Navigation – Plan du site

EDITORIAL. LES OUTILS NUMÉRIQUES ET LA RÉINVENTION DU FONCTIONNEMENT DE L’ÉTAT

Alexandre Piraux
p. 25-36

Texte intégral

I. Introduction

1En Belgique, l’accord de gouvernement d’octobre 2014 préconise d’utiliser au maximum les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) afin de moderniser les administrations et d’améliorer leur rationalisation. Selon le texte de l’accord, les outils numériques augmentent la satisfaction du citoyen, notamment grâce à la réduction des tâches administratives. Un ministre du gouvernement a été spécialement chargé de l’Agenda numérique. Pour ce faire, un groupe de digital minds a été réuni, le but étant de stimuler la numérisation de notre économie, à l’instar de ce qu’a fait la Commission européenne en 2011. L’approche gouvernementale vise donc la croissance numérique en tant que facteur de compétitivité et de croissance économique. Une des idées-clés est d’envisager un statut allégé fiscalement et juridiquement vis-à-vis des start-ups, ou de ce qu’on appelle de façon plus générale l’écosystème numérique.

  • 1 Dans son rapport « Transparence des informations » actualisé au 3 février 2016, Google indique avoi (...)

2Du côté des citoyens, le numérique a renforcé leur niveau d’exigence en privilégiant la notion de performance (Sinnassamy, 2015). Les outils numériques ont également donné naissance à de nouveaux Droits de l’Homme numériques dont le droit de « déréférencement »1, la protection des données personnelles, tout en imposant aux citoyens internautes de nouvelles contraintes dont celles de prendre un maximum de précautions.

3Selon Patrick Le Galès (Le Galès et Vezinat, 2014), un élément central qui permet de redéfinir l’Etat tient à sa capacité à régler les conflits d’intérêts ou de valeurs.

4Ces « conflits » ou tensions se produisent naturellement aussi dans l’hypersphère, celle d’Internet et des réseaux numériques. Dans ce domaine, l’Etat est également amené à arbitrer entre différentes valeurs sociétales se déclinant sous la forme d’objectifs entrant en concurrence et parfois contradictoires : optimisation des performances économiques, meilleure justice sociale, respect de la vie privée, sécurisation, facilitation de la vie administrative des citoyens, etc. Il y a aussi, de façon générale, l’arbitrage entre la protection des données personnelles, la nécessité de la transparence de certaines données ou dans d’autres cas, celle de la censure.

5Par exemple, un des enjeux fiscaux qui se posent est notamment de savoir si les mécanismes numériques mis en place pour simplifier les procédures fiscales vont améliorer et rendre plus équitable la collecte de l’impôt et en accroître la transparence (cf. dans ce numéro, la contribution de Florent Roemer consacrée aux relations des entreprises avec l’administration fiscale dans le cadre des procédures fiscales dématérialisées) ou si leur impact sera neutre ou négatif.

6Cet éditorial se propose d’examiner les enjeux et dilemmes de la question des outils numériques qui ne peut être réduite à une problématique technique ou instrumentale (même si cette dimension est essentielle).

  • 2 L’e-gov concerne aussi les relations entre gouvernements, entre le gouvernement et ses agences, etc (...)

7Nous allons dans un premier temps étudier l’incidence des outils numériques sur l’exercice du pouvoir et ensuite examiner le concept d’e-gov que nous limiterons2 délibérément, dans le cadre de cette introduction, à l’aspect des prestations fournies par les services publics aux usagers. Nous décrivons enfin quelques exemples d’institutions publiques numériques et de leurs missions avant d’esquisser quelques pistes de réflexion.

II. Le numérique et l’exercice du pouvoir : un renforcement des contrôles mutuels

  • 3 Un citoyen peut temporairement déléguer sa voix à un autre ayant plus d’expertise sur le sujet.

8Le Parti pirate islandais qui compte trois sièges au parlement est le fer de lance de la cyber-démocratie. Son programme vise notamment à faire fonctionner un système politique fondé sur la démocratie participative et sur la transparence, à travers son outil informatique liquid feed-back qui est un logiciel libre menant à la notion de démocratie « délégative »3.

  • 4 Cf. les propos de Jacques Attali dans la préface de Bergruen et Gardels, (2013).

