Navigation – Plan du site

Internet, un moteur de transformation des organisations militaires ?

Delphine Resteigne et John Taverniers
p. 63-75

Résumé

Longtemps considérées comme des milieux professionnels peu enclins à communiquer avec l’extérieur, les organisations militaires ont été confrontées à de nouveaux défis sous l’effet des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Celles-ci offrent des possibilités inédites aux militaires, notamment pour faire circuler l’information et exprimer leur avis tout en court-circuitant les échelons hiérarchiques traditionnels. Dans ces organisations traditionnellement caractérisées par un degré élevé de contrôle, de nouvelles directives ont vu le jour afin de réguler ces échanges d’informations. C’est surtout le cas lors de déploiements opérationnels pour les informations sensibles dont la divulgation pourrait engendrer des risques pour la conduite des opérations ou pour la sécurité des militaires ou de leurs proches. A un autre niveau, alors que la plupart des armées font face à des problèmes de recrutement, l’utilisation de ces canaux représente également un vecteur important pour l’image de l’organisation auprès de l’opinion publique. Les dimensions abordées dans cet article visent, d’une part, à analyser l’utilisation qui est faite d’internet et des réseaux sociaux lors d’opérations militaires ainsi qu’à ses effets tant pour la conduite des opérations que pour le maintien de liens sociaux avec la famille et les proches. Dans un deuxième point, nous analyserons la manière dont les organisations militaires, de la Défense belge en particulier, essaient de répondre à ces changements. L’article repose sur des données quantitatives recueillies en 2008 et 2012 à l’aide de questionnaires standardisés administrés à des militaires belges déployés sur l’aéroport de Kaboul dans le cadre de la mission ISAF (International Security Assistance Force).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S. L. MYERS, « Charges for soldier accused of leak », New York Times, 6 juillet 2010.

1L’actuelle diffusion massive d’informations sur le net, rendue possible par le développement de nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), pose de nouveaux défis au fonctionnement des organisations militaires longtemps considérées comme des institutions fermées, peu enclines à communiquer avec leur environnement externe. La profusion d’informations diffusées en ligne, que ce soit par les réseaux sociaux, les blogs militaires ou d’autres sites internet, illustre non seulement les avantages et la transparence accrue résultant de cette mise à disposition d’informations mais également les risques potentiels pour le fonctionnement des organisations militaires et de leur core business, à savoir la conduite d’opérations. Au sein d’organisations longtemps restées opaques, ces canaux de communication moins formels offrent des possibilités nouvelles aux membres de l’organisation pour diffuser des informations, exprimer leurs avis et offrir une perspective plus nuancée – et souvent plus critique – que celle proposée dans les discours officiels. Ceci s’est particulièrement illustré lors de la diffusion par le soldat Bradley E. Manning sur WikiLeaks de milliers de télégrammes diplomatiques provenant de l’armée américaine1. Dans ce dernier cas, un différend avec un officier ayant mené à un degré élevé de mécontentement aurait poussé ce jeune soldat de 22 ans à diffuser les informations classifiées. On le voit, ces nouveaux canaux permettent non seulement de faire évoluer l’image de la Défense et de ses rôles auprès de l’opinion publique tout en conférant également aux militaires une voix potentielle et, ce faisant, un certain pouvoir.

  • 2 G. BOWLEY, « Video inflames a delicate moment for U.S. troops in Afghanistan », New York Times, 12 (...)

2Un autre exemple est celui de l’utilisation des supports vidéo et de leur diffusion massive et rapide. Ce fut le cas en janvier 2012 lorsque quatre Marines ont été filmés en train d’uriner sur des soldats Talibans morts tout en disant : « Have a great day, buddy »2. Cette vidéo a ensuite été placée sur un site public de partage de vidéo, puis très rapidement relayée dans la presse internationale. Comme l’illustre ce deuxième exemple, les conséquences de la diffusion de cette vidéo sont dramatiques, à plus d’un titre. Tout d’abord, parce que celle-ci renvoie au comportement inadmissible de ces soldats qui ne respectent pas les prescriptions des Conventions de Genève exigeant que les corps des personnes tuées soient traitées avec respect. Ensuite, parce qu’elle met à mal l’exécution de la mission dans son ensemble en conférant une image très négative de l’organisation tant pour la population locale que pour l’opinion publique internationale dont le soutien est déjà faible dans le cas de la mission menée en Afghanistan.

