Navigation – Plan du site
Approche générale

Génération Y : much ado about nothing ? Le talent des jeunes

Luc Wilkin
p. 87-106

Texte intégral

Introduction

1Baby Boomers, Génération X, Génération Y, Génération du Millénaire, Génération Z, Génération Nintendo, Génération Wii, Génération Internet, Génération C, Génération Google, Génération Mobile, Génération Powerpoint, Génération couper/coller, natifs et immigrants digitaux, Homo sapiens digital ou Homo-zappiens, les vocables ne manquent pas pour désigner, séparer, opposer et segmenter les générations. Celles-ci évoluent, dans les discours, au gré des révolutions proclamées qui surviennent, se développent et s’éteignent à un rythme effréné.

2Aujourd’hui, ne parlons plus de la toile ou du réseau, sous peine de passer pour des has-been, sachons que le Net s’est transmuté en un nuage (cloud) fait d’une quantité phénoménale de big data. Au-dessus de nos têtes plane une masse nuageuse faite d’un nombre astronomique et incalculable de particules de données de toutes natures et de toutes provenances qui, une fois extraites, triées et traitées grâce aux superordinateurs dont nous disposons ouvrent une nouvelle ère de prospérité pour l’humanité toute entière. Se profile à l’horizon (à moins que nous ne l’ayons pas encore remarqué, mais cela ne peut tarder) une Cloud Generation (littéralement : une Génération Nuage).

3En attendant, c’est le vocable de Génération Y qui est retenu pour évoquer une génération qui n’a pas connu un monde sans ordinateurs et sans l’Internet. Ses membres google (Google est devenu un verbe), sms (un autre verbe) sans cesse à la vitesse de la lumière, passent leur temps sur les réseaux sociaux pour affirmer ce qu’ils like ou dislike et sont armés jour et nuit de « smartphones » – ces téléphones (un mot qui date de temps préhistoriques mais qui continue à être utilisé, faute de mieux) dits intelligents qui intègrent possibilités de communiquer oralement, de lire et d’envoyer des messages dans une langue et selon des codes connus d’eux seuls, prendre des photos et réaliser des videos à usage personnel mais le plus souvent collectif, à se localiser et à localiser les autres (plus besoin de demander « T’es où ? »), à surfer sur Internet, et bien d’autres choses encore – dont ils ne peuvent se passer.

4Ils se promènent un iPod (mot devenu courant et non nécessairement associé à une marque en particulier) à l’oreille pour écouter des morceaux de musique qu’ils ont (de préférence gratuitement) préalablement téléchargés, ne lisent plus des ouvrages (ils sont trop longs, comportent trop de caractères et demandent trop de temps et d’attention), préfèrent les nouvelles diffusées rapidement et sur le mode du résumé qui va rapidement à l’essentiel. Le Web 2.0 est leur monde, un environnement – certains disent une « écologie » (media ecology) – dans laquelle « … les médias traditionnels tels que les livres, la télévision et la radio convergent avec les médias digitaux, spécialement les médias interactifs et les médias destinés à la communication sociale » (Ito et al., 2008, p. 8, librement traduit par nous).

5Si telle est la Génération Y, on comprend aisément qu’elle constitue une cible de choix pour les publicitaires, annonceurs et autres spécialistes du marketing. Elle représente par ailleurs une source de revenus considérables pour les fabricants d’appareils de tous genres, les opérateurs de télécommunication et fournisseurs de services ainsi que l’industrie des logiciels appelée à développer des applications de plus en plus nombreuses.

6De même, elle doit certainement manifester des comportements inédits et, comme elle est appelée à remplacer la génération d’après-guerre qui part ou va partir très prochainement à la retraite, il convient de préparer les organisations à leur intégration. Les rayons des librairies (réelles ou virtuelles) regorgent d’ouvrages qui peuvent les y aider. Des séminaires de formation sont organisés, des congrès professionnels y sont consacrés et des entreprises de consultance proposent leurs services de manière à éviter un choc culturel qui pourrait s’avérer dévastateur.

7Des politiques de gestion des ressources humaines adaptées doivent être conçues pour les attirer et surtout les retenir car ils sont, à l’image de la prothèse digitale qu’ils ont à l’oreille, quelque peu « baladeurs » et ont (auront) tendance, c’est du moins ce que beaucoup prétendent, à surfer d’une entreprise à l’autre.

8Tous ont intérêt à ce que cette image de la Génération Y s’installe fermement dans l’imaginaire collectif comme une réalité incontournable à laquelle – il n’y a pas, en la matière, de choix – il est impératif de s’adapter, ce qui n’est pas sans influence sur les discours politiques et les investissements publics considérables qui les accompagnent.

9Cela étant, il est utile, dans une perspective qui vise à prendre quelque distance par rapport aux discours dominants, de faire une incursion dans le monde des générations. Dans ce qui suit, nous passons en revue différents termes couramment utilisés pour nous concentrer ensuite plus particulièrement sur ceux qui sont associés aux technologies digitales et dont l’influence dans la littérature comme dans les médias est importante. Dans un troisième temps, quelques-unes des caractéristiques attribuées à la Génération Y sont examinées en regard de quelques enquêtes empiriques qui leur ont été consacrées (avec un biais pour l’enseignement supérieur). Nous tentons enfin de répondre à la question : Génération Y, beaucoup de bruit pour rien ?

Générations : un premier point de repère

10La littérature consacrée aux générations et aux différences entre générations est abondante. Le concept lui-même est entendu de manières différentes selon les disciplines qui s’y réfèrent (démographie, économie, histoire, anthropologie, sociologie, sciences de gestion, …).

