin de pouvoir entamer les recherches sur les sources écrites et audio-visuelles relatives à la PSDC dans l’espace belge – en y associant les objectifs de la présidence belge dans le domaine de la sécurité et de la défense – les mots-clefs associés à EDD n’ont pas été tous repris. Une sélection a été faite à la fois en termes de pertinence dans les champs et domaines couverts, de lisibilité pour les médias quotidiens, de compréhension des concepts par les lecteurs et auditeurs grand public, de concordance avec les objectifs de la présidence belge et celle du « trio des présidences ». Dès lors, des informations sur la défense européenne mais qui concernent des aspects connexes ou peu utiles pour la présente contribution n’ont pas été repris (échanges européens de militaires sportifs, nomination d’ambassadeurs, rencontres bilatérales, diplomatiques et commerciales, etc.).

22L’exhaustivité ne fut donc pas recherchée afin de se concentrer sur les domaines propres à l’actualité de la PESD/PSDC et aux objectifs de la présidence belge. Les mots-clefs sélectionnés ont fourni de bons indicateurs pour déterminer le degré de visibilité de cette politique sectorielle de l’UE. La même méthode fut également reprise pour la recherche des indicateurs.

Sélection des mots-clefs et champs couverts

Sélection des mots-clefs et champs couverts

23Certains termes sont généralistes (défense européenne, alliance atlantique, OTAN, sécurité européenne), d’autres sont plus précis car relatifs à des aspects spécifiques aux organisations et objets majeurs d’interrogations, qui font débat et qui sont associés aux démarches d’affirmation de la PSDC (Coopération structurée permanente, « Erasmus » militaire, Service européen d’action extérieure, Catherine Ashton). Enfin quelques missions à haute valeur ajoutée furent reprises, sachant également que les médias ont tendance à mettre en avant les événements associés aux opérations et singulièrement les événements à consonance dramatique ou affective.

III.2. Presse écrite francophone et PSDC

  • 17 www.pressbanking.be.
  • 18 Médiargus fut utilisé pour la presse néerlandophone (www.mediargus.be). Pour la partie néerlandopho (...)

24A propos des échantillons, l’analyse de la visibilité PESD/PSDC à travers la presse écrite quotidienne belge a utilisé comme outil les bases de données préexistantes que sont Press banking17 pour la presse francophone18.

  • 19 Relevons qu’une interrogation, à partir de Pressbanking, sur la période de références, des 70 hebdo (...)

25Le choix de la presse écrite dite quotidienne fut dicté par la nécessité de rechercher le plus de réactivité et de densité possible (échantillon plus grand) que la presse hebdomadaire19, peu encline à aborder les questions de sécurité et de défense européennes.

26Pour la partie francophone, la sélection concerna les titres suivants :

  • La Libre Belgique (LLB),

  • Le Soir (LS),

  • L’Echo (ECH),

  • La Dernière Heure (DH)

  • Vers L’Avenir ou L’Avenir (VA) (groupe), y compris leurs éditions régionales

27Les trois quotidiens non sélectionnés sont Grenz Echo (en langue allemande), La Meuse et La Nouvelle Gazette (dont les sujets PESD/PSDC ne sont aucunement abordés).

28Les recensions quotidiennes de la DG Communication (Ministère belge de la défense) furent également interrogées en interne pour recoupements.

III.2.1. Analyse quantitative à partir des mots-clefs

29En ce qui concerne la recherche à partir du site « press banking », l’apparition des mots sélectionnés en supra pour la période de référence est fortement déséquilibrée, avec souvent l’absence de mots en référence à la PESD/PSDC.

30Ainsi, « Livre blanc européen de la sécurité et de la défense » et ses expressions synonymes ne sont pas repris, malgré les travaux du Parlement européen en général et du parlementaire, membre du forum de discussion Kangourou, Karl Von Wogau, en particulier. De même, « Collège européen de sécurité et de défense » (CESD), « Erasmus militaire » et OCCAR ne sont pas présents, malgré leur actualité pour les deux premiers.

31Le nombre d’articles incluant les mots-clefs sélectionnés sont au nombre de 1.559 entre le 1er juillet et le 31 décembre 2010. Parmi ce nombre brut, seuls 89 articles concernent directement la PESD/PSDC ou contiennent des éléments la citant explicitement.

32Bien des articles ne sont pas pertinents au sujet de la sécurité-défense européenne. Ainsi, à propos du mot-clef « Ashton (Catherine) », nous trouvons par exemple des développements sur les politiques d’élargissement de l’Union européenne (L’Echo, 31/12/2010), la nomination d’ambassadeurs (La Libre Belgique, 16/09/2010), les rencontres diplomatiques (La Libre Belgique, 11/09/2010), les relations avec Israël (La Libre Belgique et Le Soir, 10/11/2010), les sanctions économiques contre la Côte d’Ivoire (L’Echo, 14/12/2010), les nominations au SEAE (Le Soir, 26/10/2010 et La Libre Belgique, 30/10/2010), la position européenne sur la lapidation iranienne (Le Soir, 28/08/2010, 10/09/2010 et 08/12/2010 ; La Libre Belgique, 28/08/2010), l’aide humanitaire pécuniaire, la place de l’UE à l’Assemblée générale de l’ONU (Le Soir, 15/09/2010 et 21/09/2010 ; La Libre Belgique, 16/09/2010), la question nucléaire iranienne (La Libre Belgique, 27/07/2010), la réaction aux déclarations du commissaire De Gucht (Le Soir, 04/09/2010), les nouveaux locaux du SEAE (L’Echo, 22/10/2010) ou de l’actualité cinéma ! Aussi, sur 597 articles reprenant le mot « Ashton », seuls 9 concernent la thématique PESD/PSDC, le plus souvent d’ailleurs par une simple citation ou une simple phrase.

33De même, les différents mots clefs associés au Service européen d’action extérieure aboutissent à mettre en évidence 77 articles dont seulement 6 sont véritablement pertinents pour la présente recherche. Bien des articles ne sont donc pas concernés, comme par exemple, ceux sur le budget (La Libre Belgique, 17/11/2010 ; L’Echo, 16/10/2010, 17 et 24/11/2010), les nominations (L’Echo, 10 et 30/08/2010 ; La Libre Belgique, 16/09/2010 et 06/10/2010 ; Le Soir, 03/11/2010), les accords de libre-échange (La Libre Belgique, 14/09/2010), l’élargissement (L’Echo, 31/12/2010), la zone euro (L’Echo, 30/12/2010), transfert de données bancaires aux Etats-Unis (L’Avenir, 19/08/2010), la diplomatie prise au sens large (L’Echo, 10/08/2010 et 16/09/2010 ; Le Soir, 01/12/2010), l’interview du chef de la diplomatie roumaine (La Libre Belgique, 17/12/2010), etc...