  • 3 M. HECKER et T. RID, Utilisation et investissement de la sphère internet par les militaires, Etudes (...)
  • 4 M. REYNEBEAU, « Top secret. Moment ! », De Standaard, 13 février 2012.
  • 5 « Le général Delcour aux militaires : taisez-vous ! », L’avenir, 13février 2012.

3Face à l’utilisation massive d’internet, que ce soit au pays ou en mission, de nouvelles règlementations ont été édictées afin de réguler ces échanges d’informations. Dans leur travail mené sur l’utilisation et l’investissement de la sphère internet par les militaires, Hecker et Rid3 ont relevé deux facteurs principaux ayant poussé les armées à évoluer dans l’utilisation d’internet. Ils soulignent, tout d’abord, la pression issue de l’environnement externe et, d’autre part, la pression bottom-up venant des membres de l’organisation. Comme on va le voir, la faible présence actuelle sur la toile des organisations militaires tend à être comblée à la fois par des acteurs externes à l’institution, mais également par des militaires en service actif. Ceci avait d’ailleurs été souligné par le précédent Chef de la Défense, le Général Delcour, dans une note adressée en janvier 2012 aux chefs de corps des unités et qui fut relayée dans la presse sous les titres « Top secret. Moment ! »4 ou encore « Le général Delcour aux militaires : taisez-vous ! »5 : « Le maintien du secret sur les préparatifs opérationnels et sur les opérations reste difficile : nous avons des médias indépendants et curieux, ce qui est normal, mais nous avons surtout des bavards dans nos propres rangs ».

I. Méthodologie utilisée

  • 6 Pour plus de détails, voir D. RESTEIGNE, « Still connected in operations ? The milblog culture », I (...)
  • 7 G. LOOS, Médias sociaux et organisations militaires : utilisation et risques encourus, Mémoire de f (...)

4L’article se base non seulement sur différentes sources académiques et institutionnelles mais également sur des données recueillies auprès de militaires belges déployés en Afghanistan, sur l’aéroport de Kaboul (KAIA). Les résultats proviennent de deux enquêtes : la première, portant sur l’utilisation de blogs militaires6 a été menée en décembre 2008 à mi-mission par D. Resteigne, en collaboration avec le commandant de détachement. Les questionnaires comportaient 34 questions fermées et 2 questions ouvertes. Sur les 252 questionnaires distribués, 233 ont été complétés, ce qui donne un taux de réponse de 93 %. La seconde enquête, davantage axée sur l’utilisation des réseaux sociaux en mission, a été menée par le sous-lieutenant Loos7 en mars 2012 mais, cette fois, par le biais de questionnaires en ligne composés de 49 questions fermées. Avec cette autre modalité d’administration, le taux de réponse fut beaucoup moins élevé. Sur les 300 militaires belges qui étaient déployés à Kaboul durant cette période, à peine 47 ont rempli le questionnaire en ligne, ce qui correspond à un taux de réponse de 17 %.

II. En opération : une délicate interface entre deux mondes

5Etant donné la nature complexe et risquée des conflits actuels qui exigent des déploiements à long terme dans des zones d’opérations éloignées, différents types d’infrastructures ont été mises à disposition des militaires en mission afin d’assurer des contacts réguliers avec leurs proches. L’équipement varie toutefois en fonction du lieu de déploiement et est plus limité dans certaines zones d’opération. Il est ainsi beaucoup plus développé dans les Forward Operating Bases (FOB) que, par exemple, dans les zones reculées où se trouvent les Combat Outposts.

6En ce qui concerne les militaires belges, on les retrouve généralement déployés dans des camps multinationaux, s’apparentant aux FOB, où la Défense belge met notamment à leur disposition un réseau Wifi, des ordinateurs ainsi que des cabines téléphoniques (avec un tarif préférentiel), de sorte que la plupart d’entre eux emportent souvent leur propre ordinateur portable pour communiquer aisément avec leur famille depuis leur logement.