9L’Islande est d’ailleurs présentée comme un modèle de cyberdémocratie. Sa Constitution a été écrite par une assemblée constituante virtuelle et a été présentée comme précurseur d’une démocratie directe renouvelée4. Mais le prototype islandais est, d’après nous, l’exemple de la mise en œuvre d’une pluralité de procédures démocratiques et le résultat d’un long parcours : assemblée virtuelle, élection par la population d’un « conseil constituant » de vingt-cinq membres qui ne peuvent être des professionnels de la politique pour préparer les articles du projet constitutionnel, réactions en ligne des citoyens via les réseaux sociaux, vote au parlement, suivi d’un référendum (Piraux, 2013).

10Les outils numériques ont introduit la notion de « webocratie de contrôle » (Bergruen et Gardels, 2013) qui permet un contrôle par le bas, sous la forme de pressions intenses exercées par les citoyens internautes. Ainsi, les nouvelles technologies de l’ère de l’information contribuent à un transfert de pouvoir grâce aux médias sociaux. La capacité d’influence s’est déplacée vers le bas. Le sociologue des réseaux Antonio Casilli (2010) qualifie ce phénomène de « surveillance participative » qui s’exerce par le regard constant des autres et représente une contrainte politique nouvelle.

11L’expression « sous-veillance » est aussi utilisée et place l'accent sur une « vigilance par la base » ayant vocation à « surveiller la surveillance », en analysant et en surveillant les systèmes de surveillance eux-mêmes et les autorités qui les contrôlent. Le contrôle a cessé d’être unilatéral pour devenir bidirectionnel, si pas circulaire.

12A l’origine, la transparence des actes des autorités publiques représente une avancée démocratique majeure. En tant que droit d’accès aux documents publics, la transparence représente la possibilité d’observer, de suivre et le cas échéant d’influencer les processus décisionnels en y interférant (Curtin et Mendes, 2011).

13Elle est l’expression, la condition sine qua non de l’empowerment du citoyen, dans son pouvoir d’agir. D’abord le « pouvoir de » : celui de développer ses capacités, ses habilités, son sens critique grâce à la publicité des informations transmises ; ensuite « le pouvoir sur » à savoir celui de co-construire les politiques publiques ; enfin le « pouvoir avec » les autres, celui de l’initiative collective, de la méthode collaborative horizontale.

14Aux Etats-Unis, le Président en personne a donné une application concrète au phénomène de sous-veillance au travers du site gouvernemental Recovery.gov. Cette plate-forme détaille l'utilisation faite par les pouvoirs publics de l’argent des contribuables américains, ce qu’on nomme Track the Money dans le cadre de l’American Recovery and Reinvestment Act de 2009. Barack Obama essaie ainsi d’assurer la traçabilité des deniers et la promotion de la gouvernance transparente. Les internautes ont également l'opportunité de signaler les fraudes, gaspillages et les autres abus (Fraud, Waste, Abuse).

  • 5 Même si comme on le sait, dans nos Etats de droit, les « manifestations » de l’Etat (les actes admi (...)

15L’Etat contrôleur des citoyens se trouve grâce aux outils numériques, davantage contrôlé par ces derniers. Si la dichotomie fondamentale entre contrôleur et contrôlé s’est atténuée, la densité du contrôle sur les actes de l’Etat est plus forte5. Tout comme à l’inverse ces nouveaux outils renforcent les contrôles étatiques.

16Le numérique offre des outils puissants qui permettent le développement d’une forte culture de contrôle et d’une logique de pilotage très forte tout en entraînant une plus forte décentralisation des décisions (Sinnassamy, 2015). Ces exemples illustrent l’existence d’outils virtuels faisant partie d’une réalité virtuelle qui impacte le réel.

III. Les outils numériques et le service rendu à l’usager

  • 6 Dont l’appellation officielle est le « Commissariat général à la stratégie et à la prospective ».

17Comme l’a récemment rappelé le rapport de France Stratégie de juin 20146, l’e-gov est en train de transformer profondément le fonctionnement des services de l’Etat, en rationalisant ces derniers.

18L’e-gov induit un redéploiement des agents vers des tâches à plus haute valeur ajoutée. La multiplication des services en ligne crée des nouveaux standards de qualité et de disponibilité dans le chef des citoyens internautes habitués aux nouvelles applications en ligne et aux réseaux sociaux.

19Aux Etats-Unis, le Memorandum on Transparency and Open Government 7 (2009) est le premier acte exécutif portant la signature du Président Obama. La notion clé d’Open Government, donc de gouvernement ouvert ou de gouvernement transparent est au cœur du dispositif de la politique démocratique et administrative du président américain.