11Certains auteurs utilisent une approche en terme de « cohorte » : ils recourent alors le plus souvent à une approche qui consiste à définir des classes de temps (les individus nés l’année XXXX jusqu’aux individus nés l’année YYYY, ces deux années constituant les bornes inférieures et supérieures de la cohorte) dans lesquelles se situent des individus en vue de définir les valeurs, attitudes ou comportements qui les rendent différents des autres appartenant à une autre cohorte. D’autres définissent les générations essentiellement par référence à des événements (historiques, sociaux, culturels, politiques ou économiques) partagés par des ensembles de personnes qui créent entre elles des liens supposés de proximité, qui les rendent semblables et, en même temps, différents d’autres groupes d’individus passés et à venir (Parry and Urwin, 2011).

12Dans ce qui suit, il n’est pas question d’entrer dans les débats qui animent ces différentes approches. Nous avons simplement choisi – avec les risques de simplification que cela comporte – quelques définitions le plus souvent rencontrées dans la littérature. Il convient donc de garder à l’esprit que les manières de définir les générations (en termes de dates, de périodes ou même de dénomination) sont éminemment variables et, qu’en la matière, il existe d’importantes divergences entre auteurs et commentateurs. A titre d’exemple, une recension récente de seize articles consacrés aux différences générationnelles en regard des valeurs au travail relève seize définitions différentes des diverses générations avec de considérables disparités entre les dates de début et de fin de chaque cohorte et les attributs qui servent à décrire chacune d’elle (Parry and Urwin, 2011, p. 89).

13Au catalogue des générations, une voie d’entrée est devenue classique qui balise le terrain : celle qui sépare les « vétérans » (Veterans), les Baby Boomers, la génération X (Generation X) et les Millenials également appelée « Génération Y » (Generation Y).

Les Baby-Boomers

14Au début, il eut les vétérans (Veterans) dont les premiers sont nés en 1925 et les derniers en 1942. Puis arrivent les Baby-Boomers (en abrégés, les Boomers), un ensemble de personnes dont la date de naissance se situe quelque part entre 1946 et le milieu des années 60 à une époque de boom des naissances, d’où leur nom. Les plus jeunes auraient, aujourd’hui, 47 ans et les plus âgés, 67 ans. Ils sont nés, dit-on, en des temps où l’optimisme prévalait, l’économie était prospère, les emplois disponibles en abondance et, donc, une sécurité d’emploi largement assurée. Ils auraient souvent fait carrière au sein de la même organisation pour laquelle ils ont montré une loyauté sans faille. Les plus anciens vont quitter le monde du travail pour aborder l’âge de la retraite qui leur permettra, entre autres activités, de s’occuper encore de leurs enfants (déjà adultes) et petits-enfants, tout comme, d’ailleurs – s’ils sont encore en vie – de leurs propres parents.

La Génération X

15Puis vint la Génération X (ou Gen Xers), qui désigne les individus nés entre 1965 (année durant laquelle on assiste à une diminution du taux de natalité au Etats-Unis) et 1976 (année de reprise des naissances) (Ortner, 1998, p. 416). Elle représente, selon ce point de vue, la tranche d’âge actuelle de 37 à 48 ans. Selon une autre datation (Howe and Strauss, 1993, pp. 12 – 13), la GenX commence avec les individus nés en 1961 (âgés aujourd’hui de 52 ans) et se termine avec ceux qui sont nés en 1981 (âge actuel de 32 ans).

16Moins chanceux que les précédents, ils naissent et évoluent dans un monde plus incertain, nettement moins stable économiquement et socialement changeant (augmentation significative du nombre de divorces, épidémies de sida, mères au travail de plus en plus nombreuses (working mothers), …). L’époque est également caractérisée par une grande précarité en termes d’emplois. Ceux-ci font l’objet d’une compétition sans précédent, sont peu nombreux et trop souvent peu qualifiés (on parle de McJobs, emplois peu valorisants, sans avenir et chichement rémunérés – cf. Coupland, 1992). Un niveau de qualification élevé (marqué par la possession de diplômes et de formations certifiantes) mais un marché de l’emploi en régression (la GenX est surqualifiée et sous-employée) sont à l’origine de frustrations, d’angoisses face à un avenir incertain et, souvent, de colères rentrées. Les membres de cette génération seraient dès lors plus individualistes et plus enclins à s’investir dans leur carrière et leurs objectifs personnels que dans l’avenir des entreprises qui les emploient. Ils seraient cyniques et fatalistes. Il est par ailleurs (Filipczak, 1994) suggéré que chaque emploi est vu comme transitoire et chaque nouvel emploi comme un point de départ vers un autre poste (ou une autre entreprise) plus satisfaisant.

Millenials ou Génération Y

17Arrive ensuite la Millenial Generation également dénommée Génération Y, constituée de personnes nées en 1980 ou « en et après 1982 » (Oblinger, 2003, p. 38 ; Howe and Strauss, 2003 / 2009), une cohorte d’individus qui se termine avec ceux qui sont nés en 1991 (Oblinger and Oblinger, 2005). Au moment où ces vocables prennent pied dans les écrits (en gros, 2003), les plus âgés ont environ 21/23 ans (aujourd’hui, 31/33 ans), les plus jeunes ont (en tenant compte de l’année butoir de 1991) 12 ans (aujourd’hui, 22 ans).