34Enfin, à propos du mot-clef « Présidence belge », nous pouvons trouver, au final, 8 mots associés directement à la PESD/PSDC sur les 830 répertoriés et examinés !

35Bon nombre de mots concernaient les festivités autour de la présidence belge (feu d’artifice, concerts, bals, confréries, expositions, cinéma, gastronomie) (La Dernière Heure, 31/12/2010 ; La Libre Belgique, 28/09/2010, 10/11/2010 et 20/12/2010 ; L’Avenir, 09/11/2010 et 16/12/2010), les aspects de la politique intérieure belge (Le Soir et L’Avenir, 27/12/2010 ; L’Echo, 20/10/2010), les réunions des ministres européens dans des domaines non concernés par la présente étude (social, sport, climat, environnement, crise économique, bancaire et monétaire, culture, transports, emploi…) (La Libre Belgique, 24/12/2010 ; Le Soir, 21 et 22/12/2010 ; L’Echo, 8 et 18/12/2010), l’initiative citoyenne (L’Avenir, 17/12/2010), les brevets (L’Echo, 11/12/2010), les Roms (Le Soir, 24/11/2010), les télévisions publiques (La Libre Belgique, 13/11/2010), la coopération transfrontière (L’Avenir, 02/10/2010), la police (Le Soir, 16/09/2010), l’élargissement de l’UE (Le Soir, 28/08/2010), les OGM (Le Soir, 21/08/2010).

Répartition des mots-clefs par quotidien francophone

Répartition des mots-clefs par quotidien francophone

36Les trois quotidiens francophones dits de qualité (Le Soir, La Libre Belgique et L’Echo) occupent les premières places en matière d’articles couvrant la PESD/PSDC de manière directe ou indirecte (citation à l’intérieur de l’article d’un sujet défense). Relevons également que le quotidien spécialisé L’Echo, s’ouvre de plus en plus à des articles de fond et autres « cartes blanches » au point de ravir progressivement (et à terme) au quotidien Le Soir une visibilité dans le domaine concerné. Le groupe « L’Avenir », tout comme La Dernière Heure, se sont focalisés sur les opérations (ici Atalanta), en présentant la place prise par les forces armées belges dans le dispositif anti-piraterie. En effet, 9 articles sur 12 de Vers l’Avenir et 9 articles de la Dernière Heure sur 11 concernent l’opération Atalanta.

37Lorsqu’il y a des articles sur la PESD/PSDC au sein de la presse populaire, c’est fréquemment parce qu’ils sont associés aux activités de militaires belges. Cela signifie que la plupart des articles plus généraux ou plus analytiques sur la PESD/PSDC (voir mots-clefs) sont principalement publiés dans la presse de qualité et lus par près d’une moitié de la population francophone belge.

  • 20 Le tirage désigne le nombre d'exemplaires sortant des machines en bon état de lecture correspondant (...)

38Les chiffres de tirage20 ci-dessus indiquent qu’une petite majorité du public francophone belge achète un journal populaire (54 %) qui, comme cela a déjà été démontré supra, contient moins fréquemment d’articles sur la PESD/PSDC que les journaux de qualité.

III.2.2. Analyse qualitative à partir des mots-clefs

  • 21 Par exemple, « …cette crise est une énorme opportunité pour faire des pas en avant, sur la gouverna (...)
  • 22 Par exemple, « La Haute Représentante européenne Catherine Ashton va réaliser le doublé cette année (...)

39A propos du contenu des articles, les données favorables21 à la PESD/PSDC autour des mots-clefs sont visibles dans 42 articles sur les 89 répertoriés. Les contenus défavorables22 le sont à hauteur de 21 articles sur les 89 sélectionnés. Les articles « neutres » ou balançant entre éléments positifs et éléments négatifs dans une « juste proportion » sont au nombre de 26 articles sur les 89. Les articles dits « positifs » le sont dès lors qu’ils soutiennent les activités de la politique de sécurité et de défense (bilan positif, bonne appréciation des missions, soutien à la « montée en puissance » des organes politico-militaires de l’UE, mise en évidence de l’apport des Etats à la PSDC, etc.).

40Les articles dits « négatifs » le sont dès lors qu’ils critiquent la PESD/PSDC (contestation des démarches de cette politique sectorielle de l’UE, mise en évidence des imperfections dans les missions et décisions politico-militaires, critique du fonctionnement bureaucratique, contestation des compétences des autorités européennes, etc.). Les articles dits « neutres » le sont quand les éléments positifs ou négatifs se « neutralisent » réciproquement dans un article ou que l’article concerné est sans jugement positif ou négatif.

41Globalement, le pourcentage d’articles dits « positifs » sur la PESD (47 %) dépasse le pourcentage d’articles dits « négatifs » (23 %) ou « neutres » (29 %). Une perception positive élargie aux articles dits « neutres » aboutit aux chiffres de 68 articles (76 %). A l’inverse, une perception négative élargie aux articles dits « neutres » aboutit aux chiffres de 47 articles (53 %). En d’autres termes, la presse sélectionnée donne une vision globalement positive des faits, événements et actualités de la PESD/PSDC.

42A propos des articles dits « favorables » à la PESD/PSDC, les éléments suivants ont été mis en avant :

43la crise est une énorme opportunité d’avancer en matière de défense européenne ;

  • relance espérée de la mission Rafah ;

  • nomination d’une personnalité compétente à SitCen ;

  • nomination de Robert Cooper comme conseiller stratégique ;

  • apport important de l’AED via sa méthode de travail ;

  • extraordinaire développement de la PESD en dix ans ;

  • soirée réservée aux représentants militaires des 27 (Tervuren) ;

  • à la permanence de l’opération Atalanta, y compris l’arrestation de pirates ;

  • un taux de réussite des pirates plus faible suite à Atalanta.

44Degré de soutien de la PESD/PSDC selon les mots-clefs sélectionnés

Degré de soutien de la PESD/PSDC selon les mots-clefs sélectionnés

45En ce qui concerne les articles dits « défavorables » à la PESD/PSDC, les éléments suivants ont été mis en exergue :

  • absence de velléité de défense européenne ;

  • Europe de la défense reléguée au second plan, sous dépendance, face à l’OTAN qui demeure l’alpha et l’oméga de la défense européenne ;

  • pas de volonté de donner des moyens à l’Agence européenne de défense ;

  • la GB reste farouchement opposée à toute idée de défense européenne autonome ;

  • Lady Ashton absente à une réunion des ministres européens de la défense ;

  • accusations de compromission d’Eulex Kosovo avec l’élite au pouvoir ;

  • le sac d’embrouilles autour du lancement de la CSP ;

  • l’Europe de la défense n’est plus la priorité politique de la France ;

  • niveau de coopération entre les 27 est insuffisant ;

  • à la libération forcée de pirates.