20Le Président Obama insiste clairement sur le fait que l’Open Government promeut l’accountability (la reddition de compte), ce qui améliore la performance. Performance aussi dans le sens d’éliminer les gaspillages, de faire des économies, de rendre un meilleur service à la population.

21Le site US data.gov qui contient l’ensemble des données publiques consultables a été lancé en mai 2009.

22Il s’inscrit dans la ligne de pensée selon laquelle « La lumière du soleil est le meilleur des désinfectants » contre la corruption et le gaspillage, selon la célèbre formule du juge Brandeis de la Cour Suprême au début du XXe siècle (1914).

23Les objectifs déclarés du plan d’action de l’open Government sont d’améliorer l’intégrité publique, de gérer les ressources publiques de manière plus effective et d’améliorer les services publics.

  • 8 Améliorer les services publics, accroître l’intégrité publique, gérer plus efficacement les ressour (...)

24La nouvelle phase de l’Open Governement vise désormais la réalisation d’un Global Open Government Partnership (OGP) qui est une initiative multilatérale de 2011, en collaborant avec 63 autres pays participants à ce jour, qui vise cinq grands enjeux8. C’était déjà le cas avec l’Inde à travers l’U.S. - India Open Government Dialogue. Les deux pays sont partenaires depuis 2010 pour faire sortir une Data.Gov-in-a-Box qui est une version open source du portail américain Data.gov et du portail indien India.gov.in.

25L’US National Plan (2011)9 qui exécute sur un plan national l’OGP, concrétise le mémorandum par vingt-six actions à mener. Un deuxième National Action Plan a été lancé le 5 décembre 2013, par le biais d’un dialogue en ligne (Open Conversation) avec les citoyens. Fin juin 2013, les membres du G8 ont signé une « Charte pour l’ouverture des données publiques » (open data) qui affirme le principe de gratuité de leur réutilisation et privilégie les formats ouverts.

IV. Les institutions publiques numériques et leurs missions en Belgique fédérale

26Entre 1985 et 1987 furent lancées les prémisses de l’informatisation des services publics par le Secrétaire d’Etat à la Modernisation et à l’informatisation des services publics, Guy Lutgen (PSC).

27Ensuite Belnet qui est un service public fédéral rattaché à la politique scientifique (Belspo) fournissant l'accès internet à haut débit aux universités, aux hautes écoles, aux centres de recherches et aux services publics en Belgique, fut créé en 1993 et fit figure de pionnier de l’internet. Ce service reste toujours particulièrement actif et a étendu son champ de compétences notamment au signalement et à la résolution d’incidents informatiques.

28Il est aussi intéressant de noter qu’en Belgique, les premières institutions publiques numériques furent instaurées dans le secteur de la sécurité sociale (la déclaration immédiate de l’emploi à la sécurité sociale appelée « Dimona » en 1996, la comptabilité analytique de l’ONEM collectée de manière automatisée à la même époque, les premiers tableaux de bord de l’ONAFTS en 1997, etc … (cf. Pyramides n° 1, pp. 205-225) et restent à la pointe dans ce domaine. Le secteur social géré par les parastataux sociaux a donc ouvert la voie et anticipé en organisant le premier réseau administratif structuré et informatisé d’échange de données, celui animé par la Banque Carrefour de la sécurité sociale.

29Aujourd’hui, le site My.belgium.be, mis sur pied par le Service Public Fédéral Fedict, réunit les services publics électroniques existants et les rend accessibles aux citoyens via un seul même web central et sécurisé. D’innombrables autres applications publiques s’adressent aux entreprises (déclarations uniques de chantier) et aux administrations (digiflow qui est une application portail datant de 2005 qui permet aux collaborateurs accrédités d’un service public de consulter des attestations auprès de différentes sources authentiques) et sont mises à disposition par des institutions publiques traditionnelles.

30L’initiative open data belge développée par le Service Public Fédéral Fedict chargé de l’informatisation des administrations (encore appelé dans certains médias le pompier de l’internet) se trouve sur le site http://data.gov.be/​fr (première mise en ligne le 29 septembre 2011). Fedict, en sa qualité d’intégrateur de services fédéraux dans le cadre de l’e-gov, propose donc depuis peu un site comportant des données ouvertes, mises à la disposition des citoyens par les services publics fédéraux et flamands (les ministères) et les institutions publiques fédérales et flamandes (les parastataux ou para régionaux flamands).