18Ils apprécient les activités de groupe (interprété comme le rejet de l’individualisme des adultes) et se sentent néanmoins proches de leurs parents dont ils partagent les valeurs – ces derniers sont d’ailleurs parfois qualifiés de « parents hélicoptères » (Howe and Strauss, 2003), attentifs aux comportements de leurs enfants et parfois ultra-protecteurs. Etudiants, leurs ressources proviennent quasi-exclusivement des ressources de leurs parents et peu exercent des activités rémunérées pour subvenir à leurs besoins. Ils passent plus de temps à travailler à la maison et regardent moins la télévision mais sont fascinés par les nouvelles technologies. Ils sont racialement et ethniquement plus divers et, pour une bonne partie d’entre eux (aux Etats-Unis, un sur cinq), ont au moins un parent d’origine immigrée. Ils manifesteraient en outre des préférences en matière d’apprentissages centrés sur le travail en groupe et la collaboration et valorisent des activités basées sur des expériences – le learning by doing. Ils se sentent à l’aise dans le changement, aspirent à développer leurs compétences et valorisent les responsabilités. Leurs attitudes sont qualifiées de « positives » : ils seraient confiants dans l’avenir et sûrs de leurs capacités à réussir les épreuves scolaires (Oblinger, 2003, p. 38 ; Howe and Strauss, 2003).

19Les Millenials présenteraient également les caractéristiques suivantes (Oblinger, 2003, p. 40) : un usage intensif de l’Internet pour les activités sociales, un goût plus prononcé pour le « faire » plutôt que le « savoir » (l’action prime sur la connaissance), la capacité à s’engager simultanément dans des activités multiples (« multitasking »), une faible tolérance pour les délais et une demande de réponses immédiates à leurs demandes. Pour cette génération, les frontières entre consommation, possession et création d’informations s’estompent : si quelque chose est digital, il appartient à tous.

20L’omniprésence des technologies de l’information et de la communication colore également fortement les définitions des générations au point de faire de ces dernières l’élément majeur d’autres terminologies.

La Génération Y – la Net Generation

21Un auteur américain à succès, Don Tapscott (1998/2009), a popularisé le vocable de Net Generation (encore appelée NetGen), une génération qui occupe une plage temporelle qu’il définit de manière plutôt précise. Cette génération prend naissance en janvier 1977 et se termine avec les individus nés en décembre 1997. Après cette date apparaît la Generation Next.

22Les individus de la Net Generation revendiqueraient une grande autonomie et valoriseraient la liberté de faire des choix en fonction de leurs propres critères. Ils seraient naturellement enclins à la collaboration et au partage (notamment via les réseaux sociaux), très critiques à l’égard des autres et des organisations, attendraient d’autrui et des institutions une intégrité sans faille et aspireraient à s’amuser au travail comme à l’école. La vitesse, l’innovation et le changement seraient le cours normal des choses, une composante essentielle de leur existence. Le tout, bien sûr, porté par le Net dans lequel ils sont nés, au sein duquel l’information est disponible immédiatement et sans entrave, et les « nouvelles » technologies dont ils sont hautement friands, qu’ils s’approprient quasi-instantanément dès leur apparition sur le marché avec une remarquable dextérité.

La Génération Y – les Digital Natives contre les Digital Immigrants

23Une troisième manière de typer les générations est celle qui oppose les Digital Natives et les Digital Immigrants, une opposition proposée par Marc Prensky souvent reprise dans la littérature et âprement débattue (Prensky, 2001a, 2001b, 2009).

24Prensky ne propose pas précisément une date de naissance pour les Digital Natives (ce qui peut d’ailleurs paraître curieux dans la mesure où son apparition marquerait une véritable fracture avec les générations qui précèdent), mais on peut supposer qu’elle se situe également au début des années 80, époque à laquelle on note l’omniprésence de technologies digitales (ordinateurs, courrier électronique, Internet, téléphones cellulaires, lecteurs numériques, jeux en ligne, etc.) qui constituent un bain dans lequel ces Digital Natives sont nés, grandissent et évoluent.

25La thèse est que les « natifs » parlent, pensent, récoltent, traitent et transmettent l’information d’une manière fondamentalement différente de ceux qui sont nés dans l’ère « pré-digitale ». Ces derniers apprennent avec plus ou moins de succès à s’adapter à ce nouvel environnement mais, comme des immigrés, « conservent, à un certain degré, « leur accent » – c’est-à-dire, leur pied dans le passé » (Prensky, 2001a, p. 2, librement traduit par nous). Entre les natifs et les immigrants existe une rupture qu’il qualifie de radicale : le cerveau des uns fonctionne de manière totalement différente de celui des autres (il fait d’ailleurs références aux neurosciences et à la plasticité du cerveau). Quelles sont, selon Prensky, les caractéristiques de ces Digital Natives qui les rendent si singuliers ?

26Ils ont l’habitude de recevoir l’information très rapidement, aiment faire plusieurs choses simultanément, préfèrent les graphiques et les images aux textes, aiment accéder à l’information de manière plus aléatoire que planifiée (via la navigation de liens hypertextes en liens hypertextes), fonctionnent mieux lorsqu’ils sont en réseau, recherchent des gratifications fréquentes et instantanées et préfèrent les jeux au « travail sérieux ». Tout ceci les oppose aux immigrés qui les précèdent, lesquels agissent plus lentement, progressent pas à pas, séquentiellement – une chose à la fois et une chose après l’autre, individuellement et, surtout, « sérieusement ». A l’impatience des premiers s’oppose la patience des seconds.