7Ces dernières années, le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication a profondément changé la manière dont les militaires vivent leur mission et les échanges entretenus avec leurs familles. Les anciens moyens de communication (courrier postal et colis) ont fait progressivement place à des communications instantanées qui permettent d’avoir des contacts quotidiens que ce soit par téléphone ou par internet. Mais ces possibilités communicationnelles ne comblent pas la distance et l’absence physique. La séparation reste toujours difficile à vivre surtout, semble-t-il, pour ceux qui sont en couple et qui ont des enfants.

  • 8 L. WONG et S. GERRAS, CU@ The FOB : How the Forward Operating Base is changing the life of combat s (...)

8Dans une étude qu’ils ont menée au sein de l’armée américaine (où la plupart des militaires restent déployés près de 15 mois, par rapport aux déploiements plus courts de la plupart des militaires européens), Wong et Gerras8 ont souligné les possibilités nouvelles et le degré de confort présent au sein des Forward Operating Bases qu’ils renomment des oasis ou des « homes away from homes ». L’absence de danger physique omniprésent engendrait ainsi un niveau de stress et de peur moins élevé auprès des militaires déployés. Les équipements qui y sont généralement disponibles (wireless combiné à une messagerie instantanée à bas prix, …) permettent d’entretenir des contacts réguliers, souvent quasi quotidiens, avec les proches. Les principaux résultats de la première enquête que nous avons menée (Resteigne, 2008) montre qu’au niveau de l’utilisation d’internet en mission, on observe en effet que plus de la moitié des militaires déployés (58,4 %) vont quotidiennement sur internet et ce, principalement pour entretenir des contacts avec leur famille (93,7 %) ou pour se détendre et penser à autre chose (72,6 %). Ainsi, pour la grande majorité des militaires belges déployés, le fait d’avoir accès à internet en mission était « plutôt une bonne chose » (13,8 %) ou « une très bonne chose » (80,4 %). De la deuxième enquête quantitative menée (Loos, 2012), il ressortait que la plupart des militaires utilisaient également en priorité les réseaux sociaux pour rester en contact avec leur famille et amis, pour se détendre puis par curiosité.

  • 9 Dunivin relève également ce combat, masculine-warrior paradigm comme étant l’un des éléments centra (...)

9Les effets de ces possibilités quotidiennes de communication sont perceptibles à deux niveaux : au niveau de la quantité des contacts mais également de la qualité de ceux-ci (Wong et Gerras, 2006, 9-10). Cette fréquence plus élevée de contacts se révèle ainsi être positive pour le moral des militaires déployés car ils réduisent le sentiment d’isolement lié au combat. Le contenu des discussions qu’ils entretiennent avec leurs proches s’en voit aussi modifié car ces contacts réguliers permettent de dépasser le seuil de la superficialité et d’aborder, par exemple, certains problèmes pratiques de la vie quotidienne rencontrés à la maison. Alors que jusqu’il y a une quinzaine d’années, chaque minute passée à téléphoner constituait un instant rare et chargé d’émotions, ce sont à présent des contacts presque routiniers qui rythment la vie des soldats déployés. Ironiquement, certains militaires tendent même à passer plus de temps à interagir avec leur conjoint quand ils sont en mission qu’à la maison (Wong et Garras, 2006, 19). De sorte qu’à côté de leur rôle professionnel de soldats, la plupart continuent à exercer, de manière virtuelle certes, leurs rôles de conjoint et/ou de père. Des entretiens menés par Wong et Gerras (2006, 15-16), il ressort qu’il existe un certain déséquilibre dans les échanges entretenus. Si les flux d’informations et le report des inquiétudes sont généralement élevés de la maison vers le théâtre d’opération, c’est beaucoup moins le cas dans l’autre sens. A la fois pour des raisons de sécurité opérationnelle (OPSEC : Operations Security), mais surtout pour ne pas inquiéter leurs proches, les militaires filtrent volontairement les informations qu’ils leur communiquent. Dans un monde professionnel dominé par une culture encore majoritairement masculine et orientée vers le combat9, ces moments virtuels passés auprès de leurs proches leur permettent toutefois de montrer leur côté plus humain et d’exprimer une part de leurs émotions.