46Par quotidien, la répartition des articles selon leur degré de soutien à la PESD/PESC peut être établie comme suit :

Répartition du degré de soutien à la PESD/PSDC selon les quotidiens

Répartition du degré de soutien à la PESD/PSDC selon les quotidiens

47Le journal La Libre Belgique est le quotidien qui produit proportionnellement le plus d’articles positifs sur la PESD (62,9 %), suivi par Le Soir (52,6 %), L’Avenir (50 %), La Dernière Heure (45 %) et enfin L’Echo (20 %).

48Le journal Le Soir est le quotidien qui produit proportionnellement le plus d’articles négatifs sur la PESD (36 %), suivi par La Libre Belgique (25 %), L’Echo (20 %), La Dernière Heure (18 %) et enfin L’Avenir (8 %).

49Il est à relever que la grande majorité des articles dits « négatifs » ou « neutres » concernent l’évaluation de la personnalité de Catherine Ashton et les difficultés autour d’une défense européenne prise au sens large du terme.

  • 23 Par exemple, la description de l’opération Atalanta dans ses diverses caractéristiques (« La Belgiq (...)

50A propos de la « pédagogie de la PESD/PSDC », nous pouvons indiquer que les quotidiens intègrent parfois de l’explicatif (description, « dictionnaire », rappel des faits, composition des forces) dans l’analyse politico-militaire23.

  • 24 J.-L. SIX, « La diplomatie européenne a besoin d’un bras financier », Le Soir, 29/07/2010 ; A. DUMO (...)
  • 25 Ch. FRANCK, L’Echo, 1/07/2010 ; G. VERHOFSTADT, La Libre Belgique, 3/07/2010 ; N. GNESOTTO, L’Echo, (...)

51Plusieurs articles contenant les mots-clefs sélectionnés sont des « cartes blanches » (pages « opinions » externes)24 et des interviews et entretiens25.

52Parmi les 89 articles sélectionnés, relevons que la Belgique, la diplomatie ou les forces armées belges sont (aussi) citées ; les articles PESD/PSDC renvoient surtout à des personnalités politiques belges (Peter de Crem, Olivier Chastel, Guy Verhofstadt, Karel de Gucht, Steven Vanackere, Yves Leterme,), à la participation militaire belge à l’opération Atalanta, au lien entre la CSP et la Belgique, à la réunion des ministres de la défense à Gand et évidemment lorsqu’il est question de la présidence belge de l’UE.

III.2.3. Conclusions partielles

53L’examen des thèmes mis en évidence par la presse écrite confirme à la fois que les problèmes internationaux, de sécurité et de défense ne sont pas la priorité de ladite presse et que certains thèmes phares de la PESD/PSDC comme la CSP, l’AED, le CESD, l’« Erasmus militaire », l’OCCAR sont considérés comme trop spécialisés.

54Les sujets porteurs tournent autour de l’opération Atalanta (34 articles) suivi par la défense européenne (13 citations) prise au sens large et dont la sémantique se retrouve enchâssée dans un article qui aborde le plus souvent des sujets connexes. Les thématiques « Ashton » et « Service européen d’action extérieur » dans ses parties « sécurité-défense » sont très peu présentes. Globalement, le pourcentage d’articles dits « positifs » sur la PESD dépasse le pourcentage d’articles dits « négatifs » ou « neutres ». La presse sélectionnée donne donc une vision globalement positive des faits, événements et actualités de la PESD/PSDC.

55C’est la presse de qualité qui concentre le plus d’articles sur les thèmes sélectionnés. Cela semble indiquer l’importance de « pédagogiser » le sujet afin de faciliter la pénétration auprès de la presse dite populaire qui concentre une petite majorité du lectorat francophone de la presse quotidienne et qui, en outre, présente proportionnellement le moins d’articles négatifs sur la PESD.

III.3. Presse audio-visuelle francophone et PSDC

  • 26 Cf. le rapport 3A sur la visibilité de la PESD/PSDC dans les médias audiovisuels quotidiens belges (...)
  • 27 Le public n’est pas autorisé à consulter les archives télévisées de RTL. En outre, le travail effec (...)

56L’analyse de la visibilité PESD/PSDC à travers les journaux télévisés quotidiens belges entre le 1er juillet 2010 et le 31 décembre 201026, a utilisé, comme outil, la base de données qu’est « Tramotane » consultée sur place (pour la RTBF), et des archives sélectionnées par le personnel de la chaîne privée (pour RTL)27 à partir des mots-clefs précisés.

57Nous nous sommes attachés au contenu du Journal télévisé principal du soir (19h30 pour la RTBF et 19h pour RTL-TVI) à forte audience.

III.3.1. Journal télévisé de la RTBF (19h30)

III.3.1.1. Analyse quantitative à partir des mots-clefs

58En ce qui concerne la recherche à partir du site « Tramontane » de la RTBF, l’apparition des mots sélectionnés en supra pour la période de référence est fortement déséquilibrée, avec souvent l’absence de mots en référence à la PESD/PSDC. En effet, nous pouvons constater que seuls les mots-clefs de « Présidence belge » (5) et ses déclinaisons, « Atalanta » (2) sont repris ; les séquences proprement associées au domaine de la défense se chiffrant à deux unités !

III.3.1.2. Analyse qualitative à partir des mots-clefs

59Comme pour la presse écrite francophone quotidienne, les titres JT concernent pour l’essentiel des sujets sur la présidence belge de l’UE (n = 5), l’opération Atalante (n = 2). Aucune séquence sur la présidence belge ne concerne précisément la PESD, même indirectement. L’opération EUFOR-Tchad ayant été remplacée à l’époque par une mission ONU, elle n’est plus reprise dans le cadre de la PESD/PSDC.

60La dimension affective, subjective et sensible – souvent propre à certains sujets pour accrocher le téléspectateur – est modérément recherchée dans les sujets sélectionnés. Cela concerne l’opération Atalanta à propos des aspects humains d’un exercice (9 septembre 2010) et de l’arrestation de 7 pirates (30 novembre 2010).