27En matière d’éducation, le constat est évidemment dramatique : immigrants et natifs sont condamnés à un face-à-face dans lequel les premiers sont incapables de comprendre, ni la langue, ni les attitudes, ni les comportements des seconds. Les premiers sont en quelque sorte marginalisés et condamnés à une lutte de pouvoir avec les seconds. Les immigrants se trouvent dès lors placés dans une position « … qui est à la fois subordonnée et impossible, dans un discours qui les situent comme à la fois incapables de changer et forcés de changer pour rester compétents, professionnellement employables » (Bayne and Ross, 2007, p. 2, librement traduit par nous).

28En réaction aux critiques suscitées par ses deux articles de 2001 (Prensky, 2001a, 2001b), l’auteur s’est voulu moins tranchant et plus rassurant en précisant que la dichotomie immigrant/natif constituait une « métaphore » qui, comme telle, ne doit pas être prise au pied de la lettre.

29Il introduit alors l’idée de « sagesse digitale » (Digital wisdom) et l’avènement de l’ « Homo sapiens digital » (Prensky, 2009). Cette sagesse est définie comme « … la capacité à trouver des solutions pratiques, créatives, contextuellement appropriées et émotionnellement satisfaisantes aux problèmes humains compliqués … » (Prensky, 2009, p. 2. librement traduit par nous).

30L’Homo sapiens digital a, à sa disposition, toutes les informations nécessaires (les technologies digitales amplifient à l’infini les capacités de stockage des données), l’accès à celles-ci rend possible des analyses approfondies de situations complexes (en particulier, grâce à des modèles de simulation de plus en plus sophistiqués) et permet l’ouverture à des points de vue différents de ceux qu’il tient pour acquis. Les développements à venir (ceux qui, notamment, s’appuient sur les progrès de l’imagerie médicale et sur les techniques de résonnance magnétique) permettront de lire et prendre en compte nos motifs cachés, nos pensées, nos besoins nos propres jugements et choix, de même que ceux des autres. L’Homo sapiens sera enfin capable de faire la part entre ses réponses émotionnelles et les conclusions rationnelles qui s’imposent.

31Sans doute ces développements « … vont clairement soulever des questions éthiques et de vie privée qu’il faudra aborder » (Prensky, 2009, p. 5, librement traduit par nous) mais il « … n’y a pas de doute que … la sagesse s’élèvera » (Prensky, 2009, p. 5, librement traduit par nous).

32Heureusement, cette sagesse digitale transcende la fracture générationnelle appelée à s’estomper puis … disparaître. Preuve à l’appui, l’histoire est en marche. Prensky fait référence à « deux célèbres immigrants digitaux ». Barack Obama qui a su mobiliser efficacement la puissance de l’Internet lors de ses campagnes de levées de fonds durant la campagne électorale et, dans le même temps, entrer en connexion permanente avec le peuple américain grâce à son BlakBerry. Rupert Murdoch, magnat de la presse, a su reconnaître et mettre en œuvre les outils digitaux pour récolter et disséminer l’information, avec le succès que l’on sait.

Des discours à analyser

33Les écrits tels que ceux de Prensky et Tapscott ont fait couler beaucoup d’encre et ont un retentissement certain aux Etats-Unis comme ailleurs. Ils prétendent que leurs visions du présent et du futur constituent des points de vue essentiels pour le développement de la société et, en particulier, pour l’enseignement. Les modèles actuels sont obsolètes et une véritable rupture est en marche qui appelle une véritable révolution culturelle.

34Prensky, comme Tapscott, offrent peu d’arguments empiriques à l’appui de leurs thèses. Ce dernier fait régulièrement référence à ses enfants comme source d’informations de première main (« … j’’ai passé beaucoup de temps à chercher à comprendre mes propres enfants et leurs amis, en particulier comment ils interagissaient avec la technologie … » (Tapscott, 2009, p. 1, librement traduit par nous).

35Plus généralement, il fait état d’un projet de recherche mené par l’entreprise dont il est le fondateur (nGenera Insight) : quatre millions de dollars auraient été consacrés à interroger près de 6.000 Net Geners dans le monde entier entre 2006 et 2008. Malheureusement (pour le lecteur) le projet a été financé par de grandes entreprises (non autrement spécifiées) qui conservent la propriété des résultats. Il ne peut donc entrer dans le détail de ces derniers, seulement partager quelques-unes des conclusions auxquelles il a abouti. Quant à Prensky, il n’offre que peu de références – sinon anecdotiques – à l’appui de sa thèse.

Tous sont nés digitaux mais sont-ils tous égaux ?

36La littérature académique (même si nombre de chercheurs ont rapidement adopté sans critique les appellations de Digital Natives et de Net Generation) montre des réalités plus complexes que les oppositions binaires qui précèdent.

37Les résultats des recherches (quantitatives comme qualitatives) conduisent à mettre en cause les particularités avancées pour chaque « génération » et à déconstruire l’homogénéité supposée des générations nées dans l’Internet et ses prolongements récents (Facebook apparu en 2004, YouTube lancé en 2005 ou encore, plus récemment, Twitter qui date de 2006, les outils de géo-localisation par radio-fréquence, etc.), situés d’ailleurs hors du périmètre des technologies initialement prises en compte par Prensky et Tapscott. Sur ces points (homogénéité et caractéristiques), il existe une documentation très abondante dont la revue dépasse évidemment largement les limites de ce texte. Nous nous contenterons donc de relever quelques références que nous pensons représentatives.

38Les discours dominants présentent les technologies digitales comme directement accessibles à tout moment et partout (« anytime, anywhere ») et, nous pourrions ajouter, implicitement, sans coût (« at no cost »). Ils tendent dès lors à occulter que l’accès à ces dernières est inégalement distribué. La fracture numérique (digital divide) dont il a été souvent question dans le passé n’existe plus, le gouffre qui séparait les info-riches et les info-pauvres, les haves et have-nots, a été comblé. Or, rien n’est moins vrai.