  • 10 I. M. WIELAWSKI, « For troops, home can be too close », The New York Times, 15 mars 2005 (source : (...)
  • 11 D. RESTEIGNE, Le militaire en opérations multinationales. Regards croisés en Afghanistan, en Bosnie (...)
  • 12 M. SEGAL, The military and the family as greedy institutions, Armed Forces and Society, Volume 13, (...)
  • 13 Wong, L. et Gerras, S., CU@ The FOB : How the Forward Operating Base is changing the life of combat (...)

10Ces possibilités de contacts accrues, on vient de le voir, sont un plus indéniable pour les familles car elles permettent de maintenir des contacts tout au long de la mission. Néanmoins, dans certains cas, « for troops, home can be too close »10 car ces communications instantanées et cette fréquence élevée de contacts génèrent aussi un sentiment de fausse proximité11 en supposant une possibilité de contacts permanents alors qu’en mission, un évènement soudain, une coupure de courant ou un niveau d’alerte plus élevé peut changer rapidement le cours des choses, isoler le camp du reste du monde… et semer aussitôt l’inquiétude chez les familles. De plus, comme la famille, l’armée reste, particulièrement en opération, une greedy institution12, c’est-à-dire une institution qui requiert une loyauté et un investissement important de ses membres. Les attentes familiales véhiculées au quotidien sur les théâtres d’opération tendent à s’ajouter aux exigences déjà requises pour exécuter sa mission, ceci pour des militaires qui disposent d’un capital émotionnel, de temps et d’attention limité13. Au niveau du groupe également, la cohésion peut également être dans une certaine mesure affectée par les effets de ces nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), les soldats passant plus de temps dans leur container sur leur laptop plutôt qu’à participer avec leurs collègues aux activités organisées. Toutefois, dans notre enquête, la majorité des militaires déployés (79,4 %) n’était « pas du tout » ou « plutôt pas d’accord » avec le fait que l’accès à internet en mission soit mauvais pour la cohésion (Resteigne, 2008). Enfin, les attentes des militaires qui arrivent sur leur lieu de déploiement ont également changé, ces derniers s’attendant à pouvoir disposer d’emblée de facilités de communication.

  • 14 M. PRENSKY, Digital native, digital immigrants, On the Horizon, Volume 9, n°5, octobre 2001. Voir h (...)

11Pour terminer sur ce point, on relèvera qu’au niveau de l’utilisation d’internet en opération, les militaires sont loin de constituer un tout homogène et que des différences sont perceptibles, notamment en fonction de l’âge. Sans grande surprise, les plus jeunes militaires sont généralement beaucoup plus à l’aise avec ces nouvelles technologies et moins nombreux à rapporter les effets éventuels négatifs de l’utilisation d’internet. Même s’il s’agit d’une catégorisation homogénéisante, Prensky14 a opéré une distinction entre les digital natives, c’est-à-dire les jeunes générations dont la « langue maternelle » est celle du langage digital des ordinateurs, des jeux vidéo et d’internet, et les digital immigrants, contraints de s’adapter au nouvel environnement social et professionnel, tout en conservant bon gré mal gré toute une série de réflexes passés. Comme on le verra dans le point suivant, les effets du décalage existant entre ces deux générations sont également perceptibles au niveau du fonctionnement de l’organisation militaire ; les fonctions dirigeantes de l’organisation étant occupées par des digital immigrants.

III. Quelles sont les réponses apportées par les organisations militaires ?

  • 15 Ministère de la Défense, « Droit du personnel de la Défense d’exprimer son opinion », DGIP-APGMEDPR (...)

12Pour des organisations caractérisées par un haut degré de formalisation, de centralisation et de contrôle, les possibilités offertes par les NTIC s’accompagnent aussi de nouveaux défis. Comment arriver à opérer un certain contrôle sur les informations diffusées tout en respectant la liberté d’expression et le respect de la vie privée et familiale de ses travailleurs ? Comme tout citoyen, les militaires ont le droit, à titre privé, de diffuser leurs opinions personnelles ; certaines restrictions sont toutefois d’application lorsque les informations diffusées peuvent nuire à l’exécution d’une mission ou à la sécurité d’autres militaires15.