61A propos de la visibilité de la Belgique en général et des forces armées belges en particulier, nous pouvons isoler 2 séquences consacrées à l’opération Atalanta, lors des JT dans les reportages sur la PESD/PSDC :

  • Somalie : l’opération Atalanta (9 septembre 2010) ;

  • la frégate belge Louise-Marie arrête 7 pirates (30 novembre 2010).

  • Relevons que lesdites séquences ont intégré des interviews de citoyens militaires et civils belges :

    • 28 9 septembre 2010.

    Carl Gillis (Capitaine de la frégate F931 Louise-Marie)28 ;

    • 29 Idem.

    Pieter De Crem (ministre de la Défense)29 ;

    • 30 Idem.

    Amelie Culioli (Communication radio - frégate F931 Louise-Marie)30 ;

    • 31 30 septembre 2010.

    Carl Gillis (Capitaine de la frégate F931 Louise-Marie)31.

  • En outre, la Belgique est aussi citée, cela va sans dire, à chaque fois qu’il est question de la présidence belge du second semestre 2010 :

    • 32 1 juillet 2010.

    qu’est-ce qu’une présidence belge32 ;

    • 33 Idem.

    interview d’Olivier Chastel et Jean De Ruyt33 ;

    • 34 Idem.

    Europe : une présidence sans gouvernement34 ;

    • 35 10 septembre 2010.

    Bruxelles : direct de G. Vandenberghe sur la présidence belge de l’Union européenne35 ;

    • 36 15 décembre 2010.

    bilan de la présidence belge de l’UE36.

62Cependant, toutes lesdites séquences n’ont pas de rapport précis, direct ou indirect, avec la dimension sécurité-défense de la PESD-PSDC. Elles peuvent très indirectement et en creux situer la place du thème « sécurité-défense » par une éventuelle réflexion personnelle du téléspectateur.

63A propos du contenu des séquences, les contenus favorables à la PESD/PSDC autour du mot-clef « Atalanta » le sont dans les deux séquences répertoriées. Il s’agit ici uniquement de la mission « Atalante » qui est dépeinte de manière positive.

64A propos des séquences dites « favorables » à la PESD/PSDC, les éléments suivants ont été mis en avant :

65la participation belge « Louise-Marie » à l’opération européenne anti-pirates « Atalanta » et le fait que l’équipage s’entraîne à cette future mission, au profit d’une mission militaire de la PESD/PSDC ;

66l’arrestation de 7 pirates par la frégate belge Louise-Marie.

III.3.2. Journal télévisé de RTL-TVI (19h00)

III.3.2.1. Analyse quantitative à partir des mots-clefs

67En ce qui concerne la recherche effectuée par les services de RTL, l’apparition des mots sélectionnés en supra pour la période de référence est également fortement déséquilibrée, avec souvent l’absence de mots en référence à la PESD/PSDC. A la différence du JT de la RTBF, le JT de RTL aborde davantage la question de la présidence belge (25 séquences) bien qu’au final le domaine défense n’est traité que dans trois séquences. L’autre pertinence concerne le mot « Ashton » (une séquence) et le mot « Atalanta » (une séquence).

III.3.2.2. Analyse qualitative à partir des mots-clefs

68Comme pour la presse écrite francophone quotidienne et le JT RTBF, les titres JT de RTL-TVI concernent trois mêmes sujets : Catherine Ashton (1 mais pertinent indirectement pour notre thématique PESD/PSDC), la présidence belge de l’UE (25 dont 3 pertinents) et l’opération Atalante (1 séquence).

69La dimension affective, subjective et sensible – souvent propre à certains sujets pour accrocher le téléspectateur – n’est, pour l’essentiel, pas présente dans les sujets sélectionnés. Cela concerne uniquement le problème soulevé de crédibilité de la Belgique durant la présidence européenne au vu de la crise politique interne. Cela n’implique pas une visibilité sécurité-défense.

70A propos de la visibilité de la Belgique en général et des forces armées belges en particulier, nous pouvons isoler uniquement l’article consacré à l’opération Atalanta, lors des JT de RTL dans les reportages sur la PESD/PSDC :

71l’armée belge va participer à une opération européenne de lutte contre la piraterie au large de la Somalie (9 septembre 2010).

72Relevons que, dans ladite séquence, il n’y a pas eu d’interview de citoyens militaires et civils belges.

  • 37 Les séquences non retenues dans le présent rapport concernaient les festivités dans les villes belg (...)

73En outre, la Belgique est aussi citée, cela va sans dire, à chaque fois qu’il est question de la présidence belge du second semestre 2010. Cependant, seules trois séquences télévisées sur les vingt-cinq37 concernent directement ou indirectement la PESD/PSDC :

  • 38 1er juillet 2010.

74Union européenne : la Belgique prend aujourd’hui le relais de l’Espagne pour présider l’UE pendant 6 mois (il y est question, entre autres, de la mise en place du service diplomatique européen)38 ;

  • 39 1er juillet 2010.

75Union européenne : Invité du journal, Steven Vanackere, à l’occasion de la 12e présidence belge de l’UE39 ;

  • 40 21 juillet 2010.

76Fête nationale : le traditionnel défilé militaire s’est déroulé sur la place des Palais (il y est question des deux grands thèmes du défilé : la présidence belge de l’UE et les 65 ans de la fin de la Seconde Guerre Mondiale)40.

77Relevons que dans la séquence avec l’Invité du journal, il y a interview du ministre belge des AE qui aborde également les questions diplomatiques et sécuritaires (1 er juillet 2010).

78A propos du contenu des séquences, les contenus favorables à la PESD/PSDC autour des mots-clefs sont visibles dans les 4 séquences répertoriées à propos des sous-points suivants :

  • « Ashton » : l’examen de la candidature de la Serbie à l’UE (JT du 25 octobre 2010) ;

  • « Atalanta » : la participation belge à l’opération Atalanta (JT du 9 septembre 2010) ;

  • « Présidence belge » : la mise en place du service diplomatique européen (JT du 1 juillet 2010) ;

  • « Présidence belge » : l’interview du ministre des AE belge (JT du 1 juillet 2010) ;

  • « Présidence belge » : le thème de la présidence belge lors du défilé du 21 juillet 2010 (JT du 21 juillet 2010).

79Les séquences dites « positives » le sont dès lors qu’elles soutiennent les activités de la politique de sécurité et de défense (bilan positif, bonne appréciation des missions, soutien à la « montée en puissance » des organes politico-militaires de l’UE, mise en évidence de l’apport des Etats à la PSDC, etc.). Tous les mots relevant de l’étude sont présentés en séquence télévisée par RTL de manière positive, qu’il s’agisse d’« Ashton », de la « présidence belge » ou d’« Atalanta ».