39Au plan international, sur une population mondiale estimée à un peu plus de 7 milliards d’habitants, les données de l’Internet World Stats (au 30 juin 2012) relèvent 2,4 milliards de personnes qui ont un accès à l’Internet, soit un taux de pénétration de 34,4 %. Trois zones géographiques présentent des niveaux d’accès supérieurs à 60 % : l’Amérique du Nord (76,6 %), l’Australie/Océanie (67,6 %) et l’Europe (63,2 %). Les moins bien lotis se situent en Asie (avec un taux de pénétration de 27,5 %) et, en fin de classement, l’Afrique (15,6 %). Entre les deux, se situent l’Amérique latine (42,9 %) et le Moyen-Orient (40,2 %).

40Ces données ne doivent pas également cacher que, même dans les continents où les possibilités d’accès sont importantes, une frange non négligeable de la population (1/4 pour les USA et 1/3 pour l’Europe) ne dispose pas de possibilités d’accès. Même aux Etats-Unis, subsistent des différences notables entre zones rurales et urbaines (Khatiwade, L.K. and Pigg, 2010), entre centres villes et banlieues, entre villes riches et villes pauvres, etc. De même, la qualité des lignes, notamment en termes de bandes passantes, sont également inégales selon les régions.

41Il paraît évident – mais cela doit être continuellement rappelé avec force – que l’accès n’est pas l’usage ou, dit autrement, qu’il ne suffit pas de fournir à une population la connexion et le ou les équipements nécessaires à son utilisation pour que s’ensuivent automatiquement son usage. On peut avoir à disposition une possibilité de liaison mais être incapable de l’utiliser pour diverses raisons (coût, disponibilité, compétences, …). En cas de possibilités d’accès ne s’ensuivent pas automatiquement certains types d’usages tels que : se former, rentrer ou rester en contact avec les autres, travailler, s’engager dans des activités politiques, acheter en ligne, gérer ses comptes à distance, etc. (Selwyn, 2004).

42Au début du siècle, Howard, Rainie et Jones (2001) ont mis en évidence des différences d’usage en fonction de l’origine (anglo-américains, asiatiques, afro-américains, hispaniques) et du genre et surtout, du niveau d’éducation (lui-même lié au statut professionnel et aux revenus disponibles). Ce dernier apparaît comme un prédicteur fort d’usages tels que la recherche d’informations en lien avec la santé, la recherche d’emploi ou les activités professionnelles exercées par l’individu. Par ailleurs, « Le niveau d’éducation d’une personne prédit fortement la probabilité qu’il ou elle utilisera l’Internet pour des informations financières, politiques ou gouvernementales » (Howard, Rainie et Jones, 2001, p. 390, librement traduit par nous). En revanche, le niveau d’étude est négativement corrélé avec l’implication dans des activités à caractère plus ludique (les jeux notamment) ou liées à des passe-temps (hobby).

43Dans une enquête plus récente menée auprès d’étudiants de première année d’université aux Etats-Unis – donc, des sujets ayant approximativement le même âge et de niveau d’éducation identique – Hargittai (2010) met en évidence que les uns diffèrent des autres en fonction du temps passé à utiliser Internet et en fonction de la variété et des types d’usages (liés ou non à leurs travaux universitaires).

44Les étudiants dont l’entourage familial se caractérise par un statut socio-économique plus faible ou dont les parents, ce qui va souvent de pair, ont un niveau de formation moins élevé manifestent un niveau plus faible de compétence dans l’utilisation de l’Internet et y ont moins souvent recours sur une base régulière dans la recherche d’informations.

45Ces étudiants, s’ils ont effectivement des possibilités de se connecter, disposent néanmoins de moins d’autonomie (entendue comme la possibilité de profiter de plusieurs points d’accès – à la maison, à l’école, dans un logement communautaire, dans une boutique, en devant partager ou non un équipement, en plusieurs lieux ou un seul, etc.) que leurs collègues plus nantis. Les résultats conduisent à la conclusion générale que « Les positions sociétales particulières qu’occupent les individus sont reflétées dans leurs usages d’Internet. Ceux qui sont déjà plus privilégiés tendent à avoir plus d’autonomie et de ressources d’utilisation, plus d’expériences en ligne, un plus haut niveau de savoir-faire et s’engagent dans une plus grande diversité d’utilisation que les moins privilégiés … » (Hargittai, 2010, p. 109, librement traduit par nous).

46Ces données (et bien d’autres qu’il serait fastidieux d’égrener ici) indiquent qu’il est réalistement impossible d’isoler une variable unique (l’âge en l’espèce) en ignorant toutes les autres puisque l’accès est inégalement réparti et que sa répartition dépend du statut et de la position socio-économique des utilisateurs. Attribuer à une génération (peu importe l’étiquette qui lui est donnée) des comportements et des usages homogènes, de même qu’un niveau de compétence à la fois élevé et également partagé, sous le prétexte qu’ils ont été exposés aux mêmes technologies, n’est pas empiriquement tenable.

Tous compétents ?

47Une autre antienne est celle qui renvoie à la compétence innée des « nouvelles générations » à accéder à l’information : n’ont-elles pas, à portée de quelques « clics », tout le savoir du monde ? Sans doute, mais à condition de maîtriser toutes les langues du monde, en supposant que tout le savoir du monde est « indexé » par les moteurs de recherche et … que le temps à l’explorer est infiniment extensible. Reste évidemment qu’un savoir n’est pas l’autre, et que plus on en sait, moins on en sait.