  • 16 P. CHISHOLM et C. HANNAS, Social Networking pervades DoD networks, MIT 2010, Vol.14 (9). Voir http: (...)
  • 17 US Army, The United States Army Social Media Guide Handbook (version 3), Pentagon, Washington DC, j (...)
  • 18 US Army, The United States Army Social Media Guide Handbook (version 3), p. 54.
  • 19 Ministère de la Défense (Délégation à l’Information et à la Communication), Guide du bon usage des (...)

13Confronté à ce délicat équilibre, un nombre croissant de pays ont édicté des directives et ont exigé de leurs militaires qu’ils fassent d’abord approuver par leurs supérieurs hiérarchiques le contenu des informations à diffuser. En pratique toutefois, ce type de contrôle est impossible à réaliser et entraîne beaucoup trop de lenteur. Avec l’adage « if you can’t beat the social networking revolution, join it »16, l’armée américaine a envisagé d’autres pistes afin d’influencer directement les pratiques et le comportement de ses militaires. Avec la publication d’un Social Media Guide17, le but visé par l’US Army est de mieux faire circuler les informations mais également de veiller à ce que celles qui sont diffusées ne menacent pas la conduite des opérations et la sécurité des militaires déployés. Les points traités dans cette publication s’adressent de manière différenciée aux catégories de militaires (du simple soldat à l’officier supérieur) mais également à leurs familles. Sur leur site (www.army.mil/socialmedia), ils proposent également différents documents ainsi que la possibilité d’envoyer ses propres liens afin que ceux-ci soient commentés et vérifiés avant d’être approuvés et publiés. Le but visé est de veiller à responsabiliser les militaires sur les effets de publications à caractère personnel pour leur travail et l’image de l’organisation : « Soldier. Civilian. Self. There are no split personalities in social media »18. Du côté français également, la Délégation à l’Information et à la Communication du Ministère de la Défense a publié, en avril 2012, un Guide du bon usage des médias sociaux19. Comme ils le soulignent dans l’introduction, l’objectif est d’aider le personnel de la Défense, ainsi que leur famille, à utiliser Facebook, Twitter ainsi que les autres réseaux sociaux et à se poser les bonnes questions avant de diffuser certains contenus.

  • 20 OTAN, « NATO Military Policy on Public Affairs », MC 0457/1, p. 11-12.
  • 21 Commission Défense de la Chambre, troisième session de la 53ème législature, 31 janvier 2012.

14Les mesures qui ont été prises à la Défense belge vont dans ce sens mais restent, à ce jour, relativement limitées à des contrôles ponctuels effectués, par exemple, sur les pages Facebook des membres du personnel. Lorsqu’ils partent en opération, les militaires reçoivent également un briefing sur les risques liés aux informations sensibles diffusées sur internet. Chaque détachement déployé comporte également un Public Affair Officer (PAO) qui est chargé des relations publiques et, ce faisant, de la diffusion d’informations. Dans des opérations qui, à l’heure actuelle, sont menées la plupart du temps en multinational, à ces règlementations nationales s’ajoutent celles du cadre d’intervention dans lequel les missions s’inscrivent. Au niveau de l’OTAN, par exemple, celles-ci sont reprises dans un document20 qui rappelle, à travers quatre points explicites, l’importance de consulter d’abord les autorités compétentes, en l’occurrence le PAO, avant de diffuser des informations qui pourraient nuire à la conduite des opérations, au personnel déployé ou à leurs familles. Par rapport à d’autres pays qui proposent depuis un certain temps déjà différents supports pour mieux encadrer l’utilisation faite par leurs militaires d’internet, la Défense belge en est encore à ses débuts. Plusieurs autres initiatives sont toutefois en cours. La Direction Générale responsable pour la communication à la Défense (DG COM) a, en effet, lancé en 2012 un projet de charte d’utilisation de Facebook. Un autre projet vise à créer, sur les réseaux sociaux, des plates-formes d’échanges réservées uniquement aux militaires du détachement déployé et à leurs familles. La liste des membres serait communiquée à l’officier de sécurité du détachement et le contenu serait modéré par la PAO. Il est, toutefois, assez peu probable qu’une telle initiative remporte un franc succès étant donné l’implication des autorités hiérarchiques… alors que justement le but visé par les réseaux sociaux est de pouvoir s’exprimer de manière beaucoup plus informelle. En réponse à une question parlementaire posée sur l’usage des médias sociaux en janvier 201221, le Ministre de la Défense, Pieter De Crem, soulignait que « le personnel de la Défense peut bien entendu se servir des médias sociaux à partir de moyens privés (…) le respect du secret professionnel est toutefois de rigueur, de même que l’interdiction de divulguer des informations sensibles ou classifiées. Il ne s’agit pas de censure : chaque membre du personnel assume ses responsabilités à l’égard de ses collègues ». Et de poursuivre en disant que « c’est à la division Sécurité du Service de renseignements militaires qu’incombent ces contrôles (…) la loi sur la protection de la vie privée est évidemment respectée (…) la Défense ne contrôle ni lettres privées, ni les conversations téléphoniques, ni les SMS et courriels ».