80En d’autres termes, les JT quotidiens de 19h00 de RTL-TVI donnent une vision fortement positive des faits, événements et actualités de la PESD/PSDC ; même si la matière est très faiblement représentée.

81A propos des séquences dites « favorables » à la PESD/PSDC, les éléments suivants ont été mis en avant :

  • le caractère sécuritaire, stabilisateur des missions extérieures de gestion civile et militaire de la PESD/PSDC, dont les initiatives belges autour de l’exécution effective de la mission Atalanta par la Belgique ;

  • la préparation, l’organisation et la prise de conscience de la responsabilité belge à organiser la présidence semestrielle malgré la crise politique dans le Royaume ; y compris sa visibilité (à travers le défilé du 21 juillet 2010).

III.3.2.3. Conclusions partielles

82L’examen des thèmes mis en évidence par l’analyse des médias audiovisuels francophones (JT RTBF et RTL-TVI) confirme à la fois que les problèmes internationaux associant la sécurité et la défense européenne (UE) ne sont pas la priorité desdits médias et que certains thèmes phares de la PESD/PSDC comme la CSP, l’AED, le CESD, l’« Erasmus militaire », l’OCCAR sont déjà considérés comme trop spécialisés et ne sont pas abordés. Même les thématiques plus générales comme « armée européenne », « défense européenne » ou « sécurité européenne » ne sont pas abordées dans le registre UE comme sujet analytique.

83En effet, sur 6 mois (référence présidence belge de l’UE), nous trouvons 34 séquences (JT RTBF et JT RTL) où les mots-clefs sont repris. Cependant, la PESD/PSDC n’est concernée directement et indirectement à travers les mots-clefs sélectionnés qu’à hauteur de 7 séquences !

84Les sujets quelque peu porteurs sont liés à des thèmes d’actualité politique et diplomatique : la présidence belge de l’UE sans que les sujets PSDC ne soient visibles en tant que tels. Seules 3 séquences concernent la PSDC à travers lesdites séquences. Seule la thématique Atalanta est réellement en direct du thème de la PESD avec 3 séquences.

85Nous pouvons aussi confirmer (comme pour l’étude HF-12, 2007-2009) l’importance, certes relative mais constante, donnée aux missions militaires belges à l’étranger (à travers la mission Atalanta). Toutes les séquences sont « positives » sur la PESD/PSDC.

86La comparaison entre les deux journaux télévisés fait apparaître les éléments suivants :

87C’est la télévision privée qui concentre le plus d’articles sur les thèmes sélectionnés : 5 séquences contre 2 pour le JT de la RTBF entre le 1er juillet 2010 et le 31 décembre 2010.

88Quant à la dimension belge des séquences à thématique PESD/PSDC, elle s’exprime par le biais de l’opération Atalanta, du défilé national du 21 juillet pour sa thématique européenne et de l’interview du ministre des AE.

89Globalement, les télévisions privées et publiques francophones belges n’ont pratiquement pas abordé la présidence belge dans le champ « sécurité-défense ». L’absence des autres thèmes (via les mots-clefs) dans les séquences semble imposer une politique pédagogique et de communication afin de faciliter la pénétration de ces thématiques auprès des chaînes de télévision.

90Reste que c’est par la visibilité des missions de gestion de crise que la politique de sécurité et de défense commune de l’UE est connue. Le caractère délicat du sujet (les processus de décision (Dumoulin et Moyse, 2011), les opérations, les risques, les enjeux) et la difficulté de gérer tous les paramètres de ces missions doivent cependant être pris en compte lors des interviews, séquences et entretiens impliquant des responsables militaires et civils associés auxdites missions.

IV. Le jeu des « grands européens »

  • 41 The Guardian, 4 août 2010.

91Nous avons pu constater l’influence des « capitales qui comptent » et « celles qui jouent en sous-main » dans l’histoire de la sécurité-défense européenne. Nous pouvons aussi confirmer ce qu’écrivait Sir Michael Alexander, ancien ambassadeur du Royaume-Uni à l’OTAN41, selon lequel « quel que soit le rôle de l’UE, les leaders savent tous que le développement d’une politique unique de sécurité et de défense peut être bâti seulement sur un consensus développé au départ entre la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ». Le caractère « unique » de cette politique est à venir mais les coordinations entre les Trois sont bien présentes à certains moments de l’histoire comme ces réunions franco-germano-britanniques dans les années 2000. Elles sont aussi dans l’actualité égyptienne de 2011 lorsque Berlin, Paris et Londres font une déclaration commune vis-à-vis de la crise révolutionnaire au Caire, sans attendre une déclaration officielle de l’UE. Les « petits » autant que les instances officialisées par le traité de Lisbonne ne sont pas prioritaires, indiquant les limites d’une politique étrangère commune lorsque les intérêts des Etats sont majeurs ou que ces mêmes capitales souhaitent une forte visibilité diplomatique et médiatique. Ce que craignait Guy Verhofstadt, alors Premier ministre belge, le 16 avril 2002, à propos de la défense européenne : « Nous devons même oser réfléchir à un rôle dirigeant confié aux Français, aux Britanniques et aux Allemands qui ne reléguerait pas les Etats membres plus petits au rang de quantité négligeable ».

92En vérité, les petits pays – « fédéralistes » par souci de protection – ont souvent été des « aiguillons », des « poissons pilotes », des « stimulateurs » (Dumoulin, 2005). Ils furent aussi souvent, dans le domaine de la défense, instrumentalisés ou récupérés par les « grands ». Dans le passé, la lettre de Guy Verhofstadt aux chefs d’Etats français et britannique du 22 juillet 2002 sur la renationalisation de la défense et proposant de renouer avec l’esprit de St-Malo fut « neutralisée » temporairement puis « portée » par la suite dans le champ franco-allemand. Plus récemment, les tentatives belges et les séminaires de travail organisés dans le cadre de la présidence belge pour proposer une vision inclusive et pondérée à propos de la CSP42 (dont la question délicate des critères) furent en grande partie gelées par les « grands », empêchant d’aborder le sujet lors du sommet informel de défense de Gand sous présidence belge ; pour réapparaître comme sujet majeur à clarifier rapidement sous présidence… polonaise avec le blanc-seing hexagonal en 2012. Ainsi, malgré la « Lettre de Pieter De Crem » envoyée à Catherine Ashton à la mi-octobre 2010 et rappelant « le cadre de Gand », nous devinons que les suggestions belges déposées lors de l’informel défense de septembre 2010 autour du renforcement de la PSDC ne furent pas mises fortement en évidence mais ont rempli « le sac à propositions », dans une sorte d’« affaire à suivre ». Et si on souhaite la relance des discussions sur la CSP, on le souhaite en critiquant la méthode belge. Ainsi, la lettre commune italo-espagnole signée par les ministres des AE et envoyée début mai 2011 à Catherine Ashton, préconise une autre approche, davantage pragmatique, concentrée sur le contenu plutôt que de s’attacher aux concepts et aux critères de la CSP comme le voulaient les Belges. Pour Madrid et Rome, le renforcement de la capacité permanente de conduite des opérations civiles et militaires devrait être au centre de la coopération structurée permanente. Il ne s’agit donc pas « d’avoir une approche politique ou institutionnelle mais de résoudre des lacunes capacitaires » particulièrement dans le domaine du commandement et du contrôle, mais aussi dans la fourniture de capacités clés pour les opérations (entraînement conjoint de pilotes, renseignement, communications, structures déployables de soutien médical,…)43.