31Sauf mention contraire, les informations qui sont sur le site web « Open Data » peuvent être utilisées gratuitement, uniquement à des fins personnelles et ce pour autant que la source soit mentionnée.

32En Fédération Wallonie-Bruxelles, la Banque Carrefour francophone (2014) est une réalisation d'ampleur qui vise à créer une base de données de sources authentiques censée faciliter la vie des citoyens et entreprises francophones (cf. à ce sujet la contribution d’Olivier Schneider dans ce numéro).

33L'objectif est notamment de diminuer les charges administratives en évitant de redemander aux usagers des informations déjà disponibles dans d'autres administrations, régionales comme fédérales.

34Un des points-clés sera évidemment l'intégration de cette Banque Carrefour « interfrancophone » avec les référents fédéraux que sont la Banque Carrefour de la sécurité sociale ou la Banque Carrefour des entreprises.

  • 10 A la différence du modèle français qui a créé en 2009 l'Agence nationale de la sécurité des système (...)

35En février 2014, 10 millions d’euros ont été dégagés pour la création d’un Centre belge de cybersécurité (CCB). Dix personnes dont deux personnels d’appui et huit experts feront partie du CCB et travailleront en réseau avec les autres organismes chargés de la question (Sûreté de l’Etat, renseignement militaires (SGRS), Federal Computer Crime Unit, Institut Belge des Postes et des Télécommunications, etc …). Quinze entités publiques se partagent en effet la cybersécurité nationale et il n’existe pas de modèle belge, unifié et consensuel en la matière10. Le CCB est donc appelé à jouer un rôle « intégrateur ». Néanmoins CERT.be qui est la cyber emergency team fédérale, fondée en 2009, est le bras armé du CCB. Par ailleurs, il a même été envisagé de créer une quatrième composante à l’armée, une cyberforce à côté de l’armée de terre, de l’air et de la marine.

V. Conclusions

36Le défi de la gestion numérique concerne tous les secteurs de la société et se situe dans un contexte d’une accélération de l’accélération temporelle. Outils numériques et complexification vont aussi de pair. Ces outils sont à la fois indissociables des sociétés complexes et constituent des outils de simplification.

37Comme on peut l’observer, la sphère étatique au sens étroit du terme est en retard dans le secteur numérique, en dépit des institutions publiques numériques qui ont été mises en place.

38Le secteur privé numérique s’autorégule, est régulé ou corégulé (avec des acteurs concernés) par des autorités indépendantes de régulation (comme le Conseil supérieur de l’audiovisuel, la Commission de la Vie privée ou l’Institut belge des Postes et Télécommunications, par exemple). Enfin, la jurisprudence de la Cour européenne de Justice supervise et interprète le tout.

  • 11 On peut aussi penser à juste titre que l’éducation digitale de tous les citoyens doit faire partie (...)

39L’enjeu stratégiquement le plus important pour les autorités exécutives11 est celui de la concrétisation de l’e-gov intégré et donc de gérer la fragmentation des données.

40La mise en commun des ressources des services publics signifie la mutualisation des infrastructures, des mutualisations des systèmes/services informatiques et mutualisation des données.

41C’est ainsi que Fedict a été consacré fin 2012 comme intégrateur de services fédéraux. D’autres intégrateurs de services ont aussi été mis en place (IPSS, sécurité sociale, etc …). La tâche de Fedict est de simplifier et d’optimiser les échanges de données mutuels entre services publics participants.

42L’offre de services publics est en train d’être repensée du fait que la dématérialisation de procédures standardisées produit des gains d’efficacité considérables. Les nouveaux outils électroniques permettent des interventions publiques beaucoup plus ciblées et personnalisées.

43Ils offrent également une adaptation, une personnalisation des prestations et une immédiateté qui représentent un saut qualitatif et quantitatif appréciable en faveur des citoyens.

44En même temps, ces outils conduisent à une pensée anti-institutionnelle que l’on pourrait résumer par « organiser, sans organisations » (Morozov, 2014, p. 114) mais organisée par des plates-formes, ce qui rejoint le concept de société liquide (Bauman, 2004), celle des flux qui, c’est le cas de l’écrire, « liquident » les organisations intermédiaires, si pas les instances de régulation. Dans ce cas, il y aurait lieu de vérifier à qui profite la dérégulation.

45Par ailleurs, les outils numériques présentent aussi de multiples visages dont celui d’une surveillance des autorités par les citoyens.