15De l’enquête menée par Loos (2012), il ressortait que la plupart des répondants interrogés étaient conscients qu’il y a une probabilité « forte » ou « moyenne » (43 sur 47) que l’utilisation d’internet puisse mettre en danger la conduite de la mission. Au niveau de l’information qu’ils avaient reçue sur l’utilisation des réseaux sociaux en mission, la plupart (37 sur 47) étaient au courant des règles qui étaient d’application. Ces résultats sont toutefois à prendre avec une certaine précaution, étant donné la surreprésentation de militaires âgés et hauts gradés. Par contre, en ce qui concerne les familles, contrairement à ce qui se fait dans d’autres armées, la sensibilisation à la Défense belge est inexistante. La majorité (43 sur 47) avouait que leurs proches n’étaient pas au courant des risques liés à la divulgation d’informations sur les réseaux sociaux.

16D’autres initiatives, moins axées sur le volet opérationnel, sont également en cours et visent notamment à la création de pages officielles sur Facebook afin d’éviter que de « fausses » pages ne soient à défaut consultées. L’exemple de l’École Royale Militaire (ERM) montre toutefois qu’il n’est pas aisé d’identifier, au premier coup d’oeil, parmi les différentes pages proposées sur Facebook, quelle est l’officielle (http://www.facebook.com/​ERM.KMS). On notera également, qu’à ce jour, l’utilisation de Facebook reste interdite sur le réseau de la Défense (IDCN). Comme l’exemple de ces pages officieuses l’illustre, si la Défense belge n’est pas présente sur ce genre de sites, d’autres viendront combler cet espace laissé disponible et risquent d’y véhiculer des informations erronées ou des messages dont la teneur laisse à désirer.

IV. Un aspect plus humain

17Les technologies actuelles ont permis à un nombre croissant d’individus de diffuser des informations et d’avoir ainsi accès, rapidement, à une audience potentiellement très large. Ce mouvement de décentralisation de l’information pose toutefois de nouveaux défis aux organisations militaires, que ce soit lors de déploiements opérationnels ou pour l’image qu’elles véhiculent auprès de l’opinion publique. D’un côté, ces échanges d’informations, généralement fondés sur des témoignages et des expériences vécues par des individus « ordinaires », contribuent à donner une image plus personnelle, plus « humaine » pourrait-on presque dire, du métier militaire. De la sorte, ces militaires tendent à proposer une représentation beaucoup plus exhaustive de leur rôle joué dans les conflits actuels. D’un autre côté, c’est également par ces mêmes canaux, lors de la diffusion de photos compromettantes et de propos discriminatoires, que l’image des organisations militaires peut aussi très rapidement se ternir.