48L’abondance des ressources informationnelles pose évidemment problème (et pas seulement aux « nouvelles générations »). La capacité des êtres humains à traiter l’information est, comme on le sait, limitée mais le temps dont ils disposent est, lui-même, une ressource qui doit être consommée avec économie tant sont nombreuses les sollicitations de l’environnement, faute de quoi l’effondrement informationnel menace.

49Si, à côté de ce qu’avancent Prensky et Tapscott (et bien d’autres), la nouvelle génération apprend de manière radicalement différente du seul fait de sa seule exposition aux ressources digitales, d’autres s’inquiètent de ce qu’elle tend à considérer comme « parole d’évangile » ce que renvoient les moteurs de recherche, induisant de la sorte une génération de « kleptomaniaques » pour laquelle le copier/coller tient lieu de pensée originale (Keen, 2007), une génération que Google rend finalement stupide (Carr, 2008, 2011).

50Il n’est donc pas étonnant que la question des stratégies d’acquisition et de traitement des informations par les étudiants ait fait l’objet de recherches de la part de sociologues, de psychologues, de spécialistes des sciences de l’information, de l’éducation, etc. et, parmi les premiers concernés, les bibliothécaires, d’autant que le coût des revues en mode électronique atteint des montants astronomiques et que s’installe une forte concurrence entre ressources qualifiées de « légitimes » ou « autorisées » (notamment celles qui se trouvent dans les revues scientifiques commercialisées par les grands groupes éditoriaux) et les autres sources taxées, au mieux, de plus légères ou « moins autorisées » et, au pire, illégitimes (blogs, wikis, listserves, newsgroups, grey literature ou littérature grise, etc.).

51A côté d’autres recherches, citons l’étude longitudinale de Judd et Kennedy (2010) portant sur les habitudes de recherches d’informations à usage académique d’étudiants en médecine, science, dentisterie et physiothérapie sur la période 2005 – 2009. Les auteurs ont analysés 5.000 sessions de recherches chaque année, sessions enregistrées via un système électronique de monitoring.

52Quatre types d’activités ont été identifiés, avec les sites et services qui y sont associés : recherche d’informations (Google Web, Google Scholar, Wikipedia, la bibliothèque de l’université et le site de l’Institut national de la santé – comprenant des accès à PubMed et Medline Plus), communication (mail, réseaux sociaux et messagerie instantanée), les services de la bibliothèque (catalogue, portail étudiant, services étudiants) et le partage d’information (réseaux sociaux, blogs, partage de photos, YouTube, « bookmarking »).

53Ils observent que les outils « généralistes » (en particulier Google et Wikipedia) connaissent une popularité grandissante sur la période : le premier est présent dans 24 % des sessions en 2005 et 31 % en 2009 ; le second est présent dans 2 % des sessions 2005 et 16 % en 2008 et 2009. Le recours au site de la bibliothèque reste faible mais stable (6 à 8 %) tandis que les ressources de la bibliothèque de l’Institut national passe d’une présence de 8 % en 2005 à 4 % en 2009. Google Scholar reste peu utilisé (moins de 2 % d’utilisation sur 25.000 sessions enregistrées). Sur le plan de la communication, la popularité des courriers électroniques, bien qu’élevée, diminue (passant d’une présence dans les sessions de 68 % à 38 %). L’usage des réseaux sociaux – plus récents – s’ils étaient peu sollicités en début de période monte en puissance : 25 % en 2006 et 38 % en 2009. Le taux de sollicitation de la bibliothèque du campus augmente sur la période (23 % à 77 %) tandis que le partage d’informations augmente lui aussi (de 6 % à 44 %), une augmentation essentiellement attribuable à l’utilisation de Facebook.

54Dans une autre recherche, les mêmes auteurs (Judd and Kennedy, 2011) ont analysé les activités d’étudiants en médecine dans une salle d’ordinateurs en libre-service (3.707 sessions ont été analysées sur une période de quatre semaines en 2007). L’enquête porte sur des individus ayant à faire des recherches dans le domaine bio-médical, répartis sur trois années d’études. Globalement, Google est utilisé dans 69,8 % des sessions, suivi de Wikipedia (51,0 %), un réseau eMedecine (21,5 %), l’Institut national de la santé (16,5 %) et la bibliothèque de l’université (13,4 %). Cependant, alors que le couple Google/Wikipedia est présent dans 79,8 % des sessions en première, il est sollicité dans 41 % des sessions en troisième année.

55Concomitamment, le trio Bibliothèque/Institut National/eMedecine passe d’une présence de 5,9 % en première année à 20,5 % en troisième année. Néanmoins une analyse plus fine des protocoles de recherche révèle que : « … même les étudiants de troisième année ont sélectionné relativement peu de sources à la suite de leurs recherches et celles qu’ils ont sélectionnées étaient de manière prédominante issues de sites dont l’audience-cible n’était pas celle des professionnels de la médecine …, mais le grand public » (Judd et Kennedy, 2011, p. 358, librement traduit par nous). L’analyse des requêtes faites par les étudiants révèle un usage extrêmement faible des opérateurs susceptible d’affiner leurs recherches (booléens ou l’usage des guillemets, au plus simple). A noter que les étudiants jugent Google et Wikipedia comme très faciles d’usage, aisément accessibles et utiles mais les considèrent paradoxalement, dans le même temps, comme les moins fiables.

56Les auteurs concluent que : « … ces résultats légitiment les inquiétudes à propos de l’ampleur avec laquelle les étudiants comptent sur Google et Wikipedia pour accéder à l’information et à leurs réticences à corroborer n’importe quelle information qu’ils localisent avec une ou des sources fiables. » (Judd et Kennedy, 2011, p. 358, librement traduit par nous).