  • 12 Le data mining consiste en un logiciel de calculs fondé sur l’utilisation d’algorithmes et de stati (...)
  • 13 Direction Immatriculation des Véhicules.

46A l’inverse, ces outils présentent des aspects très intrusifs, répressifs et contrôlant de l’autorité sur les citoyens. Il est évident qu’un usage trop sécuritaire ou gestionnaire des outils numériques représente une forme d’idéologie absolutiste du pouvoir qui veut tout savoir sur ses « assujettis ». On pense ici à la technique du profilage des assurés sociaux qui vise à appliquer des opérations de data mining12 pour détecter les fraudeurs sociaux présumés, en collectant un très grand nombre de données à caractère personnel (consommation d’énergie, données de la D.I.V.13, etc …). Ce profilage de la sphère intime des personnes défavorisées est une des mesures du plan d’action du secrétaire d’Etat chargé de la fraude sociale et a été approuvée par le Conseil des ministres du 3 avril 2015. Un tel dispositif n’est encadré par aucune disposition légale, réglementaire ou autre qui préciserait les limites et conditions dans l’utilisation des données à caractère personnel (Degrave, 2015).

47Ces outils donnent donc lieu selon l’usage à des possibilités d’équité sociale ou à de nouvelles formes répressives de contrôle ou d’augmentation illimitée de la productivité.

48Sur le plan de la sécurité et de la sécurisation, d’autres types de menaces que la cybercriminalité au sens strict existent comme l’espionnage économique, la déstabilisation via des cyber-attaques ou le sabotage d’infrastructures critiques, tels que les réseaux d’énergie, d’eau, les hôpitaux, … pour lesquels la lutte reste encore à organiser véritablement.

49Mais les instances publiques doivent avoir d’autres missions que celles de combattre préventivement et de réprimer la délinquance ou le terrorisme numérique. Les autorités publiques sont aussi tenues d’édicter et de faire appliquer les droits et libertés numériques des citoyens, dans le cadre d’un Etat de droit, en d’autres mots sous le contrôle des juridictions.

50Par ailleurs, les mutations numériques entraînent l’obsolescence du cadre réglementaire existant dans une série de secteurs tels que les télécoms, la télévision numérique, le streaming, etc … qui n’est plus adapté au nouvel environnement. De ce fait, la réglementation de ces secteurs est confiée à des autorités indépendantes de régulation.

51Ces autorités ne sont ni des administrations ni des juridictions mais des organismes hybrides composés d’experts externes et internes. Elles sont assez souvent habilitées par le législateur à réglementer mais également à sanctionner certains acteurs économiques, financiers ou culturels. Les autorités publiques de régulation ont aussi une mission importante à exercer dans le domaine du contrôle d’un usage légal et éthique des outils numériques. On se réfère ici aux projets de mise sur pied d’un corps public d’auditeurs d’algorithmes pour contrôler les entreprises et encadrer les risques en certifiant la fiabilité de chiffres qui peuvent être « manipulés, utilisés à tort ou mal analysés » (Observatoire de l’innovation de l’Institut de l’entreprise, 2014 citant l’ouvrage de Mayer-Schönberger and Cukier (2013). Le rôle accru des autorités de régulation pose également une série de questions sur leur légitimité, leur fonctionnement interne, le contrôle démocratique exercé à leur égard et leur nécessaire indépendance.

52Enfin les problématiques de cybersécurité et d’illettrisme numérique des citoyens deviennent tellement aigues que par une « ruse de la raison », on en revient progressivement à la mise en avant de certaines des missions traditionnelles de l’Etat démocratique, à savoir protéger et éduquer.

53Selon nous, le rôle de l’Etat est aussi de donner aux individus les moyens pour qu’ils ne soient pas dominés par les nouvelles technologies et de créer les conditions qui permettent à chacun de maîtriser effectivement et techniquement son environnement numérique de plus en plus sophistiqué et ses contenus. Tout cela passe aussi par la recherche de nouveaux moyens de contrôle et de protection en coalition avec différents partenaires institutionnels ou civils de la CyberCommunity.

Haut de page

Bibliographie

Bauman, Z., L'Amour liquide, De la fragilité des liens entre les hommes (Liquid Love, 2003), Editions du Rouergue, 2004.

Bergruen, N. et Gardels, N., Gouverner au XXIème siècle, Fayard, 2013.