93Bien évidemment, il reste des interstices et les « petits » sont écoutés selon les « dossiers » car les « Trois » ont besoin des « petits » pour agrandir leur légitimité diplomatique par le collectif, leur demande de soutien opérationnel spécifique dans les niches capacitaires et parce que « l’UE de Lisbonne » engrange davantage de moyens de pression sur les Etats que « l’UE de Nice », même si c’est encore à la marge en ce qui concerne les aspects sécurité-défense.

Conclusions

94La présidence belge en matière de sécurité et de défense a joué un rôle d’aiguillon, de stimulant, comme lieu de débat préparant un certain nombre de prises de conscience dans le domaine capacitaire et budgétaire (mutualisation), tout en étant « récupéré » par les « grands européens » aux agendas politico-stratégiques dominants. Cependant, les « contraintes » du traité de Lisbonne a réduit la marge de manœuvre et la visibilité diplomatique extérieure des propositions belges, ce afin de ne pas fragiliser la nouvelle direction bicéphale du Secrétariat du Conseil et du Haut Représentant. Les médias n’ont que peu rendu compte en matière de PSDC durant cette période mais la vision est restée positive, tout comme d’ailleurs la position des citoyens belges en cette matière complexe et peu maîtrisée par le grand public.

95Reste que l’examen des thèmes mis en évidence par la presse écrite confirme à la fois que les problèmes internationaux, de sécurité et de défense ne sont pas la priorité de la presse écrite et audiovisuelle et que certains thèmes phares de la PESD/PSDC comme la CSP, l’AED, le CESD, l’« Erasmus militaire », l’OCCAR sont considérés comme trop spécialisés.

  • 44 Cf. les deux appels d’offres en 2011 de la Commission européenne. Le premier porte sur l’évaluation (...)
  • 45 Eurobaromètre 74 automne 2010, L’information sur les questions politiques européennes, rapport, Com (...)

96Il s’agit bien pour les responsables politico-militaires d’accroître la visibilité de la PSDC à partir du traitement des missions de gestion de crise, sujets qui concentrent pour l’essentiel les interventions médiatiques. Le thème des opérations étant particulièrement délicat (bavures, risques, tensions politiques,…) ; la politique de communication doit être à la fois réfléchie et « adulte », dépassant le cadre traditionnel de la « propagande » et de la « satisfaction assurée ». Il y a bien interférence causale entre l’opinion et la décision politique, même si l’opinion n’est qu’une des variables – « ni déterminante, ni marginale » du processus décisionnel en matière de sécurité-défense. La nouvelle visibilité des réseaux sociaux, le poids des médias TV, la vitesse de l’internet imposent de nouvelles politiques d’information et de communication sur les questions politiques européennes et la prise en compte davantage en amont des opinions publiques et des citoyens. L’Union européenne44 comme les capitales s’y attellent avec plus ou moins de réussite, tenant compte des résultats d’enquête d’opinions45.

97A cet égard, il nous semble opportun que la Commission européenne puisse lancer dès 2012 un eurobaromètre spécial PSDC, le dernier et le seul ayant été organisé sous présidence belge il y a plus de dix ans !

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ANDRIES, J., « Objectifs et réalisations dans le domaine de la PSDC - Un bilan au niveau défense », Belgian Presidency of the Council of the European Union, Bruxelles, décembre 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BURK, J. (1999), « Public Support for Peacekeeping in Lebanon and Somalia : Assessing the Casualties Hypothesis », pp. 53-78, in : Political Science Quartely 114, 1.
DOI : 10.2307/2657991

CALDERON, T.E. et VAN DEN ABEELE, E., La présidence belge de l’Union européenne : organisation et priorités, Courrier hebdomadaire n° 2072, Bruxelles, CRISP, 2010, pp. 11-13.

DALTON, R.J. (1988), Citizen Politics in Western Democracies : Public Opinion and Political Parties in the United States, Great Britain, West Germany and France, Chatham : Chatham House Publishers.

DE CREM, P., (2008), Note d’orientation politique, Ministère de la défense, Bruxelles.

DUMOULIN, A. (2005), « La Belgique et le groupe des Quatre en matière de défense », dans Courrier hebdomadaire, n° 1862-1863, Bruxelles, CRISP.

DUMOULIN, A., P. MANIGART et W. STRUYS (2003), La Belgique et la politique européenne de sécurité et de défense. Une approche politique, sociologique et économique, Bruxelles : Bruylant.

DUMOULIN, A., MATHIEU, R. et SARLET, G. (2003), La politique européenne de sécurité et de défense (PESD) : de l’opératoire à l’identitaire, Bruxelles : Bruylant.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DUMOULIN, A., « Le jeu des lettres et des directoires », dans Politique étrangère, Paris, IFRI, 3/2011 (sous presse).
DOI : 10.3917/pe.113.0661

DUMOULIN, A. (2009), « La politique de défense de la Belgique : entre pragmatisme, variables d’ajustement et niches capacitaires », dans Jean Beaufays et Geoffroy Matagne (éd.), La Belgique en mutation. Systèmes politiques et politiques publiques (1968-2008), Bruxelles, Bruylant, pp. 359-392).

DUMOULIN, A. et MANIGART, P. (dir.) (2010), Opinions publiques et Politique européenne de sécurité et de defense commune : acteurs, positions, evolutions, Bruxelles, Bruylant.

DUMOULIN, A. et MOYSE, V., Le processus de décision belge en matière d’opérations civilo-militaires, Courrier hebdomadaire, n° 2086-2087, 2011, Bruxelles, CRISP.