57D’autres recherches du même type ont été conduites auprès d’étudiants d’autres disciplines (Wilkin et Faccin, 2005 ; Selwyn, 2008). Elles concluent certes de manière similaire pour appeler à plus de formation en matière de recherche d’informations (stratégies de recherches) et à l’évaluation de la qualité de ces dernières tout au long du parcours scolaire, mais attirent également l’attention sur la nécessité de contextualiser les pratiques étudiantes, en ce compris d’ailleurs les représentations de ce qu’ils considèrent, eux, comme informations légitimes et les mêmes représentations de leurs enseignants.

58Ces pratiques sont contingentes aux types de disciplines (on ne cherche pas la même chose ni de la même manière en physique, en médecine, en sciences de l’ingénieur, en histoire, en sciences sociales, etc.), à la position dans le parcours scolaire, le type de travail qui est demandé et le temps et les ressources disponibles pour le réaliser. En cette matière comme dans d’autres, l’étudiant est acculé à un arbitrage entre rapidité et qualité. Une approche du type one-size-fits-all serait contreproductive. Mais c’est là une autre histoire.

59Une histoire d’autant plus complexe que Google constitue une boîte noire dont les algorithmes de recherche sont tout sauf transparents et qui peuvent produire des résultats très différents d’un utilisateur à l’autre (pour un même mot clé), voire pour le même utilisateur travaillant sur des ordinateurs différents (en raison des historiques de recherche conservés par le système). Si on ajoute que l’utilisateur ne consulte que, séquentiellement, un nombre très limité de pages, la qualité des résultats ne peut être que sujette à caution.

60Peut-être alors faut-il également sensibiliser à l’alchimie des moteurs de recherche, à leurs ruses, aux modèles économiques qui les sous-tendent et, plus généralement, à leur pseudo-neutralité ?

Une génération multi-tâches ?

61Prensky, comme Tapscott présentent les natifs/digitaux comme capables de faire plusieurs choses à la fois. Leur cerveau n’est pas un processeur séquentiel mais « multi-tâches », à la manière, d’ailleurs, des ordinateurs.

62D’une certaine manière, ce phénomène se manifeste dans les auditoires : des étudiants (mais pas tous) s’activent sur leur portable et on suspecte que ce n’est pas seulement pour prendre des notes. Certains enseignants s’en offusquent, en interdisent l’usage et, éventuellement, demandent à isoler les salles de classe de toute liaison internet. D’autres laissent faire – au moins cela fait taire les bavardages et amoindrit un désagréable bruit de fond (plus perturbant que le cliquetis des machines).

63Anecdotique, cette observation renvoie à l’idée d’une inaptitude à se concentrer, à investir son attention dans une seule activité – il a même été suggéré d’appeler la Génération Y, la genM : « The Multitasking Generation » (Time Magazine, 2006).

64Cette observation ouvre la voie à de nouvelles recherches, (Foehr, 2006) notamment sur les liens entre réussite scolaire et intensité du phénomène. Pour les uns, la capacité de passer rapidement d’une tâche à l’autre est un gage d’efficacité, capitalisable d’ailleurs dans la vie professionnelle, pour les autres, une source de perte de productivité dans les apprentissages (Junco, 2012 ; Wood et al. 2012).

Pour en finir avec la GenY ?

65On aura donc tout dit sur la Génération Y, tout et son contraire : hyper-active, connectée en permanence, communautaire, ouverte à toutes les aventures, homogène mais également passive, solitaire, individualiste, naïve, « à risque » et hétérogène.

66C’est que les axiomes qui fondent la rhétorique des techno-évangélistes et leurs apôtres, distillés par les faiseurs d’opinion abondamment relayés par les médias, ont la vie dure.

67Dans la foulée, en mettant le projecteur sur les seules technologies digitales, l’attention se détourne d’autres manières de typer les générations : celle qui consiste à rappeler qu’une génération s’inscrit dans un contexte historique, économique et social particulier. Or, à bien des égards, la période que nous vivons apparaît comme peu flamboyante et cette Génération Y semble de ce point de vue plus proche de la Génération X que la précédente. Montée du chômage, surqualification en regard de ce que peut offrir le marché, replis nationaux et régionaux, guerres (de plus en plus technologiques) à répétitions, promesses d’un avenir assuré non tenues, … l’impression d’avoir été trompé alimente une peur rampante qui ne peut qu’amener à réactions et adaptations autrement plus vitales. Alors « oui », sous cet angle, beaucoup de bruit pour rien !

68A moins d’être complètement sourd, on ne peut ignorer l’émergence de nouvelles croyances, attitudes et comportements liés à ces technologies mais, comme on l’a dit, elles ne sont pas directement déchiffrables et nombre d’enquêtes montrent des réalités bien plus nuancées et complexes qu’annoncées – là, aussi, beaucoup de bruit pour rien !

69Tout appelle à plus de réalisme, à faire la part du bruit et du bruit de fond et à ne pas céder à la panique.

70Alors que des générations (encore !) d’analystes critiques de toutes disciplines se sont employés et continuent à s’employer sans relâche à tordre le cou au déterminisme technologique (la croyance que telle technologie entraîne mécaniquement et inexorablement tel effet), voilà qu’ils découvrent une nouvelle baudruche à dégonfler sous la forme d’un déterminisme techno-générationnel.