18Les impacts des changements technologiques repris ici ne résultent cependant pas uniquement des effets de variables technologiques, mais sont également à combiner avec d’autres changements, culturels notamment, qui se sont produits conjointement dans l’environnement sociétal. Néanmoins, comme le montre le présent article, on peut dire que les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont entraîné des répercussions importantes dans le fonctionnement des organisations militaires, tant du côté des opérations que dans son fonctionnement routinier. Lors de déploiements, les impacts de cette diffusion massive d’informations sont perceptibles dans trois domaines : au niveau de la sécurité opérationnelle des troupes déployées, au niveau des effets sur la cohésion du groupe et l’exécution des missions et, enfin, au niveau des contacts entretenus avec la famille et les proches. De plus, même lorsqu’ils ne sont pas déployés, les militaires restent des représentants de leur organisation et le contenu des informations diffusées sur internet influe sur l’image de l’organisation. Alors que la plupart des organisations militaires font face à des problèmes de recrutement, la prise en compte de ces canaux comme vecteurs potentiels pour recruter des candidats potentiels semble impérative et reste sous-exploitée à ce jour. En transposant l’analyse de Prensky aux milieux militaires, on peut noter que ceux qui occupent actuellement les positions les plus élevées dans les organisations militaires sont des digital immigrants qui minimisent encore souvent les effets de l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans les faits toutefois, un élément central se heurte au mode de fonctionnement traditionnel des organisations militaires : il est devenu impossible de contrôler toutes les informations qui sont véhiculées en dehors de l’organisation. C’est donc sans doute à travers l’apprentissage de nouvelles pratiques professionnelles et l’intériorisation progressive d’une sorte d’autocensure que la diffusion d’informations sera moins problématique à long terme.

Haut de page

Bibliographie

Bowley, G., « Video inflames a delicate moment for U.S. troops in Afghanistan », New York Times, 12 janvier 2012, (source: http://www.nytimes.com).

Chisholm, P. et Hannas, C., Social Networking pervades DoD networks, MIT 2010, Volume 14, n° 9. Voir http://www.military-information-technology.com/mit

Commission Défense de la Chambre, troisième session de la 53ème législature, 31 janvier 2012.

Dunivin, K.O., Military Culture: Change and Continuity, Armed forces and Society, 1994, pp. 531-547.

Hecker, M. et Rid,T., Utilisation et investissement de la sphère internet par les militaires, Etudes de l’IRSEM, n° 13, Paris, 2012, p. 19.

Loos, G., Médias sociaux et organisations militaires : utilisation et risques encourus, Mémoire de fin d’études réalisé à la Chaire de Sociologie, Ecole Royale Militaire, Bruxelles, 2012.

Ministère de la Défense (Délégation à l’Information et à la Communication), Guide du bon usage des médias sociaux, avril 2012. Voir http://www.defense.gouv.fr/guide-mediassociaux/telecharger.pdf

Myers, S.L., Charges for soldier accused of leak, New York Times, 6 juillet 2010 (source: http://www.nytimes.com).

OTAN, « NATO Military Policy on Public Affairs », MC 0457/1. Voir http://www.nato.int/ims/docu/mc0457_en.pdf

Prensky, M., Digital native, digital immigrants, On the Horizon, Volume 9, n° 5, octobre 2001. Voir http://www.marcprensky.com/writing/prensky %20- %20digital %20natives, %20digital %20immigrants %20- %20part1.pdf

Resteigne, D., Le militaire en opérations multinationales. Regards croisés en Afghanistan, en Bosnie, au Liban, Bruylant, Bruxelles, 2012.

Resteigne, D., Still connected in operations? The milblog culture, International Peacekeeping, Volume 17, n° 4, 2010, pp. 515-525.

Resteigne, D., Enquête concernant l’utilisation d’internet et de blogs militaires en mission : mission BELU ISAF 18, Chaire de Sociologie, Ecole Royale Militaire, Bruxelles, janvier 2009.

Reynebeau, M., « Top secret. Moment ! », De Standaard, 13 février 2012.

Segal, M., The military and the family as greedy institutions, Armed Forces and Society, Volume 13, n° 1, 1986, pp. 9-38.

US Army, The United States Army Social Media Guide Handbook (version 3), Pentagon, Washington DC, juin 2012. Voir http://fr.slideshare.net/USArmySocialMedia/army-socialmedia-handbook-2012

Wielawski, I.M., For troops, home can be too close, The New York Times, 15 mars 2005 (source: http://www.nytimes.com).

Wong, L. et Gerras, S., CU@ The FOB: How the Forward Operating Base is changing the life of combat soldiers, U.S. Army War College, Strategic Studies Institute, mars 2006.

Haut de page

Notes

1 S. L. MYERS, « Charges for soldier accused of leak », New York Times, 6 juillet 2010.

2 G. BOWLEY, « Video inflames a delicate moment for U.S. troops in Afghanistan », New York Times, 12 janvier 2012.

3 M. HECKER et T. RID, Utilisation et investissement de la sphère internet par les militaires, Etudes de l’IRSEM, n°13, Paris, 2012, p. 19.