EASTON, D. (1965), A Systems Analysis of Political Life, London : John Wiley and Sons.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

EVERTS, P. (2002), Democracy and Military Force, Hampshire : Palgrave.
DOI : 10.1057/9780230509863

EVERTS, P. et ISERNIA P. (éds), Public Opinion and the International Use of Force, London : Routledge.

GLYNN, C.J, HERBST, S., O’KEEFE, B. et SHAPIRO, R.Y. (1999), Public Opinion. Boulder : Westview Press.

HOWORTH, J. (2007), Security and Defence Policy in the European Union, London : Palgrave.

KEY, V.O. (1961), Public Opinion and American Democracy, New York : Alfred A. Knopf.

KOOPMANS, R. et PFETSCH, B. (2007), « Towards a Europeanized public sphere ? Comparing political actors and the media in Germany », pp. 57-87 dans Fossum, J.E., Schlesinger, P. et Kvaerk, G.O. (éds), Public Sphere and Civil Society ? Transformation of the European Union, Oslo : University of Oslo, ARENA Report n° 2/07.

MANIGART, P. et al (1986), « Les relations interorganisationnelles dans le domaine de la défense nationale », dans Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 1111-1112.

MANIGART, P. (2001a), « L'opinion publique et l'Europe de la défense », pp. 18-38 in Proceedings of the International Symposium on Public Opinion and European Defence : Convergence or Divergence organisé à Bruxelles par le Ministre belge de la Défense les 3-4 avril, 2001, Bruxelles : MoD.

MANIGART, P. (2001b), « Public Opinion and ESDP : Will Enhanced Transparency Increase Public Support ? », pp. 6-8, dans European Security Review n° 7.

MANIGART, P. (2003), « Public Opinion and European Defense », pp. 327-331 dans J. Callaghan et F. Kernic (éds), Armed Forces and International Security : Global Trends and Issues. Münster : LIT Verlag.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PAGE, B. (1996), « The mass media as political actors », pp. 20-25, dans Political Science and Politics 29.
DOI : 10.2307/420185

ROKKAN (éd.) (1960), « Citizen participation in political life », pp. 7-99, in International Social Sciences Journal 12 (special issue).

SHAPIRO, R.Y. (1996), « Public Opinion, democracy and foreign policy : a view from the United States », communication présentée au séminaire sur l’opinion publique, la démocratie et la politique de sécurité, organisé par l’université de Sienne à Pontignano, Italie, 7-10 octobre 1996.

SHAW, M. (1991), Post-Military Society : Militarism, Demilitarization and War at the End of the Twentieth Century, Philadelphia : Temple University.

SHAW, M. (1996), Civil Society and Media in Global Crises : Representing Distant Violence, London : Pinter.

Haut de page

Notes

1 PSDC, Politique de sécurité et de défense commune.

2 La partie néerlandophone est toujours en cours de traitement mais les chiffres indiquent que les résultats et l’interprétation ne devraient pas être très différents malgré l’origine linguistique du Ministre de la Défense, Peter De Crem.

3 L’étude s’intitule : Médias, décideurs et opinion publique entre PESD et OTAN : la question de la vision et du soutien à ces institutions en Belgique et dans les pays frontaliers (2010-2012). Cette étude doit permettre de déterminer les lignes de force, les faiblesses et les progrès à accomplir en matière de communication officielle. Elle doit également servir de référence dans un domaine où le poids et l’influence des différents médias jouent un rôle important dans le degré de soutien des citoyens aux politiques de sécurité et de défense. Elle est une opportunité à la fois conjoncturelle (présidence belge de l’UE) et structurelle (connaissance des médias et des interactions politiques/opinions publiques).

4 Cf. interview O. CHASTEL, « Dans six mois, la présidence belge », dans Le Soir, 31/12/2009.

5 Les grandes orientations de la présidence belge s’articulèrent autour de cinq groupes de thèmes : la lutte contre la crise économique et la promotion de la modernisation économico-financière ; la lutte contre le réchauffement climatique et les aspects environnementaux au sens large ; l’élargissement de l’UE ; la poursuite du renforcement de la dimension sociale dans l’UE ; la mise en œuvre du plan d’action du « programme de Stockholm » au niveau de la justice et des affaires intérieures, de l’asile et de la migration.

6 AE : Affaires étrangères.

7 COPS : Comité politique et de sécurité.

8 Débriefing, n°16, Direction générale Image et relations publiques, Ministère de la Défense, Bruxelles, 7/10/2009, p. 3.

9 Intervention du général-major TESTELMANS, représentant militaire belge auprès du CMUE, conférence de l’IRSD, Bruxelles, 11/05/2010.

10 P. DE CREM, interview, cité dans Nicolas GROS-VERHEYDE, www.bruxelles2.over-blog.com, 29/04/2010.

11 O. GOSSET, « Steven Vanackere chef de la diplomatie belge », L’Echo, Bruxelles, 22/12/2010, p. 2. Voir aussi Bilan de la présidence belge du Conseil de l’Union européenne - 1er juillet-31 décembre 2010, Déclaration de la présidence de l’Union européenne, Bruxelles, 20/12/2010.

12 Belgium Unlimited, Edition spéciale. Présidence belge du Conseil de l’Union européenne, EU trio-be, Bruxelles, s.d.

13 Relevons que globalement la 12ème présidence belge fut bien évaluée par les autres capitales, le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil.

14 N. GROS-VERHEYDE, « Les questions posées aux 27 à l’informelle défense de Gand » (www.bruxelles2.eu), 21/09/2010.

15 Dans leur fonction de cadrage, les médias peuvent présenter les problèmes dans un cadre cognitif particulier, qui va alors être perçu par l’opinion comme la manière appropriée de réfléchir à ce problème. Voir à ce sujet, notamment, Johnson-Cartee (2005), Pan et Kosicki (2001) et Scheufele (1999). L’expérience classique qui a mis en évidence cette fonction de cadrage a été réalisée par Tversky et Kahneman (1981).

16 Dans leur fonction d’agenda setters, les médias sélectionnent des thèmes parmi l’ensemble des sujets d’un domaine politique et les présentent au public (voir Protess et McCombs, 1991 et Dearing et Rogers, 1996). En ce sens, ils influencent donc le processus de décision politique.

17 www.pressbanking.be.

18 Médiargus fut utilisé pour la presse néerlandophone (www.mediargus.be). Pour la partie néerlandophone, la sélection concernera les titres suivants : De Morgen (M), De Standaard (S), De Tijd (T), Het Niewsblad (N), Het Laatste Niews (L). Pour la presse télévisée, ce fut la VRTM et VTM.