Haut de page

Bibliographie

Bayne, S. and Ross, J., « The ‘digital native’ and ‘digital immigrant’: a dangerous opposition », Paper presented at the Annual Conference of the Society for Research into Higher Education (SRHE) December, 2007. http://www.malts.ed.ac.uk/staff/sian/natives_final.pdf

Carr, N., « Is Google Making us Stupid ? », The Atlantic, 301(6), 2008.

Carr, N., The Shallows : What Internet is Doing to Our Brain, New York, W.W. Norton & Company, 2011.

Coupland, D., Generation X : Tales for an Accelerated Culture, New York, St Martin’s Press, 1992.

Filipczak, B., « It’s just a job : generation X at work », Training, 31, 1994, pp. 21 – 27.

Foehr, U., Media Multitasking among American Youth, Kaiser Family Foundation, Menlo Park, CA. 2006. http://faculty.ithaca.edu/jpowers/docs/sensemreadings/mediamultitasking.pdf

Hargittai, E., « Digital na(t)ives ? Variation in Internet Skills and Uses among Members of the « Net generation » », Sociological Inquiry, vol. 80, N° 1, 2010, pp. 92 – 113.

Howard, Ph., Rainie, L. and Jones, S., « Days and Nights on the Internet : The Impact of Diffusing Information », American Behavioral Scientist, vol. 45, 2001, pp. 383 – 404.

Howe, N. and Strauss, W., 13th gen : Abort, Retry, Ignore, Fail, New York, Vintage Books, 1993.

Howe, N. and Strauss, W., Millenials go to college : strategies for a new generation on campus, Washington, D.C., American Association of Collegiate Registrars and Admission Officers, 2003.

Howe, N. and Strauss, W., Millennials Rising : The next Great generation, New York, Vintage Books, 2009.

Internet World Stats (2012), « Internet Usage Statistics. The Internet Big Picture », http://www.internetworldstats.com/stats.htm – accédé le 31 janvier 2013

Ito, M., Horst, H., Bittanti, M., boyd, D., Herr-Stephenson, R., Lange, P., Pascoe, C. and Robinson, L., Living and Learning with New Media. Summary of Findings from the Digital Youth Project, MacArthur Foundation, 2008. http://digitalyouth.ischool.berkeley.edu/files/report/digitalyouth-WhitePaper.pdf

Judd, T. and Kennedy, G., « A five-year study of on-campus Internet use by undergraduate biomedical students », 55, Computer & Education, 2010, pp. 1564 – 1571.

Judd, T. and Kennedy, G., « Expediency-based practice ? Medical students’reliance on Google and Wikipedia for biomedical inquiries », vol. 42, N° 2, British Journal of Educational Technology, 2011, pp. 351 – 360.

Junco, R., « In-class multitasking and academic performance », vol. 28, Issue 6, Computers in Human Behavior, 2012, pp. 2236 – 2243.

Keen, A., The Cult of the Amateur : How Today’s Internet is Killing our Culture, New York, Doubleday, 2007.

Khatiwade, L.K. and Pigg, K.E., « Internet Service Provision in the U.S. Counties : Is Spatial Pattern a Function of Demand ? », American Behavioral Scientist, vol. 53, 9, 2010, pp. 1326 – 1343.

Oblinger, D.G. and Oblinger, J.L., Educating the net generation : An Educause e-book publication, 2005.

Oblinger D., « Boomers, gen-Xers and Millennials : understanding the new students », Educause review, July/August, 2003, pp. 37 – 47. [http://iml2.usc.edu/wp-content/uploads/2012/04/BoomersGenXersMillenials.pdf]

Ortner, S., « Generation X : Anthropology in a mediate-Saturated World », Cultural Anthropology, 13(3), 1998, pp. 414 – 440.

Parry, E. and Urwin, P., « Generational Differences in Work Values : A Review of Theory and Evidence », International Journal of Management reviews, vol. 13, 2011, pp. 79 – 96.

Prensky, M., « Digital natives, digital immigrants », On the Horizon, 9(5), 2001a, pp. 1 – 6.

Prensky, M., « Digital natives, digital immigrants. Part 2 : Do they really think differently ? », On the Horizon, 9(6), 2001b, pp. 1 – 6.

Prensky, M., « H. sapiens digital : From digital immigrants and digital natives to digital wisdom » », 6(3), Innovate, 2009.

Selwyn, N., « Reconsidering political and popular understandings of the digital divide », new media & society, 2004, pp. 341 - 362.

Selwyn, N., « An investigation of differences in undergraduates’ academic use of the internet », 9(1), Active Learning in Higher Education, 2008, pp. 11 – 22.

Tapscott, D., Growing up Digital : the Rise of the Net Generation, New York, McGraw-Hill, 1998.

Tapscott, D., « Educating the net generation », Educational Leadership, 56 (5), 1999, pp. 6 – 11.

Tapscott, D., Grown up Digital : how the Net Generation is Changing your World, New York, McGraw-Hill, 2009.

Time Magazine, « genM : The Multitasking Generation », Monday, Mar. 27, 2006.

Wilkin, L. and Faccin, I., « Technologies in action : drawing lessons from university students », vol. 12, Is. 7, 2005, International Journal of Learning, pp. 235 – 244.

Wood, E., Zivcakova, L., Gentile, P., Archer, K., De Pasquale, D. and Nosko, A., « Examining the impact of off-task multi-tasking with technology on real-time classroom learning », Computer & Education, vol. 58, 2012, pp. 365 – 374.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Wilkin, « Génération Y : much ado about nothing ? Le talent des jeunes », Pyramides, 23 | 2012, 87-106.

Référence électronique

Luc Wilkin, « Génération Y : much ado about nothing ? Le talent des jeunes », Pyramides [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://pyramides.revues.org/904

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page