Brandeis, L. D., Other’s People Money and How the Bankers Use It, New York, F. Stokes Co.Publ.,1914.

Casilli, A., Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil, 2010.

Curtin, D. et Mendes, J., « Transparence et participation : des principes démocratiques pour l’administration de l’Union Européenne », Revue Française d’Administration Publique, n° 137-138, pp. 101-121, 2011.

Degrave, E., « Contrôle des assurés sociaux et profilage dans le secteur public », Journal des tribunaux, n° 6610 du 20 juin 2015.

Institut de l’entreprise, « Faire entrer la France dans la troisième révolution industrielle : le pari de l’innovation » # 1 Le big data, Observatoire de l’innovation de l’Institut de l’entreprise, p. 66, 2014.

Le Galès, P. et Vezinat, N., (sous la dir.), L’Etat recomposé, PUF, 2014.

Mayer-Schönberger, V. and Cukier, J., Big Data. A Revolution That Will Transform How We Live, Work and Think, Eamon Dolan / Houghton Mifflin Harcour, 2013.

Morozov, E., Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, FYP Editions, 2014.

Piraux, A., » De l’État démocratique contraignant à l’État démocratique contraint », Pyramides, n° 25, 2013.

Rencontre avec Pierre Van der Vorst, « Les « parastataux sociaux » en éclaireurs de la modernisation de la fonction publique ? », Pyramides, n° 1, pp. 205-225, 2000.

Sinnassamy, C., « Le numérique interroge nos méthodes de travail », newsletter@info.acteurspublics.com, Acteurs publics, 25 mars 2015.

Haut de page

Notes

1 Dans son rapport « Transparence des informations » actualisé au 3 février 2016, Google indique avoir reçu 380.919 demandes de déréférencement à partir des pays européens (et 1.342.163 URL ou adresses de page Internet ont été examinées, 57,6% de ces URL ayant été supprimées) Pour la Belgique, 10.990 demandes ont été reçues (demandant la suppression de 39.910 URL dont 53,6 % ont été effectivement désactivés) https://www.google.com/transparencyreport/?hl=fr consulté le 3 février 2016.

A ce jour, la fixation de critères du traitement des demandes de délistage ne fait pas l’objet d’une délibération avec les autorités, ce qui met Google en position de seul juge et partie.

2 L’e-gov concerne aussi les relations entre gouvernements, entre le gouvernement et ses agences, etc …

3 Un citoyen peut temporairement déléguer sa voix à un autre ayant plus d’expertise sur le sujet.

4 Cf. les propos de Jacques Attali dans la préface de Bergruen et Gardels, (2013).

5 Même si comme on le sait, dans nos Etats de droit, les « manifestations » de l’Etat (les actes administratifs) sont déjà contrôlées par de nombreuses instances juridictionnelles et non juridictionnelles.

6 Dont l’appellation officielle est le « Commissariat général à la stratégie et à la prospective ».

7 http://www.whitehouse.gov/the_press_office/TransparencyandOpenGovernment

consulté le 17 mars 2014.

8 Améliorer les services publics, accroître l’intégrité publique, gérer plus efficacement les ressources publiques, créer des communautés plus sécuritaires (désastres, menaces environnementales, etc …) et accroître l’imputabilité corporative.

9 http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/us_national_action_plan_final_2.pdf consulté le 17 mars 2014.

10 A la différence du modèle français qui a créé en 2009 l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) comptant en 2015, 500 experts en sécurité numérique.

11 On peut aussi penser à juste titre que l’éducation digitale de tous les citoyens doit faire partie des objectifs prioritaires de l’autorité.

12 Le data mining consiste en un logiciel de calculs fondé sur l’utilisation d’algorithmes et de statistiques qui permet des corrélations entre certaines caractéristiques révélées par les données.

13 Direction Immatriculation des Véhicules.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Piraux, « EDITORIAL. LES OUTILS NUMÉRIQUES ET LA RÉINVENTION DU FONCTIONNEMENT DE L’ÉTAT  », Pyramides, 26/27 | 2016, 25-36.

Référence électronique

Alexandre Piraux, « EDITORIAL. LES OUTILS NUMÉRIQUES ET LA RÉINVENTION DU FONCTIONNEMENT DE L’ÉTAT  », Pyramides [En ligne], 26/27 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://pyramides.revues.org/988

Haut de page

Auteur

Alexandre Piraux

Rédacteur en chef de la revue Pyramides.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page