19 Relevons qu’une interrogation, à partir de Pressbanking, sur la période de références, des 70 hebdomadaires (avec leurs différentes éditions spécialisées) repris par le site internet, aboutit à l’existence d’une citation dans un seul article (pour les mots-clefs suivants : présidence belge, Atalanta, gestion des crises, sécurité européenne), dans deux articles (armée européenne, Agence européenne de défense), dans quatre articles (SEAE) et de plusieurs dizaines d’articles à propos de Catherine Ashton. Précisons que sur les 70 hebdomadaires de la banque de données, seuls quatre hebdomadaires sont concernés par l’actualité politique : Le Vif, Knack, L’Expansion et L’Express (avec leurs différentes éditions spécialisées).

20 Le tirage désigne le nombre d'exemplaires sortant des machines en bon état de lecture correspondant aux exemplaires régulièrement mis en vente ou distribués gratuitement et ceux correspondant à des utilisations bien définies et justifiées y compris la réserve, mais à l'exclusion de la passe inutilisable et des exemplaires maculés. Les exemplaires non complets (édition de lancement par exemple), les exemplaires dont le contenu ne correspond pas à celui des exemplaires mis régulièrement en vente et les éditions "fac-similé" (mini-journaux par exemple) ne peuvent en aucune façon être, compris dans le tirage authentifié. (Source: http://www.cim.be/fr/media/presse/authentification/).

21 Par exemple, « …cette crise est une énorme opportunité pour faire des pas en avant, sur la gouvernance économique, sur la défense européenne (…) » (extrait de « L’eau et le feu ? Le feu et le feu », Le Soir, 16 septembre 2010, page 20). De même à propos de l’opération Atalanta, « La mission du « Louise-Marie sera double : d’une part protéger les navires vulnérables, comme ceux du programme alimentaire mondial, et d’autre part, éviter les actes de piraterie dans le bassin somalien » (…) (extrait de « La frégate Louise-Marie repart en mission », L’Avenir, 10 septembre 2010, page 7).

22 Par exemple, « La Haute Représentante européenne Catherine Ashton va réaliser le doublé cette année. Après avoir manqué la réunion informelle des ministres de la Défense de l’UE, en mars dernier, elle remet cela pour la réunion prévue à Gand, les 23 et 24 septembre, sous présidence belge » (extrait de « La Journée européenne. Lady Ashton n’ira pas à l’informel Défense », La Libre Belgique, 11 septembre 2010, page 16).

23 Par exemple, la description de l’opération Atalanta dans ses diverses caractéristiques (« La Belgique face aux pirates », L’Echo, 19/08/2010, page 10) ou un focus sur l’Agence européenne de défense (« L’Agence européenne de défense attend son heure », L’Echo, 13/08/2010, page 11).

24 J.-L. SIX, « La diplomatie européenne a besoin d’un bras financier », Le Soir, 29/07/2010 ; A. DUMOULIN, « Armées d’Europe en ordre dispersé », L’Echo, 23/09/2010 ; P. DEFRAIGNE, « Pour un vrai « deal » Chine-Europe », La Libre Belgique, 6/10/2010 ; O. GUSTOT, « L’Europe sous influence », La Libre Belgique, 25/11/2010 ; F. BRIQUEMONT, « Le « départ » du général McChrystal », La Libre Belgique, 22/08/2010 et « Quand le national prend le pas sur le global », La Libre Belgique, 17/12/2010.

25 Ch. FRANCK, L’Echo, 1/07/2010 ; G. VERHOFSTADT, La Libre Belgique, 3/07/2010 ; N. GNESOTTO, L’Echo, 17/07/2010 ; A. FLAHAUT, L’Avenir, 14/08/2010 ; J. HAPPART, La Libre Belgique, 9/09/2010 ; J. M. BARROSO, La Libre Belgique, 3/12/2010.

26 Cf. le rapport 3A sur la visibilité de la PESD/PSDC dans les médias audiovisuels quotidiens belges francophones entre le 1er janvier 2009 et le 30 juin 2010.

27 Le public n’est pas autorisé à consulter les archives télévisées de RTL. En outre, le travail effectué par le personnel de la chaîne privée a été facturé.

28 9 septembre 2010.

29 Idem.

30 Idem.

31 30 septembre 2010.

32 1 juillet 2010.

33 Idem.

34 Idem.

35 10 septembre 2010.

36 15 décembre 2010.

37 Les séquences non retenues dans le présent rapport concernaient les festivités dans les villes belges, les dossiers associant la Commission européenne, des concerts, les préparatifs d’un bal officiel, du tennis exhibition, les aspects monétaires, l’agriculture et le lait, l’exposition « Technopolis », la situation politique interne à la Belgique, les relations bilatérales avec le Congo, l’aide au Pakistan, l’exposition « SOS Planet », la pauvreté des enfants en Europe, le brevet communautaire, la question des Roms, la succession royale, la crise économique.

38 1er juillet 2010.

39 1er juillet 2010.

40 21 juillet 2010.

41 The Guardian, 4 août 2010.

42 CSP : Coopération structurée permanente.

43 www.bruxelles2.eu, 18 mai 2011.

44 Cf. les deux appels d’offres en 2011 de la Commission européenne. Le premier porte sur l’évaluation des politiques de communication. Le second concerne les relations médias et le développement de matériels audiovisuels.

45 Eurobaromètre 74 automne 2010, L’information sur les questions politiques européennes, rapport, Commission européenne, février 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sélection des mots-clefs et champs couverts
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Répartition des mots-clefs par quotidien francophone
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Degré de soutien de la PESD/PSDC selon les mots-clefs sélectionnés
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Répartition du degré de soutien à la PESD/PSDC selon les quotidiens
URL http://pyramides.revues.org/docannexe/image/802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Dumoulin, « Présidence belge et visibilité en matière de défense dans l’environnement d’une armée en réforme  », Pyramides, 21 | 2012, 229-260.

Référence électronique

André Dumoulin, « Présidence belge et visibilité en matière de défense dans l’environnement d’une armée en réforme  », Pyramides [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://pyramides.revues.org/802

Haut de page

Auteur

André Dumoulin

Attaché de recherche à l’Ecole royale militaire (ERM) et enseignant à l’Université de Liège (cours master 2 sur PESD/PSDC et cours bac 2 sur Théories de la sécurité). Ancien responsable du séminaire sur la PESD (Postgraduate in International Affairs, ULB) entre 2000 et 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page