4 M. REYNEBEAU, « Top secret. Moment ! », De Standaard, 13 février 2012.

5 « Le général Delcour aux militaires : taisez-vous ! », L’avenir, 13février 2012.

6 Pour plus de détails, voir D. RESTEIGNE, « Still connected in operations ? The milblog culture », International Peacekeeping, Volume 17, n°4, 2010, pp. 515-525. Voir aussi D. RESTEIGNE, « Enquête concernant l’utilisation d’internet et de blogs militaires en mission : mission BELU ISAF 18 », Chaire de Sociologie, Ecole Royale Militaire, Bruxelles, janvier 2009.

7 G. LOOS, Médias sociaux et organisations militaires : utilisation et risques encourus, Mémoire de fin d’études réalisé à la Chaire de Sociologie, Ecole Royale Militaire, Bruxelles, 2012.

8 L. WONG et S. GERRAS, CU@ The FOB : How the Forward Operating Base is changing the life of combat soldiers, U.S. Army War College, Strategic Studies Institute, mars 2006.

9 Dunivin relève également ce combat, masculine-warrior paradigm comme étant l’un des éléments centraux de culture militaire. K. O. DUNIVIN, Military Culture : Change and Continuity, Armed forces and Society, 1994, pp. 531-547.

10 I. M. WIELAWSKI, « For troops, home can be too close », The New York Times, 15 mars 2005 (source : http://www.nytimes.com).

11 D. RESTEIGNE, Le militaire en opérations multinationales. Regards croisés en Afghanistan, en Bosnie, au Liban, Bruylant, Bruxelles, 2012, p. 223.

12 M. SEGAL, The military and the family as greedy institutions, Armed Forces and Society, Volume 13, n°1, 1986, pp. 9-38.

13 Wong, L. et Gerras, S., CU@ The FOB : How the Forward Operating Base is changing the life of combat soldiers, U.S. Army War College, Strategic Studies Institute, mars 2006, p. 29.

14 M. PRENSKY, Digital native, digital immigrants, On the Horizon, Volume 9, n°5, octobre 2001. Voir http://www.marcprensky.com/writing/prensky%20-%20digital%20natives,%20digital%20immigrants%20-%20part1.pdf

15 Ministère de la Défense, « Droit du personnel de la Défense d’exprimer son opinion », DGIP-APGMEDPR-SSCC-001, Bruxelles.

16 P. CHISHOLM et C. HANNAS, Social Networking pervades DoD networks, MIT 2010, Vol.14 (9). Voir http://www.military-information-technology.com/mit

17 US Army, The United States Army Social Media Guide Handbook (version 3), Pentagon, Washington DC, juin 2012. Voir http://fr.slideshare.net/USArmySocialMedia/army-social-media-handbook-2012

18 US Army, The United States Army Social Media Guide Handbook (version 3), p. 54.

19 Ministère de la Défense (Délégation à l’Information et à la Communication), Guide du bon usage des médias sociaux, avril 2012. Voir http://www.defense.gouv.fr/guide-medias-sociaux/telecharger.pdf

20 OTAN, « NATO Military Policy on Public Affairs », MC 0457/1, p. 11-12.

http://www.nato.int/ims/docu/mc0457_en.pdf

21 Commission Défense de la Chambre, troisième session de la 53ème législature, 31 janvier 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Resteigne et John Taverniers, « Internet, un moteur de transformation des organisations militaires ?  », Pyramides, 24 | 2012, 63-75.

Référence électronique

Delphine Resteigne et John Taverniers, « Internet, un moteur de transformation des organisations militaires ?  », Pyramides [En ligne], 24 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://pyramides.revues.org/927

Haut de page

Auteurs

Delphine Resteigne

Chargée de cours à la Chaire de Sociologie (Ecole Royale Militaire, Bruxelles) et maître de conférences à l’UMONS.

Articles du même auteur

John Taverniers

Chargé de cours et chef de la Chaire de Psychologie (Ecole Royale Militaire, Bruxelles).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page